Habitat II: La France à Istanbul

Bulletin nº 09

Rémi STOQUART

Le Sommet mondial des villes, dernière grande conférence de l’ONU de ce siècle, a lieu 20 ans après la première Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, Habitat I, tenue à Vancouver (Canada), en 1976. Le but d’Habitat I était d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les problèmes des établissements humains de tous types, ruraux, et urbains. Vingt ans après, près de 20.000 personnes, venues de plus de 180 pays, sont attendues à Istanbul du 30 mai au 14 juin.

Cette conférence est conçue comme une instance de synthèse : elle doit inscrire le devenir des villes dans les perspectives de développement durable définies au Sommet de Rio ; elle contribuera au respect des principes communs pour un monde responsable et plus solidaire posés par les précédents Sommets mondiaux. Son but est ainsi de susciter, dans le monde entier, une prise de conscience permettant d’améliorer les conditions de vie des populations urbaines les différents gouvernements et organisations internationales adopteront, à Istanbul, un Plan d’action mondial pour le développement des établissements humains.

Le sommet d’Istanbul constitue une opportunité exceptionnelle pour que se nouent des liens entre les prescripteurs des politiques urbaines (décideurs politiques à tous échelons territoriaux, hauts fonctionnaires nationaux et internationaux), les représentants des grands bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Banque Européenne de Recherche et de Développement, programmes des Nations Unies), des personnalités qualifiées (urbanistes, architectes, journalistes) et de nombreux responsables d’entreprises et d’organisations non gouvernementales.

LA FRANCE ET SON EXPÉRIENCE DE LA VILLE

Planification urbaine, aménagement, logement social, grandes infrastructures, gestion des services urbains : dans tous ces domaines, la France possède une longue expérience d’intervention publique et un savoir-faire de la ville qu’elle entend faire partager. La “culture française de la ville”, certes, non exempte de critiques, est une réalité qui embrasse l’ensemble de la vie sociale.

La décentralisation a encore renforcé cette conception volontariste : les acteurs de la ville -élus locaux, État, associations et entreprises privées- sont ainsi appelés à travailler chaque jour davantage en synergie.

C’est pourquoi la France s’est fortement mobilisée dans la préparation du Sommet mondial des villes. Au-delà de sa participation aux travaux de la Conférence, où elle défendra les concepts auxquels elle tient (comme le droit au logement pour tous), la France a voulu porter témoignage, à Istanbul, de son expérience dans les politiques urbaines. Le savoir-faire de tous ceux qui contribuent à faire la ville a ainsi été mobilisé, de façon à irriguer l’ensemble du champ d’étude couvert par le Sommet.

LE PROGRAMME FRANÇAIS PENDANT LE SOMMET

L’implication active de la France dans le Sommet mondial des villes s’exprime par le déploiement d’une palette d’événements de toute nature :

  1. – des tables-rondes sur les différents thèmes afférents à la Conférence ;
  2. – une série d’expositions autour de la ville, de ses méthodes d’observation et de ceux qui la créent ;
  3. – une multitude de manifestations culturelles (danse, cinéma, concerts) participant à l’animation d’Istanbul lors du sommet.
  1. Des tables-rondes (30 mai-11 juin) :

La France organise une série de tables-rondes autour des principales préoccupations urbaines contemporaines.
Ces débats, regroupés sous le terme générique d’entretiens de Taksim – ils ont lieu dans les locaux du Consulat général de France et de l’Institut Culturel Français, place Taksim à proximité immédiate de la “vallée de la conférence”- ont pour ambition de faire valoir la compétence française en matière de services urbains et de gestion des agglomérations en France et dans le monde. Mais c’est surtout l’occasion de confronter l’expérience française de la ville avec des pratiques et des cultures différentes, d’enrichir par le débat nos conceptions différentes de la façon de penser la ville.

C’est dans cette pluralité d’opinions que s’inscrit “la quinzaine française de la ville” à Istanbul, abordant tout ce qui participe à l’animation d’une ville : l’art, la culture, l’architecture, les transports, le commerce, le génie urbain…

En effet, les tables rondes traiteront de thèmes intéressant à la fois des questions techniques (sécurité urbaine et développement des villes, partenariat public-privé dans la gestion des villes, transports publics, financement du logement, transports et énergie dans la ville) que des problématiques d’ordre plus prospectif (recherches sur la ville, évaluation des politiques urbaines, planification des villes en développement), voire culturel (patrimoine et modernité, art, ville et citoyen).

