Analyse de l’habitat traditionnel et projets urbains à Sulusaray

La dernière Lettre d’Information de l’Observatoire Urbain d’Istanbul a brièvement rendu compte de la mission consacrée à l’habitat traditionnel et à ses transformations à Sulusaray par une équipe de l’École d’Architecture de Nancy, dirigée par Marcel Bazin, géographe, Monique de Gandillac, anthropologue, et Bernard Pierrel, architecte, à la tête de 13 étudiants, et ayant bénéficié du soutien de l’I.F.E.A.. Nous souhaitons exposer ici les principaux résultats de cette recherche, qui a également fait l’objet d’une communication aux journées de l’A.F.E.M.A.M. à Toulouse en juillet 1992 “Sulusaray : l’accession à la dimension urbaine”, et d’une exposition de travaux d’étudiants présentée en novembre-décembre 1992 à l’École d’Architecture de Nancy et que nous espérons pouvoir montrer par la suite en Turquie.

Sulusaray, dans le département de Tokat, est l’une des nombreuses bourgades anatoliennes qui ont accédé au rang de sous-préfecture en 1989.

Nous y avons relevé plusieurs centres d’intérêt :

  • l’acquisition progressive de fonctions urbaines et ses conséquences sur le développement de l’agglomération ;
  • une architecture traditionnelle caractéristique de la région pontique intérieure, combinant ossature de bois et remplissage de brique crue;
  • l’organisation de la croissance spatiale par un plan d’urbanisme, dans le cadre duquel nous avons élaboré divers projets pour le noyau fonctionnel central ;
  • les problèmes de conciliation entre des objectifs à première vue contradictoires : la préservation et la mise en valeur d’un patrimoine archéologique remontant à l’Antiquité et le développement harmonieux de l’agglomération.

Une bourgade qui s’urbanise

Au point de départ, Sulusaray peut être caractérisée comme un bourg agricole. Ce gros village occupe le centre d’un finage très étendu, dans un site de confluence de la haute vallée du Çekerek Çayı, vers 1000 mètres d’altitude. Le système agricole reste dominé par la rotation blé/betterave à sucre/légumineuses sur les labours, complété par un élevage modeste de gros bétail.

Un certain nombre de fonctions de type urbain sont venues progressivement se greffer sur ce fonds rural :

  • un rôle d’encadrement de l’activité agricole et de première transformation de ses productions, avec la coopérative de crédit agricole, des moulins et concasseurs à blé relayant l’ancien moulin à eau ;
  • la fonction commerciale concentrée dans un marché hebdomadaire du mardi, complété par un nombre croissant de magasins permanents ;
  • des services publics et des administrations : école et collège puis lycée, un dispensaire plus un médecin privé, un bureau de poste, un poste de gendarmerie.

Une municipalité (belediye) a été mise en place en 1987, et l’action dynamique du maire, M. Şahin Hasgül, a abouti en 1989 à la promotion de la bourgade au rang de sous-préfecture (ilçe merkezi) contrôlant un arrondissement de 19 villages, et un sous-préfet (kaymakam), M. Fatih Damatlar, a été installé en 1991. On remarquera en revanche le manque persistant d’activités industrielles malgré l’ouverture récente d’une “petite cité industrielle” (küçük sanayi sitesi) et la modestie du développement touristique lié à la source thermale de Çermik/Ilıcak, village voisin situé à 2 km du bourg.

Cette urbanisation progressive a entraîné une vigoureuse croissance démographique. En une génération, entre les recensements de 1965 et 1990, Sulusaray a vu sa population passer de 1740 à 4377 habitants; elle a donc été multipliée par 2,5 pendant que les villages alentour n’avaient crû que de moins de moitié. Seule la bourgade voisine de Yeşilyurt, promue sous-préfecture deux ans avant Sulusaray, a crû encore plus vite (x 3 en 25 ans).

Les implications spatiales de cette croissance démographique sont quelque peu paradoxales. En effet, on s’attendrait à première vue à voir le renforcement des fonctions urbaines se traduire matériellement par une densification du bâti, avec des constructions à la fois plus hautes et plus serrées, or c’est l’inverse qui s’est produit jusqu’ici ! En effet, la partie ancienne de Sulusaray a été construite sur les ruines de l’antique Sebastopolis et s’est peu à peu exhaussée sur elle-même en un tertre oblong que nous avons appelé “l’ovale archéologique”, densément occupé par les maisons traditionnelles tassées le long de ruelles d’aspect relativement urbain, tandis que les nouvelles extensions sont beaucoup plus lâches.

