Rumeli Hisarı et Hisarüstü, les deux faces de l’urbanisation à Istanbul

La croissance rapide de l’agglomération stambouliote pose deux séries de problèmes d’aménagement urbain: d’un côté préserver le patrimoine historique et paysager de grande valeur de quartiers anciens, de l’autre maîtriser les extensions urbaines nouvelles et la densification des quartiers d’habitat spontané développés depuis une génération. Les quartiers de Rumeli Hisarı et Hisarüstü offrent l’avantage de juxtaposer sur une faible distance ces deux types de tissu urbain.

Deux campagnes de recherche ont été consacrées au périmètre englobant ces deux quartiers en 1993 et 1994 dans le cadre du séminaire “Habitats et Cultures” de l’École d’Architecture de Nancy (E.A.N.), en collaboration avec l’Institut d’Aménagement du Territoire et d’Environnement de l’Université de Reims (I.A.T.E.U.R.) et le Département de Géotechnique de l’École des Mines de Nancy. La première a été brièvement évoquée dans la Lettre d’Information nº 4 de l’O.U.I., nous souhaitons rendre compte ici de façon un peu plus détaillée de l’ensemble de ce travail.

Déroulement du travail

L’équipe enseignante associait les trois animateurs du séminaire “Habitats et Cultures”, Monique de Gandillac, anthropologue, Bernard Pierrel, architecte, Marcel Bazin, géographe et directeur de l’I.A.T.E.U.R., et Thierry Verdel, attaché de recherche à l’École des Mines de Nancy, à la tête de deux groupes successifs d’étudiants: 11 architectes et 2 “mineurs” nancéiens et un géographe rémois lors de la mission de 1993 (23 avril-3 mai), de caractère préparatoire, 16 architectes et 2 “mineurs” en 1994 (15-25 avril). Ces deux missions ont bénéficié du soutien financier d’un certain nombres d’entreprises de Lorraine qui ont bien voulu affecter à l’E.A.N. leur taxe d’apprentissage, ainsi que l’Institut Français d’Études Anatoliennes qui a également accueilli le groupe à Istanbul. La Faculté d’Architecture de l’Université de Yıldız, la Faculté des Mines de l’Université Technique et la Municipalité du Grand Istanbul ont apporté leur aide scientifique au projet. En 1994 le muhtar récemment réélu de Rumeli Hisarı, M. Mustafa Kaya, nous a chaleureusement accueillis et nous a mis en mesure de commencer le travail dès avant la réception de l’autorisation officielle du Ministère de la Culture quelques jours plus tard.

À chaque fois, le travail a été préparé en France par une étude globale du phénomène d’urbanisation en Turquie et de l’agglomération d’Istanbul et par la consultation des documents disponibles, y compris en 1993-94 les matériaux rapportés et mis en œuvre par le premier groupe. Le séjour préparatoire du printemps 1993 avait en effet permis de prendre connaissance du quartier et de son insertion dans l’agglomération, de vérifier et compléter le plan au 1/1000 disponible pour Rumeli Hisarı, de multiplier les croquis de bâtiments et d’ensembles caractéristiques, de nous entretenir avec quelques acteurs du processus de construction et de réhabilitation (architecte, entrepreneurs et ouvriers), de choisir un certain nombre de périmètres où l’existence d’espaces vides permettait de concevoir des projets, et de découvrir rapidement le quartier de Hisarüstü sur le versant opposé des collines. C’est sur ce dernier secteur que nous avons pu concentrer nos efforts en 1994, grâce à l’abondance des matériaux recueillis la première années sur Rumeli Hisarı où nous n’avons eu à effectuer que des observations complémentaires. Les étudiants d’architecture répartis en quatre groupes ont sillonné le quartier pour établir un plan-masse de l’existant, forcément approximatif sans mesures topographiques complémentaire, car le plan au 1/1000 disponible représentait une situation tout à ffait périmée et mentionnait des projets de voies nouvelles qui n’ont pas tous été exécutés. Ils ont pu ainsi réaliser de nombreux croquis et établir les caractéristiques techniques et architecturales des deux générations de bâtiments qui coexistent dans le quartier. Des périmètres d’intervention possible ont été sélectionnés pour alimenter le travail de l’atelier de projet prévu en mai-juin 1994. Le groupe de l’École des Mines s’est intéressé à toutes les facettes des problèmes d’environnement, en particulier à la notion de risques en milieu urbain.

