Le cas du cimetière du Mevlevihane de Yenikapı

Les cimetières islamiques, plus spécialement ottomans, ont, depuis toujours, attiré l’attention des chercheurs1. Mais la plupart des travaux entrepris dans ce domaine se limitait à l’étude de certaines stèles funéraires, choisies pour leur qualité esthétique ou pour la position sociale de la personne à qui elles appartenaient. Or le cimetière forme un ensemble cohérent, qui donne avec plus ou moins de précision, pour la période de son utilisation, une image de la population du village, du quartier où il se trouve2, ou des personnes qui entretiennent une relation avec l’établissement – mosquée, tekke3, etc – dont il fait partie. L’obtention de ce type d’information à partir d’un cimetière exige impérativement l’étude systématique de toutes les tombes qu’il renferme. La simple lecture et le commentaire des épitaphes ne suffisent plus. Il faut procéder à une analyse multiple, utilisant la compétence des spécialistes appartenant à des disciplines aussi variées que l’épigraphie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’archéologie, l’urbanisme4. Les travaux doivent porter non seulement sur chacune des tombes prises séparément, mais aussi, sur l’ensemble que forment celles-ci.
Cette perspective nous a conduit à penser que les méthodes d’analyse urbaine pouvaient être appliquées5, dans une certaine mesure, aux cimetières, si l’on considère que celles-ci sont des “villes” dont les “habitants” sont les défunts. Il existe, cependant, un certain nombre de différences entre villes et cimetières, notamment en ce qui concerne le cadre bâti et son utilisation : la ville est conçue pour être habitée par les vivants, et ceux-ci peuvent intervenir à tout moment pour transformer leur cadre de vie selon leurs besoins. Les “habitants” du cimetière n’ont, par contre, aucune possibilité d’action sur leur environnement. Les aménagements effectués pendant la période d’utilisation d’un cimetière sont dus aux vivants. Le cimetière est donc conçu par les vivants pour l’usage des défunts, mais aussi et peut-être surtout pour les parents ou proches de ceux-ci, qui viendraient se recueillir sur les tombes de leurs morts.
Après avoir évoqué ces différences6, essayons d’établir un certain nombre d’équivalences entre les éléments qui constituent une ville et ceux que l’on trouve dans un cimetière, dans le but d’appliquer les méthodes d’analyse urbaine à ces derniers. Bien entendu, les équivalences que nous proposons ne sont valables que dans le cadre restreint de l’étude en question : on peut comparer, sans trop de difficulté, les tombes aux maisons, les allées aux rues, les points de rencontre des allées aux places et les murs de clôture aux remparts7.
À la lumière de ce que nous venons d’évoquer, essayons de voir quelles informations on peut obtenir d’un exemple concret, celui du cimetière du Mevlevihane de Yenikapı à Istanbul. Le cimetière du tekke a en gros la forme d’un triangle dont la base mesure 40 m  et la hauteur 18 m. Il est limité au Nord par la rue Mevlevihane qui a remplacé la route byzantine qui partait de la porte Rhesium (aujourd’hui Mevlanakapı), au Sud par les vestiges du türbe où étaient enterrés les cheiks du tekke et qui brûla à la suite d’un incendie en 1961, à l’Est par la bibliothèque, à l’Ouest par la Muvakkithane et l’entrée principale du tekke. Nous avons déjà dit que l’existence de la rue Mevlevihane remonte à l’époque byzantine. Le türbe a dû être construit peu après la fondation du Mevlevihane en 1007/1598-998, puisqu’il renfermait les tombes des premiers cheiks du tekke ((Mehmed Ziya, Yenikapı Mevlevihanesi, Dar ül-Hilâfetü’l-Aliye, 1329, p. 42-46.)). La rue d’une part, le türbe de l’autre ont joué le rôle de barrières de croissance et ont donc empêché l’extension du cimetière vers ces deux directions. Or la densité d’utilisation du cimetière a été très forte du fait de la proximité du türbe où reposaient tant de personnages vénérés, ce qui eut pour résultat une croissance sans extension territoriale, avec comblement progressif de toutes les réserves de terrain, puis, après la saturation de l’espace disponible, une densification par substitution9. Ceci explique l’absence des tombes antérieures à l’année 1113/17, ainsi que la relative rareté des tombes du XVIIIème siècle (4 tombes) et de la première moitié du XIXème siècle (7 tombes), alors que ni le tekke ni son cimetière n’ont connu de période d’abandon, ne serait-ce que partiel10. Autrement dit, par manque de place, on fut obligé de détruire les tombes anciennes pour en construire des nouvelles11.
La densification s’effectua aussi par la pratique d’inhumation multiple dans une même tombe alors que la règle de l’Islam veut qu’on ne mette qu’un corps par tombe12. La tombe YMHz 49 dont la stèle mentionne le nom de cinq personnes décédées à quelques années d’intervalle constitue un exemple extrême de cette pratique. Il serait plus prudent de penser qu’on ait inscrit sur cette stèle,  en raison de son emplacement avantageux (la stèle étant située au bord de la rue, l’épitaphe qu’elle portait pouvait être aisément lue par les passants), le nom de plusieurs défunts qui sont en réalité inhumés ailleurs.
Au türbe qui était l’unique pôle de croissance jusqu’au milieu du XIXème siècle est venu s’ajouter un second pôle, le mausolée à ciel ouvert (YMHz 55) de Abdurrahman Nâfiz Paşa (qui a fait aussi construire la bibliothèque attenante, ainsi que la muvakkithane), mort en 1269/1852.
Nous constatons, d’autre part, que toutes les autres tombes à caractère monumental (enclos familiaux surmontés d’une coupole en fer forgé : YMHz 1 à 8, et 15 à 19) se trouvent dans le secteur Ouest du cimetière, tout près de l’entrée principale du tekke et de celle du türbe, et qu’elles bordent l’allée qui contourne le türbe du côté Nord13. Nous avons là, un exemple de hiérarchisation des quartiers, ce secteur constituant, en quelque sorte, le “quartier résidentiel” de cette cité des morts.
Cette esquisse rapide d’analyse de cimetière  est un essai à caractère provisoire et s’inscrit dans le cadre d’une étude plus détaillée sur les deux cimetières du Mevlevihane de Yenikapı, qui est en cours14.



