La restauration du tekke des Ouzbeks à Üsküdar

Le 12 septembre dernier a été inauguré le tekke des Ouzbeks de Sultantepe (Özbekler Tekkesi). Cette récente restauration de l’édifice a été l’oeuvre de plusieurs institutions et personnes. Pour le financement des travaux, M. Ahmet Ertegün, arrière petit-fils du şeyh Ibrahim Edhem et Président de l'”American Turkish Society”, a été l’initiateur du projet et a bénéficié de l’appui d’une équipe technique new-yorkaise.

Pour la réalisation proprement dite, l’architecte Melih Birsel, de l’Association Ortak Mimarlık Müşavirlik Ltd. şti. a mené et supervisé les travaux en collaboration avec M. Attila Yerman, ingénieur-architecte, et Mme Hatice Nalbant du Vakıflar Bölge Müdürlügü.

Aperçu historique

La date de construction du tekke reste incertaine. On suppose qu’il a été fondé sous le règne du Sultan Mustafa III (1757-1774). L’inscription située près de la porte d’entrée de la mosquée indique que l’édifice aurait été construit par un certain Abdullah Paşa alors gouverneur de Maraş, mort en 1754-1755.

La légende raconte que les pèlerins Ouzbeks venus du Turkestan et faisant route pour la Mecque, avaient pour habitude de s’arrêter sur les collines de Sultantepe derrière Üsküdar. Lors d’une promenade vers Camlıca, le sultan fut intrigué par leur campement. Ils reçurent le souverain de manière si civile que celui-ci leur promit de faire construire un tekke sur le site même où ils s’installaient chaque année. C’est ainsi, dit-on, que fut créé un vakıf et qu’un şeyh ouzbek fut désigné.

Ce tekke est associé à l’ordre des Nakşibendi. Avant l’abolition des ordres mystiques en 1925, les rassemblements avaient lieu tous les lundis et jeudis soirs dans le mescid (mosquée). Un autre rituel célèbre était celui du pilaf ouzbek qui pouvait nourrir jusqu’à 300 personnes, et à l’occasion duquel des gens de toute condition se retrouvaient. Cette tradition s’est maintenue jusqu’à nos jours, et lors de la nuit du kandil par exemple, on continue de préparer le pilaf pour les nécessiteux.

Le Küniye Defteri ou “Registre des Noms”, et le Resmi Misafirin ou “Registre des Visiteurs Officiels” trouvés sur place, fournissent le nom des personnes de passage, leur lieu de naissance, leur date d’arrivée, le nom de leur père et leur métier. Dans le küniye defteri sont consignés le métier des visiteurs, leur date de départ, leur destination ainsi que le nom des femmes et des enfants qui les accompagnent.Il couvre les années 1323/1905-1906 à 1341/1922-1923. Le second registre précise la religion et la nationalité des hôtes de passage. Au total on compte 468 entrées dont 254 dans le Resmi Misafirin qui couvre les années 1224/1809-1241/1826. La durée de séjour des visiteurs varie entre une nuit et quatre ans. La plupart d’entre eux venaient du Turkestan et allaient au Hijaz; certains venaient même de Chine. “Les villes les plus souvent nommées sont Tashkent, Hokand, Samarkand, Buhara, Kashgar, Margelan, Andizhan, Namangan, Karakul, et Osh.”1. Quant à leurs professions, elles étaient variées. Il est à noter qu’un seul visiteur s’est inscrit comme derviche parmi les fermiers, chauffeurs, tisserands et autres artisans.

Le tekke fonctionnait aussi comme une école des arts et métiers. Les pièces situées sous la mosquée étaient utilisées comme ateliers dans lesquels les şeyh exerçaient leurs talents. L’un d’eux, Ibrahim Edhem (1829-1904), appelé “Büyük Efendi” ou Hezarfen (MaÎtre des mille talents) était célèbre pour son art de la tapisserie, de la sculpture sur bois, de la calligraphie, du tissage mais surtout pour son art de l’ebru ou papier marbré. Grâce à lui le tekke a formé de grands calligraphes dont le plus connu fut Necmettin Okyay. C’est le şeyh Ibrahim Edhem qui a fabriqué la machine servant à extraire l’eau du puits du tekke. Durant l’Exposition Universelle de Paris en 1867, il obtint un prix pour les outils en fonte qu’il avait lui-même fabriqué dans le tekke. Il tissa également des étoffes pour le Palais du Sultan, forma des tourneurs et des artisans de tesbih . En 1868, Midhat Paşa le nomma directeur de l’Ecole d’Industrie et de Commerce de Sultanahmet. Le şeyh ouzbek semble aussi avoir été le fondateur de l’Ecole Militaire de Tophane. Ainsi, le tekke devint le lieu de rencontre de nombreux artistes, savants et intellectuels de l’époque. Lorsqu’il mourut, c’est le célèbre Rıza Tevfik qui écrivit le poème en épitaphe sur sa tombe2.

