Les espaces verts à Istanbul

Bulletin 16:

par Stéphanie Alcalde,
Étudiante en Urbanisme

Actuellement, la ville d’Istanbul compte près de neuf millions deux-cent mille habitants et, selon les prévisions((Étude de la Food and Alimentary Organization (FAO) de décembre 1997)), elle pourrait atteindre dix-sept millions en 2015.
Dans une agglomération qui connaît une telle expansion urbaine, bien souvent incontrôlée, on peut se demander quelle sera la place des espaces verts à Istanbul dans quelques années.
Il convient avant tout de souligner le caractère original des espaces verts recensés dans cette ville, l’une des plus importantes de Turquie, et de montrer quels sont les enjeux qui accompagnent leur nécessaire préservation pour lui éviter une asphyxie déjà ressentie par beaucoup d’habitants.

Un charme unique, bien souvent insoupçonné

Les espaces verts d’Istanbul font partie du tissu ancien et, au même titre que le bâti, du patrimoine historique de la ville. Considérés comme rares, les espaces réservés à la végétation sont surtout difficiles d’accès et ne suivent pas les mêmes règles que les espaces libres occidentaux puisque leur fonction urbaine est souvent fort différente. Il n’en reste pas moins qu’ils existent et ont tous une valeur sociale très importante.

Des espaces verts aux formes originales : le cas des cimetières

Pour beaucoup, Istanbul n’est pas une ville verte. Pourtant, il reste encore dans la ville de magnifiques aires réservées à la végétation. Beaucoup encore, ne considèrent pas les cimetières comme de réels espaces verts. Cependant, à Istanbul, cette classification prend tout son sens. En effet, pour les musulmans, la mort est un retour à l’état naturel et les cimetières qui de prime-abord semblent abandonnés font, bien au contraire, l’objet de toutes les attentions. En effet, tous s’attachent à la préservation de ces lieux, à leur tranquillité, tout en laissant libre cours à une végétation foisonnante pour qu’elle envahisse les tombes et les espaces qui les séparent et, par là-même, garantir aux morts une proximité de Dieu.
Ainsi, contrairement aux apparences, les cimetières sont toujours gardés et d’accès parfois difficile. Le cimetière de Şişli par exemple, au Nord de la Ville, est très fréquenté par des petites bandes d’enfants qui s’approvisionnent en eau et le visiteur peut également s’approcher des tombes, à condition de renoncer à l’utilisation de l’appareil photo((L’image photographique est assimilée à la personnalité et donc également à l’âme. La croyance est encore largement répandue que l’appareil est susceptible de voler l’âme, en particulier dans les milieux les plus pauvres et principalement chez les femmes -les hommes se laissent, eux, photographier beaucoup plus volontiers . Il semble donc que les figures statuaires qui représentent les disparus encourent également ce risque.)). Ailleurs, ce genre d’interdiction n’a plus cours mais d’autres obstacles participent à la dissimulation des cimetières.

Celui d’Osmanbey est clos par une mur de pierre de plus de 15 mètres de haut et l’unique porte d’entrée semble condamnée, compte tenu du marché installé tout le long de la muraille. Lorsque le curieux parvient à trouver, dans le tumulte du petit Bazar, la personne responsable de l’entrée, il accède alors à un lieu absolument désert et apparemment abandonné de longue date. Seuls quelques chats sauvages semblent maîtres des lieux.

L’espace se compose, pour l’essentiel, de tombes mais surtout de grands cèdres et d’arbres fruitiers. En son centre, au milieu d’un grand cercle de pelouse, un figuier trône et semble vouloir prouver que la mort peut, elle aussi, être féconde.
Le cimetière d’Eyüp est plus volontiers admiré par les touristes qui suivent le parcours balisé par l’homme de lettres français adoré par les Turcs : Pierre Loti. C’est à l’extrémité de la Corne d’Or que se trouve en effet cet immense cimetière musulman, nécropole qui a servi à partir du XVIème siècle. Dans ces anciens cimetières, les tombes des hommes sont coiffées d’un turban((Turban qui symbolise généralement la profession du défunt.)) et celles des femmes couronnées d’une fleur. Elles sont généralement groupées dans des jardinets protégés par des grilles en ruines. Une allée paysagère dénomée Kırkmerdiven Caddesi, (la rue des Quarante Escaliers), conduit au sommet de la colline d’Eyüp, presque entièrement recouverte par le cimetière. C’est là que se trouve le café Pierre Loti qui offre une merveilleuse vue sur Istanbul.

