L’urbanisme dans les villes italiennes du Moyen Age. Éléments de comparaison avec la Constantinople byzantine

Monsieur Jean-Claude Maire-Vigueur, Professeur titulaire de la chaire “Istituzioni medievali”, à la Faculté des Lettres de l’Université de Florence, Italie

Inutile d’insister sur le rôle de la ville dans l’histoire de l’Italie médiévale, ni sur la place que la ville occupe, à juste titre, dans la littérature historique et ceci dès les débuts de l’historiographie savante et donc dès le XVIe siècle. Encore faut-il immédiatement préciser que, à l’exception des ensembles monumentaux et des grandes opérations de prestige, qui se sont multipliées à partir du XIIIe-XIVe siècle, l’étude des structures matérielles de la ville comme celle de la morphologie de l’espace urbain ont longtemp fait figure de parents pauvres dans cette abondante production historiographique. Depuis deux ou trois décennies en revanche, on assiste sur ce double terrain à une multiplication des travaux qui proviennent en Italie de deux écoles bien distinctes: celle des médiévistes tout court, qui ont principalement recours aux documents de la pratique (fonds des églises, registres notariés, documentation publique), et celle des architectes qui se tournent vers l’histoire non seulement de l’architecture et de l’urbanisme mais aussi du bâti, du foncier, de la typologie des habitations et ainsi de suite et qui se retrouvent donc sur ce terrain au coude à coude avec les médiévistes “classiques”; il y a là une spécificité italienne qui s’explique sans aucun doute par l’importance et la vitalité, dans le paysage académique italien, des Facultés d’architecture.

Il faut toutefois préciser que cet engouement récent pour l’étude de la ville entendue dans la complexité de ses structures matérielles ne remonte guère au-delà du XIIe-XIIIe siècle. Au-delà, pour la ville du Haut Moyen Age, historiens et architectes cèdent en général la place aux archéologues qui ont d’ailleurs, en un certain nombre de cas (Pavie, Vérone, Brescia), obtenu des résultats intéressants mais qui sont cependant bien loin de soutenir la comparaison avec ce que l’on sait maintenant des villes italiennes de l’époque communale et postcommunale. Et c’est à ces villes que je consacrerai moi aussi mon attention, en rappelant les limites temporelles et spatiales de mon exposé: je ne parlerai que des villes de l’Italie communale, à l’exclusion donc des villes du Royaume de Naples, qui n’ont jamais bénéficié de cette totale autonomie qui caractérise du point de vue politique les villes de l’Italie du Nord et du Centre et qui n’ont d’ailleurs pas bénéficié du même développement démographique durant les derniers siècles du Moyen Age. Quant aux éléments de comparaison avec la Constantinople byzantine, dont j’avais un peu imprudemment promis d’enrichir mon analyse, je dois avouer qu’ils ne seront pas à la hauteur de ce que l’on pouvait en attendre, essentiellement je le crains, parce que je n’ai pas eu accès à tous les travaux susceptibles de nourrir ma réflexion sur ce point.

1) L’ampleur de l’essor urbain

C’est là bien entendu la donnée fondamentale, celle qui conditionne toutes les autres: entre le début du second millénaire et la fin du XIIIe siècle, en un peu moins de trois siècles, l’Italie communale connaît une croissance urbaine sans précédent, qui démarre en douceur au XIe et parfois dès le Xe siècle, qui s’accélère au cours du XIIe siècle pour atteindre son taux le plus élevé au cours du XIIIe siècle. Bien entendu on trouve à la base de cette croissance un trend démograhique commun à tout l’Occident médiéval, avec cette différence que l’essor des villes, dans l’Italie communale, repose avant tout sur l’exode rural, sur le mouvement qui pousse les habitants des campagnes à venir s’installer en ville, le plus souvent dans la ville qui au même moment étend son autorité politique sur les campagnes environnantes, au cours de ce phénomène typique de l’époque communale que l’on appelle en italien la “conquista del contado” et qui va donc de pair avec l'”inurbamento”, phénomène tout aussi caractéristique de la même époque communale.

