Galata: ses caractéristiques traditionnelles et son potentiel

Depuis le début de son histoire, Galata dont l’origine remonte presque à la fondation de la ville,fut toujours une autre ville occidentale dans Istanbul.

Les plus anciennes informations se rapportant à Galata datent des premiers siècles après notre ère. On y fait allusion à un petit lieu d’habitation appelé Skaï, situé au nord de la Corne d’Or et face à elle.

C’est au Ve siècle a.J.C., à l’époque de Théodose II (408-450), que la région fut intégrée aux frontières de la ville. Et Galata, avec son église, son forum, son théâtre, ses bains publics et son port constitua la treizième région (regio) de Constantinople et continua son développement.

Après l’occupation de Constantinople par les Croisés entre 1204-1261, les Byzantins/Paléologues veillèrent à récupérer leur ville et eurent besoin de l’aide des Génois qui vivaient à Galata pour faire face à leurs ennemis, les Vénitiens. Ainsi, à partir du 13e siècle, les Génois eurent l’autorisation de s’installer dans cette région. Les premiers établissements en bordure de mer, entourés d’une muraille, se développèrent par concessions successives vers la colline.

La Tour du Christ (actuellement Tour de Galata) est implantée au point de rupture de la pente au XVe siècle (en 1445 ou 1446). A cette époque, Galata était une véritable ville occidentale avec ses murailles, ses hautes habitations en pierre, ses rues rectilignes et parallèles. A l’intérieur du quartier se trouvaient plusieurs églises : Saint-Paul et Saint-Dominique (1323-1337) (Arap Cami), la grande cathédrale des Génois Saint-Michel (1544-1550), à la place de laquelle fut construit le caravansérail de Rüstempaşa par l’architecte Sinan.

Au XVe siècle, les Génois restèrent spectateurs du siège de Constantinople par les Turcs et signèrent avec l’Empire Ottoman un acte de reddition qui garantissait non seulement leur personne et leurs biens, mais qui leur donnait en même temps le droit de conserver leurs églises ; ils acquéraient ainsi une autonomie certaine. L’administration de la région était assurée par un gouverneur génois (voïvoda) d’où le nom d’une grande avenue du quartier (Voyvoda ou Bankalar Caddesi), tandis que les questions juridiques étaient réglées par le Cadi de Galata (juge musulman qui remplissait à la fois des fonctions civiles et religieuses). Durant ce siècle, et même à partir du XIVe siècle, Galata était un centre de commerce relativement important et sa renommée continua durant l’époque ottomane.

Grâce à son port, Galata fut toujours un quartier cosmopolite où de nombreux groupes ethniques cohabitaient, et dont la fonction principale, durant plusieurs siècles, fut le commerce. Selon un document du XVe siècle, 39% de sa population étaient des Grecs orthodoxes, 22% des Catholiques, 4,1% des Arméniens  grégoriens, tandis que la population musulmane avec ses 35,2% ne représentait qu’une simple minorité. Bien qu’à partir du XVIe siècle les Turcs commencèrent à s’installer à Galata et que leur nombre ne cessa d’augmenter, les chrétiens y furent toujours majoritaires.

Ainsi Galata, culturellement et socialement, Galata évolua de manière tout à fait particulière en comparaison des quartiers de la péninsule historique d’Istanbul. Le quartier de Galata, avec sa tour, ses murailles, ses boutiques, ses églises, son marché et ses maisons extrêmement serrées et sans verdure, avait plutôt l’aspect d’une ville méditerranéenne.

C’est à Galata que s’installèrent les ambassades des pays chrétiens dès leur arrivée dans la capitale, exception faite de l’ambassade d’Allemagne qui logeait à Constantinople. C’est aussi à Galata que se faisait le commerce avec l’Occident chrétien. Les Levantins de Galata y étaient les intermédiaires privilégiés de l’Europe. Aussi en peu de temps, la région devint le cœur économique de Constantinople.

Le développement progressif du commerce, l’augmentation du nombre des dépôts, entrepôts, immeubles de rapport, et la surface limitée du quartier, obligèrent les habitants de Galata à s’installer peu à peu au nord du quartier, et surtout vers Péra qui se transforma lentement en un quartier d’habitation. En outre, avec le déplacement des ambassades à Péra, ce dernier quartier devint l’un des plus denses de la ville dans lequel vivaient en général les minorités ethniques et les étrangers.

