Les Génois à Pera (XIIIe -XV siècles)

Bulletin nº 09

Michel Balard, Professeur à l’Université de Paris I

“Péra est une petite ville, mais bien peuplée et entourée d’un mur ; elle contient de bonnes et solides maisons. Elle appartient aux Génois et est sous la domination de Gênes. Elle est peuplée de Génois et de Grecs et est si proche de la mer qu’entre le mur et l’eau, il n’y a pas assez d’espace pour laisser passer une charrette. Le mur court le long du rivage puis grimpe sur une colline au sommet de laquelle se trouve une grande tour qui surveille la ville… Je tiens le port pour être le meilleur et le plus beau du monde et le plus abrité de tous les vents. Les bateaux qui s’y trouvent sont en sûreté face aux ennemis, qui ne peuvent entrer si les deux villes sont unies…”

Ruy Gonzales de Clavijo, ambassadeur du roi de Castille auprès de la cour de Tamerlan, a pris en 1403 et en 1405 une vision générale de Péra lors de son passage par Constantinople. Ses propos peuvent servir de fil conducteur à cet exposé, à condition de rappeler dans quelles conditions les Génois se sont installés et aussi comment leur quartier de Péra est devenu Galata ottomane après 1453.

1. Bref historique de l’implantation génoise à Péra.

En 1155, la Commune de Gênes obtient un premier privilège du Basileus Manuel Ier Comnène qui lui concède l’ embolos de S. Croce sis de l’autre côté de la Corne d’Or. Les Génois en sont expulsés par les Pisans en 1162 et sont installés huit ans plus tard dans le quartier de Coparion, à l’intérieur de la ville, à proximité des autres concessions occidentales, celles des Pisans et des Vénitiens.

Après la IVe Croisade, le quartier génois disparaît. Le traité de Nymphée permet aux Génois de se réinstaller à Constantinople dans les biens des Vénitiens, puis, à partir de 1267 de l’autre côté de la Corne d’Or, sur les premières pentes de Galata, dont le Basileus Michel VIII Paléologue a fait raser les murailles. Ce premier quartier est agrandi en mai 1303, puis, après un incendie en 1312, reconstruit par les Génois et bientôt fortifié au nord, puis du côté de la mer (avant 1324). La “guerre latine” permet aux Génois d’annexer les terres qui s’étendent jusqu’au sommet de Galata, où est édifiée la tour du Christ. En 1352, Jean V Paléologue, vaincu par Gênes, doit reconnaître aux Pérotes la pleine souveraineté sur leur quartier. Un dernier agrandissement a lieu dans la seconde moitié du XIVe siècle avec l’annexion des deux bourgs de Spiga et de Lagirio, qui porte la superficie du comptoir génois à près de trente-sept hectares.

2. Le paysage urbain.

Sur les premières années de la colonie de Péra, les seules indications topographiques proviennent des actes notariés de Gabriele di Pedrono (1281). Les biens cités se répartissent entre “la terre concédée par le Basileus à la Commune” et “la terre du Basileus à Péra”. Une cinquantaine de maisons sont connues; les bâtiments publics sont encore peu nombreux: logia, fondouk, hospice et églises. Le procés-verbal de mai 1303 délimite un quartier de forme trapézoïdale, d’un périmètre de 1250 m, entre le vieil arsenal et les environs du château de Galata.Après 1313, commence la fortification du quartier, que commémore une inscription de 1355. Au début du XVe siècle, les dessins qui accompagnent le Liber insularum de Cristoforo Buondelmonti, nous montrent une division de l’espace urbain, qui curieusement reproduit la division de Gênes entre cité et bourgs. La muraille d’une épaisseur moyenne de 2m est flanquée de tours espacées d’une trentaine de mètres, que domine l’énorme donjon cylindrique de la tour de Galata. Des portes peu nombreuses s’ouvrent vers l’extérieur, plus du côté de la mer que de celui des collines. Les bâtiments voient coexister les belles maisons génoises à bandes horizontales de pierres et de briques et de petites maisons en bois. Le palais du Podestat, la logia, un grenier public, l’abattoir, et surtout les églises latines et grecques en sont les principaux ornements. Mais des terrains non bâtis, vignes et vergers, subsistent à l’intérieur de l’enceinte. Le contraste est vif entre la paix des collines piquetées des villas de l’aristocratie génoise, et l’agitation des quartiers portuaires où s’active une population cosmopolite.

