Les espaces verts publics d’Istanbul

Samuel ROBERT, étudiant en Géographie, Reims.

De septembre 1991 à mai 1992, Istanbul et ses espaces verts ont fait l’objet de nos travaux de recherche, dans le cadre d’une maîtrise de géographie dirigée par le professeur Marcel Bazin de l’Université de Reims.

La problématique liée à cette recherche s’est appuyée sur le fait qu’Istanbul, ville très ancienne, est une agglomération en pleine expansion économique et démographique qui connaît actuellement et depuis plusieurs années, de vastes opérations d’urbanisme impliquant la réalisation d’espaces verts. La métropole turque a donc la particularité de présenter des tissus urbains différenciés -quartiers historiques, secteurs rénovés, secteurs réhabilités, quartiers de grands ensembles planifiés, quartiers d’habitat informel, zones industriel-les planifiées et spontanées, …- qui devaient, selon nous, renvoyer à des espaces verts variés tant sur le plan de la qualité (superficie, équipement, esthétique, …) que sur le plan de la quantité.

Notre problématique a également intégré des éléments tels que la tradition et le goût turc pour les jardins ou encore la présence dans la ville de vastes espaces de verdure correspondant aux anciens parcs impériaux (Yıldız, Fethi Paşa Korusu, …).

Partant de ces éléments, notre démarche s’est divisée en deux étapes. L’une descriptive, a consisté à retracer l’apparition des espaces verts en tant qu’équipement public dans l’agglomération d’Istanbul, à faire apparaître leur typologie, leurs différents responsables et à montrer leur répartition à travers la ville. La seconde étape, plus analytique, a concerné l’étude de l’évolution récente de la trame verte. Plus précisément, nous nous sommes attachés à mettre en évidence les changements quantitatifs et qualitatifs dans le “parc” d’espaces verts suite au fort mouvement de création qui s’est vérifié dans les années 1980.

Ce sont les principaux enseignements de cette recherche que nous nous proposons d’évoquer dans les lignes qui suivent. Ils s’articulent autour de cinq points:

  • la lente et difficile apparition des espaces verts publics à Istanbul ;
  • l’existence d’une gamme d’espaces verts fournie mais incomplète ;
  • l’inégale répartition des espaces verts à travers la ville ;
  • le rôle important de la Grande Municipalité parmi de nombreux autres responsables ;
  • quelle politique des espaces verts?

Un équipement récent considéré comme un espace public aménagé dont la composition et la perception tiennent pour une bonne part à l’apport du végétal, l’espace vert est, à Istanbul, un équipement relativement récent.

C’est à la fin de l’Empire Ottoman, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, que les premiers aménagements de l’espace urbain intégrant des éléments de végétation apparurent. Pour l’essentiel, il s’agissait de plantations d’arbres dans des rues nouvellement percées (dans Stamboul, la “ville turque”) ou récemment créées (dans la “ville européenne”, quartiers de Péra et Galata). Ces opérations très ponctuelles correspondaient alors à la volonté du pouvoir de doter la capitale de lieux publics esthétiques, afin de se montrer à la hauteur des villes d’Europe. Néanmoins, il a fallu attendre 1869 pour qu’apparaisse le premier et véritable jardin public. Il fut créé à l’emplacement d’un cimetière catholique -le Grand Champ des Morts- situé à Taksim et que l’on transféra à Þişli. Cet espace vert correspond aujourd’hui à la partie du parc de Taksim qui se trouve entre l’avenue Cumhurriyet et l’hôtel Sheraton. Dès sa création, il devint si populaire que l’on décida de créer un second square en lieu et place du cimetière de Tepebaşı -le Petit Champ des Morts. Ce jardin, disparu depuis, qui venait compléter le parc de Taksim et les quelques rues plantées de Péra et de Galata, fut, comme ces derniers, créé à l’initiative de la Municipalité “autonome” qui avait à l’époque autorité sur cette partie de la ville et qui était essentiellement composée d’étrangers, fait qui a son importance.

Au sud de la Corne d’Or, les autorités municipales étant moins dynamiques et surtout moins argentées, le premier espace vert public n’apparut qu’en 1916. Il ne s’agit pas d’une création de facto mais plutôt d’une transformation puisque ce parc -le parc de Gülhane- faisait auparavant partie du domaine impérial du palais de Topkapı. Il aurait pu être accompagné par la réalisation de nombreux autres jardins publics car plusieurs grands projets d’aménagement faisant la part belle aux espaces verts (exemple du projet de J.A. Bouvard) furent échafaudés au début du siècle. Pourtant, aucun d’eux ne se concrétisa, faute de deniers publics.