À travers l’histoire, Galata fut toujours un centre attractif et nombreux sont les historiens et voyageurs  qui s’y sont intéressés. Outre les récits de voyages, plusieurs travaux de recherche furent menés sur ce quartier. De même, il inspira les peintres et les artistes.

Dans les gravures du milieu du XIXe siècle illustrant Galata, on peut voir de majestueuses maisons en bois aujourd’hui disparues à la suite des incendies successifs de Péra en 1823, 1831, 1853 et surtout 1870. Après cette date, le gouvernement imposa les constructions en pierre, à trois ou quatre étages maximum. C’est ainsi que les portes-à-faux traditionnels des maisons ottomanes cédèrent la place aux encorbellements, et que les supports en bois furent remplacés par des consoles en marbre, en pierre ou en fonte.

Les mouvements de renouvellement de l’Empire ottoman au XIXe siècle suivant le processus d’occidentalisation, ont considérablement influencé l’environnement physique de Galata, le quartier le plus occidentalisé de la ville. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’administration ottomane divisa la ville en quatorze cercles et instaura en 1857 une “municipalité modèle” dans le sixième cercle, celui de Galata-Péra. Le Conseil Municipal de ce cercle, composé en majorité de Chrétiens et de Juifs, procéda à plusieurs aménagements et reconstructions importants entre 1858 et 1870, parmi lesquels on peut compter le pavage des rues, l’ouverture d’une voie carossable entre le rivage et la Grande Rue de Péra, la mise en place du système de canalisation des eaux, l’éclairage des rues, etc.

C’est dans le cadre de ce programme de revitalisation que les murailles de Galata furent démolies en 1863 et que les fossés furent comblés. La destruction des murailles qui limitaient les communications entre Galata et les quartiers avoisinants, fut suivie par l’ouverture de nouvelles voies. Certains axes ouverts juste après la démolition des murailles et le comblement des fossés, suivent exactement le tracé de ces fossés. Parmi ces axes, citons la Büyük Hendek sokak (Grand Fossé), la Küçük Hendek sokak, etc. Le seul axe qui s’ouvre directement sur la Tour de Galata et qui semble être l’un des axes les plus attractifs, est la Büyük Hendek ; elle figure d’ailleurs sur la plupart des gravures et photographies se rapportant à Galata. En 1874 est ouvert le célèbre Tünel reliant Galata à Péra.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les établissements bancaires comme celui d’Abraham Camondo bordé par l’escalier baroque du même nom, ou encore les édifices à plusieurs étages inspirés par l’architecture européenne, ont conféré à Galata ses caractéristiques  architecturales particulières. En effet, celles-ci sont tout à fait différentes de celles de la péninsule historique. Les façades décorées de riches ornements, sont semblables à celles de l’architecture populaire que l’on trouve à l’époque en Europe. Les bâtiments à dimensions monumentales abritant plusieurs unités d’habitation (existant encore aujourd’hui), les immeubles de rapport, les hôtels et les imprimeries construits entre les habitations, possèdent une distribution intérieure différente des maisons ottomanes traditionnelles. De plus les magasins portent des noms grecs, arméniens, anglais, français ou allemands.

Encore aujourd’hui, la région conserve en grande partie ses particularités du siècle dernier. Le long des rues aux perspectives caractéristiques, les constructions en pierre dont le nombre d’étages varie entre quatre et six, présentent toujours des ensembles éclectiques du XIXe siècle. Certaines de ces constructions sont uniquement réservées à l’habitation. À l’heure actuelle, les rez-de-chaussée (et même parfois le premier étage) sont la plupart du temps occupés par des magasins et boutiques.
Dans la majorité des cas et bien qu’ils aient conservé l’ordre de leurs façades traditionnelles et leurs ornementations, ces édifices sont en mauvais état de conservation. A cela s’ajoute la non conformité des nouvelles constructions.