Les résultats de cet essor à son plus haut sommet ? Ils se résument en une phrase: l’Italie communale possède au début du XIVe siècle un réseau urbain d’une densité et d’une importance tout à fait exceptionnelles dans le panorama du monde occidental de l’époque. Quatre villes comptent ou peut-être même dépassent 100.000 habitants: Milan, Gênes, Venise et Florence; Bologne, Crémone, Vérone, Padoue, Pise, Sienne, Rome en comptent plus de 50.000; les villes comprises entre 30.000 et 50.000 habitants sont plus nombreuses encore et l’on compte des dizaines et des dizaines de villes dans la tranche qui va de 10.000 à 30.000 habitants. Quant à la densité du réseau urbain, c’est sans nul doute la Toscane qui en donne la meilleure image, avec une ville de plus de 100.000 habitants (Florence), deux de 50.000 au moins (Pise et Sienne), deux de plus de 20.000 (Lucques et Arezzo), quatre de plus de 10.000 (Prato, Pistoia, Volterra et Cortona) et au niveau le plus bas sept à huit villes allant de 4/5.000 à 10.000 habitants.

La seule autre ville du monde occidental à pouvoir rivaliser avec les quatres premières villes italiennes est Paris, qui atteint le chiffre de 100.000 habitants à l’époque de Philippe le Bel; Londres n’a alors que 40.000 habitants, de même que Cologne, la plus peuplée des villes allemandes; Bruges, il est vrai, compte alors 60 ou 70.000 habitants. Et Constantinople? Bien malin qui pourra le dire pour cette époque. Ce qui est sûr, c’est que la grande mégapole du Ve e VIe siècles, <<prévue –selon Dagron– pour abriter un population de 400 000 ou 500 000 habitants>> et qui, si je comprends bien, ne dépasse pas à cette époque les 300.000 habitants, a perdu alors une bonne part de sa substance démographique et peut tout juste, dans la meilleure des hypothèses, rivaliser avec les premières villes italiennes.

2) Les lotissements et le contrôle de l’urbanisation

La première conséquence de cette envolée démographique, c’est bien entendu d’accroître dans des proportions considérables la superficie de l’espace urbanisé. Selon quelles modalités l’urbanisation se réalise-t-elle ? Quelle est en particulier la part respective du public et du privé dans ce processus d’urbanisation ? Il s’agit là de questions fondamentales auxquelles l’historien du Moyen Age ne saurait davantage se soustraire que celui qui étudie les mêmes phénomènes à une époque plus récente.

Toutefois je ne m’attarderai guère sur le rôle des initiatives individuelles. Non qu’elles n’aient leur part dans le développement urbain des XIe-XIIIe siècles, bien au contraire. Il est bien évident que tout au long de la période considérée la ville n’a cessé de s’agrandir et l’espace urbanisé de se densifier sous l’effet cumulé d’une multitude d’opérations ponctuelles, accomplies par des particuliers qui édifient leur maison sur des parcelles achetées et loties au coup par coup, en dehors de tout plan d’ensemble. Mais il paraît hors de doute aussi que les entreprises collectives ont joué un rôle moteur tant en ce qui concerne le choix des aires d’expansion que dans l’élaboration de nouveaux types d’habitation, et peut-être même dans les techniques de construction. De gré ou de force, car on aurait tort de sous-estimer l’efficacité des règlements d’urbanisme édictés par les pouvoirs publics, l’initiative individuelle s’est en somme alignée, au propre comme au figuré, sur des opérations portant sur des dizaines, parfois même sur des centaines d’édifices dont la disposition générale, la structure individuelle, la décoration et tous les autres éléments de la morphologie externe ont puissamment contribué à façonner un paysage urbain qui s’est souvent conservé jusqu’à nos jours.
Je veux parler, on l’aura deviné, des grandes opérations de lotissement dont les acteurs les plus importants sont, pour toute la période des XIIe et XIIIe siècles, les églises urbaines et, en tout premier lieu, le chapitre de l’église cathédrale et les grandes communautés monastiques.