L’architecture traditionnelle du noyau central

Notre groupe a donc d’abord entrepris l’étude détaillée de l’ovale archéologique central, se divisant en quatre équipes qui ont sillonné l’ensemble de ce quartier ancien, prenant des croquis de l’ensemble des maisons et réalisant des relevés complets de huit maisons et de la mosquée centrale remontant au XIVe siècle et restaurée au cours des années 50. Ces bâtiments traditionnels ne sont pas vraiment anciens, car le tissu urbanisé a été constamment renouvelé par un processus de démolition/reconstruction intégrant des éléments plus anciens, y compris des blocs et fûts de colonnes empruntés aux ruines antiques. En fait, la quasi-totalité des maisons a été détruite par le violent séisme de 1939 qui a anéanti la ville d’Erzincan un peu plus à l’Est. Une seule, située en bordure nord de l’ovale, nous a été présentée comme ayant résisté au séisme, et c’est pourquoi elle avait, dès notre arrivée, attiré notre attention par sa structure particulière : plusieurs bâtiments d’un seul niveau, originellement indépendants, ont été réunis sous un immense toit à quatre pentes. Les autres maisons sont donc plus récentes, construites entre 1940 et le début des années 1980 ; elles ont pour la plupart deux niveaux mais une assise au sol nettement plus réduite.

Le système constructif est partout le même : les bâtiments sont des “maisons-charpentes” à ossature de bois et remplissage de terre. Les fondations, peu profondes, sont faites d’une assise de blocaille de pierre qui dépasse de quelques décimètres du sol et supportent des cadres de charpente, chevillés à l’origine et souvent cloués aujourd’hui. Ces cadres de bois jouent le rôle de murs porteurs et sont remplis de briques crues disposées obliquement entre les colombes. Ils soutiennent le cas échéant les poutres horizontales du plafond du rez-de-chaussée/plancher du premier et une seconde série de cadres correspondant à l’étage, et dans tous les cas l’imposante charpente de bois. Celui-ci peut être à quatre pentes, à deux pentes ou même à une seule pente sur de nombreux bâtiments d’exploitation. Dans ces derniers cas, la partie haute du pignon est souvent laissée ouverte, ou close de planches non jointives, de façon à assurer une bonne aération des combles utilisables pour le stockage des diverses denrées. Le toit est toujours couvert de tuiles; les tuiles canal traditionnelles ont largement cédé la place aux tuiles mécaniques. Certains bâtiments d’exploitation, granges ou étables, ont une structure particulière: des murs extérieurs entièrement montés en briques crues s’appuient sur une carcasse interne de bois.

Le plan des maisons d’habitation est généralement organisé en travées, imposées par le calibrage des poutres. Les maisons les plus simples, construites sur un seul niveau, ont trois pièces parallèles, une entrée centrale menant à deux pièces multifonctionnelles, l’une destinée à accueillir les hôtes extérieurs, et l’autre vouée à l’intimité de la vie familiale. Les maisons les plus nombreuses sont des constructions à deux niveaux. Au rez-de-chaussée, un système de poteaux et poutres permet d’ouvrir sur deux travées de large une vaste pièce dite hayat, c’est-à-dire “cour”, qui abrite de nombreuses activités quotidiennes, et que l’on traverse pour accéder, par un escalier placé au fond, aux pièces de réception situées à l’étage et débouchant parfois sur un large balcon. Grange et étable occupent un bâtiment annexe à disposition variable.

Les extensions périphériques

À partir de ce noyau dense, l’extension s’est faite en étoile le long des chemins. Les nouvelles constructions sont édifiées sur le bout de parcelles beaucoup plus vastes, de forme rectangulaire ou trapézoïdale, allongées entre deux voies. Elles sont généralement plantées sur leur pourtour de peupliers, qui dressent parfois un écran juste devant les maisons construites après coup. Les nouvelles extensions s’opposent au centre ancien à la fois par leur disposition linéaire et par leur caractère discontinu. Les bâtiments se partagent entre constructions traditionnelles et “modernes” en brique cuite et béton : les deux types correspondant d’artisans, ahşap usta “maîtres artisans” du bois ou charpentiers, et beton usta “maîtres du béton”, continuent à œuvrer côte à côte malgré le déclin relatif des premiers. Des plans-types sont fournis par le service technique de la municipalité pour les maisons modernes, y compris un modèle de ferme d’élevage qui se répand progressivement à travers tout le pays : la maison d’habitation sur le devant de la parcelle est prolongée par un long bâtiment rectangulaire juxtaposant la grange et l’étable.

De plus, le centre de gravité de l’agglomération se déplace, car les extensions ne se font pas de manière égale dans toutes les directions, sous l’influence de facteurs répulsifs et attractifs opposés. Les terres très humides du confluent à l’ouest-nord-ouest et les bonnes terres agricoles sur la rive nord du Çekerek Çayı, au-delà du pont romain, font obstacle à l’urbanisation. Inversement la nouvelle route asphaltée qui vient de Tokat et contourne l’agglomération au sud-est en direction de la station thermale de Çermik joue de façon très classique un rôle attractif : les trois voies rayonnantes qui raccordent le pourtour de l’ovale central à cette rocade sont les principaux axes de développement de l’agglomération, surtout la voie est-ouest qui constitue la véritable entrée du bourg ; c’est d’ailleurs elle qui a été baptisée “avenue Atatürk” (Atatürk Caddesi).