L’utilisation actuelle de la région est tout à fait différente de celle d’autrefois. Certaines rues comme Büyük Hendek sont des axes particulièrement chargés du point de vue de la circulation automobile. Cela provoque la détérioration des rez-de-chaussée et des premiers étages. Comme on l’a déjà noté, l’utilisation de ces deux étages comme boutiques ou bureaux induit un bouleversement dans l’ordre traditionnel des façades (vitrines, enseignes), ainsi que dans les espaces intérieurs  (modification des dimensions initiales). Les édifices perdent ainsi leurs qualités historiques internes et externes. Nombreux sont aussi les bâtiments vides et laissés à l’abandon ou dont seul le rez-de-chaussée est utilisé. Ceci entraîne évidemment une accélération de leur détérioration.

Par contre, certaines rues datant du XIXe siècle ont gardé leurs particularités. Tout en suivant la topographie de la région, avec ses pente et ses marches, elles continuent de créer des perspectives intéressantes.

La population habitant traditionnellement le quartier a, elle aussi, changé. La plupart des habitants actuels de Galata sont les représentants d’une minorité ethnique, complètement étrangère à l’utilisation de l’espace et aux formes de vie du quartier. Tout comme dans les maisons traditionnelles des quartiers historiques d’Istanbul (Süleymaniye, Ezyrek, etc), la majorité des familles habitant actuellement Galata, sont des familles nombreuses, immigrées d’Anatolie, et venues s’installer là à cause du faible prix des locations. Ce changement presque total de population rend impossible la maintien des particularités physiques de Galata.

Malgré tout, la région conserve un potentiel certain et dense de bâtiments historiques. On peut même dire que Galata est encore l’un des quartiers qui possède le plus de qualités architecturales et spatiales. En outre, sa situation centrale dans la ville  lui confère d’énormes possibilités.

Depuis plusieurs années, de nombreux projets ont été réalisés en vue de la réhabilitation de ce quartier historique. À la suite de longues études détaillées pour la rénovation, la Banque du Tourisme, par l’intermédiaire de son Bureau de la Planification d’Istanbul, a préparé le Projet de Développement Touristique de Péra-Galata ; de son côté, le Bureau de la Planification de la Municipalité de Péra a également préparé le Projet d’Organisation Régionale de la Tour de Galata et de ses environs.

Ce dernier projet, tout en puisant dans les études régionales du projet touristique de la Banque du Tourisme, avait pour but la rénovation des 502 bâtiments existants dans les 32 îlots (soit 13 ha) des alentours de la Tour de Galata. Les 131 bâtiments historiques recensés occupent 25% de la surface à rénover, et leurs capacités ont été calculées. Ainsi, si ces édifices étaient destinés à être utilisés comme hôtels ou pensions, on atteindrait une capacité de 4895 lits sur une superficie de 146 900 m2.

Selon ce projet, les bâtiments historiques de grande valeur situés sur les rues Büyük Hendek, Küçük Hendek, Ilk Belediye et Şahkulu, seront utilisés comme habitations et/ou pensions. Par contre, il est prévu de laisser les bâtiments de bureaux et activités commerciales situés sur l’axe de centre d’affaires de l’Avenue Voyvoda (Bankalar Caddesi),à leur utilisation actuelle. À cause de leur proximité de la Tour de Galata, certains grands immeubles de rapport tels que le Trakya Han, seront convertis en hôtels. Il est aussi prévu que les rez-de-chaussée des bâtiments rénovés soient destinés aux diverses activités touristiques.

Les environs de la Tour de Galata seront réservés aux piétons et la Place de la Tour sera réorganisée. Par ailleurs, afin d’empêcher que les nouvelles constructions ne modifient l’aspect historique du quartier, des conditions spéciales de construction vont être instaurées.

Malheureusement, l’élaboration du projet de la Municipalité n’a pas donné lieu aux travaux d’évaluation du quartier. Tout ce que l’on a pu observer jusqu’à maintenant, ce n’est que le badigeonnage de certains bâtiments historiques par leurs propriétaires. Galata attend d’être pris en main et de bénéficier d’études d’évaluation faite à son profit pour sa rénovation, afin de devenir un quartier vivant en harmonie avec son patrimoine architectural. Ainsi pourra-t-il recouvrer sa valeur historique et sa position centrale et redevenir une région importante de la ville d’Istanbul.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search