Les bains d’Alger de l’époque ottomane (XVIe – XIXe siècle). Étude d’un cas : le bain du Dey

Nabila Seffadj, Paris

Les bains ottomans de la vieille ville d’Alger n’ont jamais fait l’objet d’une étude architecturale. Si ces édifices sont peu connus, cela provient peut-être du fait que lorsqu’ils ne sont pas en ruine, leur étude est laborieuse parce qu’ils sont continuellement chauffés. Leur chronologie est particulièrement difficile à établir et il faut, en l’absence de sources textuelles, pour les analyser et les regrouper, examiner la composition de leur plan et leur structure constructive.

L’intérêt d’une telle étude est grand car il soulève plusieurs problèmes. Sur le plan historique, et en raison de leur fixité topographique depuis longtemps reconnue, les données archéologiques de ces bains contribuent à la compréhension de l’évolution du tissu urbain de la ville au même titre que les mosquées auxquelles ils sont généralement associés. De plus, leur implantation étant liée aux impératifs de l’alimentation en eau, il faut, pour comprendre leur logique tenir compte des données topographiques et hydrauliques à l’échelle de la ville toute entière. C’est enfin et surtout l’aspect architectural de ces bains qu’il est d’abord possible de saisir. Les exigences techniques et esthétiques du bain imposent l’élaboration de solutions constructives qui sont témoins d’un savoir-faire architectural. À ce titre, se pose la question de savoir quel aurait été l’apport des habitudes ottomanes dans la construction de ces édifices qui sont appelés jusqu’à nos jours, bains turcs. Parallèlement à cela, il faut tenir compte du rôle joué par la communauté andalouse qui, réfugiée en partie à Alger, a contribué aux dires des textes, à l’édification de nombreux ouvrages hydrauliques1.

I. APERÇU SUR LES BAINS D’ALGER:

L’importance des bains dans la ville d’Alger est attestée par de nombreux auteurs du XVIe et XVIIe siècle. Au XVIe siècle, Léon l’Africain lors de son passage à Alger, s’étonnait du nombre important de ces édifices qui, précise-t-il, servent aussi à héberger les gens de la route2. Mais les premières informations que nous possédons sur ces bains nous viennent du moine espagnol Diego De Haëdo qui visita Alger au début du XVIIe siècle. Il mentionne l’existence d’une soixantaine de bains dont deux très importants et particulièrement beaux3.

Le premier plan de situation des bains d’Alger est celui de 1830 établi par le Génie militaire français. Ce document de première main ne compte que les bains d’Alger qui ont été transformés en logement militaires. Ils étaient au nombre de vingt-six, et la plupart continuent de chauffer.

Il est cependant possible à la lumière des archives des biens habous de dresser un inventaire exhaustif des principaux bains de la ville4. En effet, nombre d’entre eux ont été constitués en waqf au profit des grandes mosquées de la ville ou des corporations de pauvres de la Mecque et de Médine ou encore de celle des réfugiés andalous. L’examen des registres établis du XVIe au XIXe siècle par l’administration ottomane de la Régence, permet également de tirer des renseignements utiles sur la situation du bain dans la ville ainsi que quelques aspects de fonctionnement directement liés aux dépenses de l’établissement.

II. DESCRIPTION DU BAIN DU DEY:

1. Situation géographique et historique.

Ce bain est situé à l’intérieur de la citadelle d’Alger nommée communément Qasba. La forteresse occupe le sommet et le point culminant de la ville. D’après Haëdo, le premier soin du corsaire Arouj, dès qu’il se rendit maître d’Alger en 1516, fut de construire une nouvelle qasba, un peu plus haut que celle de la vieille ville berbère5. Les travaux ne furent achevés qu’en 1590 sous Kheder Paşa comme le mentionne l’inscription que G. Marçais a pu déchiffrer sur la baie de la porte d’entrée de la forteresse6. À la fin du XVIIe siècle et durant tout le XVIIIe siècle, la plupart des estampes et des lithographies s’accordent pour définir le plan masse des bâtiments élevés à l’intérieur de l’enceinte. Les légendes très sommaires accompagnant ces documents mentionnent l’existence de casernes abritant le corps des Janissaires, des magasins de munition ainsi que des batteries. L’édifice appelé Bain de l’Agha et plus tard Bain du Dey y figurait déjà. Sans pouvoir préciser sa date de construction, on peut inscrire l’histoire de ce bain comme celle des premiers édifices de la citadelle entre le XVIe et XVIIe siècles. C’est en 1816 que la citadelle devient résidence officielle du Dey Ali Khodja (1816-1818) et de son successeur Hussein, dernier souverain turc d’Alger. Tous deux apportèrent aux différents bâtiments des transformations qui furent interrompues par l’arrivée de l’armée française en 1830.