Inutile d’épiloguer sur le rôle joué par les églises dans la division et la vente des terrains édifiables: elles possèdent la plus grosse partie du terrain urbanisable –plus de 60% de la superficie intra muros à Gênes– et elles seules, à peu de choses près, disposent de parcelles assez vastes pour être divisées en lots. Mais il est remarquable que dès cette époque, alors que les églises semblent faire la pluie et le beau temps en matière d’urbanisation, la commune ait son mot à dire dans l’édification des nouveaux quartiers, ne serait-ce que pour dicter le tracé des rues et des places et imposer certaines normes d’urbanisme. Les interventions de l’État se multiplieront par la suite, en tout premier lieu à Venise où la commune excipe de plus en plus souvent, à partir du XIIIe siècle, de sa propriété éminente sur toutes les étendues aquatiques et marécageuses de la lagune pour soumettre à son contrôle un nombre croissant de bonifications –modalité vénitienne du lotissement– qui relèvent désormais de la procédure des “grâces” accordées par le Grand Conseil. Celui-ci confie l’instruction de l’affaire à une magistrature spécialisée dans la gestion du domaine public et susceptible d’imposer des règles précises au bénéficiaire de la grâce; il n’est d’ailleurs pas rare de voir les magistrats du Piovego, puisque tel est leur nom, procéder à de véritables enquêtes auprès des voisins qui sont donc en mesure, grâce à leur connaissance du milieu et de ses contraintes, d’influencer la décision des magistrats.

Mais à partir du XIVe siècle, l’initiative des églises s’essouffle et l’État doit souvent intervenir pour prendre le relais: on le voit à Venise pour les vastes opérations d’assèchement entreprises autour de S. Marta et de S. Andrea della Zirada, mais d’autres villes, y compris de taille beaucoup plus modeste, offrent aussi de beaux exemples de lotissements réalisés de bout en bout par les pouvoirs publics. Ainsi à Gênes où la commune aménage au milieu du XIVe siècle les deux hectares du Molo, l’anse naturelle qui ferme le port, et les divise en 228 parcelles attribuées à 180 locataires dont un tiers au moins est constitué d’artisans spécialisés dans la construction et la réparation des navires. Ainsi à Assise, où les pouvoirs publics procèdent en 1316 à des achats massifs de terrains compris entre le tracé des murs romains et la nouvelle enceinte en construction; la commune débourse plus de 15.000 Livres pour l’achat de ces terrains, qui sont ensuite lotis sous forme de 754 parcelles édifiables, vendues pour un prix qui va de 9 à 24 L.; le total de ces ventes devrait en principe atteindre un chiffre bien supérieur à la somme dépensée pour l’achat des terrains, la différence servant à financer les travaux d’utilité publique accomplis dans les nouveaux quartiers, comme par exemple le revêtement en briques des rues et des places et la construction d’un lavoir collectif. Ainsi encore à Sezze, petite ville du Latium méridional, où la commune divise en 1279 une aire d’environ 233 ha en plusieurs centaines de parcelles.

Reste à savoir si ces exemples illustrent la règle ou l’exception. Sur cette question, évidemment cruciale, le débat reste ouvert et l’on pourrait opposer aux exemples à peine cités celui de Vérone où l’on a au contraire récemment soulignée <>. Je reste pour ma part convaincu que le modèle interventionniste était de loin le plus répandu et que les communes ont le plus souvent tenté, avec des moyens et des résultats bien entendu inégaux, de canaliser l’expansion urbaine et d’imposer un minimum de règles élémentaires visant l’organisation des nouveaux quartiers et la morphologie de l’habitat.

Impossible, pour autant que je le sache, de parler de lotissements collectifs dans l’urbanisation de Constantinople. Le sujet n’est guère abordé dans le grand livre de Dagron, qui passe directement de l’essor démographique aux caractères de l’habitation byzantine. Mais on a conservé, pour le monde oriental d’une époque contemporaine de la mienne, le début du XIVe siècle, un exemple intéressant d’une tentative de planification de l’espace urbain de la part des pouvoirs publics, en l’occurrence les magistrats de la colonie génoise de Caffa, en Crimée:

“l’ordo de Caffa (18 mars et 30 août 1316) –je cite Michel Balard– est un véritable plan d’urbanisme qui distingue l’espace entouré de murs, loti et mis aux enchères au profit des colons occidentaux, et les terrains hors les murs, loués par la Commune aux Grecs, aux Arméniens et aux autres chrétiens non Génois, à l’exception de ceux qui occupent les églises orientales, leurs desservants et leurs ermitages”1.

3) La composition du parc immobilier

Comme tous les observateurs des phénomènes urbains contemporains, je considère moi aussi que l’analyse du parc immobilier et de la morphologie des maisons d’habitation passe obligatoirement par une étude de la composition des patrimoines immobiliers et du fonctionnement du marché foncier. Le temps me manquant ici pour procéder à une telle étude, je livre brièvement les conclusions des rares travaux dont on dispose sur la question pour le Moyen Age.