Elles réuniront un grand nombre de spécialistes, de techniciens, de politiques et de praticiens de la ville et de la gestion urbaine, venant tant du secteur privé que public,majoritairement français. Ces manifestations -sur invitation seulement- visent un public de spécialistes, de décideurs et de techniciens internationaux.

Le public sera donc majoritairement choisi parmi les experts internationaux présents à Istanbul à l’occasion du Sommet des Villes. Les participants seront limités à une centaine. Des invitations seront aussi délivrées aux entreprises partenaires, à la presse ainsi qu’aux acteurs urbains turcs.

  • – Trois expositions sur la ville :

La première exposition, située dans les locaux de l’Institut culturel français et intitulée “Spot et la ville” met en lumière l’outil indispensable que constituent les photos-satellite en matière d’analyse urbaine à partir de villes ou de régions françaises -Grenoble, Rennes, Lyon, régions urbaines du Languedoc, -ou étrangères -New-York, Londres,
Rome, Madrid, Barcelone, Lisbonne, Berlin

La seconde, située aussi à l’IEFI, illustre l’oeuvre de “grands architectes français contemporains”, anciens élèves de l’Ecole Spéciale d’Architecture et réunira un ensemble de projets produits ces dernières années par la nouvelle génération d’architectes français : Christian de Portzamparc (lauréat du très réputé “Pritzker Price”en 1994), Paul Virilio, Jean Nouvel, Bernard Reichen et Philippe Robert…

Enfin, à la galerie Yapı Kredi, avenue Istiklal, à quelques pas du Consulat de France, l’oeuvre et les méthodes de l’architecte et urbaniste Henri Prost feront l’objet d’une grande rétrospective, qui insistera sur les réalisations de Prost à Istanbul (1936-1951). Henri Prost, appelé en 1936 par Atatürk, a littéralement marqué de son empreinte la ville, sauvegardant la silhouette du vieil Istanbul et dégageant les perspectives sur les monuments historiques tout en modernisant la ville.

LES ENTRETIENS DE TAKSIM

(30 MAI-11 JUIN)*:

