Voyage d’étude à Istanbul pour les étudiants des langues’O

Bulletin nº 12

par Christophe Legal

Dans le cadre de la convention entre l’Université de Marmara et l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), une quinzaine d’étudiants de deuxième et troisième années de Dulco de turc des “Langues’ O” ont effectué du 8 au 22 avril 1997 un voyage d’étude à Istanbul . L’initiative en revient à F. Bilici, leur professeur d’histoire et de langue. Ce voyage est avant tout une expérience pédagogique destinée à mettre les étudiants en prise avec leur sujet d’étude, à savoir la turcologie et toutes ses composantes : historiques, sociologiques, politiques etc. Voilà comment ce sujet d’étude académique est devenu en l’espace de deux semaines au travers d’une dizaine de conférences mais aussi de visites, d’entretiens, de causeries, une réalité concrète et complexe, d’une richesse intellectuelle incomparable. C’est pourquoi une telle initiative mériterait d’être “banalisée” au sein d’un cursus universitaire visant la perfection pédagogique.

D’emblée, il faut indiquer que ce voyage n’aurait pu prendre forme sans l’appui logistique de l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul/George Dumézil (IFEA). L’ensemble du groupe tient sincèrement à remercier l’équipe de recherche pour son accueil et ses explications, le personnel et tout particulièrement et son Directeur, Stéphane Yerasimos. Par ailleurs nous remercions l’Université de Marmara et surtout les responsables et enseignants de la Faculté de Sciences et de Lettres, l’Institut de Recherches Turcologiques (Türkîyat Araştırmaları Enstitüsü) et le Département Francophone de Sciences Politiques. Nos gratitudes vont également aux très nombreux partenaires turcs et français qui nous ont permis de mieux comprendre les mécanismes de la langue et de la société turques.

Voyage au cœur de l’histoire turque.

L’INALCO fut créé en 1795, pour assurer notamment l’enseignement du turc ottoman. Dans cette optique, l’étude des civilisations est apparue sinon plus, du moins aussi fondamentale que l’enseignement des langues. Encore aujourd’hui, les études historiques, indispensables à la compréhension d’un mode de civilisation, tiennent une bonne place dans le cursus universitaire de la section turque. Autant dire que les visites pédagogiques, les rencontres avec les milieux universitaires, les conférences et les débats sur les thèmes de la langue, de la littérature et de l’histoire économique turque furent, pendant ce séjour à Istanbul, une expérience extrêmement enrichissante.

Les visites pédagogiques.

Pour tout individu, turc ou non, visitant Istanbul, attiré de près ou de loin par la turcologie, le premier contact avec l’histoire mouvementée de cette ville s’opère sur ce que Pierre Nora nomme « les lieux de mémoire ». Ceux de l’ancienne Byzance sont extrêmement nombreux et diversifiés. Kariye, Fethiye et surtout Sainte-Sophie furent nos quelques approches de l’époque byzantine. Quant à la période ottomane, en relation avec le cours d’histoire, les visites des palais de Topkapı, de Dolmabahçe et de Yıldız s’imposaient. Par ailleurs, la visite d’Eyüp, la découverte des mosquée Fatih, Süleymaniye, Rüstem Pasa et Sultan Ahmet, celle du cimetière d’Edirnekapı (cher à F. Bilici et à J.L Bacqué-Grammont) et les flâneries instructives dans les rues envoûtantes d’Eminönü, d’Üsküdar, de Beyoglu nous ont fait apprécier, par leur diversité, la richesse de l’histoire et de la civilisation turque.

Archives ottomanes, bibliothèques de Süleymaniye et IRCICA.

Pour l’étudiant lambda des “langues’O”, le livre est bien souvent l’unique source de connaissances historiques que l’on sacralise à la veille des examens. Mais avions-nous déjà fait l’effort au cours de nos lectures, de nous pencher sérieusement sur la manière dont la science historique procède à la restitution du passé ? C’est désormais chose faite ! Une demi-journée à arpenter les couloirs des archives ottomanes du Président du Conseil (Başbakanlık Osmanlı Arşivleri), à interroger les préposés aux différentes étapes du classement, à contempler le travail minutieux effectué par le service de restauration des documents altérés par le temps, nous a permis d’entrer en contact avec le maillon indispensable sans lequel la chaîne des connaissances historiques ne pourrait se développer. Je n’entrerai pas ici dans le détail du processus de classement. Je tiens juste à souligner que les avancées technologiques (en particulier la numérisation des documents), et le développement des réseaux de communication à l’échelle mondiale facilite non seulement la conservation des archives les plus fragiles, mais surtout l’échange d’informations entre les chercheurs.

