Architecture du bektachisme en Thrace occidentale (au sujet d’un livre récent)

Nicolaos Tzannis (architecte) et Thierry Zarcone (islamologue)

Le livre de Evstratios Zenginê, “Le Bektachisme en Thrace Occidentale ; Contribution à une Histoire de la Propagation de l’Islam sur le territoire grec” (O Bektasismos stê Dytiki Thrakê : Symbolê stên Istoria tês Diadoseôs tou Mousoulmanismou ston Elladiko Hôro, Institute for Balkan Studies, Thessalonique, 1988), est une bonne nouvelle pour l’histoire des études bektachis. Cela pour deux raisons ; la première est que cet ouvrage fait suite, en quelque sorte au livre de Vladimêrou Mirmiroglou (I dervissai, Athènes, 1940) qui nous avait donné du soufisme turc une vision nouvelle, principalement parce que l’auteur avait exploité de nombreuses sources grecques. Mais ce dernier ouvrage restait encore un ouvrage général sur le soufisme. En revanche, l’étude de Efstratios Zenginê porte plus spécialement sur l’histoire sociale et religieuse du Bektachisme dans une zone bien définie et très mal connue jusqu’à présent, la Thrace occidentale, comprenant le nomos de l’Ebre et ceux des Rhodopes et de Xanthês. En plus de son étude sur la pénétration de l’Islam et sur le rôle joué par les derviches colonisateurs en Thrace occidentale, Zenginê s’est interrogé sur les caractéristiques du dialogue islamo-chrétien. Mais il s’est aussi rendu sur le terrain et a publié dans le chapitre 6 de son livre les résultats d’une étude systématique et détaillée des bâtiments, tombeaux et cimetières liés à l’ordre des bektachis qui se trouvent de nos jours en Thrace occidentale. Ce chapitre est une mine de renseignements et nous révèle l’existence de nombreuses richesses historiques et architecturales. En même temps, nous y apprenons que l’histoire du bektachisme n’est pas terminée et que les ayin-i cem se perpétuent dans ces régions.

Il est clair qu’une traduction de cet ouvrage dans une langue plus accessible est à souhaiter. En attendant, nous désirerions donner un aperçu du contenu de cette étude en donnant une traduction de la table des matières de l’ouvrage et nous arrêter plus particulièrement sur ce chapitre 6 Notons que nous n’avons jamais su d’une manière exacte quels étaient les tekke ou les türbe bektachis qui existaient, encore de nos jours, en Thrace occidentale. Nous avons donc trouvé utile, en attendant qu’une traduction de l’ouvrage de Zenginê nous renseignât d’une manière plus complète sur ces tekke, de donner un résumé, le plus détaillé possible, de ce chapitre 6, mais en évitant de rapporter tout ce qui concernait l’histoire de ces tekke, choses que nous savons généralement et en ne retenant que ce qui intéressait l’emplacement et l’état actuel de ces tekke bektachis de Thrace occidentale ainsi que les renseignements que E. Zenginê avait obtenus parmi les populations pomak de ces régions. Précisons que outre ses travaux sur le terrain ou sur les sources grecques et turques imprimées, l’auteur a exploité certains dossiers des archives du Başvekâlet à Istanbul et du Tapu ve Kadastru à Ankara. Toutefois, une seule remarque, l’auteur ne semble pas avoir consulté les sâlnâme du vilâyet d’Edirne qui apportent, sur certains points, quelques précisions non négligeables. Pour donner un peu plus de richesse à ce résumé, nous indiquerons donc, lorsque l’intérêt se présentera, les informations complémentaires que nous donnent les sâlnâme de ce vilâyet.

L’ouvrage comprend 313 pages, un index, une liste des toponymes, les cartes des trois nomoi de Thrace avec la situation des tekke bektachis, un résumé en anglais, une bibliographie, et enfin, ce qui ajoute à la valeur de l’étude de E. Zenginê, 70 photographies. Nous préciserons au cours de ce résumé chaque fois que nous rapporterons les informations concernant un tekke si l’auteur a joint un document photographique.

Un survol rapide de la table des matières nous donnera d’abord une idée assez claire du travail accompli par E. Zenginê et des directions qu’il a données à ses recherches.

