Bilan de l’Observatoire Urbain d’Istanbul

Bulletin Nº 10 –

C’est au mois de novembre 1996 qu’a pris fin ma mission au sein de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (O.U.I.). La publication du dixième numéro de la Lettre d’Information que dirige à présent Philippe Blacher nommé au poste de responsable de l’O.U.I. par le conseil scientifique du 27 juin 1996, est l’occasion de dresser un bilan des activités de cet Observatoire et d’en faire un bref historique.

Les choses n’ont pas été toutes seules pour l’Observatoire d’Istanbul. Lorsqu’en 1991, M. J-L. Bacqué-Grammont alors directeur de l’IFEA, a fait appel à mes services comme consultante, l’Observatoire était en sommeil depuis trois ans et n’avait connu qu’une seule année d’existence en 1988-89. C’est dire que tout était à faire. Pour commencer, je me suis attachée à faire revivre cette structure en publiant le n°2 de la Lettre d’Information; il a fallu remettre en place un réseau de chercheurs locaux, reprendre contact avec les universités, sur place et en France, pour réamorcer une dynamique d’échanges entre l’O.U.I. et la recherche urbaine. À partir de 1992, reconduite dans ma mission de consultante par M. J. Thobie, l’accent a été mis sur les acquisitions documentaires et l’organisation de conférences à l’IF.E.A. et de séminaires dans les facultés d’architecture. En décembre 1993, j’ai été officiellement nommée allocataire de recherche à l’IF.E.A., responsable de l’Observatoire Urbain d’Istanbul.

1. Documentation et cartographie

Fin 1994, le rythme des acquisitions documentaires est passé à la vitesse supérieure, en particulier en littérature grise: nombreux ont été les mémoires de fin d’études, les thèses ainsi que les actes de colloques et travaux de recherche introuvables, fournis par l’université du Bosphore et nos bouquinistes attitrés. Cette politique devrait se poursuivre auprès des universités Mimar Sinan, ITÜ et Yıldız.

L’éventail des acquisitions s’est également élargi grâce aux abonnements contractés auprès de la Mairie du Grand Istanbul, des mairies d’arrondissements, du Tarih Vakfı, de ISKI (Compagnie des Eaux), et la proportion des échanges avec des organismes tels l’ICOMOS, l’ISTED, le Plan Urbain, l’Institut Français d’architecture et les centres de recherche étrangers et français a considérablement augmenté.

L’O.U.I. a également constitué un fonds particulier sur la Conférence Habitat II de juin 1996, comprenant des rapports nationaux, les bulletins des organismes internationaux et des ONG, les fascicules des ³ best practices ² et les textes des conférences et forums tenus à Istanbul sur la politique de la ville; la Déclaration finale de la Conférence (dite ³ Déclaration d’Istanbul) fait partie de ce fonds.

Fin 1994, le fonds documentaire de l’O.U.I. comptait environ 250 références; il en compte aujourd’hui près de 850. Ceci a été possible grâce à l’augmentation du budget alloué à la bibliothèque décidée par M. S. Yerasimos, et grâce aux subventions accordées à l’Observatoire par le Bureau de la Recherche Architecturale du Ministère de l’Équipement.

Pour ce qui est de la cartographie, les acquisitions ont porté sur les plans cadastraux de la péninsule historique au 1/500e (environ 120 planches), au 1/1000e (environ 50 planches) et des copies de photos aériennes émanant du Bureau des Cartes de la Mairie du Grand Istanbul. Tout confondu, le fonds cartographique de l’Observatoire compte environ 700 documents fichés sur Dbase III (plans urbains, plans d’assurance, plans cadastraux, cartes topographiques, géologiques, historiques et politiques). Il reste cependant un réel problème de rangement et de place qui ne permet pas un classement physique des cartes par catégorie et/ou par période.

En matière de statistiques, les recensements sont régulièrement versés au fonds de l’O.U.I. et certains sont consultables sur disquette.

2. La Lettre d’Information

Reparaissant depuis 1992 à raison de deux numéros par an, elle s’est enrichie de contributions de jeunes chercheurs, des textes des interventions de l’Atelier “Istanbul, l’espace et les hommes” et d’une chrono de presse réalisée à partir de cinq quotidiens turcs.

La Lettre est à coup sûr un moyen de faire connaître les activités de l’Observatoire ; en effet, nombreuses sont les demandes qui nous parviennent pour recevoir la Lettre et qui ainsi permettent d’élargir le réseau. Elle permet également de pratiquer une politique d’échanges en constante augmentation et ainsi d’avoir accès à l’information sur les colloques en cours ou à venir, les récentes publications et les travaux de recherche. Publiée à 50 exemplaires au début, elle est à présent tirée à 350 exemplaires.

3. L’Atelier : “Istanbul, l’espace et les hommes”

L’Atelier mensuel de l’Observatoire mis en place à compter de décembre 1994, avait pour objectif de créer un “noyau dur” de chercheurs et d’universitaires turcs , d’une part pour amorcer un débat différent sur l’état des recherches urbaines en Turquie et d’autre part pour porter la réflexion sur les outils méthodologiques mis en œuvre dans ces recherches.

Il s’agissait en outre, de toucher un public d’étudiants en architecture, urbanisme et histoire et sociologie urbaines pour l’impliquer dans un débat innovant permettant de sortir des sentiers battus des études monographiques et descriptives qui sont généralement menées localement.

En ouvrant l’Atelier sur d’autres villes à compter de l’automne 1996 (Téhéran, Le Caire, Beyrouth), nous pensions pouvoir privilégier l’aspect comparatif des expériences urbaines et par ce biais, relancer le débat sur Istanbul. On a pu s’apercevoir que les séances portant sur l’histoire ancienne d’Istanbul drainaient plus de chercheurs, ce qui confirme un plus grand intérêt général pour le passé urbain que pour les domaines de l’actualité urbaine (migrations, coopératives de construction ou gecekondu) ou encore pour les questionnements méthodologiques.

Compte tenu de ces observations, peut-être serait-il souhaitable d’envisager une nouvelle formule consistant à organiser certaines séances de l’Atelier dans les facultés mêmes, en coordination avec un cursus universitaire, pour solliciter étudiants et enseignants sur leur terrain et ainsi renforcer la visibilité de l’Observatoire.

4. Tables rondes

En 1995, l’Observatoire a organisé deux tables rondes regroupant des chercheurs turcs et étrangers sur les thèmes suivants:

  • en septembre, à l’université de Galatasaray, “Istanbul réelle, Istanbul rêvée. La ville dans la littérature, le cinéma et la peinture au Xxe siècle”, en collaboration avec Timour Muhidine et N. Monceau et dont les Actes paraîtront en novembre 1997 aux éditions L’Esprit des Péninsules (Paris).
  • en novembre, à l’université Mimar Sinan, “Architecture et architectes italiens à Istanbul au tournant du siècle”, en collaboration avec le Centre de Culture Italien d’Istanbul, et qui fait l’objet d’un ouvrage paru en février 1997.

Est en préparation depuis mai 1996, en collaboration avec le département de Philosophie de l’Université d’Istanbul, une table ronde avec le philosophe Jacques Derrida sur les notions de frontières et de limites appliquées à la ville d’Istanbul, à travers des approches philosophique, historique, sociologique et littéraire. Cette rencontre aura lieu les 9 et 10 mai 1995 à l’Université du Bosphore.



Citer ce billet
Laurence Ammour (1997, 19 mai). Bilan de l’Observatoire Urbain d’Istanbul. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slr8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search