Si l’étude du Bain du Dey constitue pour nous la première étape de la compréhension de l’architecture des bains ottomans d’Alger, c’est parce que l’édifice a été relativement bien conservé. En effet, bien qu’ayant subi des altérations plus ou moins importantes, le complexe de la citadelle d’Alger dans lequel se trouve le Bain du Dey, est resté homogène. Les récentes prospections archéologiques menées sur certains de ses bâtiments, en particulier sur le Bain du dey, ont permis de localiser les structures originelles.

2. Architecture du Bain.

L’édifice est composé de trois parties distinctes, différentes dans leurs fonctions :

  • A- le bain proprement dit qui réunit les pièces chaudes et tièdes (DS001-DS002-DS003 sur le plan);
  • B- la chaufferie et les espaces de service (DS004-DS005);
  • C- les espaces annexes (DN001 à DN004).

A- Le bain proprement dit:

Le plan montre une succession de trois pièces disposées parallèlement les unes aux autres.

Les deux premières salles sont de disposition semblable, oblongues et de même longueur. Il s’agit de la pièce froide appelée bit al-barda et de la pièce tiède ou bit al-wasta. La troisième salle ou bit al-skhuna est l’étuve. Aujourd’hui, on entre dans le bain par une porte disposée sur le côté latéral de la pièce froide. Les fouilles archéologiques ont permi de retrouver l’entrée originelle7. Celle-ci, très marquée, était aménagée dans un volume construit en avant corps de la façade principale du bain et dont la base carrée était couverte d’une coupole8.

Les pièces froide et tiède sont couvertes de voûtes en berceau percées d’orifices de forme géométrique. Ces perforations appelées lemdawi, sont bouchées à l’extérieur par des verres épais, sorte de cul de bouteille, qui assurent l’éclairage. Bit al-barda joue le rôle de vestiaire. Ses parois, comme le montrent certaines traces sur les enduits, étaient couvertes de céramiques. Bit al-wasta communique avec un petit local dont le plancher creux laisse supposer l’existence d’une fosse sceptique. À cet endroit se trouvait une latrine. Les parois de cette pièce sont percées de niches de rangement surmontées d’un arc en anse de panier, forme caractéristique de l’architecture ottomane des édifices de la ville.

L’étuve est la pièce la plus importante. Sa forme carrée et sa coupole à huit pans supportée par des niches triangulaires lui donnent un aspect monumental. Son élégance est en partie due à la disposition soignée des orifices d’éclairage qui, disposés en cercles concentriques et alternant étoile et cercle, donne l’impression d’une voûte céleste parsemée de points lumineux. Au centre d’une des parois latérales se trouve une ouverture en forme d’arc qui permet la communication avec la réserve d’eau chaude. Deux canalisations superposées et parallèles relient les petits bassins de lavage adossés aux trois parois de la pièce. Affleurant en surface et couverts d’une simple épaisseur d’enduit, ces conduits d’eau froide et chaude sont constitués d’éléments de poterie encastrés les uns dans les autres à la manière des tuyaux d’époque romaine. Le sol de la pièce est monté sur une trame de pilettes de briques supportant un plancher constitué de plaques de schiste sur lesquelles sont posés des carreaux de marbre. Il s’agit là aussi du dispositif des hypocaustes connu dans les thermes romains.

B- La chaufferie:

Adossé aux pièces du bain, ce petit local est doté d’un accès indépendant, une sorte de porte de service qui passe entre le bain et les espaces annexes. Son plafond est une voûte en berceau dont l’appareillage est un mélange de briques et de moellons de pierre. En contrebas de la paroi qui le sépare du bain, se trouvent les baies d’accès au foyer. Ces ouvertures situées juste au-dessous de la réserve d’eau chaude communiquent avec les hypocaustes de l’étuve.

