Les élections municipales du 27 mars 1994 dans les grandes métropoles et à Istanbul

Les élections municipales, qui ont lieu en Turquie tous les cinq ans, avaient pour objet de renouveler les Maires et Conseils Municipaux au niveau des Provinces (İl), des Arrondissements (İlçe), ainsi que les Muhtar au niveau des quartiers (Muhtarlık), et les Maires au niveau des communes non urbaines (Belde).

Les électeurs ont donc voté cinq fois dans les Provinces dotées d’une “Grande Métropole” (Büyükşehir) et trois fois dans les autres circonscriptions.

  1. Pour le Parti du Maire de la “Grande Métropole” (Büyükşehir Belediye Başkanı) ;
  2. Pour le Parti du Conseil Provincial (İl Genel Meclisi);
  3. Pour le Parti du Maire d’Arrondissement (Belediye Başkanı);
  4. Pour le Parti du Conseil Municipal d’Arrondissement (İlçe Meclisi);
  5. Pour le Muhtar nominalement (sans choix de Parti) dans leur quartier.

Les principaux Partis en lice étaient les suivants :

  • ANAP (Ana Vatan Partisi- Parti de la Mère Patrie), Droite, de M. Mesut Yılmaz, au gouvernement jusqu’en 1992 (Parti de l’ancien Président de la République, M. Turgut Özal);
  • DYP (Doğru Yol Partisi- Parti de la Juste Voie), Droite, de l’actuel Premier Ministre Mme Tansu Ciller ;
  • RP (Refah Partisi- Parti de la Prospérité), Islamiste, de M. Necmettin Erbakan ;
  • SHP (Sol Halk Partisi- Parti Populaire de la Gauche), Social-Démocrate, de M. Ismet Inönü ;
  • CHP (Cumhuriyet Halk Partisi- Parti Républicain du Peuple), fruit d’une scission avec le SHP ;
  • DSP (Demokratik Sol Parti- Parti Démocratique de la Gauche), de M. Bülent Ecevit ;
  • MHP (Milliyetçi Halk Partisi- Parti Nationaliste du Peuple), Droite Nationaliste Pan-Touraniste, de M. Alparslan Türkeş.

Le système électoral prévoit un scrutin à un seul tour. Cela signifie qu’il n’est pas nécessaire pour un Parti d’obtenir une majorité absolue de voix pour être élu. De plus, étant donné le grand nombre de Partis qui se présente, les votes se trouvent dilués et il est alors possible comme on le verra plus loin lors des récentes élections, de remporter une municipalité avec moins de 20% des voix.

On compte quinze “Grandes Métropoles” sur l’ensemble des Provinces de Turquie, dans lesquelles les voix se sont réparties comme suit :
On peut tout d’abord constater que les SHP perd neuf “Grandes Métropoles” sur les 11 qu’il avait en 1989. Par contre, le RP remporte cinq “Grandes Métropoles” contre 1 en 1989 (Konya), dont deux grandes villes symboles de la République et de la laïcité (Ankara et Istanbul). Quant au CHP, nouveau Parti de gauche, remporte une “Grande Métropole”.
Seules trois “Grandes Métropoles” conservent les mêmes résultats qu’en 1989 : Gaziantep et Kocaeli avec le SHP, et Konya avec le RP.
Le Parti du gouvernement actuel (DYP) perd deux “Grandes Métropoles” : Bursa et Erzurum. Il conserve Antalya et remporte Izmir, Eskişehir et Mardin.
L’ANAP qui n’avait aucune “Grande Métropole” en 1989, sort victorieux à Adana et Bursa.

Les résultats montrent que le Refah Partisi opère une avancée importante alors même qu’il n’a obtenu que 18,18% des voix exprimées dans l’ensemble des Provinces (cf. schéma). Cependant, il faut noter également que le nombre des voix octroyées à ce Parti en 1994 a augmenté de 100% par rapport aux élections municipales de 1989.
Le SHP est le plus grand perdant de ce scrutin alors qu’en 1989, il contrôlait la majorité des Provinces. En effet, depuis cinq le SHP dirigeait 40 Provinces contre 10 aujourd’hui.

Suite aux résultats “inattendus” et au “choc” provoqué par l’avancée du RP, les autres Partis pensent qu’il serait bon de réformer le système électoral actuel et de mettre en place un scrutin à deux tours permettant des coalitions au second tour.

Enfin, on notera le recul de la gauche sur l’ensemble du pays. Le SHP qui avait remporté 40 provinces aux élections municipales de 1989, n’en n’a plus que 10 en 1994. Voici sur 11 ans l’évolution des voix octroyées au SHP et la situation de ce Parti pour Istanbul, Ankara et Izmir aujourd’hui.