Chapitre 1 : Hacı Bektaş et l’ordre des Bektachis

  1. Hacı Bektaş Veli
  2. La fondation de l’ordre des Bektachis
  3. La vie mystique des Bektachis : rituel, degrés et grades, principes et règles de morale, cérémonies et costumes
  4. Influence chrétienne sur le Bektachisme

Chapitre 2 : La situation de l’Église en Thrace avant la domination turque (1261-1361)

  1. les préfectures (eparchia) de Thrace après la domination des Latins
  2. L’intérêt du patriarcat ocuménique pour les préfectures de Thrace
  3. Métropolites
  4. Épiscopat

Chapitre 3 : La propagation du Bektachisme en Thrace

  1. Le sultan İzeddin Kaykaus II et la première société bektachie des Balkans
  2. Les premiers contacts des Turcs avec la Thrace (1305-1352)
  3. L’occupation de la Thrace par les Turcs
  4. Le rôle du Bektachisme dans l’occupation de la Thrace
  5. Les Bektachis entre la turquisation et l’islamisation

Chapitre 4 : Tensions dans les relations entre l’État ottoman et les Bektachis

  1. Les sultans supportent le sunnisme en Thrace
  2. Réactions du Bektachisme face à cette nouvelle politique des sultans
  3. Şeyh Bedreddin et son mouvement contre l’état ottoman

Chapitre 5 : Les conséquences de la politique religieuse des sultans sur les Chrétiens de Thrace

  1. Les mesures anti-chrétiennes prises par les sultans
  2. L’islamisation
  3. Les nouveaux martyrs
  4. Le crypto-christianisme

Chapitre 6 : tekke, chapelles et tombes de saints bektachis

  1. Raisons de la fondation des tekke en Thrace
  2. tekke, chapelles et tombes du nomos de l’Evron
  3. tekke, chapelles et tombes du nomos des Rhodopes
  4. tekke, chapelles et tombes du nomos de Xanthê

Chapitre 7 : Relations d’amitié et coutumes populaires religieuses communes aux Chrétiens et aux Bektachis de Thrace

  1. Relations d’amitié
  2. Coutumes populaires religieuses communes

Voici maintenant les renseignements concernant l’état actuel des tekke bektachis de Thrace occidentale tels que nous les donne E. Zenginê dans le chapitre 6 intitulé “tekke, chapelles et tombes de saints bektachis” (pp. 175-230). Nous suivrons le plan de l’auteur et reprendrons ses têtes de chapitres.

Tekke, chapelles et tombes du nomos de l’Evron

  1. tekke de Seyyid Ali Sultan ou Kızıl Deli (Roussa/Ruşanlar)

Le tekke se trouve à 1,5 km. à l’Ouest du village de Roussa, à 33,5 km. de Soufli/Sofulu et 41 km. de Didymotihon/Dimetoka, après avoir traversé Mikron Dereion/Küçük Derbent. Le tekke fonctionne toujours ; il est le centre des bektachis et des Kızılbaş de Thrace occidentale. L’auteur s’inscrit en faux contre ce qu’ont affirmé certains Turcs au congrès d’Hacıbektaş en 1976, à savoir que le tekke aurait été détruit par les Grecs (p. 179). Il existe une inscription donnant la date de fondation du tekke dans l’entrée de l’édifice central (meydan) du tekke : fondé en 804/1402, réparé en 1170/1759. L’inscription porte le nom de derviş Ali (p. 180) (photo n 1). E. Zenginê fait ensuite l’histoire du tekke (p. 181) et étudie séparément les différents édifices qui le composent.