Plus spécifiquement, pour apprécier la vie sociale et économique du monde ottoman et encore plus celle d’Istanbul, le chercheur doit encore se plonger dans les registres judiciaires des Kadi (Ser’iyye Sicilleri Arşivi), rassemblant plus de dix mille volumes. Nous y avons passé une matinée à consulter certains registres et à discuter avec les chercheurs.

Pour compléter ce tableau, nous devons évoquer deux bibliothèques. La Bibliothèque Süleymaniye, une des plus riches au monde en manuscrits turcs, arabes et persans qui offre aux chercheurs d’infinies possibilités dans le domaine de la turcologie mais aussi de l’islamologie. En compagnie de son Directeur, Nevzat Kaya, nous avons eu accès à des manuscrits rarement exposés. La Bibliothèque de l’IRCICA, organe de la conférence islamique installée dans les paisibles bâtiments du palais de Yıldız, conserve quant à elle, dans une quarantaine de langues, des ouvrages et autres documents sur l’Empire ottoman ainsi que sur l’ensemble du monde musulman. Elle réalise également ses propres publications.

L’IFEA

Le parcours engagé dans le milieu de la recherche historique s’est poursuivi à l’Institut Français d’Études Anatoliennes, dont la vocation initiale se limitait à la recherche archéologique. Aujourd’hui les historiens, ottomanisants et spécialistes de la période contemporaine, constituent le gros de l’effectif composé de pensionnaires scientifiques, d’allocataires de recherche et de boursiers. Après une présentation générale de l’Institut, de son organisation et de ses finalités scientifiques par Stéphane Yerasimos son directeur ; Eric Jean, archéologue ; Alexandre Toumarkine, spécialiste du Caucase et des populations caucasiennes en Turquie et Philippe Blacher, à la tête de l’observatoire urbain d’Istanbul, nous ont successivement présenté leur domaine d’application scientifique. Chacun d’eux a tenu à mettre en relief les travaux menés par ses collègues, nous donnant ainsi un aperçu global des missions et des recherches engagées par l’Institut. Cette plongée dans les interstices de la recherche eut le mérite de briser l’idée préconçue selon laquelle le monde scientifique est hermétique et replié sur lui-même. En réalité, tel qu’il est conçu à l’IFEA, il est un milieu de connaissance et d’ouverture sur l’autre extrêmement valorisant d’un point de vue intellectuel. C’est sûrement l’une des raisons pour lesquelles, les rencontres organisées à l’Institut ont été, pour certains d’entre nous, à l’origine d’un nouvel élan qui, il faut l’espérer, se concrétisera dans quelques années par la production d’un travail scientifique de qualité.

La fondation d’histoire (Tarih Vakfı).

Après avoir été mis en contact avec l’histoire à travers les aspects architecturaux, urbains et scientifiques, nous avons eu le privilège d’être reçu pendant deux heures par le Secrétaire Général de la fondation d’histoire, Orhan Silier, qui éclaira une matinée brumeuse par son intelligence et sa passion. La fondation créée en 1991 est à la fois un lieu de connaissance, abritant un centre de documentation et d’information ; un lieu de rencontre scientifique dont l’activité assure la parution d’un certain nombre de publication, notamment des ouvrages spécialisés sur l’histoire d’Istanbul (le magazine Istanbul ou encore la très volumineuse encyclopédie d’Istanbul). C’est enfin un lieu de résistance et de tolérance à partir duquel l’équipe permanente tente de jouer un rôle éducatif par l’organisation de manifestations culturelles destinées au grand public. La fonction d’Orhan Silier au sein de la fondation fait de lui un acteur non seulement scientifique mais aussi politique. En effet, le vakıf, qui rompt définitivement avec une conception de l’histoire partiale et qui, simultanément, promeut l’éducation et l’échange d’informations s’assigne implicitement comme tâche de lutter contre le recul démocratique en Turquie. La fondation est de ce point de vue un exemple révélateur des changements qui s’opèrent au sein de la société civile turque.

La société civile turque.

Les conférences de G. Groc et A. Uğur.