Des parcs et jardins discrets, voire même secrets…

Les espaces verts de la ville ne se limitent poutant pas aux seuls cimetières et à leurs environs puisque la cité compte également un grand nombre de parcs et jardins. Beaucoup sont certes privés et le magnifique jardin du Palais de France est un bel exemple de jardin d’accès très limité puisque réservé au seul personnel du consulat, et aux ressortissants français conviés aux célébrations du 14 juillet. Outre ces îlots de verdure détenus par les pays autrefois les mieux représentés sous l’Empire ottoman((L’Espagne est, par exemple, bien mal lotie si on compare les locaux qu’elle occupe, au dernier étage d’un immeuble ancien du quartier de Nişantaşı, à ceux que se sont réservé des pays comme la France, l’Angleterre, l’Italie ou l’Allemagne.)), d’autres Palais offrent aux visiteurs des espaces verts d’une qualité exceptionnelle. Ces sites conçus, à l’époque des sultans, pour être des “jardins de paradis” gardent encore un charme indescriptible. À la frontière entre deux climats, la végétation est riche d’un diversité d’essences exceptionelle. Outre le fameux sérail de Topkapı, citons notamment ce terrain conquis sur la mer par le remblayage d’une petite partie du Bosphore qui fut poétiquement appellé le “Jardin rempli”, Dolmabahçe. Le magnifique jardin du Palais d’été est ainsi orné de kiosques et d’une ravissante fontaine. De même, un parc comme celui d’Emirgan offre, au sommet de la colline, les magnifiques jardins de tulipes, fleur originaire de Turquie et importée en Hollande au XVIIe siècle.

Près de là se trouve également le plus grand parc d’Istanbul, le Parc de Yıldız. Entre les allées fleuries, les visiteurs jouissent de magnifiques échappées sur le Bosphore. Comme dans la plupart des parcs d’Istanbul qui suivent la topographie de la ville((Les analogies entre Rome et Istanbul ont été nombreuses autrefois puisque la ville est bâtie, elle aussi, sur sept collines.)), on a presque toujours la faculté de choisir entre des degrés ou une rampe. La situation à flanc de coteau ne peut manquer de nous offrir souvent des vues exceptionnelles, mais jamais celle-ci ne s’impose au visiteur. L’intérêt de ces espaces reste donc principalement intérieur et les paysagistes ont toujours su ménager avec discrétion la distribution panoramique des vues.

De même, sur la rive asiatique, le très beau parc de Fethi Pasa Korusu offre une promenade très ombragée et ponctuée par des étagements où l’on trouve notamment un petite arène ou encore un café.

Le plus beau belvédère de la ville reste encore en annexe de l’un de ces parcs, celui de Selimiye, au dessus de l’embarcadère de Harem. Le parc lui-même est, quant à lui, très étendu mais inaccessible puisqu’il appartient aux forces armées turques. Ainsi, beaucoup d’espaces verts d’Istanbul sont de vastes terrains militaires et, même lorsqu’ils se trouvent au cœur de la ville, il est donc interdit de les pénétrer, de les photographier et même de les survoler. Cette dernière contrainte est particulièrement problématique puisqu’elle ne permet pas aux autorités municipales de se fonder sur des cartes précises pour estimer l’occupation des sols dans la ville. Depuis 1993, l’Université d’Istanbul avait entrepris de restaurer un espace vert de 1000 m2 au sein de l’établissement. Ouvert à présent au public, on peut se promener à travers des serres contenant des espèces rares ainsi que dans un jardin japonais.