  • a) Mausolée (Türbe) : c’est un bâtiment en pierre de 11 mètres sur 5 avec un toit en pierres plates. Autour du bâtiment se trouve un petit jardin avec un muret (p. 185) (photo n 2). Le türbe comprend deux parties ; première partie, 4 mètres sur 5, orienté Nord-sud ; seconde partie, 7 mètres sur 5, orientée Est-ouest. La tombe de Kızıl Deli se trouve dans la seconde partie. Il s’agit d’un cercueil de bois recouvert d’un linceul vert. Au-dessous, orientée vers l’Est, se trouve une boite en plastique contenant un fragment du manteau (hırka) de Kızıl Deli enveloppé dans un morceau de tissu rouge. Selon la tradition, ce serait le sang de Kızıl Deli qui aurait teint le tissu. Protégeant le cercueil se trouve une grille en fer, et, au bas, des chandeliers. On peut voir aussi un vase contenant de l’eau de rose. Dans le Türbe, E. Zinginê a distingué cinq inscriptions ; Allah, Muhammed, Ali, Hasan, Hüsein (photos 3 et 4). Sur le mur Nord de l’entrée, se trouve un petit mihrab (p. 186). Selon l’auteur, c’est un élément ajouté par les autorités turques lorsqu’on songea à circoncire les Bektachis. Une autre inscription se trouve incrustée au bas du mur extérieur du türbe (p. 187).
  • b) Le meydan : il se trouve à gauche du türbe et se compose d’un bâtiment carré de 16 mètres sur 16 orienté Nord-sud (photo 5). L’intérieur est divisé en deux parties. L’accès à ces deux parties est actuellement interdit à ceux qui ne sont pas membres de l’ordre. L’auteur n’a pas pu rentrer. Il a tiré des clichés à partir d’une fente qui existait dans un volet de bois. Il écrit qu’il est bien question d’un meydan ; il mesure 12 mètres sur 6 (mesures prises à l’extérieur, car impossibilité de les prendre de l’intérieur). À l’intérieur, l’auteur a pu reconnaître le baba postu, un énorme baton (şifa topuzu) et de nombreux kilims colorés (photo 6). Il n’a pas pu voir quels étaient les autres objets disposés dans cet endroit. La seconde partie de ce bâtiment fait 4 mètres sur 6 et est utilisée comme selamlık ou mihmanodası (salle pour les invités). Mais cette pièce aussi est fermée (photo 7). E. Zenginê a pu constater que des couvertures y étaient entreposées (p. 188).
  • c) la cuisine (aşevi) : elle se trouve devant le türbe. Elle est séparée de l’autre bâtiment en raison de sa forme qui est pentagonale et de sa très longe cheminée (photo 8). L’édifice possède deux entrées, l’une à l’Ouest, l’autre à l’Est. A l’intérieur (40 mètres carrés), se trouve un foyer énorme (ocak) avec 20 casseroles de grande et moyenne taille (photo 9). On voit aussi beaucoup de crochets pour transporter la viande et de grosses cuillères en bois de différentes tailles (p. 189) (photo 10).
  • d) Paşa Konağı : il se trouve au Nord du jardin, à une distance de 70 mètres environ des bâtiments que l’auteur a décrit ci-dessus. Il a deux étages, 20 mètres sur 9, avec des escaliers extérieurs de couleur rouge. Selon la tradition locale, cet édifice aurait été le lieu de résidence du şeyh du tekke, mais selon d’autres traditions, il aurait été employé pour héberger les grands personnages qui visitaient le tekke. La structure du bâtiment et l’agencement de l’intérieur laisse penser à E. Zinginê qu’il s’agissait d’un konak (p. 189) (photos 11 et 12).
  • e) L’abattoir (Kasaphane) : il existe deux abattoirs, l’ancien et le nouveau. L’ancien se trouve derrière l’aşevi. Puisqu’il était trop vieux et inutilisable, on en a construit un neuf récemment. Il est situé derrière et à droite du konak (p. 190).
  • f) l’étable (Ahır) : E. Zinginê note qu’il se trouve de nombreuses étables anciennes et neuves utilisées aujourd’hui par les Bektachis.
  • g) Les deux cimetières (mezarlık) : le premier cimetière jouxte le mur Sud du türbe et l’autre se trouve à environ 100 mètres à l’extérieur du mur Est du jardin. Presque toutes les tombes portent le tâc bektachi à douze tranches. Quelque unes ne possèdent pas les douze tranches mais contiennent des bandes verticales. L’épitaphe d’une de ces tombes indique qu’il s’agit d’un derviche halvetî. Cette tombe là est justement la plus ancienne (1159/1756) parmi les tombes contenues dans ces deux cimetières (p. 190). L’auteur pense que les autres tombes qui portent ce tâc sont des tombes de derviches halvetî. Il ajoute que l’on ignore les raisons pour lesquelles des derviches de cette confrérie ont été ensevelis dans un cimetière bektachi. Les deux cimetières sont de la même époque et aucun n’est réservé à un usage particulier. L’auteur publie (transcription de l’ottoman suivie d’une traduction en grec) quelques épitaphes prises dans ces deux cimetières (p. 191).
  • h) Inscriptions du premier cimetière (pp. 191-193) ; cinq inscriptions (photos 13 à 20).
  • i) Inscriptions du deuxième cimetière (pp. 193-194) ; quatre inscriptions (photos 21 à 24). Se trouve dans ce second cimetière, près d’un ruisseau, une fontaine détruite avec une inscription (1200/1795) (photo 25). Une autre fontaine de débit important, est visible à l’Ouest de l’entrée du jardin du tekke. E. Zenginê indique que, près d’elle, on peut voir un petit pont en pierre (photo 26). La fontaine la plus ancienne serait celle qui se trouve près du ruisseau et derrière le konak (pp. 194-195).

2. tekke du Gazi Ferhat Baba (Didymotihon/Dimetoka) : il se trouve dans la rue Oditheous, près du Müftülük de la ville. Le bâtiment ancien du tekke s’est écroulé en 1963. La même année, on a construit à sa place un petit édifice de 1,5 mètres sur 1,5. Il ressemble beaucoup à une chapelle chrétienne (proskynêtarion) à la seule différence que au lieu d’une croix se trouve un petit minaret. Contre les murs Nord et Sud du bâtiment sont posées quatre pierres tombales. La plus grande porte la date de 1280/1863. E. Zenginê pense qu’il s’agit d’un tekke bektachi car ces pierres portent le tâc à douze tranches (p. 195).

3. tekke de Öksüz Baba (Didymotihon/Dimetoka) : dans le prolongement de la rue Gefiras, exactement au-dessous de la forteresse, se trouvent les restes d’un tekke bektachi. Selon la tradition orale, ce serait celui de Öksüz Baba. L’auteur précise qu’il n’a pas trouvé mention de ce nom dans les archives concernant les tekke de Didymotihon (p. 195).

