Un document inédit concernant l’activité de Raimondo D’Aronco à Istanbul

Giampiero Bellingeri, Faculté des Langues Orientales, Université de Venise
Diana Barillari, Histoire de l’Architecture, Université de Florence
(Traduction de l’italien par Patrizia Miotti)

Une série de documents découverts dans des archives familiales, apportent une nouvelle lumière sur les rapports entre R. D’Aronco et le Gouvernement ottoman. Il s’agit de la correspondance, rédigée en turc-ottoman, entretenue avec différents départements gouvernementaux, ministères et institutions publiques entre 1894 et 1907, période qui correspond plus ou moins au séjour de l’architecte à Istanbul où il était arrivé en 1893 chargé des projets en vue de l’Exposition Impériale. Parmi ces documents, nous attachons beaucoup d’importance au contrat signé le 16 septembre 1905 par “L’Ing.- Arch. D’Aronco” et le Ministre des Mines, des Forêts et de l’Agriculture, S.R. Selim Paşa.

Ce document est significatif, d’autant plus qu’il nous renseigne sur une période peu connue de son activité. La découverte d’un fascicule à l’en-tête de D’Aronco dans les Archives Historiques et Diplomatiques du Ministère des Affaires Étrangères, comprenant une riche correspondance qui va de 1904 à 1907 où l’on traite des sujets liés à son activité professionnelle, nous a permis de remarquer que ce contrat ne représentait pas un cas isolé. La traduction du contrat par M. Bellingeri nous a permis d’apporter notre contribution aux recherches concernant les activités de D’Aronco.

Par un télégramme daté du 8 novembre 1904, le Préfet M. Doneddu informe les autorités italiennes à Constantinople et par la suite le Sous-Secrétaire du Ministère Royal des Affaires Étrangères que Raimondo D’Aronco a été élu député dans le collège électoral de Gemona. Attendu que l’architecte doit s’acquitter du mieux possible des devoirs relatifs à sa charge publique, il précise à l’Ambassadeur Marquis Imperiali quelles sont les tendances du Gouvernement italien : “Je prie Son Excellence, dans la mesure du possible et en employant les moyens qu’il retiendra opportuns, de bien vouloir apporter son soutien à M. D’Aronco et de faire savoir au Sultan que le Gouvernement Royal appréciera particulièrement la bienveillance accordée”1.

L’intervention de la diplomatie était rendue nécessaire du fait que pour obtenir la permission de se rendre en Italie, D’Aronco, lié par de nombreux contrats à des ministères et au Sultan lui-même, devait demander à chaque fois une licence spéciale qui, suite à son élection, ne faisait plus partie du domaine des rapports entre un particulier et son commettant, mais se rapprochait plutôt d’un acte de politique étrangère entre deux gouvernements. L’intervention de l’Ambassadeur est requise par l’architecte lui-même pour sa campagne électorale en Italie qui lui a fait perdre les missions que lui avait confiées le Ministère ottoman de la Guerre et celui des institutions de Charité, et également parce qu’il rencontre de grosses difficultés de recouvrement des traitements de la Liste Civile et du Ministère de l’Agriculture2.

Les lettres conservées dans le fascicule montrent le soutien tenace offert par le Marquis Imperiali à D’Aronco, et il est important de remarquer qu’il en informe ponctuellement le Gouvernement italien. Les documents certifient non seulement l’importance des charges confiées à l’architecte, mais aussi l’estime dont il jouit auprès de Abdülhamid II.

M. D’Aronco exprime son inquiétude face à l’échéance du contrat avec le Ministère de l’Agriculture dans une lettre à M. Cangià, un entrepreneur bien introduit dans le milieu de la cour, représentant influent de la communauté italienne, et en même temps dans une lettre adressée à l’Ambassadeur3, lui demandant en outre d’avertir le Sultan de sa prochaine absence.