C- Les espaces annexes:

Sont appelés ainsi tous les espaces communiquant indirectement avec le bain proprement dit, mais participant de par leur nature aux exigences de la fonction du bain.

Le bain est relié à la grande mosquée de la forteresse par un petit bâtiment à deux niveaux. Son entrée est marquée par une porte entourée d’un cadre en marbre sculpté et protégé par une frise de tuiles vertes formant un porche. Le premier niveau est constitué d’une grande salle à colonnes dotée d’une cuisine reconnaissable par son foyer et sa cheminée ainsi que d’une salle d’ablution encore marquée par l’escalier qui la reliait à la mosquée. Cette pièce d’apparence sobre est tramée par des colonnes épaisses de section circulaire et surmontées de chapiteaux pyramidaux dépourvus de décor. Avant de subir les transformations de la période française, la salle était éclairée par un patio central dont on voit encore le dallage en marbre. Son aménagement ainsi que sa position entre le bain et la mosquée permettent de penser que cet ensemble aurait joué le rôle de pièce de repos et de prélassement pour le souverain. Le vestiaire quant à lui prenait place dans la pièce froide du bain proprement dit.

Un escalier situé dans un des coins de la salle à colonnes permet d’accéder à l’étage supérieur. De nombreuses cloisons d’époque française ont divisé l’espace originel. Une seule grande pièce hypostyle occupait en réalité la surface de ce niveau. Comme il est d’usage dans les bains de la ville, cette pièce servait de logement pour le personnel employé au service du bain.

3. Le système de chaufferie et le dispositif de l’eau.

A- Production et distribution de chaleur:

La chaudière et le réservoir à vapeur sont logés dans une pièce allongée qui prend forme dans l’épaisseur du mur séparant l’étuve de la chaufferie. Ce dispositif comporte deux cuves en poterie de dimensions inégales et recouvertes de voûtes en berceau. Placées l’une après l’autre, elles ont chacune un rôle différent. La première, la plus grande, contient l’eau venue de l’extérieur: c’est la citerne d’eau froide. La seconde contient l’eau chaude et se situe juste au-dessus du foyer. L’eau froide passe de la citerne vers la cuve chauffée grâce à un petit tuyau. Portée à ébullition, elle contribue par son évaporation à la formation rapide et abondante de la vapeur. La hauteur de cette cuve étant faible, la vapeur peut pénétrer dans l’étuve sans perdre de sa densité. L’air chaud produit dans le foyer et en partie canalisé à travers les hypocaustes, contribue à chauffer l’étuve. Deux conduits verticaux placés dans les parois de cette salle assurent le tirage de l’air chaud et son évacuation vers la terrasse.

B- L’alimentation en eau:

L’eau arrive à la citadelle par un aqueduc construit au début du XVIIe siècle9. Elle est d’abord déversée dans un grand réservoir construit sous la batterie nº 5, puis acheminée vers les différents secteurs de la forteresse par des conduits aménagés en grande partie dans les remparts. De là, elle est canalisée vers les principaux bâtiments. Le Bain du Dey se trouve juste au-dessous du réservoir et l’eau y arrive directement par une canalisation qui se jette dans sa citerne. Une partie de cette eau dessert directement les bassins de l’étuve tandis que l’autre partie est acheminée dans la cuve mitoyenne pour être chauffée puis canalisée à son tour vers la salle des baigneurs. Une partie de l’eau chaude s’écoule continuellement sur le sol formant ainsi une grande surface d’évaporation favorable à la formation rapide et abondante de vapeur.

CONCLUSION

Même si le Bain du Dey est considéré de par sa situation dans la citadelle comme un édifice conçu pour le souverain et sa suite, on ne peut s’empêcher de constater l’absence de tout souci d’ordonnance monumentale. La simplicité de la conception et de l’exécution qui caractérise les pièces froide et tiède ainsi que leur parallélisme semblent être en regard des plans cruciformes orientaux spécifiques aux bains d’Espagne et du Maroc10.

Il faut cependant noter que l’architecture de l’étuve avec sa forme carrée et sa coupole, tente de se rapprocher de celle que l’on peut observer dans la plupart des bains ottomans.