4. Aşağı tekkesi (Mikron Dereion/Küçük Derbent) : il se trouve à environ 1 km. au Sud-ouest de Mikron Dereion. Il est composé d’un bâtiment hexagonal en pierre avec un toit de pierres plates (photo 27). A l’intérieur, on peut voir une tombe horizontale (au même niveau que le sol), sans tissu la recouvrant, d’un saint bektachi inconnu. Devant la tombe, sont posés deux plaques de marbre à moitié détruites couvertes d’inscriptions (photo 28). Dans la première il y est fait mention d’un Selanikli Etmekçi Baba. Pour E. Zenginê, ces inscriptions n’ont rien à voir avec le saint bektachi enterré là. Peut être ont-elles été transportées du cimetière du tekke. E. Zenginê pense, après avoir noté le nombre important de pierres tombales posées à l’extérieur, autour des murs de ce bâtiment, qu’il y avait autrefois un bâtiment plus important et que le bâtiment nommé tekke que l’on peut voir aujourd’hui était en fait un türbe. Il pense aussi que puisque ce tekke n’est mentionné dans aucune source et qu’il porte le nom de “tekke bas” (tekke aşağı), il est peut être lié au grand tekke de Kızıl Deli qui est effectivement situé plus haut que celui-ci (p. 196). Nous pouvons remarquer que le lien existant entre les deux tekke était déjà mentionné dans un sâlnâme d’Edirne (1310/1892) et que les dénominations de “tekke haut” et de “tekke bas” étaient connues : Derbent-i sagîrde Kızıl Veli dergahı demekle meşhûr Seyyid Ali Hazretlerinin iki mahalda tekyesi olup tekye-i bâlâ tekye-i zîr nâmlarıyla yâd olunurlar bunların ikisinde de Seyyid Ali Hazretlerinin medfûn bulunduğu rivayet olunmaktadır (p. 587).

5. tekke de Gazi Hasan Baba (Sidêrô/Demirören) : Sidêrô se trouve à environ 20 km. au Sud-ouest de Soufli. Le tekke est dans le quartier haut du village. C’est en fait un türbe sans toit. Il se compose d’un bâtiment en pierre de 4 mètres sur 5. Au centre, on découvre la tombe de celui qui, selon la tradition orale, serait Gazi Baba, ou alors Hasan Baba. L’auteur pense qu’il s’agit d’un gazi ayant pris part aux combats qui avaient précédé l’islamisation de la Thrace. Selon E. Zenginê, l’inscription en marbre à demi-détruite qui se trouve là vient d’un autre endroit et ne porte pas le nom de Hasan Baba (p. 196-197).

6. tekke de Çilingir Baba (Haldinê/Yılanlı) : le tekke se trouve à 2 km. au Nord du village de Haldinê. Le türbe appartient aussi à la catégorie des türbe sans toit. Le bâtiment a 6 mètres sur 4 ; au centre se trouve la tombe de ÇilingirBaba. Ce nom est connu uniquement par la tradition orale. Près du türbe on voit un autre bâtiment avec seulement deux murs et un toit, de 6 mètres sur 6, qui est utilisé comme cuisine pour accomplir le kurban lors des fêtes de Saint Georges (Hidrellez) et Saint Dimitri (Kasım). Autour du tekke, à environ 100 mètres de distance, E. Zenginê a reconnu les restes d’un cimetière ancien avec de nombreuses insriptions. L’une des tombes porte la date de 1182/1768 (p. 197).

7. tekke de Sinan Baba : il se trouve à 1 kilomètre environ du tekke de Çilingir Baba. Il est semblable aux deux derniers tekke étudiés ci-dessus, à la différence que le bâtiment fait 6 mètres sur 6 (p. 197).

8. tekke de Hasan Baba : il est à 500 mètres au Nord-est du tekke de Sinan Baba et n’a pas de toit. Il mesure 4 mètres sur 5. Près du tekke se trouve un bâtiment en pierre doté de deux murs et d’un toit comme celui du tekke de ÇilingirBaba (p. 198).

9. tekke des Gaziler : il se trouve à 1,5 km. à l’Est du tekke de Hasan Baba. C’est le plus grand tekke (türbe) parmi ceux qui sont sans toit ; 8 mètres sur 10. Près du tekke on voit un bâtiment en pierre avec un toit semblable à ceux de Çilingir Baba et Hasan Baba (p. 198).

10. tekke de Kayıp Baba : il se trouve à 1 km. au Nord-ouest du tekke de Çilingir Baba, plus précisément à côté du fleuve qui sépare le nomos de l’Evron du nomos des Rhodopes. Il ressemble aux autres türbe sans toit et fait environ 4 mètres sur 3 (p. 198).