3. La population de Péra.

A la fin du XIIIe siècle, les actes notariés de Gabriele di Predono nous font connaître 637 personnes, en grande majorité d’origine génoise et ligure (près de 75%). Les plus grands noms de Gênes y sont représentés, mais aussi toute une population modeste d’émigrés venus de la Riviera ligure plus que des bourgades de l’Appenin. L’émigration a un caractère national, masculin et jeune. Les marchands de passage l’emportent sur les éléments permanents.

Un siècle plus tard, une coupe effectuée à travers les actes notariés de Donato di Chiavari (1389-1390) et le premier registre de la Massaria (Trésorerie) de Caffa nous livre un échantillon de 463 noms, dont 77% de Génois et de Ligures.

La communauté pérote s’est enrichie de quelques grandes familles nouvelles, de Draperiis, Démerode, par exemple, qui s’ajoutent aux membres de l’aristocratie génoise et aux artisans. Le qualificatif plus fréquent de “bourgeois de Péra” atteste une fixation du peuplement génois. Les autres Occidentaux proviennent surtout des villes de la plaine du Pô ou de Toscane, alors que les non-Italiens ne sont qu’une minorité. Les bourgs de Péra sont occupés par une population grecque, provenant de toutes les villes importantes et grandes îles jadis byzantines: Thessalonique, Crète, Chypre, Lemnos, Altologo, Rhodes. Des territoires byzantins proviennent aussi quelques Juifs qui ont un quartier réservé, mais ouvert, la contratta Judeorum, près de l’église Sainte-Marie. Quelques Arméniens, et surtout des esclaves complètent l’échantillon. D’après le montant des taxes perçues, on peut estimer qu’il y avait près de 4000 esclaves et qu’il s’en vendait à Péra environ 500 par an.

Au total donc, une population cosmopolite, où dominent deux éléments: les Latins minoritaires, mais détenant le pouvoir, les Grecs majoritaires, mais sujets de la Commune.

4. Le rôle de Péra dans le système colonial génois.

L’administration du comptoir repose depuis 1264 sur un podestat qui étend sa compétence “sur tous les Génois de l’empire de Romanie”. Mais, au cours du XIVe siècle, il perd de son influence au profit du consul de Caffa (Crimée) et prend le titre de “podestas Peyre”. Nommé par la Commune pour un an, il exerce des fonctions considérables, dans le domaine des finances (engagement des dépenses, approvisionnement, mise aux enchères des gabelles), de la justice où il est aidé par un vicaire, spécialiste du droit, de la politique générale et de la diplomatie, où l’on relèvera les interventions nombreuses dans la vie interne de l’Empire. Une enquête à laquelle il se soumet à sa sortie de charge nous révèle en 1402 les abus de pouvoir de ce magistrat et de ses auxiliaires trésoriers, vicaire, greffiers, notaires, sergents, interprète et crieur public.

Des commissions spécialisées associent à l’administration un certain nombre de Latins éminents, mais jamais des Grecs ou des Juifs: Officium Monete spécialisé dans la gestion financière du comptoir; Officium Mercantie s’occupant des problèmes de la navigation et du commerce; Officium Victualium devant pourvoir aux approvisionnements; Officium Provisionis préposé aux grands travaux, à l’entretien des bâtiments et des murailles; Officium Salis et Officium Misericordie, simple bureau de bienfaisance. Les trésoriers ou massarii gèrent le budget. Un tiers des dépenses en 1402 concerne les galères et les armes, un cinquième les salaires des “fonctionnaires”, le reste allant aux approvisionnements, aux frais de représentation et aux ambassades, aux fêtes publiques et aux gratifications. Les recettes proviennent des karati Peyre, une taxe affermée, dont une partie du produit levé sur les Génois revient à la Commune de Gênes; de l’introytus comerchii levé sur les non-Génois, et surtout des taxes sur la consommation ou gabelles affermées, portant en particulier sur le vin, l’huile, les esclaves. Elles ne compensent pas, surtout en temps de guerre, les dépenses, de sorte qu’en 1402 le déficit dépasse 72.000 hyperpères, somme supérieure aux recettes d’une année. Il en résulte l’émission d’emprunts qui accroissent le poids de la dette publique et restreignent les recettes dévolues en partie au paiement des intérêts.