D’Aronco n’est pas satisfait de la réponse de M. Imperiali, et le 7 octobre 1905, il lui envoie une missive aimable mais ferme, dans laquelle il exprime son insatisfaction pour la lenteur de la procédure et pour la gestion trop “politisée” de ses intérêts:

“Votre Excellence sait très bien que cela fait des mois que je demande en vain d’être payé par le Ministère de la Liste Civile, comme il en est pour les autres employés de l’État. Votre Excellence devrait aussi se souvenir de l’assurance faite il y a un mois à M. Cangià au Palais pour renouveler mon contrat (n.d.a. avec le Ministère de l’Agriculture). Mais la demande en question n’a été présentée que dix jours plus tard, après quoi, personne, que je sache, ne s’est jamais renseigné pour savoir si elle était bien parvenue entre les mains de Sa Majesté et quelle allait en être l’issue. En ce qui concerne la troisième demande (la permission d’aller en Italie n.d.a.), celle-ci ne serait pas rendue nécessaire si nos rapports avec le Sultan avaient été mis au clair dès le début. Si on avait prévenu Sa Majesté que ma nouvelle position obligerait à m’absenter souvent de Constantinople, aucun permis particulier pour mes voyages en Italie ne se serait révélé indispensable… Je renvoie encore mon départ à mercredi. Pendant ce temps, j’essaierai, autant que possible, de m’occuper moi-même de mes intérêts.”4

Cette lettre accélère le cheminement bureaucratique pour le renouvellement du contrat qui est ainsi signé pour deux ans. Le bon résultat de cette négociation se répercute également sur les autres missions de D’Aronco qui, selon un rapport de l’Ambassade Italienne daté du 19 décembre 1905, obtient la fonction d'”Architecte de la Liste Civile ainsi que du Ministère de l’Agriculture, de la Guerre et de l’Evkaf” (Institution de Charité)5. Les administrations énumérées sont celles avec lesquelles il commence à collaborer après le tremblement de terre de 1894 en qualité d’architecte-conseil, activité qui lui permet de travailler aux plus célèbres monuments de la ville, de la basilique (mosquée) de Sainte-Sophie au Grand Bazar.

Le contrat calque celui de 1894, et diffère seulement dans la durée : deux ans au lieu de quatre. L’article nº3 précise que le travail consiste en l’entretien -expertise et réfection- des immeubles appartenant au Ministère, et en particulier du nouveau siège ministériel, de l’École Impériale des Arts et Métiers et de l’École de Médecine Vétérinaire : en somme, son rôle est assimilable à celui d’un responsable de Bureau Technique. Les immeubles cités dans le document, visibles encore aujourd’hui, ont été projetés selon les préceptes du revival néo-ottoman, style qui caractérise de nombreuses architectures de la fin du XIXe siècle à Istanbul et qui constitue une réponse nationaliste à l’européanisation dominante.

Il est étrange que l’immeuble du Ministère de l’Agriculture soit indiqué dans le contrat daté de 1905 comme encore en construction, puisqu’une photo publiée en 1900 dans le journal de Constantinople “Servet-i Funun” le montre complètement achevé6. On suppose que ce texte n’a qu’une valeur formelle et qu’il ne doit être considéré que comme le renouvellement d’un accord déjà bien défini par les deux parties intéressées, ce qui expliquerait la forme presque identique des deux documents.

Il existe par contre un problème de date pour le document de 1894, rédigé sur papier à en-tête du Ministère de l’Agriculture, des Mines et des Forêts, qui présente les articles du contrat en français et en turc-ottoman, sans pour autant offrir de date, tandis qu’elle apparaît dans la traduction italienne7.

L’impossibilité de vérifier le document original ne nous permet pas d’expliquer comment cette information a été obtenue, mais il faut remarquer qu’elle concorde avec les indications fournies par M. D’Aronco dans une lettre qu’il envoie le 14 décembre 1894 au Ministre des Affaires Étrangères, où parmi les “travaux achevés ou projetés”, il cite “L’École de Médecine Vétérinaire Impériale, l’École Impériale des Arts et Métiers, le Ministère de l’Agriculture, des Mines et des Forêts, le Musées des Us et Coutumes Turcs”, et précise que les “quatre projets furent élaborés conformément au décret impérial, et seront bientôt mis à exécution”8.

L’activité de l’architecte frioulan à Istanbul prend consistance grâce aux informations fournies par les archives, qui donnent beaucoup d’importance à l’approbation qu’il obtient auprès de la cour ottomane qui lui confie de nombreux travaux et renouvelle ses contrats. A cela il faut ajouter les commissions privées que des représentants du gouvernement lui confient: le Ministre de l’Intérieur Mahmut Paşa, pour lequel il projette la Salle des Collections et la Bibliothèque à Arnavutköy (1904), ou encore le Ministre de la Guerre Riza Paşa (Pavillon sur les hauteurs de Çamlıca en 1906), et d’autres personnalités liées au Sultan comme le conseiller spirituel şeyh Zâfir pour qui il réalise son chef-d’œuvre, l’ensemble “Fontaine, Tombeau et Bibliothèque sur la côte de Yıldız” (1903-1904).