11. tekke de ıbrahim Baba (Ferrai/Ferecik) : Il fait partie aussi de la catégorie des türbe sans toit. C’est une bâtisse de pierres de 6 mètres sur 5. En guise de toit il possède une coupole. Aujourd’hui, il est dans un état délabré et n’a plus de portes ni de fenêtres (photo 29). Parmi les deux inscriptions qui se trouvaient au-dessus de la fenêtre du côté Nord-est, l’une a disparu et l’autre est toujours là mais ne porte pas de date. Celle qui a disparu est mentionnée par Ayverdi et Abdürrahim Dede (Tarih ve Memleketim, 1984) (p. 198). D’après cette dernière inscription, le tekke aurait été construit en 1686. L’historien ıbrî qui a visité Ferrai en 1628 ne dit rien de ce tekke. L’auteur en déduit que le tekke a été construit après cette date. Evliya Çelebi, qui vit Ferrai en 1668, note l’existence de deux tekke mais ne donne pas de noms. Hasluck indique que ce tekke fut le premier construit parmi les cinq autres qui se trouvaient dans la région de Ferrai (p. 199).

12. tekke (?) (Potamos/dereköy) : il se trouve à 4 kilomètres d’Alexandropolis/Dedeağaç, vers Avanta. Sur le versant gauche de la colline se trouve une chapelle de Saint Georges que les tsiganes de la région appellent tekke. Ce nom vient du fait que les derviches ont utilisé ce bâtiment comme tekke pendant la domination ottomane bien qu’il fut autrefois une église chrétienne (photos 58, 60). Après la perte de la Thrace par les Ottomans (1913), il a été rendu au culte chrétien. Au-dessus de l’entrée se trouve une date, à côté d’une croix, indiquant que la chapelle avait été bâtie en 1659. Une deuxième date, 1862, se trouve au-dessous et à gauche de cette première date (photo 61). Elle mentionne sans doute, selon l’auteur, une réparation ou la transformation de la chapelle en tekke (p. 199).

13. tekke des Işıklar ou de Nefes Baba (Loutros/ılicaköy) : c’était un des plus grand tekke de l’époque ottomane. Aujourd’hui, note E. Zenginê, il n’en reste que peu de choses. Il est situé au sommet d’une colline, à vingt minutes à pied à l’Est de l’ancienne Trajannopolis. Sur le côté Est de la colline se trouve un bâtiment de 7 mètres sur 7 qui est actuellement une chapelle chrétienne dédiée à la mémoire de Saint Georges et Saint Constantin (photo 59, 67). Elle est en pierre avec un toit en tuile. Au Sud du jardin attenant au tekke se trouve une grande fontaine. A l’Ouest de la chapelle se trouvent des morceaux de pierre provenant d’anciens bâtiments détruits. L’auteur n’a pas trouvé d’inscriptions concernant ce tekke si ce n’est une inscription en ancien grec de lecture difficile (photo 62). Mais les sources turques mentionnent ce tekke. E. Zenginê cite aussi Hasluck et retient que le tekke aurait été fondé peu avant ou après 1361. Il note que Bertrundon de La Brocquière qui a visité la région en 1431 ne dit rien sur ce tekke. Le premier à le mentionner est l’historien ıbrî (p. 199) ; il l’a vu en 1628 et a écrit que celui-ci s’appelait d’abord Işıklar et avait été fondé par Ekmekcizade Ahmet Paşa. Nefes Baba, un des Abdal, aurait résidé là. ıbrî ajoute que Emekcizade lui-même, tué en l’an 1000/1591, fut enterré à cet endroit. Evliya Çelebi a donné une description détaillée du tekke qu’il a visité en 1668 (p. 200). E. Zenginê rapporte la longue description du voyageur (pp. 200-203).

14. tekke de Sancaktar Baba (Makrê/Miri) : il se trouve sur une colline à la sortie de Makrê, lorsque l’on se dirige vers Agia Paraskevê. C’est un türbe de 5 mètres sur 5. Le reste du tekke a été détruit en 1826. E. Zenginê indique que ce tekke est mentionné, en 1871, dans un livre de M. Melirritos sur l’état de l’Église dans la préfecture (eparhia) de Maroneia. Cette description du tekke a un certain intérêt. Il y est dit que avant l’abolition des Janissaires, en 1826, existait à Makrê un fameux tekke que le Sultan Mahmut fit démolir. Le souverain turc aurait fait exécuter aussi son “prêtre”. Il n’en restait en 1871 que le souvenir et quelques murs en ruines. Le terrain aurait été vendu et était encore cultivé à l’époque de Melirritos. Ce dernier ajoute que sur le point le plus élévé de la région se trouvait un petit türbe oùreposait un saint porte-drapeaux ottoman appartenant à quelque secte. Les musulmans respectueux reconnaissaient cette tombe pour un monument sacré (p. 203). E. Zenginê note aussi qu’une description plus ancienne du tekke a été donnée par le capucin Robert de Dreux qui avait visité Makrê en 1666. De Dreux avait écrit que cette chapelle possèdait en son centre un grand cercueil recouvert par un linceul vert. Au niveau de la tête se trouvait un grand turban, extrêmement propre, comme s’il était encore utilisé et, des deux côtés, deux vases remplis de graisse. La graisse, comme le gardien du türbe l’apprit à De Dreux, était utilisée par les malades pour se soigner. Selon ce capucin, se trouvait près du türbe une sarcophage en marbre. Melirritos ajoutait que ce sarcophage servait de citerne à eau pour les ablutions. E. Zenginê précise que l’existence d’un monument ancien près du tekke est très importante pour lui et constitue une preuve supplémentaire au fait que les derviches et spécialement les Bektachis choisissaient pour installer leurs tekke des lieux déja occupés par des temples paiens grecs ou des églises chrétiennes et des ayazma.

