Un architecte italien à Istanbul : Gaspare Fossati (1809-1883)

Laurence Ammour, IFEA, Istanbul

L’activité de Gaspare Fossati à Istanbul s’étend de 1837 à 1858. Durant cette période sont proclamés les décrets des Tanzimat (1839) qui concrétisent la volonté du gouvernement ottoman d’occidentaliser l’Empire et sa capitale , en favorisant, en matière d’urbanisme, l’action des architectes et ingénieurs européens. Suite aux grands incendies qui ravagent la capitale au 19e siècle, on assiste au remodelage du tissu urbain des zones sinistrées, induisant la mise en œuvre de plans réguliers conformes à l’européanisation de la cité impériale. La tendance néo-classique importée d’Europe par les architectes occidentaux s’amorce clairement dans l’architecture des nouvelles constructions à Istanbul.

Dans ce contexte, un jeune professionnel comme G. Fossati, formé à l’Académie des Beaux-Arts de Brera et de Milan, à la fois architecte, peintre, dessinateur et décorateur, va pouvoir faire ses preuves au service du Sultan.

Il est vrai que lorsqu’il arrive à Istanbul en 1837, il a déjà été architecte officiel de la Cour de Russie et qu’il a travaillé au Département Impérial de la Construction à Saint-Pétersbourg durant quatre ans. Dans cette ville il a construit la maison Berdenaki sur la perspective Nevski, il a restauré une église russe et réalisé le catafalque pour l’Empereur Ferdinand 1er d’Autriche ainsi que le monument funèbre pour l’Ambassadeur J.E. Tatitcheff1.

Son transfert à Istanbul se fait à la demande du Tsar Nicolas 1er. Il est envoyé dans la capitale ottomane avec un passeport russe pour y dessiner les plans de la future Ambassade de Russie.

La construction d’un nouveau palais pour sa légation permet au souverain russe d’affirmer symboliquement son prestige sur les rives du Bosphore, à la suite de ses campagnes victorieuses contre la Turquie en 1827,1829 et 18332. Pour ce faire, il débourse un million de roubles, somme énorme pour l’époque. La pose de la première pierre se fait le 16 septembre 1838 et les travaux s’échelonnent sur une dizaine d’années.

La culture classique de Gaspare Fossati est très présente dans cet édifice. Son caractère monumental est comparable à celui des bâtiments russes érigés à Saint-Pétersbourg entre la fin du 18e siècle et le début du 19e siècle. En outre, de par sa position dominante sur la colline de Péra surplombant le Bosphore, il doit être le témoin de la puissance de la Russie tsariste. Suite à cette réalisation, Fossati se verra nommer « Architecte Officiel de la Légation de Russie ».

Dans l’atmosphère de foisonnement architectural de cette époque et d’ouverture culturelle vers l’Europe, Gaspare Fossati séjourne à Istanbul plus longtemps que prévu et diversifie son activité. Avec son frère Giuseppe3, lui-même architecte, il installe son atelier à Galata.

La construction de l’Ambassade de Russie a pour effet d’attirer l’attention du Sultan Abdül Mecid et va dans le sens de ses préoccupations d’occidentalisation de la capitale ottomane.

Les autorités font appel à Fossati pour participer au Conseil des Travaux Publics et il devient conseiller au sein de nombreuses commissions pour la construction et la prévention contre les incendies4.

De plus, le gouvernement turc lui commandite deux projets ambitieux : celui de l’Université et celui de la Nouvelle École Impériale dite « Empire des Sciences, Dar-El-Fenum ».

L’Université, presque entièrement construite en bois, fut probablement édifiée entre 1845 et 1847 aux abords de Sainte Sophie. Elle ne fut jamais utilisée comme université mais fut occupée par les troupes françaises et anglaises alliées de la Turquie durant la guerre de Crimée5. Elle devint ensuite le siège du Ministère de la Justice. En 1933, elle fut complètement détruite lors d’un incendie.

Quant à la Nouvelle École Impériale, elle fut projetée en 1846 et, selon les informations disponibles, elle fut probablement érigée sur la place At-Meydanı.

Le gouvernement avait déjà sollicité Gaspare pour des réalisations prestigieuses. En 1841, ce fut le projet pour l’hôpital militaire du Ministère de la Guerre à Sultan Beyazıt. Selon une note écrite par Fossati lui-même résumant les travaux éxécutés entre 1840 et 1853 au service du gouvernement ottoman, ce projet aurait été réalisé6. En 1846, ce fut le projet pour le Nouveau Théâtre Impérial destiné à la Cour ottomane, dont on ignore s’il a été réalisé.

Mais la plus grande contribution de G. Fossati à l’architecture d’Istanbul aura été la restauration de Sainte-Sophie commanditée par le Sultan et son Grand Vizir Reşit Paşa et dont les travaux durent de 1847 à 1849.

Aidé par son frère Giuseppe et son beau-frère le peintre Antonio Fornari, employant une centaine d’ouvriers, il consolide la structure entière de l’édifice. Il restaure les stucs extérieurs. A l’intérieur, il replace les revêtements de marbre et refait faire les mosaïques à l’aide de plâtre peint. Il redresse les douze colonnes de l’exedrae qui penchaient dangereusement. Enfin il réalise la loge du Sultan.

Bien qu’il soit toujours officiellement l’architecte de la légation russe, il poursuit son activité de professionnel indépendant et honore les commandes des autres légations étrangères. C’est ainsi qu’il réalisera les Palais de Hollande, d’Espagne et d’Autriche. Les témoignages relatifs à ces constructions sont entre autre fournis par les remerciements honorifiques adressés à l’architecte par les services diplomatiques des pays respectifs. Cependant, il ne nous a pas été possible d’en savoir plus sur les plans de ces projets.