C’est à l’extrémité ouest de cet axe que se forme l’ébauche d’un centre urbain, avec la mairie et l’alignement de boutiques entre lesquelles se tient le marché. Ce lieu est de loin le plus animé de Sulusaray, particulièrement pour la population masculine qui s’y retrouve volontiers au café. Cependant, tous les services et administrations n’ont pas trouvé place dans ce centre ; d’autres se sont dispersés entre différents secteurs de la périphérie : les établissements d’enseignement et la gendarmerie au nord, la sous-préfecture de façon provisoire dans le bâtiment d’une école religieuse désaffectée au sud-ouest, dans une prairie utilisée comme “musée de plein air”, et le dispensaire juste en face, une nouvelle mosquée au sud le long de la voie de contournement.

L’organisation de la croissance

Pour faire face à cette croissance démographique rapide, un plan d’urbanisme a été élaboré par les services centraux d’İller Bankası, la “Banque des Départements”, qui est en fait un organisme gouvernemental chargé de la planification urbaine, et achevé le 26 février 1992. Le Service Technique de la Municipalité a bien voulu mettre à notre disposition ce document qu’elle utilise comme outil de référence pour délivrer les permis de construire et concevoir les projets publics.

Ce plan vise à circonscrire et densifier l’expansion urbaine, avec une volonté de zonage bien marquée :

  • Le tertre archéologique a été classé zone archéologique d’intérêt majeur, ce qui le voue à tomber peu à peu en ruines de façon à être intégralement fouillé… à très long terme. Ceci pose en effet le problème de la compatibilité entre objectif archéologique et développement urbain : convient-il de vider de sa substance le centre traditionnel de l’agglomération pour dégager et mettre en valeur des vestiges antiques dont l’importance reste hypothétique à l’heure actuelle ? Les constructions nouvelles sont interdites… mais restent pratiquées sous couvert de réfection; si certains ont préféré s’installer plus au large de la périphérie, d’autres familles sont très attachées à leur quartier qui reste très vivant.
  • Le souci légitime d’empiéter le moins possible sur les bonnes terres agricoles a conduit à orienter l’expansion spatiale vers le sud, avec l’édification d’un nouveau quartier résidentiel sur le flanc d’une colline stérile. Là, comme dans les zones d’extension existantes, le réseau de voirie dessinerait des îlots plus serrés, tendant à la densification relative d’un habitat qui resterait cependant assez lâche, puisque les constructions ne devraient pas dépasser deux étages et le coefficient d’occupation du sol resterait inférieur à O,60. Tout ceci semble impliquer une refonte du parcellaire dont la mise en œuvre sera très délicate.
  • Le centre urbain sera affirmé et renforcé, avec la possibilité de construire des immeubles plus hauts (jusqu’à trois étages) et plus serrés dans le centre commercial, le transfert du marché vers une vaste place à côté du “terminal” des autobus, et la construction du bâtiment définitif de la sous-préfecture sur une place à côté de la mairie. Mais, tout comme aujourd’hui, certains des équipements participants du rôle du lieu central de Sulusaray ne trouveront pas place dans ce centre et seront localisés nettement à l’écart, les uns à l’entrée du bourg à l’est, à côté de la zone industrielle, les autres dans un vaste périmètre culturel et sportif au sud-ouest.

Ce sont les divers éléments du centre urbain qui ont fait l’objet des exercices de projet confiés aux étudiants en architecture. Certains ont retravaillé le plan-masse de ce secteur central, d’autres se sont contenté de dessiner des propositions pour le marché et le point d’arrivée des autobus ou pour le bâtiment de la sous-préfecture, en prenant en compte leur lecture des formes et des volumes de l’architecture vernaculaire, mais en intégrant parallèlement les techniques contemporaines, y compris les prescriptions antisismiques (poteaux de béton armé renforcés et disposés suivant deux orientations perpendiculaires en alternance).

Quel que soit l’accueil qui sera fait à ces propositions, l’agglomération de Sulusaray, continuera à vivre de son propre mouvement, car les habitants se sont d’ores et déjà ingéniés à infléchir ou contourner à leur profit les dispositions du plan d’urbanisme en ralentissant le dépérissement programmé de l’ovale archéologique et en poursuivant l’actuel schéma linéaire d’extension bien au-delà des limites théoriques du périmètre urbain.



Citer ce billet
Marcel Bazin (1992, 1 décembre). Analyse de l’habitat traditionnel et projets urbains à Sulusaray. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slpy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search