E. Zenginê ajoute que d’autres tekke bektachis ont existé dans le nomos de l’Evron, mais ne nous ont pas été conservés, ayant sans doute été détruits en 1826 (p. 204). D’après les sources de l’auteur, ce seraient les suivants :

a) à Didymotihon

  • – tekke de Abdal Cüneyd
  • – tekke de Ahi Denek
  • – tekke de Çakmak Dede
  • – tekke de Develi Dede
  • – tekke de Karagöz Bey
  • – tekke de Yağmur Baba
  • – tekke de Nasuh Bey
  • – tekke de Timurhan eyh
  • – tekke de Hasan Baba
  • – tekke de Sahin Baba ou Sahin Sufî Sultan
  • – tekke de Mürsel Baba
  • – tekke de eyh Müsluhiddin Baba
  • – tekke de Timur Baba
  • – tekke de eyh Demirhan Baba
  • – tekke de eyh Dede Baba

b) à Ferrai

  • – tekke de Ahî Horasan
  • – tekke de Ahî Tura Sah
  • – tekke de Cûyi Dede
  • – tekke de Veli Dede
  • – tekke de eyh Siyah Taccüddin
  • – tekke de Göbekli Saraç Baba

c) à Makri ; les sources mentionnent deux autres tekke ; tekke de Taşlık et tekke de Hızır Baba. Pour ce qui est des endroits oùles bektachis et les Kızılbaş d’aujourd’hui se livrent à des cérémonies, E. Zenginê cite les villages de Korumbos/Harcalı, Anô et Katô Mikraki/Çökekli, Mesimeri/Mesimler etc. Dans ces villages, on ne trouve pas de tekke ou de türbe mais seulement des pierres sur lesquelles on pose des bougies et oùl’on accomplit des sacrifices (p. 207). Au sujet du tekke de Hızır Baba, on peut constater qu’un Salnâme d’Edirne pour l’année 1310/1892 précise que la tombe de Hızır Baba se trouvait au sommet d’une colline dans le village de Taşlık/Petrôta (p. 580).

