Espaces publics

Madame Marion Segaud, Université du Littoral à Dunkerque (France)

Plusieurs éléments peuvent éclairer l’intérêt en France pour les espaces publics: les années quatre-vingts voient l’explosion sociale de certaines banlieues; se posent les questions de la relégation et de l’exclusion; en filigrane c’est le fonctionnalisme des espaces issus du Mouvement Moderne qui est mis en cause, la qualité de l’espace qui est visée; changer la ville, changer la vie; en face de ces constats se développe une réponse urbanistico-politique: Mission Banlieue 89, impulsée par Mitterrand. La réhabilitation des cités passe aussi par la requalification des lieux publics; au même moment on travaille à la Loi d’Orientation sur la Ville. La « crise » rend disponibles en masse des espaces: friches industrielles, portuaires, terrains militaires. La décentralisation et l’entrée dans l’Europe individualisent les villes: mises en concurrence, le marketing urbain devient une arme politique à travers l’architecture et les projets urbains (l’espace public comme espace communautaire, partagé par les citoyens).

Du côté des sciences sociales on a quitté la Grande Théorie (approche structuro-fonctionnaliste) et on est entré dans une approche plus phénoménologique, plus axée sur les individus que sur les groupes, sur les usages et sur les compétences. On n’étudie plus l’espace urbain comme résultant d’un mode de production ou comme élément nécessaire à la reproduction sociale mais plutôt comme un espace sensible.

Cet ensemble d’éléments explique que l’on se penche sur l’espace public à la fois comme élément de la morphologie urbaine (comme territoire) et comme espace social, lieu d’urbanité et de civilité mais aussi d’incivilité et d’insécurité, comme espace urbanistique c’est à dire comme lieu de co-production entre formes physiques et formes sociales issues de présentations et de représentations de soi et d’autrui, donc de comportements, d’attitudes, d’interactions; l’espace public est alors conçu comme une sorte de scène où se déploient des acteurs (Gofman).

Il y a une ambivalence de la notion d’espace public: elle indique un espace physique, identifiable, repérable visuellement et formellement et elle renvoie aussi à une dimension sociale qui en fait une scène sur laquelle jouent les acteurs, qui échangent et communiquent selon certaines règles, appuyées sur des codes sociaux.

Ce n’est pas un espace vide, sorte de résidu de l’espace construit sur lequel viendrait se poser quelque mobilier urbain; ce n’est pas uniquement l’espace extérieur, celui de la voie publique, des places et des jardins; ce que l’on appelle espace public c’est aussi celui des équipements publics, lieux d’échanges comme les gares, le métro mais aussi les espaces de consommations culturelles, de loisirs, commerciaux. Ces espaces sont en général conçus dans la pensée urbanistique occidentale de manière monofonctionnelle (segmentation des usages).

Il y a une grande diversité des objets « espaces publics » mais également une diversité d’appréhension culturelle.

Ce qui définit un espace comme public c’est le fait d’être commun à tous et accessible à tous; la multiplicité des usages et leur codification (signes vestimentaires par ex.) qui s’y déploie le rend polyfonctionnel: un même espace doit pouvoir accueillir simultanément ou successivement des types d’usagers différents: la mère de famille, le flâneur, le sportif, l’habitant…

Mais ce n’est pas tant la qualité intrinsèque d’un espace qui le rend public que les usages qui s’y déroulent qui le qualifie de public; on sait que l’espace que nous appelons « public » est fortement sexué, dans certaines sociétés: il peut être public à certains moments du jour ou de la nuit (certaines promenades seront mixtes hommes femmes pendant le jour et uniquement fréquentées par les hommes le soir) à certaines occasions et privé à d’autres (ex. La rue ou la ruelle d’Alep ou de Beyrouth (Beyhun, David) peuvent changer de statut et de publiques, à certains moments devenir privées ou uniquement accessibles aux seuls membres de la communauté; il y a des degrés d’ouverture de certains espaces, sorte de gradation dont on pourrait dire qu’ils sont à géométrie variable selon les contextes temporels et culturels.

Les espaces publics sont des révélateurs d’une certaine pensée sur la ville; ils sont devenus aujourd’hui une composante fondamentale des projets urbains (leviers) qui ont fleuri en France dans les années 80; ils sont devenus objets de concours. Bien au-delà d’effets de mode, ils révèlent de la part des Élus et des architectes une nouvelle manière de faire la ville. On sait que l’heure n’est plus en France, au développement de l’urbanisation effrénée mais plutôt à un redéploiement de la ville sur elle même. On aménage l’aménagé: Ces dernières années ce sont surtout les centres villes qui ont bénéficié d’investissements importants: création et aménagement de promenades et de boulevards urbains (Cours des Cinquante Otages, Lille-Tourcoing le long du Mongie, Place d’Estienne-d’Orves à Marseille, Promenade des Anglais à Nice; mais aussi création de voies piétonnes : rue Montorgueil à Paris, rue de la République à Lyon. La réhabilitation du tramway (Seine Saint Denis, Strasbourg, Nantes, Grenoble, Issy les Moulineaux-La Défense, existant à Lille et en projet à Bordeaux) est une manière de rénover les espaces publics; il s’agit d’une timide remise en cause du tout-automobile.

À travers ces projets se développe une approche plus globale de la ville.

On sait comment en France, se sont constitués de manières distinctes les différentes compétences qui interviennent sur la ville, fondant une véritable culture technique propre aux différents acteurs, mais très sectorisée (services des espaces verts, du nettoiement, concessionnaires des réseaux, services d’urbanisme, de la voirie, d’exploitation, d’éclairage…). Il existe une très forte rationalisation technique qui privilégie la gestion et la régulation des flux et les aspects sécuritaires et réglementaires.

Or, travailler sur les espaces publics c’est se placer dans la transversalité. Non seulement il faut coordonner les différents acteurs mais aussi, dans le cas d’agglomération et d’intercommunalité, il faut que les élus aient une vision politique commune et que s’accordent les compétences multiples et diverses.

En France dans certaines agglomérations où l’intercommunalité est efficace de véritables politiques portant sur les espaces publics sont mises en place (Dunkerque, Lyon, inspirées par Barcelone, exemple pour beaucoup de villes Françaises) en se dotant de moyens originaux: Nantes crée une direction de l’espace public; Paris crée un Guide de l’espace public, énonçant recommandations et règles communes autour d’un vocabulaire (matériaux, couleurs) qui se veut commun à tous les acteurs. cependant un problème demeure souvent encore non résolu: celui de la maitrise d’ouvrage unifiée.

Les espaces publics sont des objets modestes dans leur banalité quotidienne peu encore étudiés dans les écoles d’architecture.

Leur traitement engage une certaine vision de la démocratie et une certaine idée du partage du bien commun entre tous les citoyens; leur prise en compte pose la question de la centralité mais aussi celle de la solidarité; elle interroge ainsi la politique de la ville


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.