Les Archives de la Banque Impériale Ottomane

Bulletin 15 –

La Banque (Impériale) Ottomane s’est donné pour mission de mettre en valeur son patrimoine et sa longue et prestigieuse histoire en créant le Centre de Recherches pour l’Histoire de la Banque Ottomane qui abrite le riche fonds d’archives de la Banque.

Le Centre de Recherches a été créé en mars 1997 en association avec la Fondation pour l’Histoire Économique et Sociale de la Turquie1.
Le C.R.H.B.O. possède également une bibliothèque qui compte des ouvrages d’histoire économique, politique et sociale, portant sur l’empire ottoman à partir des Tanzimat et sur la période républicaine.
En décembre 1997, le Centre a organisé une première exposition sur le l’histoire de la Banque « Les Traces de l’Histoire ». Une seconde exposition intitulée « Nakden Tarih. Histoire du papier monnaie de l’Empire Ottoman à nos jours » ouvrira bientôt ses portes.
Le Centre a ses propres publications et possède également un fonds de documentation annexe.

Présentation du fonds: ((reprise en partie de l’Inventaire de E. Eldem))

Les archives de la Banque (Impériale) Ottomane constituent sans conteste le fonds de documentation privée le plus important ouvert à la recherche en Turquie et offrent des possibilités d’étude immenses sur l’histoire politique, économique, financière et sociale de l’Empire Ottoman et de la République de Turquie. Les documents allant de la fondation de la Banque au début des années 1930 environ sont présentés dans l’ouvrage de Edhem Eldem, Inventaire commenté des Archives, paru en 1994.

Le fonds classé débute en 1856, soit sept ans avant la fondation de la Banque Impériale Ottomane, et s’arrête en 1953.
Le fonds lui-même est constitué de plusieurs séries et sous-séries dont la majorité est en français et quelques unes en anglais. Parmi ces séries, seule la comptabilité générale couvre la totalité de la période étudiée. La plupart des autres séries ne débutent véritablement que vers les années 1880 dans quelques cas, et le plus souvent vers 1895 tout en s’amplifiant quantitativement et qualitativement au fil des années; certaines s’arrêtent dans les années 1930 et d’autres dans les années 1950.

Banque d’état, banque impériale, banque d’émission, banque commerciale, banque d’affaires, organisatrice de la plupart des crédits et emprunts ottomans, trésorier de l’État, dépositaire des cautions et garanties de bien des concessions et sociétés anonymes, actionnaire d’un grand nombre d’entreprise multinationales dans l’Empire, institution à capital étranger mais bénéficiant d’un statut légal purement ottoman, profondément engagée dans des administrations telle la Dette Publique Ottomane ou la Régie Cointéressée des Tabacs, à travers chacune de ses fonctions , la Banque (Impériale) Ottomane dévoile une vision différente de l’Empire. La diversité ainsi offerte est à l’image même de l’étendue de l’influence de la banque dans l’Empire. Et c’est de cette diversité que vient la force majeure de ce fonds d’archives qui permettra aux chercheurs d’effectuer des sondages aussi variés qu’approfondis dans un monde dont bien des aspects restent encore mal connus.

La totalité des archives est regroupée en onze séries principales:

  1. Comptabilité
  2. Administration et Comités
  3. Contentieux
  4. Opérations
  5. Personnel de la banque
  6. Émissions
  7. Immobilier
  8. Archives de Londres2
  9. Documents audio-visuels
  10. Objets
  11. Documentation annexe3

Il existe aussi des archives de la Banque Ottomane à l’étranger. En Angleterre, la Bibliothèque Guildhall de Londres conserve les séries du Comité de Londres. En France, les archives du Comité de Paris sont conservées aux Archives d’Entreprises des Archives Nationales à Roubaix.

