Le palais de Çırağan (le palais des illuminations)

L’endroit où est situé le Palais de Çırağan (entre Beşiktaş et Ortaköy) s’appellait, au début du XVIIe siècle, Kazancıoğlu Bahçesi.

Kaya Sultan et son époux, le Grand Vizir Melek Ahmet Paşa y possédaient une petite demeure en bois dans laquelle ils passaient l’été.

Au début du XVIIIe siècle, Ahmet III offrit le jardin impérial et la maison à son beau-fils le Grand Vizir Ibrahim Paşa de Nevşehir (maison rebaptisée Ferahabad selon la mode de l’époque), et, avec son épouse Fatma Sultan, ils y organisèrent des fêtes connues sous le nom de “çırağan şenlikleri” ou fêtes des illuminations durant lesquelles les jardins étaient éclairés par des torches. Ces jardins sont ceux de l’actuel parc de Yıldız.

Si l’on en croit la description faite par Lady Mary Wortley Montague, femme de l’ambassadeur d’Angleterre, dans ses Lettres publiées en 1763 et qui vécut à Istanbul en 1717-1718 : “(…)sa superficie est prodigieuse ; le gardien m’a assuré qu’il comporte huit cents chambres (…)le tout est orné d’une profusion de marbre (…) les fenêtres sont vitrées du verre le plus cristallin venu d’Angleterre (…) les bains pavés de marbre et leurs murs recouverts de porcelaine du Japon”.

À partir de 1730, date qui marque la fin de l’Epoque des Tulipes, le palais reste inhabité ; puis il est restauré sous Mahmud Ier et abrite les banquets donnés en l’honneur des ambassadeurs étrangers et des grands vizirs.

Après avoir été détruit par ordre de Selim III, le palais est reconstruit en 1805 par l’architecte Krikor Balyan ; puis, à nouveau détruit et reconstruit à plus grande échelle sous Mahmud II par Garabed Balyan entre 1835 et 1841. Il servit de résidence d’été aux deux sultans.

C’est en 1855 qu’un premier incendie le ravage. Abdülmecid fait démolir les restes en 1859, et fait rajouter le mevlevihane ainsi que l’école de Hanım Sultan. Ce sultan désirant un palais de “style arabe”, l’architecte Agop Balyan lui donne satisfaction en faisant venir des artistes peintres d’Espagne et d’Afrique du Nord. Cependant, le palais n’est terminé qu’en 1867 après l’accession au trône de Abdülaziz.

Entre 1876 et 1904, Murad V, détrôné, y est assigné à résidence. C’est dans le harem, devenu aujourd’hui le Lycée de filles de Beşiktaş, qu’il passera vingt-huit ans. Sa chambre est maintenant la cantine du lycée ; ses bains, le laboratoire de chimie, et les bains des femmes, le laboratoire de physique.

À la suite de la Révolution jeune-turque en 1908, le palais est occupé par le Sénat et la Chambre des Députés.

L’incendie qui le ravagea le 9 Janvier 1910 ne laissa, comme seuls vestiges, que les murs et les portes principales.

C’est en 1940 que le reste du bâtiment devient le Collège de filles de Beşiktaş, et en 1959, le Lycée.

Le Ministère du Tourisme décide, en 1986, de restaurer le Palais de Çırağan et ses jardins. Un consortium international du nom de “Çırağan Turizm ve Geliştirme A. .” est créé. Cette restauration consiste essentiellement à le transformer en hôtel de luxe de 310 chambres, comprenant aussi une salle de bal, des restaurants, des salles de réunion, un casino, et des suites V.I.P.

Les travaux ont commencé en Avril 1987. Selon les architectes en charge, de nombreux éléments conserveront leur conformité à l’original : les deux “koltuk kapısı” (soit les quatre portes en marbre du jardin), la porte du harem, le passage entre le palais et le parc de Yıldız, les portes en bois de l’entrée et les fenêtres à guillotine. Le marbre employé est celui de Marmara et la restauration des façades par les marbriers représente environ 250 000 heures de travail.

Pour ce qui est des portes et fenêtres en bois,on ne trouve d’équivalent que dans les palais de Beylerbeyi, Ihlamur et Dolmabahçe. Le plan se compose de trois sofas rectangulaires dimensionnés librement les uns par rapport aux autres. Le sofa du selamlık est en forme de croix et le bain de hünkâr (bain de l’empereur) dans une aile séparée, a la forme d’un pont qui relie le palais au jardin.



Citer ce billet
Laurence Ammour (1992, 1 juin). Le palais de Çırağan (le palais des illuminations). Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slps

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search