Total des voix de gauche entre 1983 et 1994 (en %) :

1983 30,5
1984 32,2
1987 33,3
1989 37,7
1991 31,6
1994 24,0

Le SHP dans les trois plus grandes métropoles en 1989 et 1994:

1989 1994 Écart
Istanbul 36,0 19,5 -16,5
Ankara 44,1 26,5 -17,6
Izmir 52,4 27,5 -24,9
Moyenne 44,5 24,5 -19,7

1. Les élections à Istanbul

Sur l’ensemble des 33 arrondissements, la répartition des sièges par Parti est la suivante :

  • le DYP obtient 2 arrondissements ;
  • l’ANAP obtient 9 arrondissements ;
  • le RP obtient 19 arrondissements ;
  • le SHP obtient 3 arrondissements.

On observe donc une avancée significative du RP surtout dans les quartiers les plus pauvres : ceux de gecekondu comme Gaziosmanpaşa (34,10%), Ümraniye (39,36%) et Sultanbeyli (57,90%) ; et ceux où vit la majeure partie de la population venue d’Anatolie tels les anciens quartiers comme Beyoğlu (30,40%) ou Fatih (28,42%).

Excepté Sultanbeyli où le RP obtient la majorité absolue, cette poussée n’est spectaculaire qu’en apparence et ne reflète pas une audience toujours réelle. En effet, bien souvent, le RP n’a remporté les mairies d’arrondissement que de justesse ; c’est le cas pour Güngören où le RP obtient 26,84% des voix contre 26,18% pour l’ANAP, et Beykoz où les pourcentages sont respectivement de 28,95% contre 27,88%. Comme on l’a vu plus haut, le système électoral à un seul tour fait qu’un Parti peut remporter une mairie d’arrondissement sans atteindre la majorité absolue. C’est pourquoi le RP peut conquérir Beykoz avec seulement 1,07% d’écart avec l’ANAP, Güngören avec seulement 0,66% d’écart avec l’ANAP et Sarıyer avec seulement 0,82% d’écart avec l’ANAP.

En outre, ces résultats démontrent une certaine fréquence de proximité de votes entre le RP et l’ANAP (8 cas) et entre le SHP et l’ANAP (8 cas aussi). L’écart réduit RP-ANAP revient dans de nombreux arrondissements et peut révéler de la part des électeurs, soit une volonté de retour au Parti de l’ancien gouvernement de M. Turgut Ozal, soit une aspiration à un changement radical en misant sur un Parti neuf comme le RP qui n’a pas été entaché. Ceci peut aussi traduire une réaction d’hostilité contre le DYP de l’actuel gouvernement plutôt qu’une adhésion au RP en tant qu’alternative à la situation économique critique du moment.

Sur l’ensemble du Grand Istanbul, le RP occupe les arrondissements périphériques. Côté européen : les grandes banlieues de gecekondu, le fond de la Corne d’Or et le nord du Bosphore. Côté asiatique : Usküdar (depuis cinq ans déjà), le nord du Bosphore ainsi que la lointaine banlieue industrielle aux extrémités sud-est de la ville (cf. cartes ci-dessous). La conquête par le Refah du quartier de Beyoğlu représente une percée d’autant plus significative qu’il s’agit de l’ancien noyau européen de la ville (Péra-Galata). L’enjeu était de taille puisque chargé de sens (c’est pourrait-on dire la victoire de l’Anatolie sur le symbole de l’Occident) et pleinement connoté, et à ce titre on peut parler d’une véritable conquête du territoire.
Notons, que durant les premiers jours du mois de Juillet 1994, les élections municipales auront à nouveau lieu dans les arrondissements de Yalova, Fatih et Beykoz, car lors des précédentes élections, le nom du BBP n’était pas imprimé sur les bulletins de vote. Aucun électeur n’a donc pu voter pour ce Parti et les résultats ont été annulés.

2. Les nouveaux maires

A. À Istanbul

M. Tayyip Erdoğan, encore appelé “Mucahit Erdoğan” (“le combattant Erdoğan”) par ses collaborateurs, a fait ses études secondaires au Lycée des Imams puis ses études supérieures à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de l’Université Marmara à Istanbul. Selon lui, la victoire du Refah Partisi est la victoire des femmes. Il proclame que son modèle de gestion est le modèle ottoman, celui du şehremini, littéralement celui à qui l’on confie la ville. Cette idée de modèle ottoman a été émise pour la première fois par Rıza Ulucak, assistant de Necmettin Erbakan (le leader du RP), avec l’idée centrale que tout d’abord c’est l’ordre juridique qui doit régner dans la ville (Kadı-Vali-Hakim), c’est-à-dire que la réglementation doit être aussi fine et aussi précise que possible pour gérer la cité et la vie de ses habitants.

