L’interdépendance du tourisme et de l’aviation

Bulletin 16:

Mehmet JEDDI,
Étudiant en D.E.S.S. à Lyon II Lumière

Le produit touristique est un assemblage de services qui forme un tout indivisible. Ces éléments pris chacun indépendamment ne pourraient en effet constituer l’offre touristique internationale. Car un produit touristique, c’est:
– un patrimoine touristique de ressources naturelles, culturelles, artistiques, historiques ou technologiques, qui va attirer le touriste et l’inciter au voyage;

  • des équipements qui, en eux-mêmes, ne sont pas des facteurs qui influencent le motif de voyage, mais qui, s’ils manquaient, interdiraient ce voyage: hébergement, restauration, équipements culturels, de loisirs et sportifs;
  • des facilités d’accès qui sont en relation avec le mode de transport que va utiliser le touriste pour se rendre à la destination choisie: avion, bateau, train, voiture, autocar.

Il y a certes une interdépendance entre le tourisme et l’aviation. L’ouverture de nouvelles lignes facilite l’accès et donc l’établissement d’entreprises commerciales touristiques en apportant de revenus supplémentaires et des investissements en capital. Les services aériens améliorés et des tarifs promotionnels attirent un nombre de touristes sans cesse croissant. Une interdépendance et une solidarité profonde existent entre les intérêts des compagnies aériennes et les objectifs des organes gouvernementaux responsables du tourisme, en vue d’assurer une expansion harmonieuse de cette activité.

Toutefois, les gouvernements doivent entreprendre des efforts en vue d’étaler les vacances et d’étendre les congés payés, de façon à assurer des niveaux d’occupation plus satisfaisants tout au long de l’année; ils doivent accorder des priorités aux compagnies aériennes en tant que consommatrices d’énergie et doivent renoncer aux mesures qui pourraient affecter défavorablement, d’une façon ou d’une autre, le transport aérien et le tourisme (exemple: loi qui interdit pour une compagnie aérienne étrangère le transport de passagers sur les lignes domestiques d’un pays).

Les deux faits techniques qui ont mis l’aviation à la portée du tourisme furent l’un, l’avion à réaction, puis le gros porteur. A la fin des années 50, la vitesse a été multipliée par deux avec l’introduction de l’avion à réaction; au début des années 70, ce fut la venue des gros avions avec le Boeing-747, le DC-10 McDonnel Douglas et l’Airbus pour les courtes et moyennes distances. Les gros porteurs ont été les outils essentiels d’une réduction des coûts au siège / kilomètre. En même temps, l’avion est devenu plus sûr, 0.1 à 0.2 tué pour 100 millions de passagers / kilomètres selon les années. Des progrès ont parfois été stoppés par des facteurs humains, comme la fatigue des pilotes. Le nouveau problème de la sécurité aérienne est celui des actes de piraterie en vol. La seule solution adoptée pour le moment est un contrôle de plus en plus rigoureux dans les aéroports pour filtrer les passagers et leurs bagages.

L’avion est aussi devenu très confortable. Enfin des formules tarifaires très avantageuses ont pu être proposées depuis l’ouverture des classes économiques.
Aujourd’hui, grâce à ces améliorations et ces innovations, le transport aérien est devenu essentiel pour le développement du tourisme international. Le tourisme et les voyages à forfait ne sont d’ailleurs plus des sous-produits pour les compagnies puisqu’elles réalisent plus de 4/5 de leurs revenus avec le trafic des passagers touristiques.


Bibliographie

  • Henri de LARY, La libre circulation des personnes dans la CEE, Paris, PUF, 1992, coll. « Que sais-je? »
  • Trigano G., Pour une industrie touristique plus compétitive, J.O. no 4100
  • Histoire de l’aviation, Ed. Méridiens, 1989

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.