Le thème de la société civile turque nous est apparu au cours de ce séjour comme un leitmotiv rythmant périodiquement les entretiens, les conférences et les débats consacrés à la situation politique de la Turquie. On pourrait débattre sur les effets de mode en matière de réflexion politique mais il semble ici plus intéressant de constater que la mise en perspective de la société civile turque dans un cadre politique a le mérite de redonner au citoyen la place qui lui revient au sein de la cité. Ainsi, suite aux excès de l’étatisme et se préparant à ceux du libéralisme, la société turque via les associations, les fondations, les confréries à la limite de l’orthodoxie islamique , les manifestations semble réagir traçant ainsi une voie originale vers l’éveil démocratique. C’est en substance l’analyse d’Aydın Uğur, maître de conférence en sociologie qui, dans les locaux de l’Université de Marmara (Département Francophone de Sciences Politiques) situés sur l’une des rives du Bosphore, a eu la gentillesse de nous faire état de ses réflexions en la matière. Quant à l’analyse de G. Groc , qui pour un certain nombre d’entre nous est apparue un peu trop conceptuelle pour en apprécier la finesse, elle eut le mérite d’éclairer le discours d’Aydın Uğur offrant des axes de réflexion pour comprendre le mécanisme d’éveil démocratique qui semble prendre forme. Selon lui, la tradition autoritaire du système politique turc, qui s’oppose par essence à l’autonomie de l’individu, serait à l’origine de l’abîme déconnectant les dirigeants politiques de leur base. Abîme d’autant plus profond que depuis des années, l’état s’avère incapable de mettre fin à la permanence des conflits qui risquent à terme d’altérer l’ensemble de l’édifice social turc.

De nouveaux espoirs ?

Les conférences organisées par l’équipe pédagogique de la Faculté des Sciences et de Lettres de l’Université de Marmara ont affiné nos connaissances sur la situation socio-politique de la Turquie. L’exposé de Nadir Devlet sur l’Asie Centrale, rappelant les liens historiques, linguistiques et culturels qui unissent l’Anatolie aux régions de l’Altaï mit en perspective la résurgence progressive de l’idée d’un monde türk dans le paysage idéologique de la Turquie contemporaine. L’éclatement de la grande fédération socialiste offre en effet l’opportunité à la nation turque de renforcer son poids stratégique et politique en devenant un des éléments (et non des moindres) incontournable de la région. Ce fut là l’introduction à un exposé plus large sur les situations politiques, sociales et économiques des nouvelles républiques d’Asie Centrale. Et c’est par des voies détournées que nous fûmes amenés à nous intéresser d’une part à la structure communautaire, religieuse et démographique de la Turquie, d’autre part aux migrations turques pour évoquer in fine l’essaimage de la population anatolienne dans le monde et en particulier en Europe.

L’étude de la littérature d’exil turque qui participe au renouveau littéraire, aurait pu être l’axe majeur de la conférence de Baki Asiltürk, destinée à nous apporter quelques éclairages sur la production livresque turque contemporaine. B. Asiltürk a préféré nous présenter lors d’un exposé pédagogique de grande qualité les tendances et les thématiques majeures animant les trois genres constitués par le roman, la nouvelle et la poésie. Bien qu’il soit extrêmement réducteur de vouloir généraliser une époque littéraire traversée par de multiples influences, la vie littéraire turque, débarrassée des tabous, semble aujourd’hui traversée par une vague libérale parfois même libertine et en tout cas fortement teintée d’hédonisme. Serait-ce là le signe d’un temps où les désillusions de toutes sortes – idéologiques, économiques et morales – inciteraient l’homme à rechercher son plaisir dans un confort matériel débarrassé de tout sentimentalisme ?

Quel que soit la gravité du mal qui ronge nos sociétés modernes en cette fin de siècle, la Turquie toujours située au croisement des chemins de la modernité et de la tradition est, à l’orée du IIème millénaire, confrontée à un enjeu politique de taille : la démocratisation de son système. Le panorama du paysage médiatique turc contemporain présenté par Haluk Hatun Duman, spécialiste de l’histoire de la presse, montre non seulement comment les médias turcs et leurs acteurs sont plus qu’ailleurs soumis à la censure mais surtout comment la Turquie fluctue vers plus ou moins de liberté au grès des ruptures qui jalonnent, depuis 1960 sa vie politique. Cet exposé fût d’autant plus intéressant qu’il donna à l’ensemble du groupe les moyens de décrypter la vie politique turque par un prisme pertinent et novateur qu’il serait intéressant de systématiser dans une étude de sciences politiques plus large.

