Les maisons en pierre de Fener

Prof. Halûk SEZGİN, Université Mimar Sinan, Istanbul

Fener1 est un quartier historique situé de part et d’autre de l’axe Unkapanı-Eyüp et limité d’un côté par Cibali et Balat, de l’autre par la Corne d’Or. Les accès par la muraille qui jouxte Fener se font à travers Aya Kapısı, Fener Kapısı et Balat Kapısı2.

Fener et les Phanariotes

Après la conquête de Constantinople par les Turcs, le Sultan Mehmet III encouragea l’installation des Rum3 à Istanbul, venus d’Asie Mineure et de Thrace et qui donnèrent les noms de leurs propres domaines aux endroits où ils firent souche dans la ville. De même, les familles aristocratiques de Byzance ayant émigré dans les îles de la mer Egée, dans le Péloponèse et autres régions de l’Europe du Sud, furent autorisées à revenir s’installer à Istanbul. Yennadios Solarius fut élu Patriarche de cette communauté et l’Eglise Orthodoxe, qui avait auparavant subi l’invasion des latins, fut sauvée et renforcée.

En 1603 le Patriarcat s’installe définitivement à Fener où environ 3% des habitants sont les descendants des plus nobles familles de l’ancien Empire Byzantin. Ce sont des Grecs aristocrates de Morée, Thassos, Samatros et Izmir que les européens (génois surtout) appellent les “Phanariotes”. En effet le nom de Phanar (Fener) date de l’époque byzantine, lorsque un seul phare indiquant ce port de la Corne d’Or se trouvait sur une petite tour de la muraille. Les demeures seigneuriales laissées par les ambassadeurs des pays étrangers sont occupées par cette nouvelle société grecque. Le Grand Patriarche de Jérusalem et le Grand Saint du Sinaï avaient aussi leur siège à Fener4.

Les Sultans Ottomans désignent comme gouverneurs des territoires acquis, des Phanariotes d’origine byzantine. Ces derniers sont ensuite remplacés par les Juifs et les Arméniens comme interprètes officiels de l’État. Parmi eux beaucoup de personnalités comme Mavrocordato ou Spatharis qui obtinrent des grades supérieurs auprès du gouvernement de l’Empire5.

Les maisons de Fener

Un écrivain étranger du XIXe siècle a décrit la région de Fener avec beaucoup d’admiration. Le charme de la perspective des rues, la description des shahnishies en pierre taillée, des corniches en briques dentelées donnant aux rues une atmosphère bien différente des autres quartiers d’Istanbul ont marqué sont récit6.

Presque toutes les maisons d’Istanbul étaient en bois. Celles de Fener étaient en pierre et c’est ce système de construction différent qui nous intéresse.

En général, ces maisons, du point de vue de leur planimétrie, présentent une grande ressemblance avec les édifices unicellulaires de l’époque, comme les bibliothèques, les darülkurra7 et surtout les écoles primaires. La cellule principale, c’est-à-dire la chambre, garde le même système d’aménagement traditionnel que nous pouvons observer dans les édifices datant des siècles précédents. On trouve les mêmes éléments intérieurs dans les caravansérails et les medrese aux XIIIe, XIVe et XVe siècles. Les chambres principales dans les maisons de Fener sont de forme carrée ou rectangulaire. La cheminée se trouve sur un côté de la pièce. Avant d’entrer dans cette pièce il y a toujours une pièce auxiliaire, une sorte de palier. Juste après la chambre, on passe dans un espace séparé en deux par deux colonnes. Par là, on peut atteindre l’espace principal dont le plancher est parfois surélevé. Ces particularités se retrouvent invariablement dans les maisons de Fener et également dans certaines maisons ottomanes en bois.

Celles-ci ne donnent pas directement sur la rue. En effet, la vie se passe au dernier étage alors que le rez-de-chaussée et le premier étage abritent des pièces de service. Les étages supérieurs sont en forme de saillie portées par des consoles en pierre ayant des profils variés. Dans les maisons traditionnelles ottomanes, les relations spatiales entre l’intérieur de l’habitat et le jardin sont fournies par les terrasses qu’on appelle hayat ou sofa. Le même élément, avec son escalier, existe aussi dans les maisons de Fener.

