Méditerranée orientale et Mer Noire, entre mondialisation et régionalisation

Compte-rendu du colloque par Jean-François Pérouse

« À propos d’un colloque récent à Antalya : bref compte rendu »

Du 11 au 13 septembre 1997 s’est tenu à Antalya un colloque organisé à la triple et transnationale initiative du GDR-832 (CNRS), du Centre International des Hautes Études Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM)de Montpellier, et de la jeune Faculté des Sciences Économiques et Administratives de l’Université de la Méditerranée (Akdeniz Üniversitesi) d’Antalya. L’intitulé du colloque -faisant écho au nom même du GDR-832 « Industrialisation, économie et nouveaux enjeux en Méditerranée orientale et en mer Noire »- était : « Méditerranée orientale et mer Noire, entre mondialisation et régionalisation ». Quant aux participants, ressortissants de différents pays (du Canada à l’Azerbaïdjan), ils étaient issus d’univers professionnels et disciplinaires multiples.

Nous n’allons pas résumer ici l’ensemble des 36 communications entendues au cours de ces deux journées (il existe des résumés officiels, consultables ; contactez au besoin Yavuz Tekellioğlu, dekan de la faculté accueillante, Marcel Bazin, pour le GDR-832, ou Gérard Ghersi, pour le CIHEAM). Nous nous proposons seulement de signaler les communications qui ont, à divers titres, fait une place à Istanbul, au cœur des préoccupations de la présente Lettre.

En effet, la capitale économique turque, du fait même de la problématique du colloque, a été évoquée à divers niveaux et sur divers registres :

  • comme passage stratégique pour les grands flux d’hydrocarbures actuels et à venir (entre mer Noire et Méditerranée) ; cf. Michel CHATELUS (Université de Grenoble) et Cengiz CANDAR (du quotidien Sabah).
  • comme un foyer économique nouvellement polarisant pour des populations jusque-là relativement captives (en provenance de républiques de l’ex-URSS et de pays d’Europe de l’Est) ; cf. Anne de TINGUY (CNRS) et Jean RADVANYI (INALCO)
  • comme pôle-relais « émergent » dans le processus de développement réticulaire (c’est-à-dire en réseau) de l’économie mondiale ; Istanbul faisant figure de principale base-arrière et de véritable tête de pont (en direction des marchés proche-orientaux, mais aussi balkaniques, caucasiens et russes) pour de grandes multinationales ; cf. Jean-François.PEROUSE. (Université de Toulouse)
  • comme un puissant tissu économique, en voie de diversification, dont nombre d’acteurs aspirent à un processus d’émancipation politique par rapport à Ankara ; cf. Akif MENEVSE (Akdeniz Üniversitesi) et Y.ELICIN-ARIKAN (Galatasaray Üniversitesi).
  • et enfin comme espace/théâtre privilégié de la gestation d’une société civile turque (cf. G.GROC, IREMAM et N. ŞENI, Université Paris-VIII)

On doit saluer le fait que les termes de mondialisation/globalisation (küreselleşme/globalleşme), dangereusement galvaudés et éculés, n’ont pas donné lieu à de vaines considérations. Les études de cas étant toujours été préférées aux considérations par trop vagues et oiseuses. Enfin, ce colloque a prouvé la belle vivacité de la collaboration universitaire franco-turque, dont le développement mérite d’être encore poursuivi.

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.