Perspectives économiques et présence française

Au-delà des problèmes évoqués précédemment, la Turquie possède un potentiel économique et humain qui lui permet d’espérer dans un avenir plus ou moins proche un développement socio-économique. Son intégration récente à l’Union Douanière, préalable à ce développement, lui impose déjà une rigueur économique qui la prépare progressivement à la compétition internationale. Dans cette optique la classe dirigeante turque veille à améliorer la qualité de ses productions, à former une élite entreprenante et consent enfin à éradiquer les activités non concurrentielles de son champ économique.

La Turquie : une nation en voie de développement économique.

Les forums économiques animés à la fois par la Chambre de Commerce franco-turque et le poste d’expansion économique nous ont permis d’approfondir nos connaissances sur la situation économique turque. M. Le Nezet, Directeur de la Chambre de Commerce franco-turque, a débuté son exposé par une présentation de ses activités lesquelles consistent à favoriser les échanges commerciaux entre l’hexagone et la Turquie : activités de conseil pour les sociétés françaises qui souhaitent s’installer en Anatolie, promotions des sociétés turques en France lors de salons professionnels. Cette présentation fut suivie d’une analyse macro-économique des secteurs d’activité turcs ce qui nous aiguilla de facto sur les voies des opportunités économiques potentiellement offertes à de jeunes esprits entreprenants et ouverts sur le monde turc. Didier Veller quant à lui Directeur du poste d’expansion économique, précisa le propos de M. Le Nezet en insistant sur les indicateurs économiques qui, analysés, permettent effectivement d’affirmer que la Turquie est un pays en devenir. Néanmoins, un certain nombre d’interrogations, en particulier d’ordre politique, limitent l’enthousiasme que de tels paramètres incitent à nourrir. Première interrogation : Comment un pays qui frappe à la porte de l’Europe va t’il accepter la permanence de cet état de fait sans que soit pris en compte ses progrès économiques au sein de l’Union ? En résumé la rigueur économique vaut-elle une intégration hypothétique au sein du club européen de culture judéo-chrétiennes ? Deuxième inconnue : la place du Refah partisi dans le jeu politique turc de demain. Pour le moment donc, l’avenir économique de ce pays reste incertain. Les éclaircissements ne sauraient tarder.

L’influence française en Turquie

Quoi qu’il en soit, la période de libéralisation initiée par Turgut Özal au milieu des années 1980 et concrétisée par la signature de l’accord sur l’Union Douanière permet aujourd’hui à la France de se présenter comme le premier partenaire économique de la Turquie. Cette place d’honneur, incontestable au regard des indicateurs économiques – flux des investissements, chiffres des sociétés françaises, volume des échanges – est somme toute relative si l’on analyse d’un peu plus prêt la nature de cette présence économique française. Ainsi, nos voisins européens et plus précisément les allemands et les italiens qui ne peuvent compter sur de grosses implantations (comme celle de Renault) apparaissent paradoxalement bien plus dynamiques que la France du fait de leur réseau de P.M.E. (petites et moyennes entreprises) et de P.M.I. (petites et moyennes industries).

Quant à la présence scientifique et culturelle française en Turquie, complémentaire de la présence économique, elle n’est en rien comparable à ce qu’elle fut des siècles durant au sein de l’Empire Ottoman. Les temps ont changé, les modalités d’influence avec lui. Aujourd’hui ce sont les quelques lycées, l’Université de Galatasaray, le Département Francophone de l’Université de Marmara et l’Institut d’Études Françaises ont la charge de promouvoir la francophonie au sein d’une nation friande de références françaises. Philippe Pialoux à la tête de l’Institut d’Études Françaises propose à un large public un enseignement de la langue de Molière et met à la disposition des intéressés une bibliothèque bilingue franco-turque. Simultanément, il s’assigne comme tâche de promouvoir l’adaptation des productions cinématographiques, scientifiques et littéraires françaises à un public turc non francophone.
À “Sciences Po-Tarabya”, l’équipe pédagogique qui eu la gentillesse d’organiser à notre intention quatre conférences , nous a fait découvrir les multiples aspects de ce département dont les diplômés se placent parmi les meilleurs aux concours du Ministère des Affaires Etrangères. A cette occasion nous avons pu constater qu’il existait entre ce département et l’INALCO un potentiel de relations qu’il serait souhaitable de développer.

Voilà en quelques lignes dessinées les grandes étapes de notre parcours pédagogique. Ce fut à n’en pas douter une expérience valorisante et enrichissante à tout point de vue. Il nous reste donc à remercier à nouveau toutes les personnes qui ont collaboré de près et de loin à la mise en forme de ce projet et en particulier F. Bilici, notre professeur et Fatih qui s’est occupé des billets d’avions.