Les projets et réalisations en cours (selon leur stade d’avancement) dont il hérite sont les suivants :

Quatre salles de sport 65%
Restauration de l’acqueduc de Valens 10%
Restauration des murailles 5,5 km
Centre de congrès Lutfi Kırdar 40%
Musée d’art moderne (Feshane) 90%
Zoo de Florya 40%
Foyer 1992 pour orphelins et pauvres 10%
Les Halles 60%
Tour de télévision 10%
Abattoirs 90%
Aménagement du vieux pont de Galata 60%
Abattoirs de Güngören 75%
Projet de canalisation des déchets industriels 30%
Installation réseau chauffage urbain au gaz naturel 40%
Métro 8 km réalisés
Gare routière terminée(*)
Régulateurs Cours d’eau Istranca-Nord en cours
Assainissement des cours d’eau 10%

(*) Non encore en service
(Milliyet du 30/03/1994)

B. A Beyoğlu

Le nouveau Maire de Beyoğlu, Nusret Bayraktar, est âgé de 43 ans et originaire de Rize (Mer Noire). Diplômé en 1976 de la Faculté d’Ingénierie Mécanique de l’Université de Yıldız, il est spécialisé dans les systèmes de chauffage et de climatisation et a travaillé dans de nombreuses entreprises privées et publiques. Il a entre autres participé à la construction de l’Hôpital International d’Istanbul et à la rénovation de l’Hôpital Américain.
Il a monté sa propre usine de thé (Armğan Tea Industry and Trading Company) et en est le Directeur Général.
Il parle français, est marié et a quatre enfants.
Sa carrière politique a débuté au Refah Partisi et il a été candidat lors des élections municipales de 1984 ; il s’est aussi présenté au Parlement à Rize en 1987, puis en 1991.
Depuis 1989, il fait partie du Conseil Municipal de Beyoğlu au sein duquel il représente le RP. Il considère que son Parti doit être le “serviteur du peuple” et veut mettre fin à la corruption et à la saleté qui règnent dans son arrondissement.
Il déclare également qu’il ne fera pas de différences entre musulmans et non-musulmans dans ce quartier pluri-ethnique qu’est Beyoğlu et que ce dernier étant un quartier international, il respectera son héritage historique tout en obligeant les habitants à se conformer aux lois.
Il a l’intention de faire construire un Centre Culturel Islamique et une mosquée sur la Place de Taksim. Par contre, il ne dépensera pas l’argent de la Municipalité pour décorer Beyoğlu pendant les fêtes de Nouvel An, car, dit-il, il y a plus important et plus urgent.
Il prévoit un référendum sur le maintien ou non des maisons closes du quartier.
(Turkish Daily News du 30/03/1994)

C. A Ankara

Né à Ankara en 1948, Melih Gökçeh est diplômé de l’Ecole de Journalisme, Section Economie et Commerce.
Il est entré en politique au Parti du Mouvement Nationaliste.
Lors de la fondation de l’ANAP, il faut l’un des politiciens les plus prometteurs de ce Parti.
Maire de Keçiören en 1984 (dont il est toujours Président du Club de Sport), il perd aux élections municipales de 1989 mais avec le soutien de Turgut Ozal, il se voit confier la Direction des Services Sociaux et de la Protection de l’Enfance.
En 1991, il est député RP à Ankara et depuis lors, il suit de prés les réalisations de la Mairie d’Ankara et se prépare au mandat de Maire de cette ville.

Ses projets pour Ankara sont les suivants :

  • Réalisation d’un Centre Commercial International ;
  • Réalisation d’Equipements Sociaux connus sous le nom de “Projets anti-stress”;
  • Construction des plus grandes installations sportives du Moyen-Orient ;
  • Création de 200.000 emplois par la réalisation de plusieurs zones industrielles ;
  • “Protection” du peuple contre l’inflation.

Notons que le budget pour la ville d’Ankara est de 11 trillions et 152 milliards de TL. Selon Melih Gökçek, “le financement de ces projets proviendra à 75% du secteur privé. Pour les 25% restants, je trouverai moi-même la source. Je sais que le gouvernement me soutiendra pendant au moins un an et que dans un an, le RP sera au pouvoir”.

(Milliyet du 30/03/1994).



Citer ce billet
Laurence Ammour (1994, 20 juin). Les élections municipales du 27 mars 1994 dans les grandes métropoles et à Istanbul. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slqh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search