Rumeli Hisarı, un patrimoine à préserver

Le quartier de Rumeli Hisarı, parmi les anciens villages qui jalonnent les deux rives du Bosphore et ont été progressivement intégrés à l’agglomération d’Istanbul, présentait pour nous l’avantage d’être peu étendu et clairement délimité, au sud par l’imposante citadelle qui lui a donné son nom, à l’ouest par le vaste campus de l’Université du Bosphore et le parc de Duatepe, et au nord par un vide relatif mis à profit pour construire le nouveau pont sur le Bosphore, le pont Fatih Sultan Mehmet mis en service en 1989. Il occupe un versant assez raide tourné vers l’est.

La trame urbaine assez compliquée est issue du noyau villageois installé à même la pente. La comparaison du plan actuel avec un plan de 1926 au 1/500 montre que le tracé de la voirie a très peu varié. La route principale le long du Bosphore a été élargie et asphaltée et supporte un trafic considérable. Les rues latérales restent imparfaitement accessibles à l’automobile : certaines sont asphaltées, mais d’autres restent trop étroites et mal revêtues, ou sont entrecoupées d’escaliers.

La fonction résidentielle prédomine de façon quasi-exclusive. L’essentiel du commerce est rassemblé le long du Bosphore, formant entre les deux mosquées un ruban continu de cafés et restaurants s’adressant à une clientèle extérieure au quartier. Les commerces de desserte quotidienne se limitent à une dizaine d’épiceries égrenées le long de quelques rues à l’intérieur du quartier. L’habitat se partage entre maisons de type traditionnel en bois (ou du moins à revêtement de bois), à toit de tuiles et immeubles récents en béton armé, et accueille surtout des familles à revenus élevés.

Les nombreuses maisons de bois qui participent à la personnalité du quartier sont dans un état de conservation très inégal. Beaucoup ont subi d’importantes dégradations, et nombre d’entre elles, trop vétustes, ont été remplacées par des immeubles modernes, jusqu’à une prise de conscience récente qui a mené à la Loi sur le Bosphore de 1983 établissant entre autres un classement des constructions en bois: celles qui présentent la plus grande valeur historique ou patrimoniale doivent être restaurées en conservant les techniques traditionnelles ; les plus nombreuses sont démontées, reconstruites conformément au plan ancien, mais en béton armé, puis “habillées” d’un bardage de bois ; les plus quelconques peuvent être démolies à condition d’en relever le plan au préalable.

Un des charmes du quartier tient à l’abondance de la verdure, sous des formes diverses, de la verdure privée des jardins qui entourent la plupart des vieilles maisons de bois mais aussi une partie des nouveaux immeubles aux espaces verts publics, espace de loisir du parc de Duatepe bénéficiant d’une vue splendide sur le Bosphore ou espace d’accompagnement de l’immense campus de l’Université du Bosphore en passant par les friches plus ou moins boisées en arrière de la citadelle. Une ombre au tableau : les nuisances sonores engendrées par le pont sur le Bosphore et la rocade autoroutière. L’intensité du bruit n’est pas directement fonction de la distance, elle est plutôt liée à l’exposition et à la présence d’obstacles éventuels.

Un certain nombre de projets d’architecture ont été conçus par les étudiants pour essayer de remplir, ou de mieux occuper certains espaces tout en maintenant l’harmonie avec le cadre bâti et l’environnement existants : restructuration d’un bas de pente occupé par des baraques de restaurant, maisons “néo-traditionnelles” égaillées dans un jardin, rangée de petits immeubles adossée contre un escarpement, insertion d’un immeuble supplémentaire sur une parcelle vacante le long du quai au pied du pont.

