Excursion urbaine du 12 mai 2010 : Çamaşır deresi

Compte-rendu de l’excursion urbaine du 12 mai 2010 :

Rédigé par Yoann Morvan et Benoit Montabone


Çamaşır deresi, les vulnérabilités d’une rivière

L’excursion urbaine du mois de mai est dévolue au Çamaşır deresi, petit fleuve côtier d’une dizaine de kilomètres tout au plus situé dans l’arrondissement de Maltepe. Cette rivière se jette dans la mer de Marmara au niveau de l’embarcadère de Bostancı, et prend sa source sur les flancs de la colline Kayışdağı. La vue exceptionnelle de ce versant vers les îles aux princes explique pour une part les nombreux investissements immobiliers en cours. Sur notre route vers le haut du bassin versant, nous passons à côté de Başıbüyük, où TOKI a entrepris un vaste chantier de construction d’immeubles mais se heurte à une résistance bien organisée des habitants de ces anciens gecekondu.

On peut diviser le bassin versant du Çamaşır deresi en deux parties bien distinctes : l’amont où le cours d’eau est à l’air libre et s’écoule dans un chenal canalisé, et l’aval où les activités économiques et sociales ont complètement recouvert le talweg. La séparation entre ces deux parties se fait très distinctement au niveau de l’autoroute urbaine E5. La proximité de la route, et par ce biais l’accessibilité aux centralités stambouliotes, concentre les investissements sur les parcelles alentours, et constitue une pression de premier ordre pour le cours d’eau.

Photo1 : L’autoroute E5 et la construction du centre commercial

au point d’embâcle du cours d’eau

Nous passons près du chantier d’un grand centre commercial qui entend profiter de cette excellente accessibilité et d’une zone de chalandise assez fortunée. Cela favorise en retour la vulnérabilité du bassin versant : la couverture du cours d’eau à cet endroit forme un point d’embâcle important, et les débordements corollaires risquent de toucher ces constructions à forte valeur économique.

Le haut du bassin versant est dominé par les flancs boisés de la colline de Kayışdağı, source d’eau douce assez abondante d’après des descriptions anciennes mais aujourd’hui quasiment tarie. La préservation de ces espaces non urbanisés est due essentiellement à la présence d’une vaste zone militaire, mais nous constatons un grignotage de la forêt. Il est le fait d’une part à la construction de l’immense campus de Yeditepe Üniversitesi, cette université privée étant un moteur incontestable de la transformation du tissu urbain du quartier, et d’autre part aux implantations de cliniques et d’écoles privées qui entendent faire de l’aménité « nature/verdure » un argument de vente, s’inspirant du « modèle » d’urbanisation de la fameuse colline de Çamlıca. Nous constatons d’ailleurs l’apparition du toponyme Yeni Çamlıca.

En aval de l’université de Yeditepe, nous parcourons le talweg à pied pour mieux appréhender ses utilisations et ses aménagements. Le premier constat est plutôt encourageant, nous observons un chenal dédoublé d’une canalisation pour les eaux usées, preuve que ces dernières sont dorénavant drainées vers des stations de retraitement et non directement rejetées dans la rivière. Les versants sont en revanche utilisés comme décharge pour les matériaux de construction, accumulations dangereuses en cas de fortes précipitations car elles limitent l’infiltration, ralentissent l’écoulement et surtout peuvent être mobilisées par les eaux, créant des coulées de boues potentiellement dévastatrices.

Photo 2 : Le haut du bassin versant : un cours d’eau canalisé

qui va être recouvert par une voie d’accès à l’université de Yeditepe

Lors d’une discussion fort sympathique autour d’un thé avec des habitants du quartier, riverains de la rivière, nous apprenons que son lit va être complètement recouverte par une route, servant de voie d’accès à l’université de Yeditepe. Le maître d’œuvre est la Mairie Métropolitaine d’Istanbul (IBB), qui exproprie pour cela nos hôtes, arguant de la non légalité de leur habitation. Cette discussion nous permet de mieux mesurer la transformation du quartier par le campus universitaire. Les gecekonduont presque tous disparus, à quelques belles exceptions près, pour laisser la place à des petits immeubles de standing medium et au style standardisé à destination de la classe moyenne, dont la légalité (légalité du bâti ou du foncier) n’est pas toujours plus probante que celle des gecekondu.

