Une visite épicée au bazar égyptien

Bulletin 13:

par Anne-Claire Kurzac,
Étudiante à la Sorbonne Paris-IV
UFR de Géographie

“Si vous suivez les rues tortueuses qui mènent de l’échelle de la yeni cami à la mosquée du sultan Bayezid, vous arrivez au bazar d’Égypte, ou bazar des drogues, grande halle que traverse d’une porte à l’autre une ruelle destinée à la circulation des marchandises et des acheteurs. Une odeur pénétrante composée des arômes de tous ces produits exotiques vous monte aux narines et vous enivre. Là sont exposés par tas ou dans des sacs ouverts, le henné, le santal, l’antimoine, les poudres colorantes, les dattes, la cannelle, le benjoin, les pistaches, l’ambre gris, le mastic, le gingembre, la noix de muscade, l’opium, le hachisch sous la garde de marchands aux jambes croisées, à l’attitude nonchalante et qui semblent comme engourdis par la lourdeur de cette atmosphère saturée de parfums.”

Bien loin de ces évocations orientalistes de Théophile Gautier, le marché égyptien ou Mısır Çarşısı(( Le marché est connu sous le nom de Mısır çarşısı, c’est à dire “marché égyptien” car les revenus de la fondation chargée d’entretenir le complexe de la Yeni Cami provenaient sûrement de l’Égypte ottomane, mais on dit également que c’est uniquement parce que les épices, qui arrivaient au bazar, transitaient par l’Égypte.)) de la place Eminönü, située à l’extrémité sud du pont de Galata, a bien peu gardé de ces saveurs olfactives d’antan. Rentrez dans ce marché couvert et vous ne sentirez plus ces odeurs d’épices qui avaient tant fait rêver ces auteurs du XIXème siècle, passionnés d’orient.

Ce marché couvert, en pierre, qui à la forme d’un “L” est composé de deux longues galeries perpendiculaires munies de six portes: Il fut construit en même temps que la Yeni Cami par la jeune Valide Turhan Sultane: Le complexe (külliye) construit sur un ancien quartier juif fut achevé en 1663 et inauguré en 1665: Les revenus tirés de la location des boutiques permettaient selon un système de vakıf d’entretenir le complexe.

Le Mısır Çarşısı devint un point de commerce important sur la rive sud de la Corne d’or (Haliç) grâce à la proximité, surtout, de l’échelle d’Eminönü qui approvisionnait la ville ottomane. Ce marché vendait des drogues et des plantes médicinales: En 1884, l’interdiction de la vente des ces produits et des préparations médicales contraint les marchands à se tourner de plus en plus vers le commerce des épices. Le Valide çarşısı ou Yeni çarşısı devint rapidement le Mısır çarşısı car les épices venus d’Orient transitaient par l’Égypte ottomane avant d’être déposées à l’échelle.

L’incendie de 1940 marque une réelle fracture dans l’histoire du marché. Après sa réouverture en 1943 et sa complète restauration en 1957, le commerce à l!intérieur des galeries est devenu beaucoup moins homogène. Le guide Nagel sur la Turquie de 1967 constate ce changement dans ces termes :

“Au XIXième siècle, il avait conservé son aspect traditionnel avec des boutiques de marchands d’épices et de drogues. Aujourd’hui , en dépit d’une remise en état assez heureuse, il n’est plus qu’un ensemble disparate de boutiques de toutes sortes et sans caractère.”

La spécificité du commerce était jadis respectée scrupuleusement, elle perd effectivement de sa rigueur.

A coté des produits de droguerie ou des épices traditionnels (sahlep((Le sahlep est de la poudre provenant de la bulbe d’orchidée, qui mélangé au lait, sert à préparer une boisson chaude. Cette fécule alimentaire très nourrissante est encore couramment utilisée en Turquie.)), sumac((Le sumac est un arbuste qui pousse à l’état sauvage au Moyen-Orient. L’épi de baies rouges a un goût piquant. Séché, cette plante ajoute un goût aigre et fruité aux préparations culinaires. En Turquie, il est ajouté sur les salades et les döner et remplace le citron ou le vinaigre dans la cuisine européenne.)), henné, safran((Le safran est l’épice la plus chère au monde et vaut en moyenne dix fois plus que la vanille. Son coût élevé est dû à la finesse des stigmates récoltés. Ils sont filiformes et très légers (en moyenne 20.000 stigmates pèsent 125 grammes). On trouve dans le Mısır çarşısı du safran de grande qualité venant d’Iran ou du Maroc atteignants les 5 dollars le gramme, ou du safran de moins bonne qualité provenant de l’Inde ou de l’Espagne a 2 dollars le gramme. Ces prix sont ceux de février 1998.)) …) on trouve désormais également de la vannerie, du tissus et des vêtements, des bijoux et aussi des fruits secs et de la pâtisserie et autres produits culinaires plus ou moins typiques dans les boutiques de traiteurs (şarkuteri). Cependant, c’est l’apparition des bijoutiers en grand nombre (de 8 en 1988((M.NICOLAS, 1988)) à 21 aujourd’hui) qui marque vraiment la rupture du Mısır çarşısı avec son aspect passé et un rapprochement avec le commerce du Kapalı çarsı (le Grand Bazar).

Si l’on regarde la carte qui représente le commerce du marché selon une classification en trois groupes : alimentaire, textile et habillement, et bijoux, souvenirs et divers; on peut voir que la part du non-alimentaire dans le Mısır çarşısı est croissante dans les produits mis en vente. Ces ventes sont de trois ordres : le textile, les bijoux et les “souvenirs”.

