La muraille de Théodose-II ou la muraille terrestre : une plaie purulente dans le tissu urbain stambouliote

À l’instigation de Frank DORSO, sociologue nouvellement associé à l’OUI, un prometteur travail de recherche sur la “muraille terrestre” (karasurları), qui s’étire sur plus de 6 kilomètres de la Marmara à la Corne d’Or- vient d’être lancé. À la suite d’une journée et demie de terrain –qui nous a permis d’arpenter l’ouvrage colossal dans tous les sens (parallèlement et perpendiculairement, à l’intérieur et à l’extérieur), de prendre des photos en abondance, de faire les premiers repérages et de rencontrer notamment le responsable d’un des chantiers de “restauration” de la muraille-, et à la suite d’un travail de recherche bibliographique et documentaire, la pertinence de cet objet de recherche se précise.

En effet, la muraille édifiée au cinquième siècle de notre ère, et incessamment transformée, malmenée (par les séismes, entre autres aléas) et remaniée depuis, peut être étudiée en soi, non pas tant du point de vue architectural ou archéologique, que du point de vue de l’anthropologie, de la géographie ou de la sociologie urbaine. En effet, elle constitue au cœur de l’aire urbaine actuelle, une sorte de hors-lieu sordide, d’anti-monde, ou de marge de l’intérieur, abritant et cachant tout le refoulé de la ville environnante. Délaissée ou maltraitée, cette ancienne limite s’est perpétuée et comme reconvertie, en se voyant investie le plus souvent spontanément de fonctions diverses, jugées peu nobles, tout en continuant à “pouvoir-faire obstacle” aux circulations qui innervent le tissu urbain. La muraille terrestre résiste à l’ordre des flux dominants et officiels, malgré toutes les dégradations et amputations qu’elle a subies. En outre, elle produit des territoires spécifiques, en son sein même ou sur ses flancs, théâtres improvisés d’usages insolites, anciens et renouvelés. Entre terrains vagues, dépotoirs, lieux d’errance, hors-la-ville interlope, et lieux de production agricole ou lieux institués de circulation et d’inhumation, la muraille terrestre reste constitutive de territoires et de pratiques spécifiques qui méritent l’attention du chercheur.

Signalons ici seulement quelques uns des visages rencontrés lors de la première exploration de cette frontière déclassée, et réactivée dans un sens plus social que territorial. Le “sniffeur” de colle recroquevillé dans les ruines mal entretenues du palais de Tekfur ; un autre sniffeur accroupi au pied d’un mur intérieur de la muraille, parmi herbes folles et ordures ; les hurdacı au milieu de leurs monceaux de matériaux récupérés ; le “vendeur de terre” à charrette tirée par un cheval, creusant des fosses dans une prairie complantée de Silivrikapı ; les jeunes bohémiennes se prostituant en famille près d’Edirnekapı ; les jardiniers dans leurs potagers soignés, entre muraille et voie express ; les davulcu du ramadan, venus d’Adana, campant entre mur principal et avant-mur de la muraille ; la grand-mère ramassant des herbes et plantes pour faire de la soupe ; l’ingénieur en construction responsable de la restauration d’un fragment de muraille, s’ennuyant dans son algéco adossé à la muraille, et pestant contre la municipalité qui ne paie pas ; le passeur improvisé régulant avec son sifflet la circulation automobile à travers la Mevlevihane Kapı ou à travers l’Eğrikapı ; le petit porteur d’eau du cimetière d’Eğrikapı ; le chômeur originaire de Iğdır, bien décidé à rentrer dans son memleket ; l’antiquaire ingénieux de Kayseri, à la caverne d’Ali Baba adossée à la muraille…

Au total, à ce stade de la recherche, on ne peut que regretter le peu d’intérêt porté par les autorités locales et nationales à ce monumental ouvrage, formidable condensé de la longue histoire d’Istanbul, qui pourrait être incroyablement mieux valorisé et intégré à la ville, par les points de vue inédits qu’il offre sur elle, et par les parts d’histoire de celle-ci qu’il recèle et met en scène. D’un seul point de vue touristique, on pourrait aisément aménager des itinéraires le long de cette muraille, qui donneraient simultanément à voir Istanbul, dans ses développements, grandeurs et misères, aussi bien passés qu’actuels. (JF-P).

La muraille terrestre : premiers questionnements.

Ce travail sur la muraille terrestre d’Istanbul s’inscrit dans le cadre d’une recherche sur le thème de la délimitation des territoires en milieu urbain. Istanbul semble être un “ révélateur ” pertinent pour ce type de problématique, en raison à la fois d’une expansion urbaine extrêmement rapide, ainsi que, à l’intérieur de cet espace, d’un contexte de changement perpétuel.

La muraille terrestre d’Istanbul est au cœur de processus de délimitation de l’espace. Mieux, elle a eu, au cours de son histoire, une véritable fonction de frontière. Cette notion de frontière est à définir, au croisement des approches géographique, administrative, juridique, fiscale, historique, anthropologique et sociologique.

De la même manière, comment définir le terrain, comment, en fait, cerner l’objet d’étude ? Posons dès maintenant l’hypothèse d’une définition variable de cet espace, avec trois niveaux à articuler entre eux pour chaque segment différenciable:

  1. la muraille comme trait (le bâti seul);
  2. la muraille comme bande (le bâti et les deux zones non-construites le bordant, 800 mètres à l’ouest, 10, 80 ou 100 mètres à l’est);
  3. les territoires de la muraille, zones construites bordant la bande.

La question de base qui structure notre problématique est : la muraille terrestre remplit-elle aujourd’hui une fonction de frontière ? Cette approche, sciemment tournée vers le présent, devra permettre de mieux comprendre comment cet espace s’intègre dans le développement urbain stambouliote actuel, et souhaitons-le, d’apporter une contribution aux débats qui entourent sa “restauration”.

