« Rögar » – ou les appels d’offres de l’İSKİ

Le 28 février dernier, la mort de Dilara Dumrul, une fillette de 5 ans tombée dans les canalisations d’İSKİ, à Bahçelievler, a révélé l’existence d’un ensemble d’entreprises, qui se spécialisent dans les travaux d’aménagement de l’İBB. Trois mois après cet incident, la responsabilité n’a toujours pas été départagée entre les municipalités (İBB et Bahçelievler), l’İSKİ et les entreprises qui sous-traitent. La famille Dumrul a retiré sa plainte, en gardant pour elle le montant du dédommagement annoncé par Kadir Topbaş.

Au départ, il ne s’agissait que d’une bouche de canalisation dont le regard aurait été volé, et remplacé par une plaque qui n’aurait pas résisté au poids de la fillette, retrouvée noyée 3 km plus loin, en aval du ruisseau (Tavukçu deresi). L’İBB a d’ailleurs décidé d’utiliser dorénavant des regards en béton, qui remplaceront ceux en métal, trop souvent enlevés par les hurdacı (récupérateur). Au fur et à mesure, un système de sous-traitance a été découvert, partant de l’İBB jusqu’à une petite compagnie du nom de Güntek Mühendislik.

La compagnie “MVM Turizm ve Ticaret”

L’İBB charge l’İSKİ de l’aménagement du Tavukçu deresi, qui organise et octroie le marché de 12,4 millions YTL (7 millions €) à MVM, dont le patron est Bilal Şahin. MVM sous-traite une partie du contrat à Güntek Mühendislik, dont le patron est Ömer Adnan Kaya.

Le patron de MVM, Bilal Şahin, est co-fondateur de la célèbre fondation “Birlik Vakfı” (http://www.birlikvakfi.net) (1994), avec Recep Tayyip Erdoğan, le ministre de la Justice Cemil Çiçek, le ministre de l’Intérieur Abdulkadir Aksu et l’attaché au cabinet du Premier ministre, Ömer Dinçer. Erman Tuncer, anciennement à la tête de la direction provinciale de l’éducation à Istanbul, et actuellement conseiller de Kadir Topbaş et représentant l’İBB au sein du comité d’initiative CCE- 2010, a également assumé la fonction de président du Birlik Vakfı dans le passé. Il faut savoir que le Birlik Vakfı est une fondation peu visible et a pour vocation de rassembler toutes les associations et fondations islamisantes en Turquie au sein d’une même structure. Le comité fondateur du Birlik Vakfı a également créé une autre fondation : Türkiye Gönüllü Teşekküller Vakfı (TGTV – http://www.tgtv.org/tr), une autre structure fédérative ayant 625 bureaux dans tout le pays, représentant les fondations, les associations, les foyers (ocak), unions (birlik) et syndicats, au nombre de 109. Parmi ces structures figurent des noms qui sont aujourd’hui membres du TBMM (parlement national).

Citons, parmi les fondateurs du TGTV, les députés :
Hayati Yazıcı                                        İlim Yayma Cemiyeti                                   http://www.iyc.org.tr/
Hikmet Özdemir                                 İnsanlığa Hizmet Vakfı                               http://www.ihv.org.tr/
Süleyman Gündüz                              Dayanışma Vakfı
Ali Yüksel                                             Kavuştu Ankara Kültür ve Eğitim Vakfı
Zülfü Demirbağ                                  Elazığ İlim ve Hayra Hizmet Vakfı
Halil Ürün                                            Mehir Vakfı                                                    http://www.mehir.org
Hüseyin Tanrıverdi                            Hak-İş                                                             http://www.hakis.org.tr/
Agah Kafkas                                         Hak-İş
Mustafa Açıkalın                                 Ensar Vakfı                                                     http://www.ensar.org

Le 8 mars, soit une semaine après la mort de Dilara Dumrul, Kadir Topbaş s’est dit incapable de remettre en cause l’autre contrat de 187 millions € octroyé à MVM, pour la construction d’un système d’assainissement d’eau à Ambarlı (Avcılar). Au total, la compagnie MVM, dont le patron Şahin serait extérieur à l’AKP selon Topbaş, aura décroché 7 contrats, dont 5 sur invitation (selon l’article 21 de la loi régissant les appel d’offres – Kamu İhale kanunu). Le paragraphe b de l’article 21 stipule les conditions de la procédure d’invitation : « doğal afet, salgın hastalıklar, can veya mal kaybı tehlikesi gibi ani ve beklenmeyen veya idare tarafından önceden öngörülmeyen olayların ortaya çıkması üzerine ihalenin ivedi olarak yapılmasının zorunlu olması ». Dans la pratique, cette procédure simplifiée d’appel d’offres permet à l’İBB d’inviter au moins trois compagnies à faire une proposition de prix en urgence, sans faire d’appel d’offres. Le marché n’est rendu public qu’une fois le contrat signé.

