Un exemple d’architecture baroque ottomane : La Mosquée de Nuruosmaniye à Istanbul

Bulletin 15:

par Pascal MALLEN

La Nuruosmaniye est, sans nul doute, le premier exemple d’envergure de l’architecture baroque ottomane et fût en son temps, et jusqu’à une époque très récente, très décriée. Si la confrontation de ces deux termes « baroque » puis « ottoman » a de quoi surprendre, la réalité n’est pourtant pas contestable : Il a existé un art baroque dans l’Empire levantin, bien avant les fastes et la démesure de Dolmabahçe((De loin le plus grand des palais ottomans du Bosphore, Dolmabahçe fût construit de 1842 a 1853 par les architectes Karabet et Nikogos Balyan pour le sultan Abdül Mecit. De style composite, mi-occidental, mi-oriental, il est baroque par la démesure et le mélange des influences et serait plus proche, dans l’esprit et la forme, du style « Second Empire », en vogue à peu près à la même époque en France.)) ce palais suranné des bords du Bosphore, dernière résidence des sultans. Émule de son mentor européen, dont la réputation a , à l’époque qui nous intéresse (seconde moitié du XVIIIème s.) largement dépassé ses frontières, il n’en partage pas, bien évidemment, le parti-pris religieux et idéologique((À tort ou à raison, le baroque est souvent associé à la Contre-Reforme catholique, lancée Par le Concile de Trente (1545-1563) qui insistait, entre autres choses, sur le culte des images.)) et ne remet pas en question l’absence totale de représentation figurée dans les mosquées((Sur l’absence de représentations figurées dans l’art musulman, voir, entre autres auteurs, H. Lammens, L’attitude de l’Islam primitif en face des arts figurés, Journal asiatique, VI, 1915, pp.239-279. et G. Marçais, La question des images dans l’art musulman, Mélanges d’histoire et d’archéologie de l’Occident musulman, t.I, 1957, pp.66-79.)). De même, peu d’audace, ou alors toute relative, et un lyrisme très mesuré dans ce style où dominent le sens de l’harmonie (digne, à bien des égards, du meilleur Borromini) et le goût du détail. Les nombreuses fontaines baroques d’Istanbul, par leur raffinement et leur discrétion, en sont la plus belle illustration .

C’est en 1748 que le Sultan Mahmut I (1730-1754) , imprégné de culture européenne et désireux de voir s’élever dans la capitale de son Empire un bâtiment dans la manière occidentale, décide de la fondation d’une nouvelle mosquée. Il fait appel à un architecte grec du nom de Simon ou Simeon Kalfa, désigné parfois comme l’assistant du véritable auteur du projet que serait Mustafa Ağa((Consulter, à ce propos, Dogan Kuban, Türk barok mimarisi hakkinda bir deneme , qui défend l’idée de Simon Kalfa architecte et Tahsin Öz , Istanbul Camileri ,qui prend le parti contraire.)). La question reste ouverte mais il ne fait pas de doute que ce projet est l’œuvre d’un étranger ou d’un homme qui a une expérience du baroque occidental. Cette nouvelle fondation trouve place dans le quartier de Beyazit, non loin de la mosquée du même nom , et à proximité de la Mahmut Paşa Camii, plus ancienne mosquée viziriale d’Istanbul (1462). De son entrée ouest, on accède au Grand Bazar et à son dédale de galeries qui déversent depuis des décennies leur flot de marchands et de visiteurs, certainement pas insensibles à la grâce imposante de l’édifice.

Mahmut I n’aura pas, hélas, le bonheur de voir son projet mené a terme. Il meurt subitement en décembre 1754, de retour de la prière du Vendredi. Son frère et successeur, Osman III (1754-1757) veillera donc à l’achèvement de l’œuvre et s’appropriera l’origine de sa fondation en lui donnant son nom : Nuruosmaniye, c’est-a-dire « La Lumière d’Osman ».

Plan et élévation extérieure

De plan carré, la Nuruosmaniye se présente comme un cube coiffé d’une coupole unique. Elle reprend en cela le plan élaboré par Sinan pour la mosquée de Mihrimah((La mosquée de Mihrimah, fût construite par Sinan, au nord d’Istanbul (à la Porte d’Edirné),probablement après 1560, en mémoire de la fille unique de Soliman (Mihrimah), épouse de Rüstem Paşa.)) quelque cent ans plus tôt, qu’elle agrémente d’éléments issus du « nouveau style ».
Le mihrâb((Niche creusée dans le mur, symbolisant la présence du Prophète. Elle indique la direction de la Mecque et, par conséquent de la prière.)) fait saillie sur l’extérieur tel l’abside d’une église chrétienne, ce qui, compte tenu de l’extension de la salle de priere au nord et au sud, donne au bâtiment une curieuse apparence cruciforme. On raconte, à ce propos, que Mahmut I se serait fait livrer depuis l’Europe différents plans d’églises chrétiennes((J. Dallaway, Constantinople ancient and modern, London, 1797.)) dont il aurait souhaité s’inspirer, avant d’en être dissuadé par les Ulema (docteurs de la Loi). Malgré cela, son souhait, s’il ne fût pas exaucé, est presque devenu réalité.
La coupole se dresse sur quatre arcs légèrement brisés non dénués d’une certaine allure. Ceux-ci reposent sur des piliers engagés dont la puissance est atténuée par des chapiteaux très en saillie et par des tourelles coiffées d’un dôme. Chacune de ces tourelles est le point de départ d’un arc-boutant aux lignes incurvées, tout comme les contreforts qui forment comme un écrin autour de ce joyau.