Son petit-fils Ata Efendi (1893-1936), fut lui aussi un şeyh important pour la société de l’époque. De formation juridique, il enseigna à la Faculté de Droit de l’Université d’Istanbul. Il participa également à la guerre d’indépendance. Le tekke devint alors le point de ralliement de ceux qui partaient rejoindre l’armée nationale en Anatolie. L’édifice servit d’hôpital pour les soldats turcs blessés et de relais postal. L’écrivain Halide Edip Adıvar, dont le père fut un proche de Ibrahim Efendi, y trouva refuge deux fois en 1908. Elle mentionne le tekke plusieurs fois dans ses écrits3. Ismail Fazıl Paşa, Celalettin Arif et le poète Mehmet Akıf qui écrivit les paroles de l’hymne national turc, y trouvèrent également refuge durant la guerre d’indépendance.

Après la fondation de la République Turque, le tekke continua de fonctionner comme centre culturel et artistique, recevant entre autres les musiciens soufis pour des séances de tasavvuf, en particulier du temps du seyh Necmettin Özbekkangay.

C’est en 1977 que le tekke fut classé monument historique par décision du Comité de Protection des Monuments Historiques.

Aperçu sur l’architecture

Le complexe du tekke couvre environ 13000 m2 entre Üsküdar Bülbül Deresi et Münir Ertegün Sokagı. Il comprend deux parties principales : le selamlik et le haremlik, tous deux divisés en une partie intérieure et une cour.

Le selamlik mitoyen du cimetière donne sur celui-ci par la “fenêtre des salutations” (niyaz penceresi) située sur le mur du corridor qui mène à la mosquée (mescid). Ce cimetière abrite les tombes du Saint Riza, patron du tekke, mort en 1829, celles des şeyh successifs, de leurs familles et des amis du lieu. On peut également y voir la tombe de Osman Kocaoglu, premier et dernier président de Bukhara. Les tombes de la famille Ertegün, Mehmet Cemil Bey (mort en 1931), celle de sa femme Ayşe Hamide Hanım (morte en 1934) et celle de leur fils Munir Ertegün (mort en 1944) qui fut le premier ambassadeur de la République Turque aux États-Unis, occupent une zone réservée. Il est courant dans l’architecture des tekke d’intégrer la mosquée et le cimetière, ces deux parties formant ainsi une aire sacrée. Dans la cour du selamlik, on trouve un puits, un petit bassin de style baroque et une citerne.

Alors que toutes les autres parties du tekke ont été restaurées il y a une dizaine d’années4, la restauration du haremlik n’a été achevée qu’en 1994.

Le rez-de-chaussée est composé d’un sofa central, appelé karnıyarık dans la terminologie de l’architecture classique turque. Sous l’entrée se trouvent la cuisine et les appartements des employés. Le premier étage était utilisé l’hiver tandis que le second était habité durant l’été. Sur chaque côté du bâtiment, un escalier intérieur mène aux étages et on peut supposer que, selon les habitudes de l’époque, la présence de deux escaliers indique qu’ont vécu là à la même époque, deux sœurs. Les matériaux utilisés pour la restauration de cet édifice sont proches des matériaux d’origine. Par contre, on a utilisé une technologie moderne pour le réseau électrique et le système anti-feu (tuyaux en acier). Le haremlik est séparé du reste du tekke par un mur et possède sa propre entrée sur la rue, sa cour ainsi qu’une citerne.

À l’avenir les bâtiments du tekke abriteront un centre de recherche sur l’histoire de la Turquie, pour les universités américaines.

BIBLIOGRAPHIE:

  • Cengiz Bektaş, Üsküdar’ın Sultantepe’sindeki Özbekler Tekkesi, Istanbul, 1983.
  • Thierry Zarcone, “Réseaux confrériques et guides charismatiques dans les relations turco-arabes (héritage de l’histoire et situation actuelle)”, Anatolia Moderna IV, I.F.E.A., Istanbul, 1992.
  • Raymond Lifchez, The Dervish Lodge, University of California Press, Berkeley, 1992.
  • Mustafa Özdamar, Dersaâdet Dergâhları, Kırk Kandil Yayınları, 1994.


Citer ce billet
Laurence Ammour (1995, 3 décembre). La restauration du tekke des Ouzbeks à Üsküdar. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slqm

  1. Grace Martin Smith, “The Özbek tekkes of Istanbul”, in Der Islam, vol. 57, nº 1, Berlin-New York, 1980, p. 132. Ces villes se trouvent en Ouzbékistan, Tadjikistan et Kirghizistan. []
  2. Rıza Tevfik, Serabı Ömrüm, Kenan Matbası, Istanbul, p.302 (rubrique des poèmes intitulés “Nefesler”). []
  3. Halide Edip Adıvar, Mor Salkımlı Ev, Atlas Kitabevi, Istanbul, 1970, p. 135; Türkün Ateşle Imtihanı (İstiklâl Savaşı Hâtıraları), Can Yayınları, Istanbul, 1969, p. 64. []
  4. par l’équipe de l’architecte Gengiz Bektaş, en 1983. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search