Aspect des nouvelles relations turco-russes depuis 1991: la prostitution à Istanbul

Il suffit de se promener autour du grand Bazar d’Istanbul pour constater que ce qui a changé le plus depuis ces cinq dernières années réside dans la nature des étrangers qui sillonnent le quartier; une forte communauté d’Européens issus des pays de l’Est, et plus particulièrement de Russes, profitant de l’effondrement des systèmes communistes et du délabrement de la Russie, de la “mafiaïsation” de leur pays et de l’ouverture des frontières, se pressent sur les bords de la Corne d’Or pour y effectuer un commerce de valises, tout en la créditant d’un espoir d’abondance.

Or, les acteurs de ce commerce, constitué majoritairement de vendeurs turcs, et de clientes russes, a très vite dépassé les simples transactions commerciales pour s’ouvrir sur des activités illicites, dont la prostitution demeure un des piliers. Cette arrivée massive de prostituées slaves occasionnelles, tant à Istanbul que sur les rivages de la Mer Noire est si marquante et si visible que le surnom de “Natacha” leur a été donné. A l’origine, ce ne sont pas des prostituées professionnelles qui sont venues à Istanbul poursuivre leurs activités commerciales, mais il s’agit dans la grande majorité des cas, de simples et honnêtes ménagères moscovites qui ont trouvé là une source non négligeable de revenus.

À Istanbul, les autorités policières conservent secret le nombre de prostituées, mais on estime à plus de 3000 le nombre de jeunes femmes russes exerçant dans la métropole. C’est principalement dans les quartiers de Sultanahmet et de Lâleli que se trouvent les hôtels et maisons particulières qui abritent ce commerce humain. Au cours des années 1994 et 1995, je me suis plusieurs fois rendu dans les hôtels abritant ce commerce de femmes, et il m’a paru alors tout à fait clair que ces activités étaient passées du simple domaine de l’occasionnel à une véritable structure de multinationale. Tout est prévu dans ce commerce : du départ de Russie au séjour dans la mégapole turque. Les “Natachas”, profitant d’un billet charter aller-retour depuis Moscou ou l’Ukraine, sont attendues à leur arrivée par une mafia azerbaïdjanaise, parfaitement bilingue russe-turc, qui contrôle avec férocité cette activité lucrative où les règlements de compte sont fréquents. Il suffit de se rendre n’importe quel jour de la semaine au Terminal C de l’aéroport Atatürk pour comprendre l’ampleur du phénomène. À l’annonce de l’arrivée des vols en provenance de Moscou ou Simfiropol, on est surpris de voir sortir une foule de femmes, de tous âges et de tous gabarits, mais dont le point commun reste une tenue vestimentaire très “soviétique”, c’est-à -dire des jupes droites de couleurs chatoyantes, des talons aiguilles rouge vif ou jaune citron, ainsi qu’un maquillage souvent outrancier. Ces femmes passent alors le contrôle douanier, sous l’œil goguenard ou blasé des douaniers qui connaissent parfaitement les motivations du voyage à Istanbul.

Munies du tampon “giriş” apposé sur leur passeport soviétique -puisque ce sont encore les seuls passeports délivrés pour les séjours à l’étranger-, elles récupèrent leurs grands sacs et valises vides, qu’elles se chargeront de remplir lors de la seule après-midi de libre dont elles disposent durant leur étape stambouliote. J’ai été frappé par les regards échangés entre ces femmes sortant de la douane et leurs compatriotes qui attendaient à l’enregistrement pour prendre le vol retour. Deux colonnes et deux étapes d’une dure vie : les arrivantes, qui vont se livrer à la prostitution qui jettent un regard curieux et angoissé aux partantes, valises et sacs plastiques bourrés de textiles et divers autres objets qui seront revendus en Fédération de Russie. Leurs corps et l’expression de leurs visages donnent alors le sens de l’épuisement causé par les allers-retours incessants chargés de sacs et paquets volumineux, le tout sur fond de prostitution et d’hommes libidineux profitant des besoins économiques urgents de cette population féminine. Dans quelques jours c’est elles qui regarderont les nouvelles venues avec ce même visage …

