L’architecte Antonio Croci (1823-1884)

Graziella ZANONE (Architecte), Laurence AMMOUR (Traduction de l’italien)

Cet article sur la vie, l’œuvre et l’activité d‘Antonio Croci en Turquie, est le fruit d’une recherche en cours.

Un préalable est toutefois nécessaire: les archives de l’architecte, conservées jusqu’en 1970 par l’une de ses descendantes, ont aujourd’hui disparu. On ne peut donc reconstituer la biographie d’Antonio Croci qu’à travers des documents et des informations pas toujours fiables, souvent contradictoires. Ils nous aident cependant à reconstruire l’activité professionnelle, à travers une centaine de dessins, dont certains ont été retrouvés sur un étal du marché de Lugano, en Suisse, par l’avocat Giovan Maria Staffileri, et d’autres oubliés dans un grenier et découverts par les architectes tessinois, Fabio Reinhart et Bruno Reichlin, chercheurs depuis longtemps passionnés par la vie et l’œuvre de l’architecte.

Les informations concernant son séjour en Turquie sont particulièrement maigres et éparses : beaucoup de données précises manquent et requièrent encore des enquêtes.
Dans l’état actuel de nos recherches, on peut cependant reconstituer le parcours du personnage.

L’architecte Antonio Croci est né à Mendrisio le 07 avril 1823 et a fait ses études à l’école de dessin de cette même ville, dirigée alors par Luigi Fontana. En 1841, il est admis à l’école de prospective de l’Académie des beaux-arts de Brera (Milan), où, en 1842, il est reçu premier au concours de seconde classe pour l’invention architectonique. En 1845, il obtient un accessit au concours de seconde classe pour le relevé d’ornementation.

Le Schweizerisches Künstler-Lexikon mentionne à son sujet un séjour d’études à Rome, information que nous n’avons pas pu confirmer pour l’instant.
En 1857, il participe à la première Exposition Suisse des beaux-arts de Brera avec deux aquarelles: « Projet de pont à ériger à Venise » et « l’intérieur de la Basilique San Ambrogio à Milan »((Verzeichnis der Kunstgegentönde auf der Schweizerischen Kunstausstellung zu Bern, Berne, 1857, p.14; Bolletino Storico della Svizzera Italiana, 1903, p.89)).
Il est certain qu’il a effectué un séjour en Turquie d’où il revient en 1858. Au mois de décembre de cette même année, paraît sur plusieurs quotidiens suisses, l’information selon laquelle Croci serait l’inventeur d’un système de locomotive à crémaillère, projet présenté au Conseil d’État tessinois((Der Bund 13 décembre 1858; La democrazia, 16 décembre 1858 et Gazzetta Ticinese, 18 décembre 1858)).

En 1937, Ambrogio Croci rédige une biographie de son grand-oncle Antonio((Corriere del Ticino, 12 octobre 1937)). On y apprend que Croci a séjourné en Russie puis à Smyrne, où il aurait construit une mosquée et une synagogue. Il aurait en outre réalisé:

  • l’hôtel Mendrisio dans le bourg du même nom, transformé par la suite en maison de repos pour personnes âgées
  • l’hôtel Bellavista sur le mont Generoso
  • une villa mauresque à Cernobbio sur le lac de Côme.

Dans la correspondance entre Ambrogio Croci et l’architecte Constantin Scala, on apprend qu’Antonio Croci a travaillé comme assistant pour la construction du Château de Valrose à Nice, achevé en 1869((Les lettres dactylographiées sont déposées à la bibliothèque Cantonale de Lugano (fonds Libreia Patria). Le propriétaire du château est le baron Von Derwiss, un habile financier qui devint en peu de temps le magnat des chemins de fer russes. Pour affirmer sa position sociale, ce noble commande au fameux architecte de Saint-Pétersbourg, David Ivanovitch Grimm, le projet d’une résidence sur la Côte d’Azur. Grimm, né la même année qu’Antonio Croci, avant de s’affirmer comme projecteur, effectue un voyage d’étude dans le Caucase. De retour dans sa ville natale, en 1859, il publie « Monuments d’Architecture Byzantine en Géorgie et en Arménie ». On peut légitimement supposer que Grimmet Croci se sont connus en Russie, sont allés ensemble en Turquie, et que lorsque l’architecte russe doit construire Valrose, il fait appel à son ami suisse pour l’assister.)). Entre 1861 et 1865, dans le haut Vallese, Croci s’occupe de la restauration de l’église Saint-Georges à Ernen de la construction de l’église Sainte-Anne à Lax, deux œuvres qui furent par la suite transformées.

À Mendrisio, en 1861, il participe au concours pour l’édification de la nouvelle église paroissiale, remporté par Fontana. Il réalise la villa « Argentina »((L’année de réalisation est incertaine, et certains dessins de prospective sont datés de 1873)), et sa propre demeure, appelée « Carlasc », probablement en 1872.
Considérée comme son œuvre majeure, cet édifice à plan polygonal, partant d’un triangle aux angles tronqués, pour parvenir à se transformer étage par étage en un hexagone régulier. La volumétrie particulière qui s’allège au fur et à mesure de la montée vers les étages supérieurs, exalte la morphologie du promontoire sur lequel est situé l’édifice. La conformation singulière des espaces intérieurs, l’emploi raffiné et rigoureux de la géométrie, la bravoure de l’ingénieur, font du « Carlasc » un unicum dans l’histoire de l’architecture.