En 1997, l’objectif de la Mairie d’Istanbul, la plantation de 200 000 arbres en trois mois semblait en bonne voie de réalisation puisque 140 000 nouveaux arbres avaient déjà été plantés en mars de cette même année. Cependant, la population, en quête de petit bois pour le chauffage, arrache toutes les branches de ces fragiles petits plants et il est peu probables qu’ils survivent dans ces conditions.

L’appropriation des jardins publics : de hauts-lieux de convivialité

Le plus grand charme des parcs et jardins d’Istanbul est encore le fait de sa fréquentation. Par contraste avec le petit jardin d’Ihlamur, ou une petite musique accompagne le promeneur solitaire, les grands Parcs de Gülhane ou de Ümraniye((Kücükçamlıca* et Büyükcamlıca Tepesi)) sont recherchés pour la joyeuse population qu’ils attirent.

Le premier ressemble, en effet, autant à une fête foraine qu’à un véritable parc bien que, sur le versant opposé à l’entrée principale, des aires de repos offrent des recoins de tranquillité aux amoureux et aux personnes âgées. Le site reste cependant, dans une large mesure, réservé aux fêtes et aux divertissements. Les allées sont ainsi bordées de stands de tir, de jeux de hasard et de petits commerces. Le parc devient alors le prolongement du Grand Bazar situé non loin de là. Dans de petits enclos, on trouvera également des animaux variés qui font office de zoo ainsi que des bals et un théâtre de plein air.

Sur la rive asiatique, le Parc de Kücükçamlıca et Büyükcamlıca Tepesi est, lui aussi, réellement surpeuplé en fin de semaine. Les familles envahissent alors les pelouses et s’installent pour pique-niquer et boire le thé. Le promeneur rencontrera d’ailleurs un grand nombre de couples mariés le jour même et la convivialité du Parc est inégalable dans la ville où les lieux publics((Cafés, salons de thé, etc…)) sont plus généralement réservés aux hommes.

Les espaces verts: un dilemme financier et politique

La municipalité stambouliote annonce chaque année un grand nombre de mesures pour améliorer qualitativement ou quantitativement les espaces verts de la ville. Quelques exemples permettent de déceler des contradictions évidentes chez les décideurs locaux. Il apparait enfin que le soin des espaces verts serait peut être en de meilleurs mains s’il était confié à des autorités plus stables.

De nobles objectifs, mais des résultats décevants

Alors que la Mairie prévoit, depuis l’été 1997, de planter un million d’arbres d’ici à l’an 2000 elle a, dans le même temps, planifié l’arrachage de 1350 arbres pour réaliser l’agrandissement de l’aéroport.
Le temps et l’argent investis pour la revalorisation des espaces verts urbains semblent parfois anéanti par de malheureux concours de circonstance qui accompagnent un manque de volonté politique plus ou moins manifeste. Le cas des rives de la Corne d’Or et du Bosphore témoignent de ces contradictions.

Autre exemple, plus de 28% du budget de la municipalités devrait servir, en 1998, à l’embellissement et à l’assainissement de la Corne d’Or appelée plus simplement par les turcs Haliç, le canal. Rappelons que l’ancienne Chrysokéras tire son nom de sa forme (une corne) et des richesses que les bateaux déversaient sur les quais. Au XVIIIe siècle, ses rivages les plus éloignés du Bosphore étaient couverts de jardins parfumés mais, avec l’ère industrielle, des usines, des entrepôts et des chantiers navals se sont installés sur les berges dans la plus totale anarchie.

L’ancien maire d’Istanbul, Monsieur Bedrettin Dalan, décida de remédier à cette situation et lança une vaste campagne d’assainissement au cours des années 1980. Selon ses propres termes, les eaux de la Corne d’Or devaient redevenir “aussi bleues que ses yeux”. Malgré le transfert de la plupart des activités polluantes sur la mer de Marmara et les nombreux coups médiatiques((À l’exemple de la régate Oxford-Cambridge.)), le pari de l’ancien maire semble loin d’être tenu. Les promenades et les jardins publics qui se succèdent maintenant le long des rives sont mornes et les badauds continuent à fuir l’odeur nauséabonde de cette langue d’eau. Les retards dans l’assainissement du secteur s’accumulent et les promesses sont incessamment reportées. Par ailleurs, les récentes inondations de janvier 1998 ont réduit à néant les travaux qui avaient été réalisés jusque-là pour l’assainir.