Dans les villes italiennes, le marché des locations ne commence à sortir de sa léthargie qu’à l’extrême fin du Moyen Age, entre les dernières années du XIVe siècle et le début du XVe siècle; encore la demande reste-t-elle limitée à des immeubles à vocation commerciale et aux quartiers en forte expansion, en même temps que la spéculation n’intéresse qu’un très petit nombre de personnes qui sont bien loin d’en faire leur activité principale. Jusqu’à cette date, durant donc une période qui s’étale sur plusieurs siècles, la grosse majorité de la population urbaine est propriétaire de sa propre habitation et d’elle seule, avec parfois l’obligation de verser un cens à l’église qui a conservé la propriété du sol; dès qu’elles en ont les moyens financiers, les familles les plus importantes cherchent à se constituer des réserves foncières, sous forme de tènements capables de regrouper autour de la résidence du chef de famille les ménages, la domesticité et l’ensemble des personnes qui sont d’une manière ou d’une autre associées à la vie et aux activités économiques du lignage.

La maison de rapport étant étrangère à la morphologie des villes italiennes jusqu’à la fin du Moyen Age, la typologie des maisons d’habitation se réduit alors aux deux archétypes classiques, la maison noble ou de haut standing et la petite maison de ville, monofamiliale, étant bien entendu qu’il existe toute une gamme de formules intermédiaires entre les deux grands types.

Là encore, il faudrait plus d’espace que je n’en dispose ici pour entrer dans une analyse détaillée de la grande demeure aristocratique, d’autant que sa morphologie présente de notables différences d’une ville à l’autre. Toutefois, que l’on ait affaire à la domus a statio des grandes familles vénitiennes, à la “contrada” génoise, à l’accasamentum siennois, au tènement romain, à la “casatorre” de l’aristocratie véronaise etc. etc., on retrouve à peu près partout une identité de structure, qui découle de la disposition en tènement des édifices qui la composent, de l’existence d’une tour ou tout au moins d’un étage de prestige, de l’organisation des espaces intérieurs, de la présence d’une cour, d’une loggia, d’un portique et d’autres structures fortement valorisantes et accessibles à toute la population du tènement et même du quartier environnant (puits, citerne, bain, four, “approdo”, magasin etc.). Or ce sont là, me semble-t-il, autant de traits qui rapprochent la grande demeure aristocratique italienne du Bas Moyen Age de la résidence patricienne telle que l’évoqent les textes littéraires cités par Dagron pour la Constantinople de IVe et Ve siècles. À une échelle plus réduite, c’est aussi ce que les actes notariés dépouillés par Balard permettent d’imaginer pour les colonies génoises des XIVe et XVe siècles, en premier lieu pour Pera.

Mais la comparaison avec la Constantinople de la haute époque cesse d’être pertinente quand on passe à l’examen du second type d’habitation, celui de la petite maison de ville, assez bien connue en Italie grâce aux documents d’archives et à ce qui a subsisté jusqu’à aujourd’hui, dans le patrimoine urbain, de l’habitat en série construit à la fin du Moyen Age: les dimensions du parcellaire, les matériaux utilisés, les techniques de construction, les temps et les coûts de construction, le nombre de pièces, la disposition des espaces de circulation, la présence de certains équipements domestiques (cheminée, puits ou citerne, cour ou jardin, commodités…), tous ces traits confirment ce que laissait déjà présager l’absence de grands immeubles de rapport, à savoir la diffusion généralisée d’un modèle de maison construite sur une parcelle de forme allongée perpendiculaire à la rue, pourvue d’un seul étage et destinée à abriter une famille étroite, une two generations family, éventuellement élargie, pour une durée plus ou moins longue, d’un ascendant ou d’un jeune couple non encore établi à son compte.

Nous sommes alors bien loin des grands immeubles d’habitation populaire si fréquents dans la Constantinople des IVe et Ve siècles, pourvus d’étages qui atteignent jusqu’à 30 m de hauteur, desservis par plusieurs escaliers et qui font un large usage du bois, lequel disparaît au contraire dans les villes italiennes à partir du XIIe-XIIIe siècles. Certes, la Byzance du Bas Moyen Age a perdu beaucoup de ses caractères originaux et il y a de fortes chances pour qu’elle présente alors de fortes analogies avec les villes italiennes de la même époque; on peut quand même se demander si certaines permanences dans les techniques de construction, comme l’usage du bois, ne reflètent pas également une continuité dans la structure même des modèles d’habitation.