La séparation exceptionnelle des fonctions de vestiaire et de repos apparaît ici comme une conséquence du caractère privé de ce bain. Même si l’exemple peut paraître lointain dans le temps, il est tentant de faire des rapprochements avec les dispositions architecturales du bain omeyyade de Khirbat al-Mafjar où le bain proprement dit était relié à une salle de repos immense et monumentale. Plus proche dans le temps, aux XIIIe-XIVe siècles, en Espagne, le même principe d’organisation caractérise le bain “princier” du Palais des Abbencerrajes dans l’Alhambra de Grenade. L’adoption du système antique des hypocaustes en cette période ne peut être rattachée aux habitudes ottomanes. En effet, ce dispositif a été abandonné dès le XIIe siècle dans les bains syriens et turcs au profit du chauffage par des conduits passant dans le dallage11. Dans le Bain du Dey, comme en Espagne et au Maroc, le dispositif des hypocaustes a par contre été maintenu. Il peut certes, être rattaché à des traditions andalouses dont il est possible de retrouver des filiations. Mais toutes ces analogies avec les traditions constructives et architecturales à la fois ottomanes et andalouses, ne doivent pas nous dissimuler le caractère propre du bain algérien qui reste encore à définir et sur lequel les modèles plus anciens, en l’occurrence romains, ne sont sans doute pas restés sans influence.



Citer ce billet
oui (1995, 3 décembre). Les bains d’Alger de l’époque ottomane (XVIe – XIXe siècle). Étude d’un cas : le bain du Dey. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slqn

  1. André Raymond, Les grandes villes arabes à l’époque ottomane, p. 53. Il s’agit notamment de Moussa al Andaloussi et ses deux fils, Ali et Ibrahim. []
  2. Jean Léon L’Africain, Description septentrionale, nouvelle édition, trad. de l’italien par A. Epaulard, 1981, p. 347. []
  3. Fray Diego De Haëdo, Topographia y Historia de Argel, Valladolid, 1612, trad. de l’espagnol par Le Monnereau et Berbrugger, in Revue Africaine, nº 14, 1871, pp. 384-87. Il s’agit de Hammam Pacha appelé Hammam Sidna et Hammam Mohamed Pacha. Tous deux existent encore et se trouvent dans la partie basse de la ville, à côté de Dar es-Soltan. []
  4. Ces registres sont conservés au Centre des Archives Nationales d’Alger. Ils comportent notamment les documents du Bayt al-mal et du Bayt al-beylik. []
  5. René Lespes, Alger, Étude de géographie et d’histoire urbaine, p. 117. []
  6. Georges Marçais, Manuel d’Art Musulman, 1927, pp. 820-21. []
  7. Depuis 1980 et jusqu’à nos jours, la citadelle d’Alger a fait l’objet de fouilles archéologiques en vue d’un projet de restauration par l’Agence Nationale des Sites et Monuments Historiques (ANAPSMH). []
  8. Voir le “Plan d’Aménagement de la Citadelle d’Alger en 1830”, conservé aux Archives Militaires de Vincennes, section/départements d’Outre-Mer, carton 1. []
  9. M. Dalloni, Alger et l’eau potable, Bulletin de la Société Géographique d’Alger, 1er trimestre 1928, pp. 1-44. Il s’agit de l’aqueduc de ‘Ain Zeboudja, le plus long qu’ait possédé la vieille ville. []
  10. Pour les bains d’Orient : Karl Klinghart, Türkische Bäder, Stuttgart, 1927; M. Écochard et C. Le Cœur, Les bains de Damas, Monographies architecturales, Institut Français de Damas, Beyrouth 1942-43; Edmond Pauty, Les Hammams du Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, Le Caire, 1933. Pour les bains d’Espagne, voir à titre d’exemple les bains de l’Alhambra de Grenade dans B. Pavon Maldonado, Tratado de arquitectura hispano musulmana, I- Agua (Aljibes-puentes-aqueductos-jardin-desagues de ciudades y fortalezas-ruedos hidraulicos-banos-corachas), Madrid, 1990. Pour les bains marocains, voir E. Pauty, Vue d’ensemble sur les bains de Rabat et Salé, in Revue Africaine nº 400-401, 1944. []
  11. Idem note 10, les bains d’orient. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search