L’ impression de légereté, de même qu’ à la mosquée de Mihrimah, est soulignée ici encore par l’absence de tout contre-butement visible de l’extérieur, réussite esthétique tout autant que véritable prouesse technique. L’ensemble ne manque ni de grâce ni d’ambition.

La cour de marbre(ou avlu) qui ouvre sur le portail ouest de la mosquée est , par excellence, le « morceau de bravoure » baroque de tout l’édifice. Peut-être l’architecte a-t-il profité de l’exiguité des lieux pour imposer cette curieuse cour en fer à cheval, tentative courageuse mais isolée (la Nuruosmaniye étant l’unique exemple de la sorte) d’introduction de la manière baroque dans l’architecture ottomane.
Le resultat ne manque pas d’allure et l’effet est d’autant plus surprenant que, contrairement à l’usage, cette cour est dépourvue de sadirvan((Fontaine aux ablutions.)). L’architecte y fait , non sans audace, le choix d’un parti décoratif,dont la seule justification pourrait être l’exaltation du beau et de l’ovalité (très en vogue dans le baroque européen)((Voir en particulier la célèbre cour à portique de San ivo della Sapienza, a Rome (Borromini 1642-1661) et l’un des chefs-d’œuvre du Bernin : l’église à plan ovale de Sant Andrea del Quirinale, également a Rome (1658-1670).)) et une nouvelle fois une volonté affichée de se démarquer de ses prédécesseurs.

Autour de la cour se développe un portique (ou revak) à neuf dômes qui suit la courbure de l’ovale et un grand portique à cinq dômes, face à l’entrée principale de la mosquée . Les arcs outrepassés qui composent l’un et l’autre ont des voussoirs alternés et , pour tout décor, un simple motif de trêfle sur les écoinçons. Ils sont séparés par de petits piliers engagés et reposent sur douze colonnes dont les chapiteaux ne font pas non plus dans l’exubérance puisqu’ils sont lisses avec de simples bossages sur les angles . Tout concourt, semble-t-il, à porter l’attention du fidele ou du visiteur sur la pureté du plan ovale, si proche de la perfection, tout , même l’absence de şadırvan (cf.supra) qui aurait risqué de rompre l’harmonie du lieu.
Les seuls éléments de décor concédés par l’architecte sont les magnifiques portails, résolument baroques, qui ouvrent sur la cour, au nord, au sud et à l’ouest. Deux d’entre eux présentent sur leur face extérieure une magnifique demi-coupole à stalactites((Motif ornemental rencontré sur les voûtes, les trompes, les portails et qui rappelle la conformation des stalactites. Appelé aussi « mouqarnas ».)), dont les motifs végétaux ,très stylisés, se déploient en demi-cercles pour finir en une coquille de taille très réduite. Le troisième, qui fait face à l’entrée principale et au mur de qibla((Mur indiquant la direction de la Mecque, sur lequel se trouve le mihrâb (cf.note 6) )), est encadré par deux colonnes nichées et disposées de trois-quart par rapport au portail et à la paroi, donnant un rythme à cette partie de la façade, digne des plus belles églises romaines. Le magnifique fronton en arc qui couronne le tout est décoré de cannelures qui partent d’un fleuron central et rayonnent vers l’extérieur, tel un soleil. Côté cour, ces portails sont découpés dans un élégant arc festonné surmonté d’un cartouche baroque.

Deux minarets cannelés dominent l’ensemble. Leurs serefes((petite galerie à mi-hauteur du minaret depuis laquelle le muezzin fait l’appel a la prière.)) sont soutenus par des consoles circulaires et continues en lieu et place du traditionnel décor de stalactites((voir note 10)). Autre innovation : des flèches en pierre gracieusement effilées ont remplacé l’habillage de plomb, réservé jusqu’alors à l’extrémité du minaret, élément supplémentaire de raffinement et de volonté de rupture avec le passé.

Toute cette structure est érigée sur une terrasse à laquelle des volées d’escaliers, irrégulièrement placés, donnent accès. Celle-ci abrite des magasins, comme dans la plupart des grandes mosquées, et conduit sur ses côtés nord et sud à deux galeries spacieuses, dérivées de la Suleymaniye((Chef d’œuvre de l’architecte Sinan, entre 1550 et 1557.)). Leur originalité tient au développement de pilastres engagés superposés que souligne une corniche en saillie qui court tout autour de l’édifice et en unifie les différentes parties.