Hisarüstü, la “densification sauvage” des gecekondu

 De l’autre côté de l’avenue Nişbetiye, qui suit à peu de choses près la ligne de crête et rejoint les quartiers d’Etiler et de Levent sur le plateau, tout change. Une série de rues en éventail, parfois imparfaitement tracées et d’ailleurs totalement absentes de l’édition la plus récente (1992) du plan-guide “Istanbul A-Z”, descendent vers le vallon d’un ruisseau affluent du Baltalimanı Deresi qui passe sous la rocade autoroutière. L’ensemble est hérissé de chantiers de construction qui substituent peu à peu des immeubles assez élevés à des maisons basses d’aspect rural égaillées dans la verdure, contraste saisissant entre deux générations d’habitat. Nous avions de plus la chance de connaître assez bien la première génération grâce à l’ouvrage classique de Kemal Karpat The gecekondu: rural migration and urbanization, Cambridge, 1976, car il prenait pour exemples le gecekondu de Nafi Baba (Hisarüstü nommé ainsi d’après un tombeau de saint personnage en haut de la colline, aujourd’hui en bordure du parc de l’Université du Bosphore) et ses voisins immédiats vers le nord.

Au départ en effet, le quartier a été occupé dans les années 1960 par de nouveaux arrivants venus pour la plupart des villages de la région pontique orientale de l’Anatolie du Nord-Est (départements de Giresun, Gümüşhane et Sivas). Ils ont trouvé là des terrains publics inoccupés comprenant les anciennes porcheries de l’armée américaine et des friches plus ou moins boisées, pas trop loin des usines qui se multipliaient le long de l’avenue de Büyükdere sur le plateau en arrière (Karpat a justement souligné le lien entre la localisation des gecekondu et celle des industries). Ils pouvaient de plus ajouter à leur salaire un petit profit en élevant un peu de bétail ou en développant la culture des fraises. Ils ont construit des maisons basses qu’il serait tout à fait erroné d’assimiler à des bidonvilles: il s’agit de maisons en dur de type rural, à un seul niveau, généralement de forme allongée; les murs de brique ou de parpaings supportent la charpente d’un toit de tuiles à deux pentes peu prononcées. Les seules constructions précaires sont des cabanes ou appentis édifiés dans un coin de la cour ou adossés à un ressaut de la pente et destinés à abriter un peu de bétail et du fourrage ou bien de l’outillage.

Ces maisons se sont égaillées sur les pentes, en ordre très lâche au début, puis de nouvelles habitations sont venues s’insérer dans les intervalles, densifiant progressivement un tissu dépourvu de lignes directrices. Les rues n’ont pas été tracées a priori, mais plutôt dégagées empiriquement en suivant des alignements très relatifs de maisons. Des infrastructures minimales ont été mises en place dès le milieu des années 1960: électricité, adduction d’eau jusqu’à des fontaines sinon jusqu’à toutes les habitations, canalisations d’évacuation des eaux usées limitées à quelques axes et de capacité insuffisante. Une mosquée, celle de Nafi Baba édifiée en 1973, et une école primaire située un peu plus loin sur la même rue ont été les premiers équipements publics mis en place.

Le quartier qui s’étalait vers le nord et le nord-ouest sans solution de continuité avec les gecekondu voisins d’Armutlu et Reşit Paşa s’est brusquement trouvé enfermé dans des limites infranchissables avec du côté nord la construction de la rocade autoroutière menant au second pont sur le Bosphore, et du côté ouest la création du campus nº 2 de l’Université du Bosphore. Or c’est justement à ce moment là que la croissance du quartier a changé de caractère, avec le démarrage de la construction en hauteur. La mise en service d’une deuxième mosquée à l’extrémité opposée (est) du quartier en 1989 témoigne de ce nouvel élan. Une enquête plus précise serait nécessaire pour élucider les raisons de cette rupture dans l’évolution. Le problème foncier tient une place centrale: une bande d’une centaine de mètres de large le long de la Nisbetiye Caddesi, initialement réservée pour accueillir des implantations universitaires, a pu être cadastrée, ce qui a favorisé un processus de légalisations des occupations du sol, mais il faut aussitôt observer que la multiplication des chantiers a affecté l’ensemble du quartier et pas seulement cette bande supérieure. Les échéances électorales successives ont également dû jouer un rôle.