4) Les politiques urbaines

Immense sujet. Le nombre et la richesse des ensembles monumentaux dont les villes italiennes peuvent à juste titre s’enorgueillir ont suscité une foule de travaux dont je me servirai ici pour illustrer ce qui m’apparaît comme les trois principaux secteurs et/ou instruments de l’action communale dans le domaine des structures urbaines, à savoir l’extension des espaces publics et l’aménagement des voies de communication, les programmes monumentaux et enfin les services publics et les grands équipements.

L’urbanisme, c’est d’abord, dans l’opinion courante, l’aménagement des espaces publics et une politique urbaine digne de ce nom se juge en tout premier lieu par sa capacité à protéger, à agrandir, à embellir ces espaces. Dans ce domaine, le Moyen Age a longtemps joui d’une réputation peu flatteuse et l’image de la ville médiévale qui, me semble-t-il, prévaut encore dans la plupart des esprits est celle d’un enchevêtrement inextricable des espaces publics et des espaces privés, d’un combat perdu d’avance de la part des autorités publiques, à l’exception de quelques grandes réalisations monumentales, dans leur tentative pour faire prévaloir l’intérêt général sur les égoïsmes personnels et lignagers. Image qui relève d’une vision folklorique et hugolienne de la ville médiévale, image qu’il faut récuser d’un bloc, si du moins l’on veut bien prendre en considération la politique des communes les plus interventionnistes: la République vénitienne en première ligne, dont il faut dans ce domaine comme dans tant d’autres saluer la précocité, mais aussi je crois la plupart des autres communes à partir du moment où leur gouvernement passe dans les mains du Popolo. Les exemples que j’ai été amené à analyser en d’autres occasions sont ceux de Sienne, de Pérouse, de Bologne, d’Orvieto. Je me contenterai d’observer ici qu’il conviendrait de distinguer entre les villes de plaine et celles de site perché. Les premières en effet, celles de la plaine du Pô en particulier, en sont arrivées à gérer un vaste réseau de canaux internes, qu’elles entretiennent et développent avec une énergie et des méthodes fort semblables à celles de Venise, tandis que les villes de site perché –il suffit de penser à Sienne, à Pérouse, à Orvieto– ont souvent été obligées de procéder à des travaux considérables pour l’adapter aux exigences du développement urbain et de la sécurité: les régimes populaires du XIIIe et XIVe siècle ont fait preuve dans ce domaine d’une sagacité et d’une science de la chose publique dont les administrations contemporaines n’ont pas toujours hérité.

Les grands ensembles monumentaux sont eux aussi presque toujours postérieurs à la moitié du XIIIe siècle et portent presque tous la marque des régimes populaires qui reconstruisent ex nuovo le vieux palais communal, y ajoutent d’autres édifices pour abriter les nouvelles magistratures populaires, agrandissent et aménagent les principales places et leurs voies d’accès, imposent aux maisons avoisinantes des normes d’urbanisme très strictes et ainsi de suite. C’est à ces régimes également que l’on doit la construction d’une nouvelle enceinte fortifiée, souvent conçue de manière à répondre aux besoins d’une expansion que l’on imagine alors devoir se poursuivre pendant encore longtemps; du coup, ces murailles étaient destinées dans bien des cas à envelopper jusqu’au milieu du XIXe siècle un tissu urbain troué d’espaces non bâtis: Sienne est le plus bel exemple d’une ville qui, jusqu’à aujourd’hui, flotte dans ses murailles du XIVe siècle.

On risque aujourd’hui, face à la qualité esthétique et à l’inévitable muséification des grands ensembles monumentaux, d’oublier qu’ils possédaient avant toute autre chose, aux yeux des contemporains, une valeur d’utilité. Cette valeur d’utilité est encore plus évidente quand on se tourne vers la troisième série de grands travaux, ceux qui visent à accroître et à améliorer les infrastructures productives de la ville et à assurer le bien-être collectif de leur population. Et pourtant, il faut bien voir que ces grands travaux n’obéissaient pas à des finalités purement économiques: les routes, les canaux, les ponts, les marchés, de même que l’ensemble des aménagements hydrauliques entrepris pour faciliter la circulation des personnes et des marchandises, fournir la force hydraulique à de nombreuses activités industrielles, augmenter la productivité des campagnes environnantes etc., toutes ces réalisations dans lesquelles nous sommes tentés aujourd’hui de privilégier la finalité économique offraient aussi l’avantage de rendre plus sûres et plus salubres les conditions de vie des populations, humanisaient les campagnes et revêtaient donc aux yeux des contemporains une très forte valeur idéologique et symbolique. La même remarque vaut pour les mesures qui visent à imposer ou à faciliter le regroupement ou le transfert à la périphérie de la ville des activités industrielles polluantes ou devenues gênantes pour la croissance urbaine.