La reconstruction de l’église de Saint-Pierre à Galata, commanditée par les Dominicains, fait également partie des travaux remarquables exécutés par Fossati à Istanbul.

Parmi les autres projets préparés par l’architecte italien, on trouve aussi ceux qui ont trait à des édifices publics :

  • – le Nouveau Théâtre Italien, ou Théâtre Nahum du nom de son directeur, érigé en 1846 sur l’emplacement actuel de la Cité d’Europe à Péra. Il fut détruit cinquante ans plus tard dans un incendie ;
  • – le Café d’Orient, projeté vers 1850 dont on ne sait s’il fut réalisé ;

Quant à ses projets pour les particuliers, ils ont été les suivants :

  • – la restauration du Çinili Köşk en 1845, devenu aujourd’hui le Musée des Céramiques ;
  • – la résidence secondaire du Grand Vizir Reşit Paşa7 sur le Bosphore en 1847 ;
  • – la Casa Italiana, vers 1850, villa probablement construite sur le Bosphore, qui rappelle quelque peu les maisons vénitiennes sur le Grand Canal ;
  • – la Vakit Odası, pavillon qui devait faire partie des dépendances impériales de Sainte-Sophie. « La construction était une ‘chambre du temps’ avec une série d’horloges à pendules disposés entre les colonnes (…) ». Le projet remonte vraisemblablement à l’époque de la restauration de la mosquée impériale, mais on ignore s’il a été réalisé.
  • – la maison du Dr. Spadaro, en 1851, située au Petit Champ des Morts à Péra.

La diversité des projets (exécutés ou non) assurés par Gaspare Fosssati est nette. Il ne s’est jamais spécialisé dans un type d’édifice et a, au contraire, toujours gardé un champ d’action ouvert et varié.

Sa polyvalence et son éclectisme se retrouvent aussi dans l’intérêt qu’il porte non seulement à l’architecture, mais aussi à l’archéologie.

« Durant les excavations pour les fondations de l’Université, à l’emplacement de l’antique sénat romain, vinrent à jour plusieurs pièces archéologiques que Fossati dessina et étudia. Une telle attention pour les découvertes archéologiques confirme l’érudition classique et la profonde connaissance de l’antiquité que l’architecte avait acquises en exerçant sur la zone de relevé des monuments de Paestum et durant les fouilles de Pompei, Herculanum et Rome ».

Sa formation pluridisciplinaire lui confère la faculté d’aller au-delà des questions purement architecturales et lui permet de verser dans la décoration et l’ameublement. Il dessine des objets pour eux-mêmes et projette des constructions isolées, köşk ou türbe, comme des objets artistiques.

En outre, sa propension à se faire le témoin de son environnement à travers les dessins, les peintures et même le Daguérrotype, lui permet de « capter la réalité pour réussir à se planter dans un monde si nouveau et si différent du sien. L’étude de l’environnement lui est indispensable pour pouvoir ensuite insérer harmonieusement ses propres constructions. C’est dans ce but qu’il utilisera aussi la photographie comme instrument de travail et pour la mémoire ».

À partir du moment où ses projets concernent des édifices ottomans, et tout au long de sa carrière stambouliote, on observe chez l’architecte un glissement du style néo-classique vers l’orientalisme. Ainsi ses dessins de türbe représentent un compromis significatif entre l’orient et l’occident. Parti de l’antiquité classique et du répertoire palladien, il aboutit à la réalisation de projets nettement empreints de sa fascination pour l’Orient byzantin et ottoman. « Ses études sur l’art byzantin, ses nombreux dessins de détails architectoniques et de mosaïques de Sainte-Sophie montrent avec quel intêret celui-ci (Fossati) aborda cette culture encore peu connue » .

  1. Ailleurs en Russie : une église italienne à Moscou, une église catholique à Kronstadt, la résidence du maréchal Narichkine en Crimée, le cottage pour le Comte Zavaradovski, la résidence secondaire du Baron de Mayendorff, et un hôpital militaire. Notons que, alors qu’il est en activité à Istanbul en 1837, il envoit en Russie, un projet pour le pont sur la Neva. []
  2. Il s’agit de la bataille de Navarino (20 octobre 1827), du traité d’Edirne (14 septembre 1829) et du traité de Hünkâr İskelesi (8 juillet 1833). []
  3. Pour sa part, Giuseppe se chargea de la construction de l’église Santo Stefano, de plusieurs maisons pour des étrangers, d’un yalı, d’un café et même de bains publics à Bursa. []
  4. Il a également été consulté par l’architecte italien Barberini en 1866 -alors même qu’il n’était plus à Istanbul- au sujet de la restauration de Cemberlitaş (ou Colonne Brûlée) qu’il avait étudié quelques années auparavant. []
  5. Dans une lettre datée du 27 mars 1855 émanant du Ministère des Affaires Étrangères de l’Empire Ottoman adressée à l’Ambassade de France, Giuseppe Fossati est autorisé à démarrer les travaux de transformation de l’Université en hôpital militaire français. []
  6. Gaspare Fossati, Architetto Pittore, Pittore Architetto, catalogue de l’exposition, Municipio di Morcote, Fidia Edizioni d’Arte, 1992, p. 118. []
  7. Preuve s’il en est de la confiance que le dignitaire avait mise en l’architecte. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. PERRIARD dit :

    Bonjour,

    Pourquoi: « Un architecte italien à Istanbul… » et non pas Un architecte suisse à Istanbul?

    Merci de corriger ou alors de me dire pourquoi il serait italien et non suisse.

    Bonne journée

    • Vous avez tout à fait raison de le signaler.
      Cet article, qui reproduit un document d’archive (Bulletin de l’OUI), est publié tel quel sans retouche ni correction d’erreurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search