PROGRAMME RÉALISÉ DU 8 AU 22 AVRIL 1997.

(Hébergement et voiture fournis par l’IFEA) 8 AVRIL. Départ de Paris.

9 ET 10 AVRIL. Université de Marmara.

9 AVRIL.

Türkiyat Araştırmaları Enstitüsü (Institut de recherche turcologique).

  • Conférence de N. DEVLET, professeur et directeur de l’Institut : “Tableau général du monde turc “.

Faculté des sciences et des Lettres.

Conférences :

  • Baki ASILTÜRK, spécialiste de la littérature turque contemporaine : “La littérature turque contemporaine”.
  • Halük Harun DUMAN, historien et spécialiste de l’histoire de la presse : “La presse turque d’aujourd’hui”.

10 AVRIL.

Département francophone des Sciences-Politiques.

Conférences :

  • Jean Louis BALANS, maître de conférence et coordinateur du département : “Le département francophone de Sciences-Politiques et sa place dans la formation des élites turques.”
  • Aydin UGUR, maître de conférences : “La Turquie et sa société civile “
  • Jale CIVELEC, Professeur et directrice du Département : “Le régime juridique international des détroits turcs”.
  • Ali BAYRAMOĞLU, maître de conférence : “Le Refah Partisi et sa sociologie électorale”.

Visite du Palais de Khedive sur le Bosphore.

Cérémonie au tekke Mevlevi (derviches tourneurs) d’Üsküdar.

11 AVRIL.

Archives Ottomanes de la Présidence du Conseil.

Visite du Palais de Topkapı.

12 AVRIL.

Visite du Palais de Dolmabahçe.

Fondation d’histoire économique et sociale (Tarih Vafkı); Conférence d’Orhan SILIER sur les activités de la fondation.

Visite de la bibliothèque de femmes.

13 AVRIL.

Participation au congrès des pays turcophones (kurultay)

Visites

  • Le cimetière ottoman d’Edirnekapı.
  • Eyüp; mausolée, cimetière, mosquée, café Pierre Loti.
  • Mosquée Rüstem Paşa.

14 AVRIL.

Archives judiciaires ottomanes (Sicil des kadî-s)

Bibliothèque et mosquée Süleymaniye.

Institut Français d’Études Anatoliennes/ G.Dumézil (IFEA).

  • Accueil et présentation de l’institut par son directeur Stéphane YERASIMOS.
  • Présentation des fouilles et recherches archéologiques par Eric JEAN, archéologue et allocataire.
  • Présentation des études ottomanes et turques et de l’observatoire du Caucase et de l’Asie centrale par Alexandre TOUMARKINE, historien et boursier.
  • Présentation de l’Observatoire Urbain d’Istanbul par Philippe BLACHER
  • Conférence de Gérard GROC : ” La naissance de la société civile en Turquie”.

15 AVRIL.

Institut d’Études Françaises (Taksim); Présentation des activités de l’institut par son Directeur Philippe PIALOUX assisté de l’équipe pédagogique et d’Émile MANTICA, directeur adjoint de l’institut.

Centre de recherche sur l’histoire, l’art et la culture islamiques (Organisme de la conférence islamique); Présentation des activités du centre par Halit EREN, directeur de la bibliothèque, visite du palais et du parc de Yıldız Sarayı .

16 AVRIL.

Chambre de commerce et d’industrie franco-turque.

  • Conférence de Marc NEZET, Directeur : “Les relations économiques franco-turques”.

Visites de Sainte-Sophie et du Yerebatan Sarayı (la citerne).

17 AVRIL.

Poste d’expansion économique français

  • Conférence de Didier VELIER, Directeur : “Les performances de l’économie turque.”

Visite du quartier de Galata.

18 AVRIL.

Visites :

  • Mosquées Fatih, Süleymaniye.
  • Musées Kariye et Fathiye.
  • Quartier de Fener.

19 AVRIL.

Journée libre avec cependant la recommandation d’observer l’atmosphère créée par la fête du sacrifice (second jour du Kurban Bayramı).

20 AVRIL.

Visites :

  • Tekke alévi de Sah-kulu (Göztepe) : Participation à la cérémonie
  • Musée des arts turcs et islamiques.
  • Quartier d’Üsküdar et de Çamlıca.

21 AVRIL.

Îles des Princes

Le lendemain Départ.



Citer ce billet
Faruk Bilici (1997, 1 janvier). Voyage d’étude à Istanbul pour les étudiants des langues’O. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slqx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search