Dans les années 1871-1872, toujours selon le petit neveu Ambrogio, Antonio Croci est en Argentine où il fait la connaissance de la famille Bernasconi((Information confirmée par quelques lettres conservées aux Archives de Mendrisio.)), originaire de Mendrisio, et qui a fait fortune en Amérique du Sud. A la suite de cette rencontre, les Bernasconi lui commandent une résidence au pays natal, qui sera réalisée dans les années 70. Il s’agit d’un vaste édifice à deux étages plus une mezzanine, entourée d’une double rangée de loggias fermées à l’aide de corps angulaires arqués, et appelée « Argentina ». L’élément central à tambour illumine les escaliers et l’atrium d’entrée (le patio, atrio), espace cylindrique qui rappelle les jeux d’espace du « Carlasc ». C’est peut-être là l’invention la plus originale de l’édifice, dans lequel se fondent aspects formels et fonctionnels, pour résoudre l’élément architectonique.

Entre 1874 et 1875, Corci collabore avec les sculpteurs Vincenzo et Lorenzo Vela au projet du monument pour le Duc de Brunswick à Genève, qui ne fut pas réalisé en raison de litiges survenus avec les exécuteurs testamentaires du Duc; ce projet et un modèle en craie sont conservés au Musée Vela de Ligornetto.
L’architecte Croci décède dans la maison qu’il avait lui-même dessinée, le 2 décembre 1884, d’une bronchite phtisique.

Antonio Croci en Turquie

Entre 1845 et 1857, nous ne possédons aucune information sur les activités de l’Architecte Croci. Il existe une généalogie non datée de la famille Croci, peut-être rédigée par la Municipalité de Mendrisio((Fonds divers 1143)) où, à côté du nom d’Antonio, est portée la mention « domicilié à Smyrne ».
Les quotidiens tessinois de décembre 1858, commentant l’invention ferroviaire d’Antonio Croci, rapportent l’information du retour du jeune architecte depuis Constantinople, où il aurait travaillé à la Cour.
Selon le petit-neveu de l’architecte, Ambrogio Croci, Antonio aurait édifié, durant son séjour à Smyrne, une mosquée et une synagogue. Rien ne vient confirmer ces dires ; cependant, il existe deux dessins, qui par le type de couverture et dans les détails, rappellent des formes d’architecture orientale. Il s’agit du relevé du clocher de l’église San Spiridon et du projet de surélévation de ce même édifice.
On sait que vers 1860, il était possible de surélever les clochers des églises chrétiennes et selon toute probabilité, ce projet date de cette époque.

Pour le moment, on ne peut faire que des suppositions sur l’amitié entre les frères Fossati((Gaspare (1809-1883), architecte originaire de Morcote (Tessin), après avoir travaillé en Russie, se transfère à Istanbul, où au service du gouvernement ottoman, il construisit plusieurs édifices et se distingua dans la restauration de Sainte-Sophie)) et Antonio Croci ; il semble cependant surprenant que des personnes exerçant la même profession, provenant de la même région et parlant donc la même langue se trouvent dans un pays étranger et ne se connaissent pas.
Il faut tenir compte de certaines coïncidences importantes.
Antonio Croci rentre d’Istanbul vers la moitié de l’année 1858, le passeport de Giuseppe Fossati porte comme date de retour le 19 août de la même année((Tito Lacchia, I Fossati architetti del sultano di Turchia, Roma, 1943, p.74, note 63)).
Giuseppe Fossati, durant son séjour en Turquie, s’occupe du projet de construction du chemin de fer reliant Pera à Büyükdere. Croci, rentré au Tessin, propose la mise en service d’un petit train à crémaillère, mais affirme ne pas être un expert en la matière et avoir à sa disposition quelques publications théoriques((Outre les quotidiens tessinois de la note n°2, il existe aux Archives Cantonales de Bellinzona (fonds divers 1143), quelques lettres que s’échangèrent un ingénieur de Berne et un ami de Croci; Bolletino Storico della Svizzera Italiana, n°4, 1949, p.45)).

En 1859, les frères Fossati se trouvent à Morcote où Giuseppe projette une villa à édifier à Cernobbio, et Ambrogio Croci, comme nous l’avons dit précédemment, attribue à son oncle la réalisation d’une villa de style mauresque à Cernobbio((Tito Lacchia, ibidem, p.74)).
Dans une lettre adressée à un Conseiller d’État du Tessin, le professeur Giuseppe Martinola écrivait:

« Antonio Croci qui fut déjà architecte du Sultan de Constantinople… construit à son retour un édifice (Carlasc), plusieurs « mémoires » semblent avoir rejoint une unité, dans celle qui fut certainement sa dimora((Information confirmée par des études ultérieures.)). Ainsi les sporti du rez-de-chaussée rappellent ceux des harems musulmans, la maison elle-même ressemble à une tour de garde ou à un phare, et le belvédère qui couronne le toit semble être la plate-forme avant d’un navire ou d’un phare ».

BIBLIOGRAPHIE

  • Beha-Catagnola, in Carl Brun, Schweizerisches Künstler-Lexikon, Frauenfeld, 1905, I p329
  • F.Bernasconi, Le maestranze Ticinesi nelle storia dell’arte, Lugano, 1926, pp. 190-192
  • G. Marinola, Lettere di Vincenzo Vela, Lugano, 1940, pp. 14-20
  • B.Reichlin et F.Reinhart, Antonio Croci architetto, in Nostri Monumenti Storici, n°4, 1927, pp. 207-220
  • M. Medici, Storia di Mendrisio, Mendrisio, 1980, pp. 131-132,135,404-405,1144-1145,1253-1256,1333
  • G.Martinola, Inventario d’arte del Mendrisiotto, Bellinzona, 1975, I, pp.220,227-228,247,316-317,319,557; II pp.25, 221-223
  • G. Kannès, in Dizionnario Biografico degli Italiani, Roma, 1985, pp.222-223

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.