Istanbul, métropole religieuse

Bulletin 15:
par Céline BORGEL
Étudiante en Architecture

Istanbul a été durant l’empire ottoman, et particulièrement au 19ème siècle, une ville très cosmopolite et pluriconfessionnelle. Son histoire et sa position géographique ont été favorables au brassage de peuples, de civilisations et de religions.

Byzance d’abord, colonie grecque fondée au VIIème avant JC, fut construite sur un site approprié à l’activité portuaire essentiel dans le monde méditerranéen d’alors, à l’entrée du détroit du Bosphore permettant ainsi le contrôle de l’accès à la mer noire. Constantinople fut ensuite à partir du IVème siècle la résidence de l’empereur byzantin, et siège du patriarcat d’orient dès 451; la cité déjà millénaire représentait la capitale politique, religieuse et intellectuelle de l’empire chrétien d’orient. Justinien édifia au VIème siècle l’église de Sainte Sophie dédiée à la Sagesse divine dans l’esprit d’un « nouveau temple de Salomon » pour un « nouvel Israël », le caractère sacrée de la ville fut ainsi confirmé.

Le schisme de l’Église chrétienne de 1054 marqua réellement le rôle religieux dominant de Constantinople alors siège de l’orthodoxie chrétienne opposée à l’Église de Rome. Istanbul, dernière identité de notre cité, capitale de l’empire ottoman de la conquête de la ville par les Turcs en 1453 à l’avènement de la République turque en 1923, est quant à elle marquée par l’Islam en tant que capitale du Califat. La conquête de la ville constituait pour les musulmans une pensée forte de l’Islam, un commandement du Prophète pour lequel la guerre Sainte se justifiait; Eyüp, compagnon de Mahomet, mourut aux portes de la ville et fut élevé au rang de martyr au nom de la guerre Sainte.

Istanbul resta sous les Ottomans le siège du patriarcat orthodoxe. Les Arméniens furent par la suite placés sous l’autorité du patriarcat arménien d’Istanbul, institution créé par les Ottomans une fois le pays soumis. Ainsi la ville acquérait au cours des siècles une importance religieuse essentielle lorsque spirituel et temporel étaient étroitement mêlés. Istanbul, capitale religieuse de l’orthodoxie chrétienne et de l’Islam, accueillit d’autres croyants: les populations juives d’Espagne, fuyant l’Inquisition, choisirent pour beaucoup Istanbul comme cité-refuge où ils obtinrent le statut de protégés ou dhimmis accordé aux « religions du livre », c’est à dire monothéistes. S’ajoute l’occidentalisation initiée par les sultans au XIXème siècle, Orient et Occident s’entrecroisent pour former une ville cosmopolite où pratiques religieuses et coutumes se mêlent. Ainsi, faisant certainement exception dans l’Empire ottoman, Istanbul se partage en populations diverses : Entre 1881 et 1983, la situation des populations, à Istanbul, était la suivante :

musulmans arméniens grecs juifs autres total
384 910 149 590 152 741 44 361 142 963 874 565
44.06% 17,12% 17,48% 5,08% 16,26% 100%

En 1897, la situation des populations de l’Empire ottoman était :

musulmans arméniens grecs juifs autres total
14 111 145 1 042 374 2 569 912 215 425 1 326 346 19 050 307
74,07% 5,47% 13,49% 1,13% 5,84% 100%

Source: Osmanlı imparatorluğu

En terme d’origine cultuelle, les musulmans ne représentent plus que 44% des habitants à Istanbul contre 74% dans la totalité de l’Empire ottoman; de même, les proportions des autres groupes marquent une représentativité plus forte de ces minorités très diverses, dont les plus importantes en nombre et en influence sont les trois citées.

Que peut-on dire aujourd’hui de cette cité plurielle ?

Le XXème siècle marque une rupture certaine, la volonté de laïcisation et d’occidentalisation qu’impose Atatürk avec la République efface en partie l’image d’Istanbul capitale religieuse. Le Califat est aboli en 1924. Restent les patriarcats grec et arménien, occupant symboliquement les lieux. Au cours de siècle, les minorités religieuses ont quitté progressivement le nouvel état, parfois par vagues entières lors de heurts avec les populations turques.

Istanbul a vu sa population cosmopolite se réduire au profit des arrivants des campagnes. Ainsi, les paysans musulmans turcs ont considérablement modifié l’aspect démographique de la cité, l’exode rural poussant les populations vers les grandes villes.

Les minorités ne se définissent plus de la même manière, elles bénéficiaient du statut du citoyen ottoman jusqu’en 1923 où la République leur demande alors de choisir entre devenir sujet turc ou de dépendre d’autres autorités. Les sujets turcs doivent impérativement se conformer aux réformes strictes et sévères mises en place pour laïciser la nouvelle république (tenue vestimentaire « à l’occidentale », école laïque…). Beaucoup fuient le pays, il faut « turquiser » le territoire et le laïciser, les minorités généralement religieuses ne sont pas acceptées en tant que telles. Pourtant un paradoxe se fait jour: est reconnu comme turque la population en majorité musulmane (si l’on met de côté la question politique de frontière, les Kurdes ne sont pas reconnus comme minorité, ils sont de confession musulmane);

L’avènement de la République d’Atatürk en 1923 peut être considéré comme une véritable rupture, la volonté de laïcisation du Père de la Nation apporte un paradoxe intéressant au peuple turc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.