En ce qui concerne le Bosphore, les rives sont rarement accessibles aux badauds. En revanche, le traité de Montreux de 1923, époque où le tonnage des bateaux était encore limité, permet toujours à des supertankers de traverser chaque jour le détroit. La ville est ainsi exposée à des dangers redoutables tels qu’une explosion ou une marée noire.

Les détournements symboliques

Pour mémoire, rappelons que les trois plus grandes villes turques, Istanbul, Ankara et Izmir étaient encore, en 1997, sous contrôle des islamistes. Cela s’explique largement par le très fort exode rural qui conduit un grand nombre de personnes à s’installer précairement dans les Gecekondu((Littéralement “maison construite en une nuit”.)), en périphérie de ces agglomérations. Il s’agit de bidonvilles construits en dur.

Rappelons encore que, en 1997, le pouvoir municipal d’Istanbul était encore sous le contrôle du Parti islamiste Refah, aujourd’hui interdit. L’année suivante, en octobre, le gouverneur d’Istanbul, Monsieur Ali Talip Özdemir((Parti centre droit ANAP.))proposa une nouvelle collecte d’impôts dont les revenus devaient notamment être affectés à la création de parcs récréatifs pour les enfants. Or, cette mesure suscita de vives réactions dans l’opposition désormais islamiste.
La végétation est donc bien souvent l’objet de controverses politiques et l’on ne compte plus le nombre de statues d’Atatürk masquées par des plantes et palmiers. Ainsi, le héros national, “pas assez musulman”, au goût des islamistes extrémistes, devrait donc être mis hors de la vue des habitants et ce, dans un premier temps, grâce à la végétation.

Privilèges ou aide à la subsistance : les potagers dans la ville

Au-delà du périmètre dans lequel se confine le tourisme, de vieux quartiers tels que Fener et Balat donnent un avant-goût de l’Anatolie et, au milieu des immeubles lézardés et colorés, surgissent de petits îlots de verdure, havres de paix où la notion de la ville s’estompe. Il s’agit de potagers isolés et jalousement cachés. Là, le visiteur est accueilli par les aboiements de chiens de garde ou encore par le regard menaçant des agriculteurs.
Hormis peut être dans les gecekondu et le secteur russe de Yenikapı, où ils apportent un complément de revenu aux populations d’origine rurale, ces terrains sont, pour la plupart, la propriété des responsables de mosquées et l’on trouve alors généralement des “ombres noires” revêtues du Tchador qui cultivent la terre.

Enfin, il semblerait que les espaces verts stambouliotes ne soient pas véritablement menacés par les alternances de pouvoirs politiques divers. En effet, tous les partis tiennent compte de l’opinion publique dans le processus de prise de décision et les habitants d’Istanbul se montrent particulièrement sensibles à la préservation des espaces verts pour qu’il en soit tenu compte par les responsables. Toutefois, l’alternance, les facteurs économiques et le nécessaire développement urbain mettent en péril les rares espaces libres dont la propriété reste encore à définir. L’anarchie du marché foncier et surtout les risques de pollution qui pèsent sur ces terrains libres rendent nécessaire une politique de protection et de mise en valeur inscrite dans la durée ainsi que la mobilisation d’importants moyens financiers.

Un plan cohérent d’aménagement d’Istanbul avait pourtant été prévu dès le début du siècle. En effet, la ville devait alors, à l’instar d’Ankara, se doter d’une structure organisée et l’urbaniste français Henri Prost avait alors proposé la création de deux grands parcs.

Aujourd’hui, ces idées revoient le jour mais la priorité est encore accordée aux transports, problème le plus sensible dans la ville. A l’heure ou les responsables envisagent de créer le métro qui, en passant sous la Corne d’Or, avait été lui aussi conçu à cette époque par les Allemands, les mesures en faveur des espaces verts risquent d’être, plus que jamais, perçues comme un luxe aux yeux de la municipalité.



Citer ce billet
oui (1993, 19 mai). Les espaces verts à Istanbul. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slq1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search