L’habitat d’initiative au Caire ou le mythe de l’anarchie urbaine : enjeux d’une compréhension anthropologique

Conférence de Madame Agnès DEBOULET, maître-assistant à l’École d’Architecture de Nantes. Elle est chercheur au laboratoire associé au CNRS, URBAMA (Urbanisation du Monde Arabe) et chercheur associé au L.A.U.A. (Laboratoire Architecture, Usage, Altérité). Sa thèse de doctorat soutenue à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Université Paris-XII) en 1994 s’intitule : Vers un urbanisme d’émanation populaire: compétences et réalisations des citadins-l’exemple du Caire. Elle poursuit actuellement des recherches sur les compétences des citadins, tant à produire la ville, qu’à participer à sa gestion.


La problématique centrale de cette intervention se centre sur la ville de création populaire. À Istanbul ou au Caire, à Caracs ou Rio, elle est majoritaire. Or, elle est assez volontiers niée dans ses potentialités urbanistiques, par un discours tenu à la fois par les politiques, opérationnels, et une partie des chercheurs. Ce discours se base sur le présupposé bien ancré selon lequel la formation des quartiers populaires est irréfléchie et sa trame urbaine chaotique.

Ce discours très répandu oppose la ville de production populaire à la ville “planifiée” prise comme modèle de rationalité urbaine. Or, par raisonnement analogique, de même qu’il n’y existe pas de groupement social sans organisation sociale, n’y a t-il pas une organisation spatiale -non visible- dans les quartiers non-réglementés dont les logiques nous échappent ?

Les enjeux de cette interrogation ne sont pas négligeables.

  • éviter la restructuration urbaine -destruction-. Il me semble que les opérateurs urbains institutionnels penserait différemment “la mise aux normes” s’ils savaient de quelle logique relève la trame urbaine des quartiers de constitution populaire.
  • ne plus traiter par le mépris et le déni anthropologique ces entités urbaines. Je rappelle que jusqu’aux années 70, c’était le principe même de la capacité à s’organiser dans les quartiers populaires en développement et au statut précaire qui était mis en question.

Mon travail sur les logiques internes des quartiers populaires a porté sur Le Caire (10 millions d’habitants en 1986, 350.000 habitants supplémentaires chaque année). Toutes les sources s’accordent sur le fait que 80% de la construction se fait de façon non-réglementée. Des densités d’habitation très élevées caractérisent les quartiers populaires centraux, très dégradés, et en phase de desserrement.

Le statut des sols ainsi que la géographie sont importants à prendre en compte puisqu’une infime partie de la superficie est cultivée et que par ailleurs tout le désert appartient à l’État. Quant aux politiques de logement, comme partout la construction publique est très faible et surtout destinée aux classes moyennes.

Le choix d’un site pour la réalisation d’une enquête a du tenir compte de la diversité des situations dans l’habitat de construction populaire: lotissement de terrains inconstructibles (généralement agricoles) avec transmission foncière légale, invasion de terrains du domaine de l’Etat. Ces modes d’urbanisation induisent des trames urbaines fortement distinctes. J’ai choisi de focaliser la plus grande partie de mes observations sur la filière la plus populaire d’accès au sol, l’installation/invasion sur terrains délaissés, désertiques et/ou non cultivés du domaine public.

Les méthodes de travail utilisées ont combiné de l’observation participante (surtout au début), des entretiens non et semi-directifs, des questionnaires semi-fermés.

Au tout début, il m’a fallu descendre en profondeur dans les systèmes de valeurs des acteurs, seuls à même avec les conditions socio-économiques, d’atteindre les représentations de la ville en construction.

Les quartiers édifiés sur terrains privatifs (lotissements en grande partie clandestins) accueillent aujourd’hui majoritairement des membres des classes moyennes. En revanche, les quartiers d’invasion non régularisés, concentrent tous les handicaps urbains : absence d’infrastructures de base, et statut foncier précaire. La population de ces quartiers est surtout composée, au premier stade d’édification, de travailleurs occasionnels.

La précarité conditionne largement la vision de l’existence de ces ménages, de même que les liens d’appartenance commune, les quartiers d’invasion étant surtout peuplés de gens originaires de Haute-Égypte.

La configuration sociale donnant une clé de lecture de l’ordre spatial, quelques données de base sur ces quartiers m’ont permis de préciser progressivement les modes de regroupement et leur logiques.

Ainsi, je me suis vite aperçue que contrairement à une idée à l’époque extrêmement répandue, les ménages dits ruraux ne provenaient pas de la campagne directement.