Car c’est bien entendu l’argent qui est le seul vrai moteur de ce voyage à Istanbul. On serait tenté de se demander pourquoi ces Russes ont choisi le site d’Istanbul plutôt qu’une plateforme européenne pour se livrer à ces commerces variés. Les raisons en sont multiples : la Turquie a adopté face à l’ensemble des pays de l’Est et de la Russie, une attitude une politique des visas beaucoup plus souple que les membres de l’Union Européenne. Pour bon nombre d’Européens de l’Est, il suffit d’être en possession d’un passeport en cours de validité et de quelques centaines de dollars pour débuter une carrière “commerciale” à Istanbul. Les douanes turques se contentent d’apposer un tampon d’entrée et de sortie sur le document. Elles ne se soucient guère de l’endroit du séjour des touristes et du temps passé dans la ville.

De plus, Istanbul demeure encore tout à fait abordable aux Européens de l’Est dont les portefeuilles sont encore fragiles dans des économies passablement rongées par l’inflation. Istanbul leur donne l’illusion d’avoir encore un véritable pouvoir d’achat.

Des autobus arborant les couleurs des compagnies charter attendent nos touristes à la sortie de l’aérogare. Ces véhicules se dirigent vers le quartier de Lâleli ou de Sultanahmet où ils “dévideront” leur chargement humain dans les hôtels du quartier.

Il m’a été impossible de mener mes enquêtes dans tous les hôtels du quartier, mais celui où je suis resté avec un groupe de jeunes femmes russes semble être un exemple commun parmi des centaines d’autres. Les réceptionnistes des hôtels considèrent ces touristes non pas par individu mais par groupe. On ne discute pas avec Madame Vasilieva de la chambre 18 ou Madame Ivanovna de la chambre 19, mais on donne des directives aux “femmes russes” du deuxième étage. Le personnel de la réception a d’ailleurs parfaitement appris à compter en russe et en roumain, et les échanges avec la clientèle se limite à l’attribution et à la reprise des clés. Comme dans un film cliché des années 60, on assiste dans les halls à une marée féminine blonde, cernée de bruns moustachus aux pantalons à pinces et coiffés de chapkas. Les proxénètes azerbaïdjanais veillent sur leur cheptel russe.

Quand les chambres sont attribuées et que les femmes les ont rejointes, commence alors un incessant va-et-vient d’hommes. Certes, beaucoup de ces clients d’un quart d’heure ou d’une nuit sont des Turcs ou des Iraniens, mais on retrouve là des Jordaniens et des Saoudiens, avides de visages blonds aux yeux bleus. Le tout sur fond de contrôle mafieux azerbaïdjanais, et de complaisance du directeur de l’hôtel. Les prix dépendent bien évidemment des différentes prestations offertes par les jeunes femmes : une simple fellation coûte environ 20 dollars, mais des services plus “ciblés” peuvent atteindre les 100 dollars. Pour ce prix, on peut obtenir une nuit complète avec une “Natacha” et profiter d’elle en réalisant tous ses fantasmes… Car dans l’imaginaire des Turcs et des Orientaux, ces femmes venues du froid représentent l’objet de toutes les idées et de tous les désirs sexuels qu’ils pourront assouvir ; sans doute par peur d’une méconnaissance des femmes turques, mais plus encore par crainte d’essuyer un refus de la part de celles-ci. Tatiana V., jeune moscovite de 23 ans, ancienne sportive, m’a confié recevoir une vingtaine de clients en une après-midi.