Du point de vue politique, Péra reconnaît théoriquement la souveraineté impériale. Les traités passés entre la Commune et le Basileus officialisent un régime de garanties. Mais, surtout après 1352, Péra acquiert une indépendance de fait. Grégoras et Pachymère rappellent que les Génois se rient de l’empereur, font preuve de morgue et de suffisance et ne tardent pas à intervenir dans les affaires intérieures de l’Empire. Du point de vue économique, le comptoir joue un rôle central dans le réseau d’affaires génois, comme port colonial réexpédiant vers l’Occident les produits agricoles ou miniers de l’Anatolie et des régions pontiques, comme port régional, redistribuant les marchandises d’Orient et d’Occident dans l’ensemble ponto-anatolien, et comme port d’escale quasi obligatoire sur les routes menant en Mer Noire. Mais à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, le rôle économique de Péra se restreint, en raison du déclin territorial de l’empire et des pressions de plus en plus vives exercées par les Ottomans. Après 1453, un petit filet de trafic demeure, mais c’en est fini de la splendeur d’antan.

5. De Péra génoise à Galata turque.

Le 6 juillet 1453, Isidore de Kiev écrit:

“La ville de Péra très chrétienne et latine, appartenant aux Génois, tomba elle aussi au pouvoir des Turcs et fut déchirée. Des actes horribles et cruels y furent accomplis; les murs, les tours, et ses maisons splendides, revêtues de marbre, furent abattues et réduites à l’état de la campagne… Les Turcs ont réduit la population à la servitude et ont détruit la croix qui e trouvait sur la grande tour ainsi que celle-ci même”.

Effet de réthorique anti-ottomane ou compte-rendu de la réalité ? L’examen des sources fait pencher pour la première hypothèse. Les Génois, contrairement aux propos malveillants des ennemis de la Commune, ont participé à la défense de la ville impériale, avec vaillance. Le podestat a mis à la disposition des défenseurs les mercenaires qui avaient été recrutés en 1452. Les habitants de Péra, comme le déclare Angelo Giovanni Lomellino, ont été requis pour la défense de la ville, où s’est illustré Giovanni Giustiniani Longo. Le 29 mai, bien que Saghan Pacha ait rassuré les Pérotes sur leur sort, beaucoup d’habitants latins ont tenté de fuir, avec plus ou moins de succès. Voyant la partie perdue, une délégation de Pérotes est venue offrir la ville à Mehmet II. Celui-ci par un firman du 1er juin 1453 a défini la condition juridique des Pérotes, qui pourront élire un protogerus, et seront soumis au paiement du haraj. Le Sultan, bien qu’il ait ordonné la démolition des fossés et de la tour Sainte-Croix, fait preuve de tolérance. Il n’y eut à Péra ni destruction, ni dévastation par des troupes victorieuses et déchaînées.

Les conséquences de la prise de la ville n’en sont pas moins importantes : les pertes économiques des Génois se monteraient à près de 40.000 florins d’après le marchand florentin Jacopo Tedaldi. La population latine se réduit, bien que des membres des grandes familles génoises soient encore attestés sur place dans la seconde moitié du XVe siècle. Les églises restent ouvertes au culte, mais en 1475 l’église Saint-Dominique (Saint-Paul) est transformée en mosquée. Le trafic reprend, comme l’attestent des actes notariés, mais à une échelle réduite, surtout après la prise de Caffa en 1475. L’ancien comptoir génois, passé sous administration ottomane, devient la “magnifique communauté de Péra”, perd son caractère étranger par rapport à la capitale et se peuple de Turcs, comme l’atteste le recensement de 1477.

Que reste-t-il aujourd’hui de l’époque génoise? Les murailles ont été détruites à la fin du XIXe siècle, pour faciliter la circulation. Quelques rares pans de murs subsistent. Mais la tour de Galata, en dépit des transformations que l’on peut juger regrettables, et les plaques armoriées génoises conservées au Musée, attestent que la présence de la Commune a marqué le paysage urbain de Constantinople et laissé quelque trace dans la capitale sultanale.



Citer ce billet
oui (1996, 1 janvier). Les Génois à Pera (XIIIe -XV siècles). Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slqo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search