En matière de grands travaux, chaque ville se trouve confrontée à des problèmes ou à des besoins qui rendent hasardeuse toute tentative de généralisation. Il peut cependant être utile de reprendre la distinction déjà opérée entre les villes de plaine et les villes de collines. C’est dans le domaine du contrôle des eaux que les premières (il suffit de penser à Milan, à Plaisance, à Padoue, à Bologne, à Ravenne…) ont atteint les résultats les plus durables et les plus significatifs, grâce à une politique qui a cherché à concilier les différents usages possibles de l’eau tout en mettant leur population à l’abri des risques dus à une hydrographie exubérante et divagante. Pour les villes perchées de l’Italie centrale, l’objectif primordial était plutôt d’assurer l’approvisionnement en eau potable d’une population en pleine croissance. C’est en tout cas dans ce domaine que l’on assiste, à Pérouse, à Sienne, à Orvieto, à Spolète etc., aux réalisations les plus spectaculaires et les plus coûteuses: des conduites longues de plus de 10 km, capables de franchir des dénivellations de 200/300 m, des bassins de filtrage et de décantation des eaux, des fontaines et des lavoirs publics qui se multiplient dans tout l’espace urbain, certaines de ces fontaines étant par ailleurs de véritables monuments à la gloire du régime qui les a construites.

Mon exposé a volontairement mis l’accent sur les réussites des régimes communaux en matière d’urbanisme et de grands travaux. Ceci étant, je me garderai bien d’affirmer que les communes italiennes ont atteint tous leurs objectifs en matière de politique urbaine. Ceux-ci, d’une part, étaient loin de tous revêtir la même importance aux yeux des dirigeants qui accordent de toute évidence une priorité absolue à la réalisation des grands ensembles monumentaux et des équipements collectifs alors que leurs interventions dans les autres domaines de la vie urbaine, qu’il s’agisse par exemple de la morphologie des habitations ou de la répartition zonale des hommes et des métiers, manquent souvent de continuité et de cohérence. Mais il existait d’autre part des limites objectives à leurs possibilités d’intervention qu’il n’est peut-être pas inutile de rappeler ou d’évoquer au moment de conclure. La commune ne peut évidemment rien changer à la structure très particulière du marché foncier, qui reste commandé, dans le vieux centre urbain, par la stratégie territoriale des grandes familles jusque tard dans le Moyen Age alors que le lotissement sous forme de censive des terrains périphériques favorise l’entassement des immigrants dans les faubourgs. Mais elle n’a pas davantage les moyens d’intervenir en profondeur sur les structures élémentaires du tissu urbain, régies par un ensemble de facteurs qui échappent pour la plupart aux moyens d’action des pouvoirs publics. La morphologie interne des maisons d’habitation par exemple, ses rapports avec l’espace environnant, la densité et les usages des espaces de médiation entre le dehors et le dedans (cours, portiques, loggias) ou des équipements vicinaux (puits, fours, bains, appontements), tous ces éléments qui jouent un rôle déterminant dans la configuration de l’espace urbain répondent à des besoins et obéissent à des logiques dans lesquels l’État essaie bien d’intervenir –ainsi lorsqu’il ordonne d’abattre des tours ou qu’il annexe des cours ou des portiques à l’espace public– mais qui relèvent en dernière analyse de sphères qui restent pour l’essentiel hors de sa portée.

  1. cf. Michel BALARD, Habitat, ethnies et métiers dans les comptoirs génois d’Orient (XIIIe-XVe siècles), dans D’une ville à l’autre: structures matérielles et organisation de l’espace dans les villes européennes (XIIIe-XVIe siècles), éd. par J.-C. Maire Vigueur, Rome, 1989, p. 107-132, cit. p. 110 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search