L’enquête a révélé que l’essentiel des migrations intra-urbaines se faisaient d’abord à travers le parc de chambres indépendantes, ce qui a mis à jour la fonction transitionnelle du centre-ville. Les périphéries sont donc d’abord des lieux de desserrement et non des réceptacles de l’immigration rurale, par conséquent, ces acteurs disposent d’un capital et d’une expérience urbaine.

Dernière élément fondamental: les formes de regroupement social dans les nouveaux quartiers, fortement structurées par les liens d’appartenance villageoise.

L’examen de la situation foncière est apparue progressivement comme une des clés de lecture de l’ordre spatial en constitution.

Ainsi, le marché foncier n’est pas “libre”. Il s’y exerce au contraire une féroce compétition pour le sol, exacerbée par le contexte très spéculatif de la métropole. L’invasion est donc devenue marchande. Elle est promue dans les quartiers d’invasion récents par des lotisseurs organisés de façon mafieuse, et protégés politiquement. Ce sont les lotisseurs “professionnels”.

À côté, subsistent des lotisseurs occasionnels issus des quartiers adjacents saturés. Ils ont un rapport moins directement marchand sur le sol, le vendant mais le cédant aussi gratuitement ou pour des sommes symboliques à leurs proches.

Les squatters n’en subsistent pas moins, dans les interstices, ou aux endroits proches de leur lieu de précédente résidence; l’invasion est alors collective avec le soutien de la parenté élargie.

Les règles d’organisation sont enfin essentielles à la compréhension de la mise en place du tissu urbain. Comment des individus se définissent des règles communes, faute de quoi la configuration spatiale risque d’être conflictuelle et/ou vécue comme problématique. Quels sont donc les acteurs collectifs qui président à l’instauration des règles ?

Ainsi, les squatters définissent collectivement les règles et le tracé avant l’implantation, tandis que les lotisseurs occasionnels définissent la règle à l’échelle de l’ilôt et explicitent auprès de leurs clients leurs “arts de faire”.

Enfin, en schématisant, les lotisseurs professionnels définissent la règle sur la plus large partie du territoire à urbaniser.

Du point de vue des habitants, la définition ainsi que la propagation des normes dans le quartier passent par le groupe de parenté (entre 20 et 300 personnes..), le groupe d’appartenance régionale, les membres d’un même groupe professionnel.

Dans le droit fil de ces réflexions se pose la question de la transmission et du maintien de la norme. Dans les secteurs urbains d’émanation populaire à dominante communautaire, il s’agit de leadership néo-traditionnel, autour d’un shaykh, secondé par quelques dizaines de personnes.

Auprès des résidents insérés hors structure d’accueil communautaire, la transmission de la norme se fait par des intermédiaires auto-institués, et légitimés par leur niveau d’éducation.

Ces deux catégories d’acteurs tirent une certaine légitimité de leur appartenance à des réseaux de pouvoir (affiliation au parti officiel).

La “norme urbaine”, très fortement empreinte d’urbanité, peut être tout d’abord décrite par son contenu. Elle transparaît à travers une série de soucis urbanistiques de fait, assortis de règles partagées de fabrication de l’espace. On retrouve tout d’abord une volonté commune de retrouver une continuité du bâti. Les habitants et surtout les premiers installés font usage de conventions, à propos de la trame urbaine. Par exemple, c’est à travers la largeur des rues et leur hiérarchie, que l’on peut voir l’adaptation fine des modèles mais aussi la réappropriation symbolique de la culture urbanistique véhiculaire par les résidents-bâtisseurs. Ainsi, il est clair que les résidents ont voulu dès l’origine imprimer une marque hiérarchisée sur ces espaces.

Cette fabrication de l’espace s’apparente à de la programmation adaptative témoignant de la perméabilité de l’urbanistique populaire tant aux transformations dans les modèles et représentations urbaines qu’ aux dispositifs matériels.

L’autre raison de cette qualification -adaptative- tient à la grande permissivité des pratiques possibles à l’intérieur de la norme urbaine. Cette dernière, si elle doit être respectée, n’en est pas moins conditionnée par l’absence de bureaucratisation du processus. Cette norme existe, mais à l’opposé des normes étatiques, elle ne substitue pas aux rapports sociaux …

On peut enfin s’interroger sur les modalités de contrôle en cas de dérapage vis-à-vis de la norme urbaine. Elle fonctionne probablement en étroite relation avec le contrôle des habitants sur la densification, et partant, sur la nature du peuplement. Enfin, cette norme apparait comme un condensé, issue d’un compromis entre le modèle de la ville planifiée et les habitus spatiaux issus d’une culture de la proximité spatiale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search