Ensuite et jusque dans les années 1930, l’activité urbanistique fut très ralentie ; la ville vit sa population se réduire alors que Ankara mobilisait les forces vives du pays. En 1939 toutefois, on perça le boulevard Atatürk où l’on planta deux rangées d’arbres de part et d’autre de la chaussée et, quelques années plus tard, on agrandit le parc de Taksim (multiplication par trois de sa superficie), suite à la démolition de bâtiments militaires.

Après la seconde guerre mondiale, la ville connut une forte croissance démographique -favorisée par un fort exode rural- et par conséquent une activité urbanistique importante. Cependant, très peu d’espaces verts furent créés en cette occasion à cause de la nécessité d’alors de construire des logements pour accueillir les nouveaux habitants. Des quartiers planifiés (Levent, Ataköy) et d’autres spontanés furent construits sans qu’on ne songea à y réserver des terrains pour de futurs espaces verts. La pression urbaine sur les campagnes environnantes, notamment par les squatters qui s’appropriaient les terres pour construire leurs gecekondu, hypothéqua pour longtemps la création de grands espaces de loisirs à la périphérie de l’agglomération.

Cependant, quelques aménagements de valeur virent le jour tels : le “parc nº2” du plan d’urbanisme dressé dans les années 1930 par le français Henri Prost, situé entre Taksim, Harbiye et Dolmabahçe ; la plantation du bois de Idealtepe en 1973 (rive asiatique) ; et quelques réalisations ponctuelles (square de Sültanahmet, parc du cinquantenaire près de l’Hôtel de Ville, …).

À partir de 1983, par contre, une importante vague de création d’espaces verts “déferla” sur Istanbul. Elle accompagnait en fait une politique de rénovation urbaine aussi dynamique que controversée, concernant surtout les abords de la Corne d’Or. Plus de 1,7 millions de m2 d’espaces verts furent réalisés entre 1983 et 1991, ce qui correspondait à une augmentation de plus de 30% de la surface verte gérée par la Direction des Parcs et des Jardins de la Grande Municipalité d’Istanbul, de loin le principal responsable de cet équipement dans l’agglomération. Ainsi, pour la première fois, l’espace vert fut introduit de façon marquée dans le tissu urbain au point que, même si ces opérations d’urbanisme -lancées par le Maire Bedrettin Dalan- eurent de nombreux détracteurs -“urbanisme bulldozer”, “parcs de pacotille”, …- l’espace vert est devenu une composante repérable du paysage d’Istanbul, de même qu’un espace social ayant un grand rôle.

Actuellement la Municipalité dirige la création de nouveaux jardins publics en front de mer et prévoit la réalisation d’un parc zoologique à Florya. Elle mène également de nombreux travaux de restructuration de certains parcs existants. Malheureusement, il n’en reste pas moins que la surface verte demeure quantitativement insuffisante.

En 1991, dans l’agglomération d’Istanbul, la totalité des espaces verts publics (cimetières exclus) avoisinait les 9 millions de m2. Compte tenu d’une population de l’ordre de 7 millions d’habitants (6,620 millions au recensement de 1990), on peut établir pour cette année là un rapport de 1,3 m2 d’espace vert par habitant… Si l’on inclut les cimetières, dont on sait qu’à Istanbul ils sont incontestablement des espaces verts, on obtient 13,9 millions de m2 pour 7 millions d’habitants, soit un rapport proche de 2 m2 par habitant. Indubitablement, Istanbul n’est pas une ville verte et sa situation est bien plus critique que celle de Paris-agglomération (18m2/hab), de Vienne (25m2/hab), de plusieurs villes allemandes (Dortmund: 123m2/hab), mais proche de celle d’Athènes…

La “gamme” d’espaces verts

La “gamme” d’espaces verts est l’ensemble de tous les types d’espaces publics plus ou poins agrémentés de verdure que l’on trouve dans une ville. Comparée à une gamme type, qui correspond à une typologie complète des espaces verts publics urbains, elle permet de juger de la situation de l’agglomération considérée afin de déterminer s’il existe une distorsion, un déséquilibre structurel, dans la gamme d’espaces verts ou, au contraire, une grande diversité de l’offre de ces équipements.