Tekke, chapelles et tombes du nomos des rhodopes

  1. tekke de Kara Ahmet (Venna/Demir beyli) : le village se trouve à 18 km. à l’Est de Komotênê/Gümülcine en direction de Maroneia. Il est constitué par deux bâtiments en pierre qui se suivent, chacun de 4 mètres sur 5, avec un toit commun. Dans l’un des bâtiments se trouve une tombe, l’autre sert de dépôt. La tombe est un cercueil en bois recouvert d’un linceul vert dont les proportions correspondent à celles d’un humain normal (p. 207). Sur le cercueil se trouvent de nombreux coussins de couleurs différentes. Ce sont des présents religieux offerts par les croyants (photo 32). Aucune inscription ne se trouve dans cet ensemble. Ce tekke n’est pas mentionné dans les archives turques. C’est la tradition orale qui nous a conservé le nom de Kara Ahmad (p. 208).
  2. tekke de Pospos ou Puşpuş (Komotênê/Gümülcine) : il se trouve dans le quartier Pospos, aujourd’hui Neoktista de la ville de Komotênê. Il se compose d’un long bâtiment de 12 mètres sur 5 avec un toit en tuile. Il est situé dans un jardin entouré d’un mur (25 mètres sur 30) (photo 33). Trois pièces indépendantes apparaissent dans l’édifice, chacune ayant un accès sur le jardin. La première pièce est assez grande ; au centre se trouve une tombe. E. Zinginê constate que plusieurs objets sont étalés sur celle-ci ; coussins, tesbih etc. Le plancher est couvert de vieux kilims. Dans un coin se trouvent deux petits vases et quelques chandeliers. Dans la deuxième pièce, on peut voir un foyer de taille moyenne et la troisième pièce est utilisé comme dépôt. A côté de l’entrée du tekke, dans le jardin, il y a une petite porte et, chaque jour, nous rapporte l’auteur, un vieux derviche posait là une bougie. Ce derviche, citoyen de Komotênê, résidait autrefois dans ce tekke. Les musulmans de Komotênê croient que le mot “pospos” signifie postu boş parce que la place du şeyh était inoccupée. E. Zenginê rappelle que dans l’histoire ottomane, on connaît un derviche bektachi qui s’appellait Postinpus Baba. Le sultan Murad ordonna qu’on lui fasse construire un beau tekke près de Bursa. L’auteur estime donc que ce nom de Pospos vient de Postinpus (p. 208), car il existait beaucoup de tekke portant ce nom. Ayverdi écrit qu’il s’agit d’un tekke rüfai (?) (p. 209). Nous pouvons compléter les informations que nous a données Zenginê avec celles qui se trouvent dans un Salnâme d’Edirne (1310/1892) : “Pûstî Bûş Baba. Le sus-cité faisait partie des ulemâ et şeyh de l’époque du Sultan Murad (…) Dans le temps oùces régions furent conquises, il rentra avec les gazi à Gümülcine, choisit la “tarîkat des pauvres” (Bektachisme), s’installa à cet endroit, y mourut et fut enseveli à une place précise dans les alentours du village” (p. 420). Ajoutons que à la suite d’un voyage à Komotênê, en décembre 1988, nous avons trouvé le tekke vidé de ses objets, sans tombe et dans un état de délabrement. Ajoutons que E. Zenginê n’a pas mentionné le cimetière qui compte de nombreuses tombes.
  3. tekke de Ak Baba (Pelekêtê/Bakirli) : le tekke se trouve à 2,5 km. au Sud de Amaxadô. Pour arriver au tekke, les visiteurs doivent d’abord suivre un chemin, puis traverser des champs. C’est un bâtiment neuf en béton, qui a 4 mètres sur 5 environ, sans aucun intérêt architectural. Au centre du bâtiment se trouve une énorme tombe et autour de celle-ci sont placés des candélabres et des vases. E. Zenginê constate qu’il n’y aucune inscriptions pour nous renseigner sur l’histoire du tekke. Les habitants du coin indiquent qu’il a été construit il y a quelques années et qu’existait autrefois, à cet endroit, une simple tombe (p. 209).
  4. tekke de Taşlık (Petrôta/Taşlık) : il s’agit d’une chapelle de Saint Georges de Petroton. On sait que ce bâtiment fut autrefois une chapelle, dédiée au grand martyr Saint Georges, convertie en tekke pendant la domination ottomane. Mais on ignore quand cette église fut transformée en tekke. Toutefois, après la libération de la Thrace, elle redevint une église chrétienne mais cela n’a pas empêché les bektachis de se rendre sur ce lieu comme par le passé. Le bâtiment est en pierre, de 6 mètres sur 8, avec un toit pour la plus grande part en béton. Un mur divise le bâtiment en deux pièces ; toutes deux possèdent une entrée orientée vers l’Ouest (photo 34). Dans la pièce de droite (4 mètres sur 6), se trouve la chapelle de Saint Georges. Pendant la domination ottomane, cet endroit était le coeur du tekke. On trouve en effet dans l’entrée une plaque laissant apparaître le mot Allah. Sur cette plaque se trouve aussi un cercle divisé en douze parties, symbole des 12 imâm du Bektachisme, correspondant, d’après l’auteur, aux 12 apôtres du Christianisme (p. 209) (photo 35). La deuxième pièce, à gauche, sert de dépôt et de misafirhane mais aussi de lieu de prières pour les bektachis (p. 210).
  5. tekke de Süpüren Mahmut Dede (Komotênê/Gümülcine) : il s’agit de la mosquée Süpüren Dede de Komotênê. E. Zenginê ignore quand le tekke fut transformée en une mosquée. A droite de la mosquée, dans la rue Kersovleptou, n 4, propriété de Thanasê et Chrisoula Mêtroglou, ex-propriété Karamuratoglou, l’auteur a trouvé les restes d’une tombe et a lu sur un énorme fragment : “Süpüren Dede ruhuna”. Il en a conclu que cette tombe appartenait autrefois à un tekke qui se trouve mentionné dans le document n 167 du Başvekâlet de Contantinople : “Süpüren Kasap zaviyesi”. Dans le même document, se trouverait des précisions sur des biens donnés au tekke au titre de vakıf ; trois magazins, deux vignes etc. (p. 210). Dans un Salnâme d’Edirne pour l’année 1319/1901, il est précisé que Süpüren Dede reposait dans le quartier autrefois nommé “Yenice” (p. 1040).
  6. tekke des Üç Gaziler (Chloê/Hebilköy) : Ce complexe est presque entièrement démoli et se trouve en territoire bulgare, à trente mètres de la frontière grecque (photo 37). Il se trouve sur un des sommet des Rhodopes à environ 100 km. à l’Est de Chloê, à une hauteur de 1200 mètres (p. 211). Quelques türbe appartenant au tekke sont toujours sur le territoire grec et sont presque situés sur la ligne de la frontière. Il n’y a pas d’inscriptions. Au sujet du nom du tekke, les habitants de Chloê ont expliqué à E. Zenginê que l’endroit qui se trouve à l’Est de Chloê, où se fait la fête de Kırk Kurbanı, s’appelle Kırklar ılleri. Le lieu oùse trouve le tekke et les türbe est appellé Gaziler. Lorsque E. Zenginê a demandé quels étaient les gazi qui se trouvaient enterrés là, ils lui répondirent “on ne fait pas dedifférences, tous sont un ; c’est symboliquement que trois tombes ont été construites”. Ainsi certains nomment le tekke Üç Gaziler, d’autres Kırklar. Hormis les ruines du tekke, E. Zenginê signale que à un kilomètre de là et parrallèlement à la ligne de la frontière, se trouvent les restes d’un autre bâtiment qui est aussi un türbe (p. 211).
  7. tekke de Kamber Baba : il se trouve au mileu de la route qui va de Anô Kampê à Katô Kampê. Le bâtiment fait 4 mètres sur 5 et appartient à la catégorie des tekke privés de toit.

