Le prix de la verdure à Istanbul

Bulletin 14 –

Entre les acacias, les jeunes pins et les noisetiers en containers, la Municipalité du Grand Istanbul se donne en 1998 comme objectif la plantation de 400 000 nouveaux arbres et arbustes. Cette politique du « tout vert » à Istanbul sera appliquée pour les huit prochaines années…

Cette idée de reverdir la plus grande métropole européenne n’est pas une vision neuve. Elle a longtemps été un cheval de bataille des différents hommes politiques qui se sont succédé à la Mairie du Grand Istanbul, mais le projet entrepris par Monsieur Tayyip Erdoğan, Maire affilié à l’ex-parti religieux REFAH, depuis 1995, semble être un des rares projets énoncés lors d’une campagne électorale, qui soit vraiment sur le chemin de la concrétisation.

Cette ébauche de plantation à tout-va, est née en 1996, quand le Maire, à grands renforts de panneaux publicitaires et de tentative de conscientisation collective, annonçait qu’il allait entamer un programme, prévoyant la mise en terre de 100 000 arbres. En fait, à la fin de l’année, on comptait 120 000 nouveaux arbres plantés. Fort de son succès et galvanisé par les chiffres qu’il pouvait afficher dans les magazines municipaux, ou sur les antennes de télé, Monsieur Erdoğan proposa pour l’année 1997 un doublement des plantations, et pariait sur le chiffre de 200 000 nouvelles pousses vertes. Son pari a été tenu, puisque ce sont 220 000 unités que le Maire affichait fièrement en décembre de cette même année.

Ne reculant devant aucun sacrifice, et l’écologie étant devenue un véritable argument électoral pour les citadins d’Istanbul, Monsieur Erdoğan prévoit en 1998, 400 000 arbres supplémentaires, ce qui dotera la ville, si les objectifs sont maintenus, d’un million de nouveaux arbustes depuis le lancement du programme.

Parallèlement à la mise au vert des espaces publics, des bords de route, des espaces dégagés dans les forêts ou des principales artères commerciales de la ville, les propriétaires de parcelles bénéficiant d’un espace dégagé et non-construit se sont vus notifier par la Mairie que la plantation de quelques arbres sur ces espaces serait du meilleur goût et que cela constituerait un devoir civique très apprécié par les autorités municipales…

Mais la mise au vert de la ville a un prix. Et c’est une société de la Mairie, İSTAÇ (İstanbul Büyükşehir Belediyesi Çevre Koruma ve Atık Maddeleri Değerlendirme Sanayi ve Ticaret Anonim şirketi)1, dirigée par Monsieur Yüksel Kanar, qui tient entre ses mains, et entre ses mains seules, ce très juteux marché qu’est la « chlorophyllisation » de la ville :

  • Le lieux de plantation, ainsi que la nature du sol sont évalués par une quarantaine de sociétés en géologie, qui fournissent à la Mairie un état des sols et indiquent en priorité, en fonction des analyses topographiques recueillies, le type d’arbres à planter dans la zone étudiée. Ces sociétés techniciennes sont choisies par iSTAÇ, et le coût annuel des études s’élève à plus de 2 000 milliards de livres turques. En 1998, ce sont les rues, places et quartiers suivants qui bénéficieront de verdure:
    • Ataköy (carrefour), Avcılar, Aytekin koli (parc), Ayvansaray (carrefour), Bağcılar, Bahçelievler, Bakirköy, Beşiktaş (débarcadère), Beyazıt (place), Bostancı – Kartal (bord de mer), Çamlıca (carrefour), Çubuklu (boulevard), Eminönü (bord de mer), Eyüp Sultan (boulevard), Gaziosmanpaşa, Göztepe (forêt), Gülhane (parc), Güzelyalı (bord de mer), Kağıthane Nurtepe (viaduc), Levent (carrefour), Moda (bord de mer), Okmeydanı (parc), Sarayburnu (parc), Sarıyer (boulevard), Serencebey (parc), Sultanbeyli (boulevard), TEM 2ème pont (viaduc), Topkapı (carrefour), Tuzla Pendik (bord de mer), Uğur Mumcu (boulevard), Yenikapı (bord de mer), Yeşilyurt, Zeytinburnu((Journal Gazete Pazar du 10 mai 1998))
  • C’est İSTAÇ qui décide des essences choisies, du lieu de provenance (principalement Italie et Pays-Bas) et de la nature des plantes. En 1997 et pour les six premiers mois de 1998, il apparaissait qu’1/3 des arbres était des importations, contre 2/3 d’origine turque, et que parmi les plantes importées, 1/3 était des arbres et arbustes à racines nues (ce qui est meilleur marché) contre 2/3 en containers, ce qui permet la mise en sol d’arbres qui ont déjà grandi pendant plusieurs années dans des pépinières européennes, sont pour 1/3 importés, et pour leurs 2/3 issus de Turquie.
Essences Taille (cm) Prix (FF) Prix (€)
Magnolia 500 1 370 207,00
Lilas 15 170 25,75
Tilleul 15 255 38,60
Mûrier 300 275 41,60
Noisetier 15 345 52,30
Chêne 15 205 31,00
Platane 25 620 93,95
Cèdre bleu 300 410 62,12
Laurier 200 55 8,33
Châtaignier 15 410 62,12
Mélèze 25 580 87,87
Marronnier 40 125 18,93
  • Les normes choisies par la Mairie lors de la mise dans le sol des arbres est de retirer 1 mètre cube de terre pour insérer la plante, avant de remettre, une fois dans le sol, un nouveau mètre cube de terre pour acclimater l’arbre à son nouvel environnement. Ces mètres cubes de terre, enlevés et rajoutés, multipliés par le nombre d’arbres plantés cette année (400 000), offrent alors un nouveau marché de jardinage de 800 000 mètres cubes de terre. Ce marché est attribué à des prestataires choisis par İSTAÇ.
  • Le suivi des plantes, leur santé et leur développement, est également suivi par des sociétés, spécialisées en botanique, et qui assurent le développement normal des arbres dans leurs lieux de plantation.

Le secteur de la botanique, au niveau commercial, est une branche tout à fait nouvelle dans l’économie de la Turquie, et les plantations à grande échelle qui se déroulent actuellement à Istanbul, devraient servir d’école pour d’autres grandes villes turques, comme Izmir ou Ankara, qui devraient à leur tour entreprendre un programme ambitieux de mise au vert.

Mais, malgré ces chiffres encourageants, il ne faut tout de même pas oublier que les espaces verts ne représentent que 17,5% de la superficie totale de la ville((Journal Sabah, du 1er juin 1998.)), et que sur les cinq dernières années, 10% des espaces verts ont disparu de la carte, à cause de la pollution, de l’occupation abusive de terrains pour la construction d’habitations ou par la coupe sauvage de bois pour le chauffage en hiver. Ce n’est que dans quelques années que l’on pourra juger de l’efficacité ou non de la politique massive de plantation et le contribuable stambouliote statuera alors sur l’emploi de son argent.

  1. Société Anonyme de commerce, de recyclage des eaux usagées et de Protection de l’Environnement pour le compte de la Mairie du Grand Istanbul []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.