À Istanbul, la gamme d’espaces verts publics est relativement fournie mais demeure incomplète. En ce qui concerne les espaces verts de récréation, on peut en effet constater que si au niveau de l’unité de voisinage tous les types existent, il n’en est pas de même à l’échelle du quartier et bien moins encore à celle de l’agglomération toute entière. Précisément, dans le premier cas, seul le parc de quartier est un équipement présent à Istanbul et aucun terrain d’aventures, parc multisport ou plaine de jeux ne peuvent être relevés. Dans le second cas, force est de constater le manque sérieux de parcs spécialisés : pas de jardin botanique, de jardin zoologique, de parc omnisports ou encore de parc d’attraction. Il ressort, par conséquent, que les espaces verts sont très peu spécialisés et que l’on joue plutôt la carte de la polyvalence puisque certains parcs, tel Gülhane, juxtaposent des attractions diverses, des animaux, différents petits commerces, etc. Concernant les espaces verts d’accompagnement, presque tous les types sont représentés. On rencontre en effet de nombreux refuges aux abords de la voirie de même que des squares ou de simples pièces de verdure près des monuments ou des bâtiments publics (place de l’Hippodrome, près de l’Hôtel de Ville, etc). Par contre, les zones industrielles ne sont pas équipées de ce type d’espaces verts (coulées vertes, coupures vertes, …). Enfin, les espaces verts cimetières sont largement représentés à Istanbul, aussi bien en périphérie qu’en position plus centrale, notamment près des édifices religieux.

À propos de leur origine, il est intéressant de noter qu’une part importante des espaces verts publics d’Istanbul étaient, à leur création, privés. Il s’agissait pour la plupart de parcs appartenant au Sultan ottoman ou aux personnes exerçant un certain pouvoir sous l’Empire: parcs de Yıldız, de Ihlamur, d’Emirgan, de Fethi Paşa, de Gülhane, de Üubuklu, …Ceci montre à nouveau combien l’apparition des espaces verts publics a été lente à l’origine et demeure un fait récent.

Inégale répartition spatiale et concentration statistique

Possédant peu d’espaces verts au regard du nombre d’habitants, Istanbul est de surcroît le cadre d’une forte inégalité de répartition de cet équipement à travers son tissu urbain.

Les fronts d’eau, nombreux dans cette ville, sont en effet des sites d’implantation privilégiés. Les rives de la Corne d’Or sont la principale concentration d’espaces verts d’Istanbul et la région du Bosphore en rassemble davantage en raison de la présence de plusieurs bois (“koru”). Le littoral de la Marmara n’est que ponctuellement aménagé en jardins publics mais leur nombre y est en augmentation.

Par opposition, les secteurs éloignés du bord de mer sont plus pauvres en espaces verts, particulièrement les arrondissements de Gaziosmanpaşa, de Kağıthane ou de Ümraniye (secteurs de bidonvilles), de même que le quartier de Levent.

Les cimetières sont quant à eux globalement localisés en arc de cercle autour de la vieille ville depuis l’ouest des Murailles de Théodose jusqu’à l’est d’Üsküdar (Karacaahmet), en passant par l’ouest et le nord de Beyoğlu (Kasımpşa, Şişli, Zincirlikuyu). Cette disposition est un héritage de l’ancienne tradition d’enterrer les morts en dehors de l’enceinte de la cité. Néanmoins, on peut noter que les cimetières sont tout de même relativement dispersés à travers l’agglomération et sont, dans bien des quartiers, les seuls espaces de verdure d’accès et de propriété publics.

À l’échelle de l’arrondissement, l’inégalité de répartition des espaces verts est également observable. Ces derniers sont préférentiellement situés près des monuments, des bâtiments publics ou encore des principales voies de circulation. Leur rôle d’accompagnement, de valorisation de certains éléments du tissu urbain semble en effet prendre le dessus sur celui d’espace social et de loisir, malgré une fréquentation quasi permanente. Il est en effet rare de trouver de véritables espaces verts en plein cœur des quartiers ou des unités de voisinage.

