Le stade olympique d’Ikitelli

Jean-François Pérouse


Nous avions entendu parler de ce “Stade Olympique Atatürk” -dont la construction a été en avril 1999, au terme d’un long processus entamé dès 1992 (vote de la loi olympique par l’Assemblée Nationale de Turquie-, quelque part à la périphérie occidentale de l’aire urbaine, par la presse turque, d’abord. Certains articles parlaient des grottes néolithiques voire paléolithiques de Kemerburgaz, mal placées, menacées d’être comblées, anéanties par des tonnes de béton ; d’autres parlaient des quartiers illégaux qui entourent le stade, en faisant honte à Istanbul. Que fallait-il faire de ces quartiers qu’aucune carte ne représente fidèlement, puisque apparus dans des zones non officiellement ouvertes à l’urbanisation? D’autres articles faisaient allusion à deux architectes français travaillant sur le chantier et ayant pris l’initiative de construire, parallèlement, une école dans la région sinistrée par le séisme. Pascal et Martine, deux “amis des Turcs”-, à qui Sabah avait consacré une page entière. Mais beaucoup de ces articles ne localisaient pas précisément le stade, voire donnaient des indications fausses –comme « le stade est construit à Ataköy »-, ou versaient dans la confusion.
Quoi qu’il en soit, ce stade intrigue et fait débat dans la société turque. Pour certains en Turquie, du côté de la Chambre des Architectes (Mimarlar Odası), la construction de ce stade est contraire au dernier et bien peu respecté “plan général d’aménagement” d’Istanbul (ratifié en 1995) et la façon dont les autorités turques ont procédé dans la sélection des sites est même contraire à la « Déclaration Européenne sur la Protection des Sites Archéologiques », publiée dans le Journal Officiel de la République de Turquie le 13 octobre 1999. En effet, selon cette déclaration, avant ce type de réalisation massive une avant-étude archéologique est requise.
Pour d’autres, parmi les défenseurs plus ou moins intéressés du projet olympique, afin de promouvoir la candidature d’Istanbul il faut jouer sur l’idée d’une participation de la Turquie au processus de paix ou sur celle du premier pays musulman à organiser un tel événement. Le stade olympique fait donc débat, en tant qu’il révèle certains aspects et dysfonctionnements du mode de développement des périhéries d’Istanbul.
Pour l’instant, l’OUI a enquêté dans les quartiers entourant ledit stade –dont certains sont effectivement menacés de destruction-, et rencontré le responsable du groupe français impliqué dans la construction du stade (Campenon Bernard SGE/SAE International).

Première bibliographie

  • « Adım adım 2008″e » (Pas à pas vers 2008), Milliyet, 16/03/2001, p. 3.
  • “Dikkat, müfettiş var!”, Radikal, 17/03/2001, p.19.
  • EKİNCİ Oktay: « Yasalar ve sözlesmeler yok sayıldı », Cumhuriyet, 15/03/2001, p.6.
  • « 2008″in binicilik tesisleri hazır » (les installations d’équitation pour 2008 sont prêtes), Cumhuriyet, 22/12/2001, p.20.
  • « İstemekle olmuyor » (avec la seule volonté ça ne se fera pas), Sabah-İstanbul, 23/02/2001, p.18.
  • « İstanbul”u gözetliyorlar » (Ils observent Istanbul), Cumhuriyet, 23/03/2001, p.18.
  • « İstanbul”un kalbi 2008 için atılıyor » (le coeur d’Istanbul bat pour 2008), Sabah, 20/03/2001, p.17.
  • “İstanbul gider tersine” (Istanbul va en sens contraire), Yeni Gündem, 21/03/2001, p.10.
  • “İstanbul 2008’e tam puan” (10 sur10 pour Istanbul 2008), Radikal, 25/03/2001, p.20.
  • «Olimpiyat skandalı”na inceleme » (examen au sujet du scandale olympique), Cumhuriyet, 15/03/01, p.6.
  • « Anadolu ayaklandı » (la rive anatolienne s’est soulevée), Sabah-İstanbul, 23/02/2001, p.1.
  • « Olimpiyatiyoruz ! » (nous dormons olympi), Sabah-İstanbul, 9/02/2001, p.3.
  • « Olimpiyat için hayale kapılmayalım » (ne rêvons pas pour les Jeux Olympiques), Sabah-İstanbul, 22/02/2001, p.2.
  • « Olimpiyat skandalı », Cumhuriyet, 14/03/2001, p.1 et p.7.
  • « Olimpiyat stadi 2001″de bitiyor », Sabah-İstanbul, 27/07/1999, p.16.
  • « Lozan seferi » (Mobilisation pour Lausane), Sabah, 12/12/2000, p.33.
  • « Olimpiyat gelecek », Hürriyet-Istanbul, 8/01/2001, p.4.
  • “Olimpiyat Stadı dört dörtlük” ( Le stade olympique à quatre-quatre), Radikal, 23/03/2001, p.21.
  • « Süleymanoğlu : Olimpiyat verilmez, alınır » (S. : les J.O. ne se donnent pas, ils se prennent), Radikal, 22/03/2001, p.19.
  • “Tesisler beğenildi İstanbul büyüledi” (Les installations ont plu, Istanbul a charmé), Radikal, 24/03/2001, p.1.

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.