Les lotissements après incendie à Istanbul dans la seconde moitié du XIXe siècle

L’étude menée sur les lotissements après incendie à Istanbul s’inscrit dans le cadre d’une recherche menée par Alain Borie, Pierre Pinon et Stéphane Yérasimos (École d’Architecture de Paris-La Défense, Certificat d’Études Approfondies en Architecture “Villes Orientales”), intitulée “L’occidentalisation d’Istanbul au XIXe siècle”.

L’étude s’est effectuée à partir d’un certain nombre de plans conservés dans les Archives Municipales d’Istanbul, concernant les lotissements suivants : Salmatomruk (1856), Sakızağacı (1857), Hocapaşa (1865), Kumkapı (1865), Balat (1866), Langa (1873), Yenikapı (1917) et Vefa (1918), les dates indiquant celles des incendies rapidement suivis par des reconstructions.

Dans ces différents cas, la reconstruction après incendie a été l’occasion d’opérer des lotissements réguliers donnant une configuration toute différente aux quartiers touchés.

La procédure de reconstruction a été prise en main par l’autorité publique dans le double objectif de moderniser la forme urbaine et de redistribuer les terrains équitablement entre les propriétaires touchés par le sinistre. Concrètement, il s’est agi de redessiner la trame viaire selon un schéma quadrillé considéré comme plus rationnel, puis de redistribuer les parcelles au prorata des surfaces perdues de terrain, une fois soustrait l’espace nécessaire à l’augmentation des surfaces viabilisées (voies plus nombreuses, suppression des im pas ses, élargissement des voies).

Les ingénieurs chargés de dessiner les lotissements (Luigi Storari pour Salmatomruk et Sakızağacı) ont donc d’abord tracé des voies, défini leur largeur, mais la plupart du temps ont renoncé à redessiner immédiatement un parcellaire. C’est ce qu’attestent en tout cas les plans étudiés où le relevé de l’état des lieux (après incendie mais alors que les limites parcellaires anciennes étaient encore lisibles) représente le parcellaire mais où le dessin de projet ne représente pas le nouveau parcellaire (à une exception près, le lotissement de Salmatomruk, où le plan du projet comporte une proposition de parcellaire). Il semble donc que le parcellaire ait été défini seulement après négociation avec les propriétaires.

D’ailleurs, même pour le cas de Salmatomruk, le parcellaire figuré dans le projet montre, par son irrégularité, qu’il est davantage le résultat de négociations que d’une volonté de l’ingénieur (éventuellement contrariée) de dessiner un parcellaire totalement régulier.

Si la régularité domine donc dans le tracé des voies des nouveaux lotissements, il n’en est pas de même pour le parcellaire. Ce qui se vérifie en confrontant les plans des projets avec, par exemple, le parcellaire sommairement figuré dans le cadastre d’assurances de J. Pervititch édité au début du XXeme siècle ou avec l’état actuel des lieux pour les lotissements dont la forme a été conservée.

Quant à la régularité des trames viaires dessinées par les ingénieurs, elle doit être modulée en fonction des circonstances. En effet, cette régularité est rarement totale, et peut se réduire même au dessin de rues rectilignes, sans qu’il y ait égalité de tous les modules des îlots. L’explication en est simple. Dans le cas du quartier d’Hocapaşa, par exemple, un texte (“Copie du premier procès-verbal du 3 mars 1867”, d’après O. Nuri, Mecelle-i Umuru Belediye, Istanbul, 1922, vol. 1, pp. 998-1013, trad. S. Yérasimos) est tout à fait explicite :”La raison pour laquelle un petit nombre de rues du côté de Hocapaşa et Cağaloğlu ne sont pas rectilignes découle d’un certain nombre de nécessités comme la présence sur le tracé (des voies nouvelles) de mosquées ou de grands bâtiments en maçonnerie dont la démolition et la destruction ne fut pas possible, comme la volonté de diminuer dans la mesure du possible les pentes en cet endroit et comme la jonction des rues des quartiers non incendiés avec les nouvelles voies”.

En fait on peut distinguer des lotissements dont la trame viaire est totalement régulière (Salmatomruk, Balat, Vefa), d’autres dont la régularité est réduite à l’orthogonalité des voies (Sakızağacı), d’autres enfin où elle est réduite à la rectitude des voies (Hocapaşa, Langa, Kumkapı). Il semble que dans un premier temps (vers 1856-1866), un ingénieur comme Storari ait tenté de dessiner des lotissements les plus réguliers possibles, se contentant d’adaptations marginales pour se raccorder aux voies préexistantes. Par contre, dans un second temps, il semble que les ingénieurs aient accepté de prévoir une sorte de préadaptation de leurs plans, la variation des modules d’îlots et celle des directions des voies ayant pour but d’éviter les raccords trop difficiles avec les voies des quartiers contigus non incendiés.

L’analyse des plans levés par les ingénieurs après les incendies, ceux qui donnent l’état des lieux, fournissent par ailleurs des informations précieuses sur la morphologie urbaine d’Istanbul au milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire justement avant les grands incendies de la seconde moitié du siècle. Apparaissent, notamment à Balat et à Kumkapı, des tissus constitués de voies principales continues bordées de parcelles étroites et profondes, réservant en cœur d’îlot des terrains plus vastes (des enclos) accueillant des églises.

Il est permis de penser que ces morceaux de tissu urbain ainsi révélés donnent une image ponctuelle de ce qu’était le paysage urbain ottoman traditionnel, du moins celui des quartiers habités par les minoritaires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Pinon (1 juin 1992). Les lotissements après incendie à Istanbul dans la seconde moitié du XIXe siècle. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/slpo


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search