Historique de la Banque

La naissance de la Banque Impériale Ottomane fut l’aboutissement d’un projet conçu à l’issue de la guerre de Crimée (1853-1856), visant à mettre en place une Banque Centrale de l’Empire devant fonctionner à la fois comme banque d’émission, banque commerciale et banque d’affaires et ayant pour objectif de résoudre la crise financière qui sévissait dans tout l’Empire.

La fondation de la Banque Impériale Ottomane sera l’accomplissement de ce dessein et comptera comme l’une des principales réalisations des Tanzimat dans le domaine financier. Plus tard, cela permit d’assurer la transition de l’Empire ottoman à la République dans de meilleures conditions d’équilibre économique et financier.

A sa fondation en 1863, la Banque Impériale Ottomane a donc pour principale mission d’éponger la dette de l’État. Elle devait en outre fournir des crédits et des fonds d’investissement à l’économie et engranger des profits en participant au développement économique du pays. Ainsi, en tant que Banque d’État, la Banque Impériale Ottomane continua de mettre à la disposition du Trésor Public, chaque fois que le besoin se fit sentir, les avances nécessaires sous forme d’avances à court terme.

La Banque ne put développer son rôle d’institut d’émission que lentement durant les premières années car la dépréciation des billets émis par l’État lors de la guerre de Crimée avait laissé de pénibles souvenirs et instauré une certaine méfiance à l’égard de toute monnaie fiduciaire dans le public.

Désireuse par ailleurs de développer concurremment à son rôle d’émission l’activité de banque commerciale, la Banque ouvrit dès 1866, des agences à Salonique, à Larnaca, et dans la région de la Mer Égée. L’année suivante une agence fut ouverte à Alexandrie où le commerce du coton, principal produit d’exportation de l’Égypte, fut l’un de ses grands secteurs d’activité.

Le 18 février 1875 marque une date charnière pour l’avenir de la Banque, puisque c’est par une Convention ratifiée par firman impérial, que le gouvernement élargit les prérogatives de la Banque en lui confiant le contrôle du budget de l’État et l’assainissement de la situation financière de l’Empire; cet accord prolonge en outre de vingt ans le privilège d’émission de la Banque et lui confère le rôle de Trésorier-Payeur Général de l’Empire. Le caractère de Banque d’État de la Banque Impériale Ottomane est ainsi pleinement réaffirmé.

Après les guerres balkaniques, durant lesquelles la Banque ne cessa d’aider l’État au travers d’avances multiples, fut créé le Conseil de la Dette Publique afin de garantir le service des emprunts. La Banque, devenue membre de fait de cet organisme, se vit confier la perception des taxes indirectes et la gestion des monopoles du sel et du tabac. Pour gérer le monopole des tabacs, la Banque impériale Ottomane constitua en 1884, une société anonyme sous le nom de Régie Cointéréssée des Tabacs de l’Empire ottoman.

Vers 1886, le rétablissement du crédit de l’Empire rendit possible le placement des emprunts turcs à l’étranger. Puis la diminution des engagements envers le Trésor consécutives au redressement des finances publiques, permit à la Banque Impériale Ottomane d’accroitre son activité commerciale et de commencer à développer une double activité de financement de l’économie turque et de promotion d’entreprises.
C’est ainsi que la Banque fut à l’origine de la création, en 1888, de la Compagnie du Port de Beyrouth. Elle s’intéressa en association avec d’autres partenaires à la Ligne de chemin de fer Beyrouth-Damas (1892) ultérieurement prolongée vers Homs, Hamah et Alep (1900).
Elle apporta son concours financier à plusieurs entreprises ferroviaires : les lignes Izmir-Kasaba et Istanbul-Salonique (1892) et le Chemin de Fer de Baghdad (1903).
Elle participa également à quelques affaires minières comme la Société des Charbonnages d’Héraclée (1896).

Parallèlement et de manière continue, la Banque poursuivra l’ouverture de nouvelles agences.