Le textile n’est présent que dans la seconde galerie, parallèle à la mosquée, sous des formes diverses : tissus d’ameublement, linge de maison, foulards, vêtements et accessoires en cuir (chaussures, maroquinerie). Cette branche représente près de 20% des commerces du marché. La concentration de ces boutiques sur cette galerie s’explique par le fait que les loyers y sont moins chers car cette allée est moins passante.

Les boutiques des souvenirs et de bijoux sont elles plus dispersées dans le marché. Les orfèvres sont surreprésentés avec 21 boutiques. Mêmes si elles s’étendent sur l’ensemble du bazar, elles sont surtout localisées dans la première galerie, la plus passante dont les loyers sont les plus chers. Ces commerces sont souvent alignés par groupe de deux, trois ou quatre et créés des blocs homogènes au sein du Mısır çarşısı.

La catégorie divers comprenant les bijouteries, souvenirs et trois inclassables articles de cuisine, électronique et jardinage représentent tout de même pas loin de 30% des commerces du bazar.

Le commerce alimentaire reste cependant dominant avec plus de 50% des boutiques. Celles dont les fonds de commerce appartiennent au marché mais qui ont leurs étalages ou devantures sur l’extérieur (sur la façade droite de la première galerie, le long de la Tahmis caddesi) sont en grande partie responsable de ce taux encore élevé. Le commerce y est ,en effet, purement alimentaire : du traiteur qui vend de la viande préparée et des fromages, aux marchands de poissons, ou de viandes fraîches (mouton, volaille, veau). Ce commerce alimentaire correspond à la zone où l es loyers sont historiquement les moins chers.
Cette zone commerciale reste un lieu d’animation notoire sur la place, elle s’intègre dans un ensemble plus vaste de petits commerces alimentaires au delà du Mısır çarşısı, vers Rustem Paşa cami. On y trouve également des marchands de fruits secs, d’épices, d’huile, de miel et de céréales qui n’ont pas trouvé de boutiques à l’intérieur du marché, l’activité du lieu est bien respectée et garde à l’inverse du Mısır çarşısı intérieur, un charme désuet et attractif.

Cette zone commerciale fait encore de la place d’Eminönü un lieu où l’on peut venir pour faire ses achats quotidiens. Son aspect désordonné est renforcé par la multiplication des des denrées variées déjà évoquées, mêlées à des petits étalages de fruits secs, d’amuse-gueule (çerez) et de fruits frais. Des marchands ambulants de produits alimentaires ont pris place également dans cet espace commercial, égrainés le long de la Tahmis caddesi, entre les voitures.

Ce désordre coloré et sympathique s’oppose très logiquement au marché couvert qui reste un espace commercial clos et structuré. Comme par le passé, les denrées précieuses sont dans les galeries intérieures du Mısır çarşısı même si leurs natures ont parfois changé : des épices, mais aussi des extraits de parfum, du caviar et de l’orfèvrerie.

Le Mısır çarşısı a un compromis perpétuel à faire entre son passé commercial et l’activité commerciale actuelle d’Istanbul intense et très variée. L’attractivité du bazar vient peut être de ce compromis entre passé et modernité qui permet dans ce lieux de sauvegarder des gestes et des traditions commerciales séculaires dans une ville qui court toujours au devant de la modernité et du changement. C’est ainsi qu’au détour d’une promenade au marché égyptien verrez vous aisément des étalages aux allures désuets -sacs en toile ouverts contenant du henné ou du tilleul- côtoyer des vitrines très modernes en verre; et en allant par exemple chez Filibe au numéro 58, on mettra sous vide le thé que vous venez d’acheter au poids.

Artun Unsal dans son livre Istanbul la magnifique, propos de tables et de recettes, résume très bien cette transition. Il parle de la ville, nous pourrions l’appliquer au Mısır Çarşısı : (le Mısır Çarşısı est) “écartelé entre la tradition et la nécessité de se moderniser, à la recherche d’un équilibre((A.et B. UNSAL, 1991, p.14)).”

BIBLIOGRAPHIE :

  • BACQUE-GRAMMONT J-L, une mosquée méconnue, la Yeni djami, Revue générale des publications françaises et étrangères, N°543-544, août/septembre 1992.
  • ELDEM E, “le commerce des herbes, drogues et épices à Istanbul (XVIIIème)”, Herbes, drogues et épices en Méditerranée, CNRS-Marseille, 1988.
  • GAUTIER T, Constantinople, 10/18, 1991 (1ère édition en 1852).
  • Guide Nagel, Genève, 1967
  • NICOLAS m, “le marché aux épices”, dans Mélanges au professeur R.Mantran, CEROMDI, 1988.
  • NORMAN J, Les épices, Hatier, 1995.
  • UNSAL A et B, Istanbul la magnifique, propos de tables et de recettes, R.Laffont, 1991.
  • YERASIMOS S, Visite privée, Chêne, 1991.

Tahmis Caddesi

4
 L  E
 M  A  R  C  H  É
 2
3 3  É  G  Y  P  T  I  E  N
1

Yeni Camii Caddesi

LÉGENDE

Textile (tissus, vêtement, accessoires) Divers Alimentation (restauration, traiteur, épicerie)

 

  1. Association d’entraide et de protection des commerçants
  2. Commerces d’importation de produits chimiques et dérivés.
  3. Sortie vers l’extérieur du Bazar
  4. Poste de Police


Citer ce billet
oui (1997, 19 mai). Une visite épicée au bazar égyptien. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slr5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search