Une étude architecturale et urbaine du quartier de Rumeli Hisarı

Bulletin nº 04Le séminaire “Habitats et cultures” de l’Ecole d’Architecture de Nancy a une nouvelle fois consacré ses travaux de l’année universitaire 1992-93 à la Turquie. Après la petite ville de Sulusaray étudiée en 1991-92 (cf. les nº 2 et 3 de la Lettre d’Information de l’Observatoire Urbain d’Istanbul), c’est le quartier de Rumeli Hisarı qui a été choisi comme objet d’étude.

Situé en bordure du Bosphore et clairement délimité par la citadelle au sud, le pont Fatih Sultan Mehmet au nord et la ligne de crête suivie par la Nisbetiye à l’ouest, il présentait le double avantage d’une dimension réduite permettant au groupe d’en prendre connaissance intégralement et d’une gamme variée de constructions, depuis les maisons de bois traditionnelles jusqu’aux immeubles neufs.

Le travail avait été préparé en France avant le départ par une étude globale du réseau urbain turc et de l’agglomération d’Istanbul, puis par la consultation de plans du quartier et de l’étude réalisée à l’initiative de l’Université du Bosphore avec un objectif de conservation.

Le groupe était composé de quatre enseignants-chercheurs, Marcel Bazin, géographe et directeur de l’Institut d’Aménagement du Territoire et d’Environnement de l’Université de Reims, Monique de Gandillac, anthropologue, Bernard Pierrel, architecte, tous trois animateurs du séminaire “Habitats et cultures”, et Thierry Verdel, attaché de recherche au département de Géotechnique de l’École des Mines de Nancy, et de quatorze étudiants (onze d’architecture, un de géographie et deux de l’École de Mines).

Il a bénéficié du soutien financier d’un certain nombre d’entreprises de Lorraine ainsi que de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (I.F.E.A.), et a été accueilli à Istanbul par l’I.F.E.A. et par la Faculté d’Architecture de l’Université de Yıldız.

Malgré sa brièveté (23 avril – 3 mai), le séjour à Istanbul a permis de réaliser le programme prévu, selon les étapes suivantes :

  • – prise de connaissance générale du quartier et de son insertion dans l’agglomération ;
  • – relevé cartographique systématique d’un certains nombre d’indications à l’échelle du quartier tout entier : maisons de bois dans leur état ancien ou restaurées, constructions neuves et chantiers en cours, voiries et cheminements, aménagements de la topographie et écoulement des eaux, zones de bruit liées à la circulation sur le pont ;
  • – croquis d’ensemble caractéristiques (groupes de maisons, rues ou places), avec étude détaillée des bâtiments, assortie de relevés quand cela fut possible ;
  • – entretiens très enrichissants avec un entrepreneur, un architecte et des ouvriers du bâtiment ;
  • – une demi-journée dans le quartier de Hisarüstü sur le versant opposé derrière Nisbetiye Caddesi a permis de voir “l’envers du décor”, un quartier en transformation rapide par substitution d’immeubles en hauteur à des gecekondu vieux d’un quart de siècle ;
  • – choix de quelques périmètres où l’existence d’espaces vides permettait de concevoir des projets en harmonie avec le tissu urbain existant.

Après le retour, les séances de mai et juin 1993 du séminaire à l’École d’Architecture de Nancy vont être consacrées à la mise au propre des travaux d’analyse et à l’élaboration des projets par petits groupes et devraient aboutir à une exposition à l’automne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search