Quel qu’en soit le point de départ exact, ce processus de densification a partout les mêmes formes spectaculaires. Le “propriétaire” (terme à utiliser sous toutes réserves vu l’incertitude du statut des parcelles et des bâtiments) d’un gecekondu a rarement lui-même la capacité financière de faire construire un immeuble à la place de sa maison. Il est donc amené soit à vendre sa parcelle, en échange d’une somme d’argent ou de préférence d’un appartement dans le futur immeuble, soit à s’associer à un candidat-constructeur moyennant le partage de l’immeuble. La maison est démolie et ses habitants recasés temporairement chez des parents ou des voisins. Un nouveau bâtiment est édifié avec une structure (poteaux et dalles) en béton armé et un remplissage de briques creuses. Il atteindra de cinq à six étages, d’un seul jet ou en plusieurs fois, les fers à béton dépassant d’une dalle (voir les nombreuses sonnettes à la porte d’entrée) annonçant l’étape suivante. Les étages inférieurs, y compris les boutiques en rez-de-chaussée, sont souvent occupés avant l’achèvement de l’immeuble.

Peu à peu, les immeubles en hauteur remplacent les maisons basses, donnant pou un temps un paysage urbain très hétéroclite. Ils investissent d’abord l’extérieur des îlots, le long des rues dont le tracé est ainsi figé après avoir connu bien des fluctuations, si bien que les cœurs d’îlot se retrouvent bientôt isolés en creux au milieu d’une couronne d’immeubles. Le souci de valoriser au maximum l’espace disponible conduit à construire de façon très dense, en laissant des intervalles très étroits entre les immeubles, créant parfois des conditions de promiscuité peu en harmonie avec les principes de l’habitat traditionnel. Du coup la verdure qui garnissait ces versants est inexorablement grignotée. Certes on évite aussi longtemps qu’on le peut de couper des arbres, mais que signifient des arbres coincés entre deux murs aveugles ou perçant des balcons ? Par ailleurs les infrastructures déjà insuffisantes sont gravement menacées: la fourniture d’eau n’est assurée qu’un jour sur deux dans l’ensemble du quartier, la situation de l’assainissement est de plus en plus préoccupante en attendant la mise en service d’une station d’épuration actuellement à l’étude à l’aval du quartier, au confluent des ruisseaux de Balta Limanı et de Reşit Paşa.

En revanche, l’activité commerciale se développe très vigoureusement. L’avenue Nişbetiye est bordée par une rangée continue de magasins, avec même quelques petites galeries commerçantes. Dans tout l’intérieur du quartier, des boutiques sont aménagées en rez-de-chaussée de nombreux immeubles. Si ces dernières se partagent pour l’essentiel entre les épiceries et les vendeurs de matériaux de construction, destinés à migrer vers d’autres quartiers une fois que la vague actuelle de construction sera passée, les commerces de l’avenue sont beaucoup plus variés, permettant aussi bien des achats épisodiques (mobilier, vêtements) que les courses quotidiennes, plus des officines de photocopies et des cafétérias tournées vers la clientèle étudiante de l’Université du Bosphore. Un marché hebdomadaire très actif s’y ajoute chaque samedi, le long de l’avenue et de l’amorce des rues qui en descendent, donnant aux habitants des deux versants opposés une des rares occasions de se rencontrer, la population très motorisée de Rumeli Hisarı disposant sur place d’un équipement commercial beaucoup plus limité.

Alors que les interventions possibles sur le quartier de Rumeli Hisarı concernent surtout l’architecture, les équipements commerciaux et de service de Hisarüstü peuvent fournir l’occasion de réflexions et de propositions visant à mieux affirmer l’urbanité de ce quartier en pleine transformation. C’est donc essentiellement à cette échelle de petits projets d’urbanisme que travaillera l’atelier du séminaire “Habitats et Cultures” pour prolonger cette recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search