  • – Jeudi 30 mai: “l’art, la ville, le citoyen” (16h-18h) avec notamment Christian de Portzamparc (architecte) et François Barré (directeur de l’architecture au Ministère de la Culture). L’action culturelle et artistique menée par des créateurs dans les quartiers, de plus en plus appuyée par l’engagement des mairies et des diverses collectivités locales, n’est-elle pas aujourd’hui un des premiers moyens de mobilisation contre la fracture sociale dans la ville ?
  • – Vendredi 31mai : “quelle planification possible pour les villes en développement ? Le cas d’Istanbul” (14h30-16h30) animé notamment par Stéphane Yerasimos (directeur de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes) et Téléki Ilhan (président du Comité national turc d’Habitat II). L’exode rural et l’inflation galopante sont des fléaux qui affectent les villes en développement. La pression foncière devient telle qu’aucun aménagement à priori ne paraît possible. Pour Istanbul et des villes de ce type, quelles solutions à adopter ?
  • – Vendredi 31 mai : “villes et commerce” (17h00-19h00) avec notamment Pierre Mauroy (ancien premier ministre), Agnès Audier (directeur du cabinet du ministre français des PME, du Commerce et de l’Artisanat) et Daniel Bernard (PDG de Carrefour). Face aux croissances urbaines de nombreux pays, l’appareil commercial se développe selon des modes d’implantation nouveaux. Ceux-ci devront tenir compte de l’environnement et s’intégrer dans un développement urbain durable.
  • – Samedi 1er juin: “sécurité urbaine et développement des villes” (10h00-13h00) avec, entre autres, la participation de Martine Aubry (ancien ministre, adjointe au maire de Lille) et André Pollet (délégué adjoint de la Délégation Interministérielle à la Ville). La sécurité est désormais considérée comme un bien public. Les pouvoirs publics, dans de nombreux pays du monde, développent de longue date une stratégie globale, alliant prévention, répression et solidarité.
  • – Samedi 1er juin: “évaluation des politiques urbaines : le rôle des collectivités publiques et des citoyens” (15h30-18h00) avec notamment, Pierre Mauroy et Michel Rocard (anciens premiers ministres), Michel Delebarre, Michel Giraud, Bernard Stasi (anciens ministres) et de nombreux maires français et étrangers. Les maires français présents à Istanbul au moment du Sommet débattront avec des personnalités étrangères réunies autour des thèmes de la coopération décentralisée, de la démocratie dans les villes de demain et de l’identité commune des villes européennes.
  • – Lundi 03 juin: “recherches sur la ville” (15h00-18h00) avec la participation de nombreux chercheurs. A l’initiative de l’ORSTOM et du PIRVILLES-CNRS, débat autour du thème : “gouvernance : les nouveaux modes de gestion urbaine et de gouvernabilité des villes dans un contexte décentralisé”.
  • – Mardi 04 juin: “le partenariat public-privé dans l’aménagement et la gestion des villes” (17h00-19h00) avec notamment la participation de Dominique Figeat (PDG de la SCET), Claude Martinand (directeur des Affaires économiques et internationales au Ministère de l’Equipement). Les services publics urbains demandent des financements que la collectivité ne peut pas seule assumer. L’association du secteur privé dans le financement et dans la gestion de services devient dès lors nécessaire, tout en conservant le rôle de régulation de la puissance publique. Expérience et savoir-faire français.
  • – Mercredi 05 juin : “transports publics et requalification urbaine” (17h00-19h00) avec la participation des principaux représentants des opérateurs publics français (RATP, SNCF, SEM Euralille…). Au niveau national et international, les transports publics jouent un rôle essentiel en termes de développement économique, de cohésion sociale, de centralité urbaine et d’impact sur l’environnement. Les opérateurs publics français présentent la conception de leurs missions dans la ville de demain.
  • – Jeudi 06 juin: “ville, transports et énergie” (17h00-19h00) avec la participation des représentants des grandes entreprises françaises dans le domaine (Compagnie générale des Eaux, Gaz de France…). Les différents types de développement ont des répercussions sur les coûts de l’énergie et sur la qualité de vie dans les villes. Quels sont les enjeux de l’énergie viable pour les villes de demain.
  • – Vendredi 07 juin : “gestion des quartiers d’habitat” (17h00-19h00) avec notamment la participation de Louis Besson (ancien ministre et président du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées) et Francis Idrac (délégué interministériel à la ville), ainsi que des représentants d’organismes gestionnaires de quartier d’habitat. Présentation de la problématique de la gestion de quartiers dans les villes sous les aspects sociaux, économiques, financiers et techniques.
  • – Samedi 08 juin: “le financement du logement et de la ville” (17h00-19h00) avec notamment la participation de Philippe Lagayette (directeur général du groupe Caisse des dépôts et consignations), René Rossi (président du plan construction et architecture), Pierre-René Lemas (directeur de l’habitat et de la construction au ministère de l’Equipement). Comment les villes de demain seront-elles financées ? A travers l’exemple du système français de financement du logement et de la ville, comment s’articulent les interventions des différents acteurs publics ou privés ?
  • – Lundi 10 juin: “patrimoine et modernité” (17h00-19h00) avec notamment Catherine Bersani (directeur de l’architecture et de l’urbanisme au ministère de l’Equipement), François Dubin (président des PACT-ARIM), Yves Dauge (maire de Chinon). La protection du patrimoine ne repose plus uniquement sur la préservation d’ensembles bâtis mais par le respect de la mémoire urbaine permettant de conserver la structure originelle des villes tout en intégrant les éléments de modernité nécessaires à leur développement.
  • – Mardi 11 juin: “développement durable et stratégies urbaines des métropoles régionales” (17h00-19h00) avec, entre autres, la participation d’André Rossinot (ancien ministre, président de la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme), Francis Ampe (directeur de l’Agence d’Urbanisme de Lille), Michel Cadot (DATAR). Les métropoles régionales sont de plus en plus amenées à développer de véritables “stratégies urbaines d’agglomération”. Mais alors, comment mettre en oeuvre une stratégie de développement à long terme assurant un rayonnement au niveau national, voire international.


Citer ce billet
oui (1996, 13 mai). Habitat II: La France à Istanbul. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slqs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search