Au moment de la première guerre mondiale le réseau d’Orient de la Banque ne comprenait pas moins de 80 succursales dont: 16 en Turquie d’Europe, 37 en Anatolie et Moyen-Orient réunis (Perse, Iraq, Liban, Palestine, Jordanie), 11 en Syrie et 5 en Égypte. La Banque était également présente à Chypre, en Albanie, en Grèce, en Bulgarie et en Roumanie.

La baisse d’activité de la Banque Impériale Ottomane durant la première guerre mondiale eut un effet négatif sur les relations de la banque avec le marché et sur sa politique de crédit.
Bien qu’elle continua de jouer son rôle de Banque d’État et à effectuer toutes les opérations du Trésor, elle interrompit l’émission de billets et perdit ainsi son privilège d’émission. Envisageant son avenir avec inquiétude et profondément affectée par la guerre, elle fut contrainte de fermer de nombreuses agences.
Après la guerre d’Indépendance, les relations avec la jeune République Turque furent réglées par la Convention du 10 mars 1924 et la Banque n’en conserva pas moins son rôle de Banque d’État. Étant donné son nom qui rappelait trop l’ancien régime elle fut rebaptisée Banque Ottomane.

Les nouvelles conditions politiques nées de l’après-guerre obligèrent la Banque à réorganiser ses compétences directoriales. Paris et Londres se virent alors octroyé des directions régionales suivant que, dans la région considérée, l’influence française ou anglaise était prépondérante. A l’Angleterre qui supervisait déjà l’Égypte, Chypre, la Palestine, la Mésopotamie et l’Arabie. A la France, les autres régions. Cette organisation durera un-demi siècle.

Le statut de Banque d’État n’avait été conservé qu’à titre provisoire, car il était dans l’intention du Gouvernement Turc de créer son propre Institut d’émission. C’est ainsi qu’en 1931 fut créée la Banque Centrale de la République de Turquie. La nouvelle convention de 1933 institua la Banque Ottomane comme banque essentiellement commerciale. La dernière convention de 1952 fixa définitivement le cadre de fonctionnement de la Banque Ottomane comme établissement privé.

En 1956, la nationalisation du canal de Suez et le conflit qui s’ensuivit entraînèrent la nationalisation du groupe des agences de la Banque en Égypte.
En 1958 elle étendit son action au sud de la vallée du Nil: au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie et en Rhodésie (actuel Zimbabwe).
En 1962 elle s’installa à Abu-Dhabi, et en 1969 à Mascate.
Suite au transfert des intérêts de l’activité bancaire aux gouvernements locaux, la Banque Ottomane céda, en 1969, à la National Grindlays Bank, ses agences de Londres, de Chypre, du Soudan, de Jordanie, des Émirats, d’Afrique Orientale et de Rhodésie. Les agences de France et de Genève furent regroupées dans une société distincte sous le nom de Banque Ottomane et l’actionnaire principal, le Groupe Paribas en céda par la suite la propriété à la Grindlays Bank-France.

À partir de cette date, l’activité commerciale de la Banque Ottomane se trouva recentrée uniquement sur la Turquie.

En juin 1996, par le biais de la Garanti Bankası et de l’Investment Clover, la Banque Ottomane fut revendue au Groupe Dogus.

Adresse internet du Centre de Recherches
http://www.ottomanbank.com

Bibliographie

  • André Autheman, La Banque Impériale Ottomane, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, Paris, 1996.
  • Adrien Biliotti, La Banque Impériale Ottomane, Paris, 1909.
  • Edhem Eldem, Banque Impériale Ottomane. Inventaire Commenté des Archives, IFEA-Banque Ottomane, Varia Turcica XXV, Istanbul, 1994.
  • Edhem Eldem, A 135-year-old Treasure. Glimpses from the past in the Ottoman Bank Archives, Istanbul, 1997.
  • Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Publications de la Sorbonne, Paris,1977.
  1. Türkiye Ekonomik ve Sosyal Tarih Vakfı []
  2. seulement en copies numériques []
  3. seulement en copies numériques []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.