À cette inégalité de la distribution des espaces verts vient s’ajouter un sérieux déséquilibre en terme de répartition par taille. La mise en relation des pourcentages cumulés du nombre des espaces verts avec les pourcentages cumulés de la surface verte qui leur correspondent, autrement dit l’analyse de la concentration statistique, montre effectivement que, en ce qui concerne les espaces verts gérés par la Grande Municipalité d’Istanbul, 4% seulement d’entre eux rassemblent 50% de la surface verte… Structurellement, la gamme d’espaces verts est donc très contrastée. On y trouve une multitude de petites pièces (84,1% des espaces verts ont moins de 38 000m2) et peu de grands parcs. Cet état de fait s’explique largement par la forte proportion de refuges et d’autres petits espaces verts d’accompagnement de la voirie dans le nombre total. On peut par conséquent considérer que les espaces verts “utiles” sont encore moins nombreux que ne le suggère le rapport de 2m2/hab.

Différents responsables, un seul véritablement important

À constater les carences de l’équipement en espaces verts d’Istanbul, on peut se demander qui sont les responsables capables de mener une politique verte susceptible d’améliorer la situation. On pense bien évidemment à la Grande Municipalité, déjà citée, mais il existe en réalité plusieurs responsables, lesquels ont différentes attributions et qui ne se concertent pas pour un éventuel schéma vert. Cette diversité des autorités gérant des espaces verts est liée aux différences de ces derniers, tant sur le plan de leur statut que sur celui de leurs origines. Ainsi dépendent-ils de la Municipalité du Grand Istanbul, des municipalités d’arrondissement, des services responsables des palais impériaux, du Touring Automobile Club de Turquie, etc.

En terme de surface, la Municipalité du Grand Istanbul est de loin le plus grand gestionnaire. La Direction des Parcs et des Jardins, qui a la charge de près de 700 ha, s’occupe d’entretenir et des créer des espaces verts d’accompagnement et de récréation en conformité avec les orientations de la Direction Municipale de la Planification. Elle se divise en onze circonscriptions d’action qui travaillent chacune sur une partie de la ville. La Direction des Cimetières gère quant à elle, à travers trois circonscriptions, 194 cimetières dont 141 musulmans, totalisant un peu plus de 490 ha.

Les vingt municipalités d’arrondissement sont toutes responsables d’un certain nombre d’espaces verts. Néanmoins, toutes n’ont pas un service particulier les concernant (exemple : Beyoğlu) tant ils peuvent être en nombre restreint. L’action de ces éventuels services est identique à celle de la Direction des Parcs et des Jardins excepté qu’elle ne peut pas se vérifier en certains endroits dont l’aménagement est réservé à la Grande Municipalité (exemple: le long des grandes artères de circulation). Au total, les municipalités d’arrondissement ont la charge d’environ 200 ha.

Les différents palais impériaux que compte Istanbul sont entourés de parcs de grande qualité esthétique qui sont sous la responsabilité de services particuliers. Ce sont des espaces verts publics dont l’accès est conditionné par l’acquittement d’un droit d’entrée. Le palais de Topkapı (parc de 71 000 m2) possède ses propres services tandis que les divers autres palais (“milli saraylar”) sont rattachés à une Direction des Palais Nationaux dépendante du Parlement de la République Turque. L’ensemble des jardins d’origine impériale équivaut à près de 30 ha.

Les fondations pieuses (“Vakıflar”) sont également responsables d’un certain nombre d’espaces verts: des petits cimetières et quelques jardins disséminés dans le tissu urbain. Leur action sur ces derniers est très réduite car leurs moyens sont limités. Les seuls jardins étant de leur ressort et ayant un aspect correct sont ceux entourant les grandes mosquées (Süleymaniye, Sültanahmet,…) et dont l’entretien est assuré par la Direction des Parcs et des Jardins de la Grande Municipalité, à titre gracieux. La surface totale d’espaces verts dépendant des fondations nous est inconnue.

D’autres responsables sont également à considérer tel le Touring Automobile Club (parcs de Fenerbahçe, de Büyükçamlıca,…), les universités (du Bosphore, d’Istanbul, de Yıldız, de la Marmara, etc, possédant de beaux parcs sur leurs campus) et la Direction Régionale des Forêts. Toutefois, dans le cadre strict de l’agglomération d’Istanbul, ces corps administratifs ou organisations n’ont pas beaucoup de compétences en matière d’espaces verts.