En approchant ce terrain, les clichés et les “pré-notions” chères à Durkheim s’effritent, pour laisser place à un nombre croissant de questions. Transformons-les en hypothèses: quelles ont été, depuis sa construction, les fonctions de la muraille?

  • protéger, objectif premier et conscient de l’édifice, fonction que la muraille remplira du Vième au XVIIIième siècle;
  • séparer: le dehors du dedans, le vide du plein, la nature de la ville, le monde des vivants de celui des morts (cimetières adossés à la paroi extérieure);
  • cadrer le développement urbain urbain, pour un long moment (hormis les extrémités maritimes, occupées par les villages côtiers, le mur a contenu cette partie de la ville du Vième au XIXième siècle);
  • créer une représentation de l’espace, en offrant une délimitation lisible.

Notons ici que ces fonctions sont autant d’éléments constitutifs d’une “mémoire” du mur, différenciée selon ses porteurs. L’analyse de cette mémoire pourrait révéler quelles fonctions ont disparu, sont apparues, se sont modifiées. Ces premières fonctions repérées, fonctions de frontières, facteurs de différenciation forts, les retrouve-t-on aujourd’hui ? Et quelles autres fonctions, récentes, sont apparues, notamment avec le développement accéléré de la ville, qui ne fait plus de la muraille une limite extérieure, mais une limite interne ?

En effet, quels espaces sépare actuellement la muraille ? Quelles sont les interactions entre ces espaces (Ici, la fonction de régulation-distribution de la circulation, notamment automobile mais aussi piétonne et “sauvage”, devra être interrogée) ? Quelle est aujourd’hui la place de cet ensemble monumental – pris dans ses dimensions de trait, de bande, de territoire- dans la ville ?

C’est en interrogeant ces différentes fonctions, en saisissant les processus qui régissent leurs interactions, que nous essaierons de donner une réponse à toutes ces questions.

Ce texte se veut une invitation au débat, à l’échange d’idées sur ce type de terrain ainsi que sur ce thème de recherche (F. D.) Mel: dorsof@hotmail.com

Éléments de bibliographie (F.D.) :

  • M. et Z. Ahunbay: Surlar; Istanbul Ansiklopedisi; Istanbul.
  • M. et Z. Ahunbay: Conservation work at Istanbul: land walls; Lettre OUI 7; Istanbul; 1994.
  • Z. Ahunbay: Conservation of the city walls of Istanbul; Lettre OUI 9; Istanbul; 1996.
  • N. Akın: La production du patrimoine urbain dans le cadre des grands travaux de la Mairie d’Istanbul ces 5 dernières années; Lettre OUI 1; Istanbul; 1989.
  • N. Akın : Galata, ses caractéristiques traditionnelles et son potentiel; Lettre OUI 4; Istanbul; 1997.
  • S. Alcalde: Les espaces verts à Istanbul; Lettre OUI 16; Istanbul; 1999.
  • L. Ammour: Les mouvements sociaux au Maghreb et au Machreq dans le champ de la sociologie urbaine: quelle problématique ?; Lettre OUI 3; Istanbul; 1992.
  • A. Angel: Projets et aménagements urbains à Istanbul de 1933 à nos jours; Lettres OUI 2, 3 et 4; Istanbul; 1992-1993.
  • M. Belge: Istanbul’u gezerken; Turkiye Ekonomik ve Toplumsal Tarih Vakfı; Istanbul; 1998.
  • E. Chazelle et H. Raymond: Patrimoine historique et développement urbain, la muraille terrestre; Lettre OUI 1; Istanbul; 1989. Sciences humaines et sociales en France; collectif, Ministère des Affaires Étrangères; Adpf; Paris; 1994.
  • A. Deboulet: Conférence du 16/12/96 à l’IFEA: L’habitat d’initiative populaire au Caire ou le mythe de l’anarchie urbaine: enjeux d’une compréhension anthropologique; Lettre OUI 10; Istanbul; 1997.
  • E. Durkheim: Les règles de la méthode sociologique; 1895; PUF; Paris; 1981.
  • M. Foucher: Fronts et frontières; Fayard; Paris; 1988.
  • Article Géographie Universelle: La Turquie, le modèle unitaire en question; Reclus; Paris.
  • C. Giraud: Histoire de la sociologie; PUF; Paris; 1997.
  • Y. Grafmeyer: Sociologie urbaine; Nathan; Paris; 1994.
  • F. Nourdeh: La réhabilitation du quartier traditionnel turc de Galata, Istanbul; DESS; Institut français d’urbanisme; direction S. Yerasimos; Paris; 1989.
  • M. Peraldi: Le cycle algérien dans Lâleli môrose; Lettre OUI 14; Istanbul; 1998.
  • H. Peretz: Les méthodes en sociologie, l’observation; La Découverte; Paris; 1998.
  • J.F. Pérouse: Les marchés fonciers et immobiliers à Istanbul, quelques repères problématiques et méthodologiques; Lettre OUI 14; Istanbul; 1998.
  • J.F. Pérouse: Les métamorphoses de “Gazi Mahallesi”: formation et dilution d’un quartier périphérique d’Istanbul; à paraître dans Anatolia Moderna, IFEA; Istanbul.
  • E. Rouleau: La république des pachas, ce pouvoir si présent des militaires turcs; Le Monde Diplomatique; septembre 2000.
  • R. Stoquart: Habitat II, la France à Istanbul; Lettre OUI 9; Istanbul; 1996.
  • Revues de presse de l’Observatoire Urb. : journaux turcs: Cumhuriyet, Sabah, Sabah-Istanbul, YeniGündem, Milliyet, Milliyet IstanbulRadikal

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search