L’intérieur

Une immense coupole de 25,75 mètres de diamètre repose sur des pendentifs non moins impressionnants, ornés d’un grand disque peint comme en offrent maints exemples de l’architecture religieuse musulmane.
La monotonie du plan carré est ici atténuée par la présence d’un mihrâb particulièrement élevé et semi-circulaire, qui fait en quelque sorte pendant à l’ovale de la cour. Sa demi-coupole est décorée d’arabesques et de rinceaux d’inspiration baroque, dans les tons de brun et de gris, légèrement rehaussés d’or mais dont la surcharge écrase l’ensemble plus qu’elle ne l’embellit.
Une belle et large frise à inscription, sur fond or, court à la base des tympans et souligne la naissance de la demi-coupole du mihrâb, divisant de cette manière la décoration de chaque paroi en deux registres.

Dans le registre inférieur, une galerie à double rangée de colonnes et arcs en plein cintre au sommier légèrement festonné allège l’espace et donne de l’ampleur à la salle de prière. Du côté est, celle-ci communique avec la loge du sultan (ou mahfil). Le registre supérieur est occupé par les quatre immense tympans percés de fenêtres, en plein cintre ou polylobées et, pour la plupart agrémentées de couleurs. Ajoutées aux fenêtres de la coupole, séparées par des pilastres géminés en stuc, elles achèvent de donner à l’espace une lumineuse transparence, dans un goût tout à fait baroque.

Le complexe de la Nuruosmaniye

Comme dans la plupart des grandes mosquées ottomanes, une série de bâtiments annexes forment ce que l’on appelle le kulliye,( traduit en français par « complexe »), soit l’ensemble des édifices et fondations diverses assurant un service d’enseignement, de soins ou de charité . Lieu de prière avant tout, une mosquée est aussi un lieu de vie, profondement ancré dans une tradition charitable, une véritable « cité sociale »((R.S. Atabinen, Les caractéristiques de l’architecture turque, p.62-63.)) où le fondateur a prévu la satisfaction de tous les besoins de la population.
La Nuruosmaniye possède ainsi un medrese((Établissement d’enseignement supérieur (sunnite))) et un imaret((Lieu de distribution de nourriture gratuite.)) situés au sud de la mosquée. Ce dernier, écrasé contre l’angle ouest de la cour, présente une intéressante et originale juxtaposition de cheminées et trous d’évent , particulièrement visibles depuis la rue du Divan. Le grand portail est, à proximité, s’ouvre sous un passage qui fait communiquer le medrese avec le mekteb((École coranique)). Par là , on longe la rampe d’accès à la loge du sultan et l’on pénètre dans une seconde enceinte, plantée d’arbres. Celle-ci renferme le mausolée de sehsuvar Sultan, la mère d’Osman III, mausolée baroque décrit comme le premier du style en terre ottomane ainsi qu’ une bibliothèque,( riche de 8500 volumes dont 500 manuscrits) récemment rénovée.

La mosquée de Nuruosmaniye, si elle choqua les conservateurs en son temps, reste un bel exemple, particulièrement novateur et original , de la créativité et de l’assimilation par un architecte d’un style étranger à son environnement et à sa culture. Le baroque ottoman, tel qu’il est décliné ici, pourrait sembler « plus ottoman que baroque » et l’on cherche en vain les débordements de pierre ou de stuc et autres envolées lyriques qui assimilèrent définitivement le mot de baroque à celui de surcharge et d’extravagance. Au contraire, tout est ici dans la mesure et dans une certaine douceur. Pour autant, le baroque ottoman ne se résume ni ne se réduit à la pâle copie d’un art importé. Héritier d’une tradition architecturale nourrie de la Perse, de Rome et de Byzance, il confère à cet héritage un esprit et un souffle nouveaux.

Bibliographie

  • ARSEVEN Celâl Esad, Türk Sanati Tarihi, Istanbul, 1955-1959.
  • ASLANAPA Oktay, Turkish Art and Architecture, London, 1971
  • ATABiNEN Resit Saffet, Les caractéristiques de l’architecture turque, Paris, 1938.
  • EDHEM Halil, Nos mosquées de Stamboul, Istanboul, 1934.
  • EYiCE S., Istanbul, petit guide à travers les monuments byzantins et turcs, Istanbul, 1955.
  • GOODWiN Godfrey, A history of ottoman architecture, London, 1971.
  • HOCHHUT Pia, Die Moschee Nuruosmaniye in Istanbul, Berlin, 1986.
  • KUBAN Dogan, Türk barok mimarisi hakkinda bir deneme, Istanbul, 1954.
  • KÜHNEL Ernst, Die Moschee, Berlin, 1949.
  • ÖZ Tahsin, Istanbul Camileri, Ankara, 1962.
  • REFiK Ahmet, Türk Mimarlari, Istanbul, 1977.
  • SAUERMOST Hans, VON DER MÜLBE Wolf, Istanbuler Moscheen, Munchen, 1981.
  • STiERLiN Henri, Soliman et l’architecture ottomane, Paris, 1985.
  • VOGT-GÖKNiL Ulya, Türkische Moscheen, Zürich, 1953.
  • VOGT-GÖKNiL Ulya, Osmanische Bauten, München, 1965.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.