La Grande Municipalité apparaît donc comme la seule autorité capable de mener une politique verte cohérente, simplement parce qu’elle contrôle la majeure partie de la surface verte et qu’elle a compétence sur l’ensemble de l’agglomération.

Une politique verte ?

Parler de politique verte est sans doute un peu fort pour évoquer les opérations dirigées par la Grande Municipalité. Ce que l’on peut dire, c’est plutôt que la Direction des Parcs et des Jardins, en liaison avec le service municipal de la planification, se donne des priorités, des objectifs en matière d’aménagement et de restructuration d’espaces verts. Ceci est par conséquent sensiblement différent de ce que l’on entend par politique verte (établissement d’un comité réunissant divers acteurs de l’aménagement urbain, cartographie du patrimoine existant, définition d’un plan ou schéma vert,etc). Si actuellement on tend toutefois à mettre en place une telle organisation, beaucoup reste à faire. Comment procède-t-on alors ? Qu’a-t-on fait ces dernières années ? Quels sont les projets ?

Il semblerait que depuis 1983 on fonctionne beaucoup “au coup par coup”. En effet, à partir de cette année-là, la Grande Municipalité s’est engagée dans de vastes travaux de rénovation qui ont permis de moderniser le tissu urbain en créant notamment plus de 170 ha d’espaces verts. C’est principalement sur les bords de la Corne d’Or que ces opérations se sont déroulées, en lien avec la volonté municipale d’alors d’améliorer l’hygiène urbaine et de “rendre les bords de mer accessibles aux stambouliotes”. Le résultat est assez étonnant car le gain d’espaces verts a surtout été quantitatif. La reproduction de modèles standards tout au long du golfe a en effet débouché sur des parcs à l’esthétique fade, souvent mal équipés et dont la végétation est peu variée. En définitive, l’opération de rénovation a permis d’intégrer en masse les espaces verts en plein coeur de la ville, mais ceci de façon assez maladroite et certainement pas comme aboutissement ou élément d’une politique verte.

Aujourd’hui, les réhabilitations et les créations d’espaces verts semblent toujours être décidées sans référence à une stratégie quelconque. Cependant, l’idée de “reconquérir” les littoraux en y implantant des jardins publics a fait son chemin puisque c’est toujours pour respecter cet objectif que les bords de la Marmara font actuellement l’objet d’aménagements de ce genre. Il apparaît donc une certaine continuité dans la démarche suivie par la Municipalité, mais elle n’est qu’apparente car les travaux actuels n’ont pas été clairement définis au départ, en 1983. Par ailleurs, en dehors de cette “reconquête des littoraux”, aucun programme n’a émergé et n’émerge des projets de la Direction des Parcs et des Jardins ni de ceux de la Direction de la Planification.

L’absence de politique verte, si elle pose des inconvénients, ne doit cependant pas cacher un changement relativement notable qui s’est vérifié récemment au service des espaces verts. Précisément, la façon de concevoir un nouveau jardin public a considérablement évolué. En effet, de plus en plus celui-ci est envisagé comme un espace social ce qui se traduit par des consultations du public, des réunions d’information, etc, afin de prendre en compte les souhaits des futurs usagers quant à la composition du nouvel espace vert. Cette nouvelle façon de faire ne manque pas de signification car elle semble indiquer que l’on considère plus cet équipement avant tout comme un facteur d’embellissement de la ville. Il pourrait ainsi en découler le fait de choisir d’implanter des jardins publics au cœur des quartiers et non plus seulement aux abords des principales voies de communication et des grands monuments.

Pour l’heure, les responsables ne travaillent toujours pas à l’établissement d’une politique verte. Quelques grands projets tels l’implantation d’un zoo dans le parc de Florya (Atatürk Korusu) et la réalisation d’un grand parc avec section botanique, théâtre de plein air, piscine, etc, à Ikitelli, dans le cadre d’une grande opération d’urbanisme, sont en passe de voir le jour mais demeurent isolés. Aussi, force nous est de conclure qu’Istanbul est une agglomération où l’espace vert public est rare, de qualité inégale et réparti de façon très disparate. Cependant, pour terminer sur une note optimiste, il convient de souligner que l’espace vert y est devenu une préoccupation d’actualité. Précisément, l’amélioration de l’environnement urbain semble désormais faire partie des priorités de la municipalité, ce qui, si cela se confirme, est de bon augure dans cette ville au tissu urbain complexe et congestionné.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search