Le système de construction des murs utilise une composition de pierres taillées et de briques. Les dimensions des rangées de pierre varient entre 20 et 30 cm. La pierre employée est une sorte de calcaire très répandu dans toute la Thrace (Küfeki). Quant à la dimension des briques, celle-ci n’est pas régulière ; les épaisseurs peuvent varier entre 3,5 et 4cm, et les longueurs entre 22, 30 et 35cm.

L’état actuel des façades et des murs ne permet pas d’identifier de façon précise la date de construction de ces maisons. Compte tenu de la grande influence qu’ont pu avoir la technique et l’art de la construction byzantins sur la jeune architecture ottomane, on peut se demander si ces maisons ont été construites avant la conquête de Constantinople et donc si leur architecture est d’influence byzantine.

On sait pourtant que jusqu’au XVIIIe siècle il n’existait aucun bâtiment en dehors de la muraille qui longe la Corne d’Or8. D’autre part, nous ne possédons pas assez de vestiges ou de témoins de l’habitat byzantin pour répondre de manière précise. Certains dessins observés sur les fresques byzantines ne donnent que peu d’images de maison, parfois celles d’un édifice rectangulaire de deux ou trois étages avec des rangées de fenêtres. La partie saillante des maisons, visible sur les fresques, n’est pas un élément indicatif, car on peut la retrouver sur presque tous les édifices en Europe et même en Mésopotamie9. Ce qui demeure dans cette architecture, c’est la construction des murs à l’aide de pierres minces et les corniches dentelées en briques.

D’autre part, l’habitat domestique de l’époque présente un aspect simple et modeste dans sa décoration intérieure. Tandis que les maisons de Fener, influencées par le Baroque Ottoman, sont très luxueuses. Les murs intérieurs, les voûtes, sont ornés de moulages et de motifs de style baroque, et parfois de motifs orientaux et d’arabesques. Il se peut aussi que ceux-ci aient été rajoutés durant l’époque baroque ottomane après l’époque des tulipes.

Les maisons de Fener ont subi les incendies de 1745, 1833 et 1918 ainsi que les tremblements de terre de 1752 et 1894 qui ont causé des dommages considérables10. Plus près de nous, l’assainissement de la Corne d’Or a entraîné la démolition de quelques unes de ces maisons dont une dizaine a pu être sauvée. Elles sont pourtant les seuls exemples de maisons en pierre du début du XVIIIe siècle et restent les témoins d’un mode de vie collectif et d’un style architectural auquel chaque groupe ethnique a apporté sa touche.



Citer ce billet
oui (1993, 7 décembre). Les maisons en pierre de Fener. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slq5

  1. En grec : Phanar []
  2. Porte Saint Théodosie, Porte de Phanari, Porte Diplophanarion. []
  3. Meydan-Larousse, Encyclopédie, vol. 10. Rum veut dire Romain. Le nom “rum” indiquait aux XIIe et XIIIe siècles le territoire et les populations de l’Asie Mineure. Mais après le XIVe siècle, on commença à utiliser le mot “rum” pour désigner seulement la population grecque orthodoxe et turque chrétienne orthodoxe de l’état ottoman. []
  4. MAMBOURY Ernst, Guide Touristique, 1951, pp. 370-371. []
  5. MAMBOURY Ernst, op. cit. []
  6. ÉNAULT, Louis, Constantinople et la Turquie, Paris, 1855, p. 372. []
  7. Édifices pour la lecture du Coran. []
  8. Voir les gravures panoramiques de G. Vavassore (1520), Merian (1650) et G.J. Grelot (1680). []
  9. Le Tekfur Sarayı et le Palais de Bouccholeon ne sont pas comparables aux maisons de Fener. []
  10. CEZAR Mustafa, Osmanlı Devrinde İstanbul’da Yangınlar ve Tabii Afetler, Türk Sanati Tarihi Araştırma ve İncelemler, TSTE yayını, nº1, Istanbul, 1963, pp. 327-414. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search