E. Zenginê note que parmi les autres tekke de ce nomos mentionnés dans les sources, mais n’existant plus aujourd’hui, on peut compter :

a) A Komotênê :

  1. tekke de Konukçu Semşeddin
  2. tekke de Ahi Evren (mentionné sous le nom de zaviyesi Ahi Evren tasarruf Bayazid Dabah dans un document de 1530)
  3. tekke de Börekçiler (p. 211)
  4. tekke de Ahi Ali (selon Ayverdi, tekke construit au XVIIe siècle)
  5. tekke de Hacı Baba
  6. tekke de İman Dede du village de Değirmen Dede
  7. Selon Evliya Çelebi, se trouvait à Komotênê un tekke fondé par le général Evrenos mais on ne le trouve pas mentionné dans les autres sources.
  8. Tombes en plein air : dans ce nomos, hormis les tekke mentionnés, se trouvent de nombreuses tombes de saints bektachis en plein air. Elles sont fréquentées par les bektachis et les Kızılbaş de la région. Ces tombes sont :
  • Tombe de Ali Baba à Anô Kampê/Yukarı Kamberler ; elle se trouve au Sud-est du village et est faite en pierre (3 mètres sur 2). Elle ne possède pas d’inscriptions. Dans l’entrée du village se trouve un ancien cimetière avec des tombes possédant des inscriptions. L’auteur ajoute qu’elles sont placées près d’une fontaine où, le jour de la fête d’Ali Baba, les femmes pomak se baignent avant que le soleil ne se soit levé (p. 212).
  • On trouve une autre tombe assez connue attribuée à Ali Baba, dans la même région, à mi-distance de Anô Kampê et Katô Kampê, près du tekke de Kamber Baba (p. 212). Les habitants de Anô Kampê ont dit à E. Zenginê qu’il s’agissait de deux saints bektachis différents.
  • Tombe de Seyyid Derviş Ali près de Lambro/Satıköy. Elle se trouve au sommet de la colline située au Nord-ouest de Lambro, à une demi-heure à pied du village (photo 38). Elle a été restaurée en 1978 par les habitants de Vagria/Balafar. Celui qui s’est occupé de la restauration a fait fixer la plaque ancienne qui est écrite en caractères arabes. Elle porte : “Merhum Seyyid Derviş Ali, Ruhu içün, 1188/1774” (p. 213) (photo 39).
  • Les tombes des Gaziler à Nikêtes/Gaziler de Aryana/Kozlukepir. D’après les informations que les habitants de Aryana ont fournis a E. Zenginê, trois tombes portant le nom Gazi se trouvent dans leur région. Deux d’entre elles sont situées dans le bois de Nikêtes et la troisième est située dans un lieu appellé Yaran, près du village de Sappes et au bord de la route nationale Komotênê-Alexandropolis. A gauche de la route qui relie Arriana à Nea Santa, se trouvent deux semblants de tombes qui portent les mêmes noms de Gaziler. Elles se trouvent côte à côte et sont entourées par un mur circulaire de 1 mètres de hauteur (photo 40). Pour E. Zenginê, il s’agit de tombes vides (p. 213).
  • Tombe de Kesik Baş Baba à Komotênê. Elle se trouve dans la rue Marathônos, près du consulat turc, sous un arbre énorme (photo 41). Un Salnâme d’Edirne (1319/1901) indique qu’elle se trouvait dans le quartier autrefois nommé “Hacı Yavaş” (p. 1040).

(à suivre)



Citer ce billet
Thierry Zarcone (1992, 1 juin). Architecture du bektachisme en Thrace occidentale (au sujet d’un livre récent). Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slpv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search