Citer ce billet
Aksel Tibet (1992, 1 juin). Le cas du cimetière du Mevlevihane de Yenikapı. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slpx

  1. Pour une bibliographie (non exhaustive) voir : Hans-Peter Laqueur, “Osmanische Grabsteine. Bibliographische Übersicht”, Travaux et Recherches en Turquie 1982, Collection Turcica II, Leuven, 1983, p. 9-96 ; et Hüseyin Türkmenoğlu, Mezar-Mezarlık ve Mezartaşları Üzerine Bir Bibliyografya Denemesi, Ankara, 1989. []
  2. Cf. Nicolas Vatin, “Travaux d’épigraphie funéraire ottomane”, La transmission du savoir dans le monde musulman périphérique. Lettre d’information 9 (1989), p. 3-42. []
  3. Thierry Zarcone, “Les cimetières de tekke comme source pour la connaissance des ordres de derviches” (non publié). []
  4. Jean-Louis Bacqué-Grammont, ancien directeur de l’IFEA, a été l’initiateur d’un certain nombre de travaux allant dans ce sens : J.-L. Bacqué-Grammont, H.-P. Laqueur et N. Vatin, “Stelae Turcicae I. Küçük Aya Sofya”, IstMitt. 34 (1984), p. 441-54 ; Ibid., Stelae Turcicae II. Cimetières de la mosquée de Sokollu Mehmed Paşa à Kadırga Limanı, de Bostancı Ali et du türbe de Sokollu Mehmed Paşa à Eyüb, Tübingen, 1990 ; J.-L. Bacqué-Grammont et N. Vatin, “Stelae Turcicae III. Le musée en plein air de  ile”, Türkische Miszellen. Mélanges Robert Anhegger, Istanbul, 1987 ; Ibid., “Stelae Turcicae IV. Le cimetière de la  bourgade thrace de Karacaköy”, Anatolia Moderna. Yeni Anadolu I (1991), p.7-27 ; J.-L. Bacqué-Grammont et alii, “Stelae Turcicae V. Le tekke bektaşi de Merdivenköy”, op.cit., p. 29-135 ; J.-L. Bacqué-Grammont et N. Vatin, “Stelae Turcicae VI. Les stèles funéraires de Sinop”, Anatolia Moderna. Yeni Anadolu III (1992), p.105-207 (sous presse). []
  5. Cf. Philippe Panerai et alii, Éléments d’analyse urbaine, Bruxelles, 1980. La méthode et les définitions qui nous intéressent ici sont exposées surtout dans le “chapitre I. Croissances” , p. 15-37 (Ph. Panerai). []
  6. Il y en a certainement beaucoup d’autres que nous n’évoquerons pas ici, pour ne pas surcharger le texte. []
  7. Ces rapprochements sont beaucoup plus nettement perceptibles dans les cimetières d’Occident qui, à l’instar des villes de ces régions, manifestent un souci d’urbanisme programmé, tandis que les cimetières d’Orient, jusqu’au milieu du XIXème siècle, se constituent au fil du temps et sans plan directeur. []
  8. Hâfız Hüseyin Ayvansarayî et Ali Satı Efendi, Hadikat’ül-cevâmî, I, Dersaadet, 1281 (1865), p. 228-230. []
  9. Cf. Ph. Panerai, op. cit., p. 34-36. []
  10. Alors qu’entre 1267/1850 et 1318/1900, il y eut 57 ensevelissements, et entre 1319/1901 et 1346/1927, 16 ensevelissements. []
  11. À l’Est du cimetière étudié, se trouve un second cimetière, le Hâmuşan Mezarlığı, qui dépend aussi du mevlevihane. Il est séparé de celui-ci par une rue dont l’existence est peut-être attestée déjà au XVIIème siècle (carte d’Istanbul et de ses environs de 1776 par F. Kauffer) et, plus sûrement, au milieu du XIXème siècle (carte d’Istanbul de 1863 par C. Stolpe). On pourrait donc penser qu’après la saturation de l’espace offert par l’ancien cimetière (plus en vogue, car étant à l’intérieur de l’enceinte du tekke et très près du türbe), celui-ci a franchi en quelque sorte la barrière formée par la rue. []
  12. A. S. Tritton, “Djanaza”, EI 2, II, p. 453-454. []
  13. Deux des enclos sont, en outre, alignés sur l’entrée du türbe. []
  14. Cette recherche est effectuée par une équipe de trois personnes : Dilek Yelkenci, paléographe ; Ekrem Işın, historien ; Aksel Tibet, archéologue. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search