LE CONTRAT

“Le Ministre des Forêts, des Mines et de l’Agriculture, Son Excellence Selim Paşa d’une part, et le ressortissant italien, l’ingénieur-architecte M. D’Aronco d’autre part, ont convenu les articles suivants :

art. 1: M. D’Aronco, en qualité d’ingénieur-architecte, restera au service du susmentionné Ministère durant deux ans. Cette situation durera du 16 septembre 321 (1905) au 16 septembre 323 (1907);

art. 2: La rémunération annuelle de 20.000 francs lui sera versée chaque mois pour une part de 1666 francs et 67 centimes par la Caisse du Ministère…. à partir de la date à laquelle, par volonté du Souverain Protecteur du Califat, sera transmis l’ordre de déplacement de son poste auprès du Ministère…;

art. 3: Il prêtera service, c’est-à-dire expertise et réfection, au siège des Départements gouvernementaux et à l’immeuble du Ministère en construction, dans les chantiers de l’École Impériale des Arts et Métiers et dans ceux des Instituts de Médecine Vétérinaire. Il faudra ajouter en cas de nécessité, d’autres tâches que l’on retiendra nécessaires de lui confier.

art. 4: Si pour une raison quelconque, tout à fait indépendante de la volonté de M. D’Aronco, il était obligé d’abandonner son poste, ce qui restera et lui revient de droit sur la somme de 40.000 francs convenue pour les deux années, lui sera entièrement versée par la Banque Ottomane ou par la Caisse du Ministère. Si M. D’Aronco devait abandonner son poste pour des raisons de santé ou pour d’autres motifs indépendants de la volonté du Ministère et imputables exclusivement à M. D’Aronco lui-même, l’intéressé n’aura le droit ni de percevoir le reste de son traitement, ni de demander une quelconque indemnité.Toutefois, au cas il serait atteint d’une maladie qui l’empêcherait de séjourner ultérieurement à Istanbul, on lui versera, après les contrôles sanitaires nécessaires, et à condition que le total ne dépasse pas 1000 francs, une somme pour son retour en Europe.

Le présent contrat a été rédigé et échangé en deux exemplaires.”

Le 16 septembre 321 (1905)

Cachet du Ministère Ing. Arch. Raimondo D’Aronco



Citer ce billet
oui (1995, 3 décembre). Un document inédit concernant l’activité de Raimondo D’Aronco à Istanbul. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slql

  1. Lettre du Sous-Secrétaire d’État du Ministère Royal des Affaires Étrangères au Marquis Imperiali, 10/12/1904, Archives Historiques et Diplomatiques du Ministère des Affaires Étrangères, Ambassade d’Italie en Turquie, enveloppe 46, fascicule 3. []
  2. Brouillon de la lettre de l’Ambassadeur au Ministère des Affaires Étrangères, 10/01/1905, ivi. []
  3. Lettre à Cangià, 5/10/1905 et lettre à l’Ambassadeur Imperiali, 5/10/1905, ivi. []
  4. Lettre de Raimondo D’Aronco au Marquis Imperiali, 7/10/1905, ivi. []
  5. Brouillon de la réponse de l’Ambassade d’Italie à la dépêche du Ministère des Affaires Étrangères, 19/12/1905, ivi. []
  6. Z. Nayir, “Raimondo D’Aronco and Ottoman Revivalism”, in Atti del Congresso Internazionale di Studi su “Raimondo D’Aronco e il suo tempo”, Istituto per l’Enciclopedia del Friuli Venezia Giulia, Udine 1982, p. 145. []
  7. E. Quargnal, “Omaggio a Raimondo D’Aronco. La convenzione dell’incarico di progettista in Turchia”, in Rassegna Tecnica del Friuli Venezia Giulia, nº 5, sept-oct 1982, pp. 19-22. []
  8. Lettre de Raimondo D’Aronco au Ministère des Affaires Étrangères, 14/12/1894, Ministère des Affaires Étrangères, Archives Historiques et Diplomatiques, Ambassade d’Italie en Turquie, enveloppe 46, fascicule 3. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search