Photo 3 : La transformation urbaine sur les versants du Çamaşır deresi :

Un  genekondu relictuel au milieu des immeubles de standing.

Nous descendons la vallée en suivant le cours d’eau et constatons la très forte vitalité de la  construction immobilière, accélérée par l’arrivée future de la route, perçue par les riverains non pas comme une nuisance sonore ou visuelle mais comme une formidable opportunité pour revaloriser les terrains et les habitations. Les chantiers sont légion, et le cours d’eau devient le réceptacle de tous les déchets de construction, notamment du ciment.  De fait, les rives ne sont pas construites, mais le fond du cours d’eau est de temps en temps occupé par des habitations des populations Rom liées à l’économie de la petite récupération, occupant les seuls espaces interstitiels qui leur sont laissés. Ces populations sont malheureusement les premières touchées en cas de crue de la rivière.

Photo 4 : Les excursionnistes de l’OUI traversent le Çamaşır

deresi pollué par les chantiers de construction

La partie aval du bassin versant est complètement différente. Passée l’autoroute urbaine, la rivière se perd sous l’urbanisation continue. Le fond du talweg est occupé par des terrains de sport de la municipalité, des parkings, un centre culturel qui rayonne sur tout le quartier de Bostancı. Ce dernier constitue un point de centralité important sur le littoral de la rive asiatique. Surtout, le secteur est le théâtre d’un projet immobilier de grand standing mené par le groupe Çalık, qui construit juste avant l’embouchure de la rivière un complexe résidentiel de luxe appelé « Bostancı Paragon ». Bien présent sur les maquettes finales du projet où il apparaît comme un élément d’agrément, le cours d’eau est colonisé et fortement perturbé par le chantier.

Photo 5 : Master Plan du projet « Bostancı Paragon » sur les berges du Çamaşır deresi .

Source : www.bostanciparagon.com

Basé à Istanbul, Çalık est une holding de dimension internationale intervenant dans divers secteurs, dont principalement le textile, la finance, les télécommunications, les médias (Turkuaz Media Group, propriétaire du quotidien Sabah) et la construction. Sa filiale de construction, Gap Inşaat, fait de la « rénovation urbaine » une de ses spécialités. Le site internet du groupe indique qu’il entend profiter de l’année 2010 Capitale européenne de la culture pour expérimenter le « nouveau » concept de « projet de transformation urbaine ». Son projet principal à Istanbul est le renouvellement du quartier de Tarlabaşı. Le site de l’entreprise annonce aussi que Çalık est spécialisé dans les questions environnementales, notamment dans le traitement des eaux usées, et « s’efforce de mener des projets à fort impact positif sur l’environnement, et notamment les projets liés à l’eau ». La situation de ce projet en aval d’une rivière tant malmenée par l’urbanisation risque de rappeler au groupe la nécessité de prendre en compte l’échelle du bassin versant dans la gestion des questions environnementale liées à l’eau lors d’un prochain événement pluvieux exceptionnel…

Nous finissons l’exploration du Çamaşır deresi par la vaste zone aménagée sur les berges de la mer de Marmara, zone conquise sur la mer par remblaiement, aujourd’hui lieu d’agrément, de distraction et pôle d’échange dans le système de transports en commun. La très mauvaise qualité de l’eau qui se jette dans la mer, bien différente de celle observée sur la partie amont, nous amène à conclure que le cours d’eau est à cet endroit très perturbé par le chantier du métro Kadıköy-Kartal qui lui aussi, comme les chantiers de construction en amont, rejette ses déchets dans le cours d’eau.

Photo 6 : Le pont ottoman au bout de Bagdad Caddesi, en attente de patrimonialisation.

L’eau est grise de ciment, résultat du chantier du métro Kadıköy-Kartal

Nous concluons cette expédition par une note patrimoniale en traversant le pont ottoman au bout de Bağdat Caddesi, aujourd’hui inusité et oublié, mais jadis lieu de passage important de la caravane impériale vers La Mecque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.