Les Turcs en chiffres

Bulletin 15 –

Peut-être plus qu’ailleurs, la Turquie est extrêmement friande de chiffres, de sondages, d’enquêtes, de nombres, de tableaux analytiques, de courbes croissantes, de schémas ou de comparaisons. Il n’est une semaine sans que l’un des quotidiens nationaux ou de grands hebdomadaires ne nous annoncent, chiffres à l’appui, la position du pays sur l’échiquier mondial de l’inflation, ou ne nous dessine la courbe de l’augmentation du prix du pain sur 20 ans, en passant par les tonnes céréalières récoltées depuis l’avènement de la République jusqu’au dernier mois d’août. Cet approvisionnement de chiffres ne concerne pas uniquement les grands indicateurs économiques du pays, mais s’immisce dans la plus grande intimité des Turcs, chacun pouvant alors comparer son propre score par rapport à la moyenne nationale et se sentir un super-Turc ou au contraire une carence nationale…

Le dernier automne a été en la matière un véritable festival, où trois des grands quotidiens nationaux Radikal (Radical), Sabah (le Matin) et Yeni yüzyıl (Le Nouveau Siècle) ont rivalisé d’audace dans la publication des sondages et enquêtes effectués par des sociétés multinationales (telle Piar-Gallup)((Les chiffres énoncés ci-après ont été publié dans le journal Radikal du 09 juin 1998.)), afin de brosser un tableau analytique de l’état de la Turquie, mais bien plus encore un véritable check-up des Turcs.

Ainsi, apprend-on que plus de 90,8% des Turcs n’adhèrent à aucune association, quelle soit de type syndicale ou politique, et les quelques hasardeux Turcs à prendre une carte associative le font vers un organisme sportif. Il est vrai que le football est érigé en sport national et sans même suivre un match sur les petits écrans, chacun ici est au courant du résultat par les concerts de klaxons qui fusent à chaque but marqué. Bien que la grande majorité des Turcs ne pratiquent aucun sport (68,4%), ce n’est pas pour autant qu’ils se rendent au ballet ou à l’opéra, car les cantatrices (chauves ou pas) ne ravissent que 2,3% d’entre eux, juste en deçà des acteurs de théâtre (3,4%), eux-mêmes détrônés par la magie du grand écran (5,8%).

S’ils ne sont pas intéressés par le militantisme, les Turcs sont en revanche des mordus de télé, puisque 91,8% d’entre eux suivent les actualités télévisées, et la télévision est la distraction favorite de 77,2% des foyers. Parmi les programmes regardés, il se dégage une nette préférence pour les feuilletons étrangers (78,6%) et la musique populaire turque (49,9%). Les « Dallas » et « Starsky and Hutch » ont donc encore de beaux jours sur les rives du Bosphore. On aurait tort de croire que la faible fréquentation des théâtres ou des salles obscures laissent le temps libre pour la découverte et l’apprentissage, car les Turcs reconnaissent à 45% ne jamais lire de livre, ni même connaître une langue étrangère (84,1%), alors qu’un tiers d’entre eux lit au moins un quotidien. Ce chiffre devient plus modeste dès qu’il s’agit d’un hebdomadaire ou d’un mensuel, puisque 6,6% de la population reconnaît en faire l’acquisition.
Plus étonnants encore sont les chiffres avancés concernant l’hygiène générale du pays. En effet, moins d’un Turc sur deux (46%) se brosse les dents, et les 8,5% de Turcs se lavant quotidiennement doivent se sentir bien seuls face aux honnêtes citoyens qui passent sous la douche deux fois par semaine (32,1%) ou une fois seulement (33%). Devons-nous passer sous silence les 4,4% pour qui bain rime avec décade ? Dans ces chiffres, les Turcs doivent sans doute rejoindre la moyenne nationale des Français, dont la réputation de négligence face à leur hygiène corporelle fait se gausser la planète entière, ce qui leur a valu probablement d’être les plus gros producteurs mondiaux d’eaux de toilette et parfums aux marques réputées…

Cet éloignement des points d’eau ne fait pas fuir les Turcs de la table, où les repas sont riches et variés à en juger par les chiffres communiqués. Si seulement un tiers d’entre eux s’assoit autour d’une table pour déjeuner ou dîner, ils sont plus de la moitié (51%) à préférer les habitudes hérités des générations précédentes et s’asseoir à même le sol pour déguster les produits de leur généreux pays. Ainsi, 30,9% des Turcs s’offrent de la viande quotidiennement, et 13,4% l’accompagnent de fruits ou de légumes. Enfin, contrairement aux idées et dictons reçus, 56,5% des Turcs ne sont pas des fumeurs, ce qui fait partir en fumée l’expression « fumer comme un Turc »…

Si 65,9% des Turcs ne partent jamais en vacances, ils ne sont que 18,8% à avoir franchi les frontières du pays, et les 11,7% de privilégiés qui vont goûter au soleil de Bodrum l’été et aux joies du ski à Uludağ, se rendent sur leurs lieux de villégiature majoritairement en autocar (72,2%) contre 31% qui préfèrent le confort de l’auto particulière.

Dans les secrets d’alcôve, quelle ne sera pas la surprise du lecteur en apprenant que les Turcs sont opposés pour 53,2% d’entre eux à la dispense de cours d’éducation sexuelle dans les établissements scolaires, alors qu’ils seraient 43,5% à voir cela plutôt d’un bon œil. Qu’ils soient pour ou contre ce type de matière scolaire, les Turcs retrouvent cependant un large consensus à propos du mariage, où plus de 68,2% ont recours à une marieuse afin de trouver l’âme sœur. Cette confiance dans l’entremetteuse justifie certainement la pérennité des croyances et superstitions, car les Turcs sont 23,7% à croire aux cartes et au marc de café, 38% à la sorcellerie et au fatalisme, et 70% au mauvais œil.

Pour terminer sur une note d’espoir, les Turcs ne sont que 11,7% à se définir inquiets et stressés, et retrouvent là un score bien en-deçà des voisins européens, particulièrement Français et Espagnols, qui demeurent les champions du monde dans la consommation de tranquillisants, somnifères et antidépresseurs. Après tout, qu’importe le pourcentage de lecteurs, de brosseurs de dents, de défenseurs de croyances populaires, de mangeurs d’images télévisées. Le sondage ne fait que nous tracer un portrait général mais apporte-t-il une solution aux problèmes, ou se place-t-il en censeur des bonnes ou des mauvaises manières ? Il nous sera alors permis de douter de l’intérêt de telle publication, autre que dans un but divertissant, et qui permet de nous replacer secrètement dans une idée acceptable des valeurs communément admises. De toute manière, pour faire mienne une phrase de Raymond Aron, « l’intérêt des réponses dépend largement de l’intérêt des questions »((ARON, Raymond: Les étapes de la pensée sociologique, éditions Gallimard, Paris, 1967, p.509.))…


2 réponses

  1. everd dit :

    bonjour
    s’agit il d’une publication contemporaine, ou d’archives?
    Si c’est le cas, comme j’en ai l’impression, je vous suggère de prévoir une catégorie adapté et d’indiquer la date de publication originelle (peut être même en modifiant la date du billet, ou en moins en début de billet)
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.