Le métro à Istanbul

Après l’inauguration du court tronçon Taksim-4.Levent –dont on a déjà signalé qu’il était pour l’instant très peu utilisé-, l’attention de l’opinion s’est portée sur les travaux en cours en vue de l’ouverture du tronçon Taksim-Yenikapı, qui traverse un secteur pourtant classé site protégé de premier intérêt. Après la découverte de fissures dans le bâtiment situé à l’entrée du Palais de France (arrrondissement de Beyoğlu), plusieurs immeubles de la Nuru Ziya Sok. ont dû être d’urgence évacués dans la semaine du 11 au 16 novembre 2000, sur les instances de la Mairie Métropolitaine. Celle-ci s’est déclarée non responsable en cas de problème, si les occupants des immeubles sérieusement fissurés refusaient de quitter ceux-ci à la date fixée.

De même, le bâtiment historique de la municipalité de Beyoğlu, première municipalité de Turquie, est lui aussi fissuré : ce qui ne surprend personne compte tenu de sa situation à proximité immédiate de la fosse géante creusée pour l’ouverture de la station de Şişhane.
Par ailleurs, le pont qui fera le lien à 19 mètres de hauteur entre le réseau métro de Beyoğlu et celui d’Eminönü est sujet à de vives discussions : cet ouvrage aura pour effet de briser la silhouette de la péninsule historique. Contempler celle-ci de l’intérieur de la Corne d’Or ou de Galata deviendra difficile après l’édification de ce haut pont qui fera barrière.
Enfin, l’Association des Archéologues d’Istanbul –à la pointe de la contestation avec l’Union des Architectes et le responsable de la Galata Evi- s’inquiètent de l’avancée des travaux dans la péninsule historique et réclame que des fouilles systématiques soient conduites pour éviter que les couches archéologiques ne pâtissent trop de ces travaux (cf. “ Saatli bomba üzerindeyiz ”, Hürriyet, 01/08/2000). Des négociations sont en cours pour qu’un sauvetage minimum puisse être effectué et qu’une meilleure information des citoyens soit assurée. La politique du fait accompli (cela fait plus de deux ans en fait que les tunnels ont commencé à être creusés dans la presqu’île historique), de la rétention d’information et de l’opacité systématique ne peut plus durer. On peut renvoyer à ce sujet au très riche dossier publié par İstanbul Dergisi, dans sa livraison d’octobre 2000 (N.35, pp.21-45).



Citer ce billet
Jean-François Pérouse (2000, 5 décembre). Le métro à Istanbul. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slrq

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search