On pourrait penser que pour ces femmes, le temps passé à Istanbul est d’une rentabilité maximum, mais une infime partie des sommes versées par leurs clients reviennent effectivement aux prostituées, l’argent étant réparti entre les mafieux locaux et quelques fonctionnaires véreux qui ferment les yeux sur ces activités dont ils connaissent pourtant parfaitement la nature et la localisation. Les sommes énormes générées par cette activité partent souvent dans des réseaux de narcotrafiquants, dépassant l’ensemble des pays riverains de la Mer Noire. Une partie de cet argent va également par des procédés similaires dans l’achat d’armes pour la Tchétchénie. Comme me confiait un proxénète d’origine tchétchène, c’est sa façon à lui de se venger de l’humiliation militaire russe en prostituant des slaves qui, par leur travail, vont aider au combat de libération nationale. Le problème a atteint des dimensions politiques en Turquie, et des manifestations organisées par le Refah Partisi se sont déroulées en juin 1994 à Istanbul et à Trabzon pour lutter contre la dépravation des mœurs et l’augmentation vertigineuse des maladies vénériennes. Car bien peu de clients, aux dires des prostituées elles-mêmes, utilisent des préservatifs. Pour eux, comme pour elles, le SIDA est une maladie d’homosexuels et ils ne sentent donc pas concernés par ces maux de fin de siècle. J’ai constaté une absence totale de prophylaxie des autres maladies sexuellement transmissibles, surtout la syphilis ou la gonorrhée. Les risques sont bien présents et on ne peut que constater avec horreur la prolifération des MST en Turquie, mais également en Russie.

Devant les plaintes de quelques habitants du quartier, la police opère quelques fois des contrôles et dresse des procès-verbaux pour atteinte à la pudeur ou pour prostitution illicite dans un lieu touristique. Les jeunes femmes se voient contraintes de quitter le territoire turc après avoir acquitté une amende. Lorsqu’elles retournent dans leur pays d’origine, Russie ou Ukraine, elles détruisent le passeport qui porte le numéro et le tampon d’exclusion, se font établir un nouveau titre de voyage, avec, si besoin est, et moyennant quelques dollars, une identité modifiée, et s’en reviennent rapidement à Istanbul. La police du quartier de Lâleli, débordée par cet afflux massif, est impuissante devant ce nouveau phénomène. On est cependant étonné que les expulsions concernent essentiellement les prostituées, et rarement les mafieux et les proxénètes. Il arrive cependant que des proxénètes étrangers, azéris ou ouzbeks, soient expulsés du pays, mais ils sont bien vite remplacés par un parent ou un ami qui veille sur le commerce des femmes.

La presse turque n’est pas avare non plus de commentaires acerbes ou ironiques à l’encontre de cette nouvelle communauté. Les journaux populaires à sensation font leurs choux gras de photos et de slogans racoleurs, et l’assimilation facile entre une femme russe et une prostituée est un pas vite franchi par les journalistes peu scrupuleux. Dans le quartier de Lâleli, une femme russe venue pour acheter du textile et seulement du textile m’a expliqué qu’elle trouvait les mains des Turcs très “entreprenantes” et “déplacées”. Car les vendeurs de Lâleli ne savent toujours pas différencier l’amatrice de la commerçante…

Après les quelques jours passés à Istanbul, ces femmes repartent fourbues en Russie ou en Ukraine. Elles croisent à leur tour à l’aérogare Atatürk de nouvelles femmes qui débarquent pour se livrer aux mêmes activités. D’observées à leur arrivées dans la ville, elles sont devenues observatrices à leur départ. Le problème soulevé par cette nouvelle prostitution slave s’avère être d’ordre économique et social.

Istanbul la féérique, Istanbul imaginaire du tapis volant, du Grand Bazar, Istanbul de Topkapı est aussi pour des yeux plus attentifs, Istanbul de la misère sexuelle et du mépris de l’être humain.

Seule une solution concertée entre les gouvernements turc et russe pourra, non pas endiguer, mais contrôler ces activités de prostitution pour que la circulation monétaire qui y est liée soit sous leur contrôle, pour qu’un programme de santé publique soit imposé et pour soustraire ces jeunes femmes russes aux griffes mafieuses de cette nouvelle forme d’esclavagisme international.



Citer ce billet
Philippe-Schmerka Blacher (1996, 6 mai). Aspect des nouvelles relations turco-russes depuis 1991: la prostitution à Istanbul. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slqp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search