Voici les autres contrats passés entre l’İBB et MVM :

  • 1er juillet 2005 : « Avrupa Yakası 2. Kısım Atıksu Kanalı Yağmursuyu Kanalı ve Dere Islahı İnşaatı işi »
  • 15 novembre 2005 : « Ambarlı Atıksu Arıtma Tesisi ve Deniz Deşarjı İnşaatı » avec PWT Wasser Und Abwasser Technik GMBH et Alke İnşaat Sanayi ve Ticaret A.Ş.
  • 7 décembre 2005 : Assainissement de deux ruisseaux en Europe et en Asie (MVM, Canal- Control+Clean Umweltschutz Service GMBH)
  • 22 février 2006 : pour l’İBB directement, “Esenyurt-Doğan Araslı Caddesi Mezarlık Kavşağı Viyadük ve Altyap İnşaatı işi”.
  • 1er mars 2006 : Tavukçu Deresi ıslahını kapsayan « Avrupa Yakası 3. Kısım Atıksu Kanalı, Yağmursuyu Kanalı ve Dere Islahı » işi.
  • 7 août 2006 : Tavukçu Deresi’nin tamamlanmamış işlerin ihalesi.

Le contrat de 187 millions € à Ambarlı est en réalité donné à un consortium, au sein duquel se trouve PWT Wasser, une entreprise allemande rachetée en 2004 par la compagnie saoudienne Amiantit company Gourp (SAAC), présente dans 18 pays. MVM ne représente que 14% de ce consortium. Enfin, MVM est contrôlée par le groupe Termikel, contrôlé par la famille Kaya, comme nous allons le voir dans la suite.

Güntek Mühendislik

Cette compagnie a repris une partie du contrat de MVM. Créée en septembre 2006 sous le nom de “Güntek Mühendislik Turizm İnşaat Taahhüt Nakliyat Ticaret Ltd Şirketi”, cette compagnie est enregistrée sous le nom de deux personnes (Ömer Adnan Kaya et Fatma Seher Kaya) et avait pignon sur rue dans un petit appartement au 2e étage d’un immeuble, aujourd’hui déserté.

Güntek Mühendislik, dont le patron est Ö. A. Kaya, est la compagnie qui se trouve au bout de la chaîne, et dont les responsabilités ne sont pas clairement définies. Cette compagnie ne serait pas étrangère au groupe Termikel, fondée par Mehmet Kaya et fils (Ahmet et Mustafa Kaya). Termikel est un groupe de 23 entreprises (200 millions € de chiffre d’affaire en 2005), dont MVM. Un haut responsable de Termikel fait savoir que Bilal et Osman Şahin (patrons de MVM) et la famille Kaya ont un lien familial, qui explique leurs proximités. Le siège de MVM est à Üsküdar et partage un immeuble avec Kanal A, appartenant aussi au groupe Termikel.

Enfin, en 2002, la police de Düsseldorf a demandé des informations sur la compagnie Elite International Gmbh, soupçonnée de blanchiment d’argent en Allemagne. Des transferts d’argent (3,5 millions €) ont eu lieu vers les comptes de la compagnie en question en Allemagne et à Genève. Elite International, dont le siège à Ankara est un dépôt vide, appartient au groupe Termikel.

Il devient difficile d’avoir une vue d’ensemble sur les différents réseaux dans lesquels MVM s’inscrit. Toutefois, on peut se contenter de considérer cette nébuleuse par l’existence de réseaux de fondations à vocation morale, et de compagnies qui sont proches de ces acteurs. Cette configuration place l’İBB et l’İSKİ au sommet d’une pyramide qui ressemble étrangement à ce qui a éclaté au grand jour dans l’affaire İSMEK (voir dossier thématique de l’Electroui 25 du 30 juin 2006), où des liens organiques liaient Kanal 7 et les compagnies auxquelles étaient octroyés un marché de 50 millions YTL chaque année.

L’affaire İSMEK (juin 2006)

İSMEK, une entreprise d’utilité publique de l’IBB pour la Formation Artistique et Professionnelle (İstanbul Büyükşehir Belediyesi Sanat ve Meslek Eğitimi – İSMEK) fait des appels d’offre chaque année pour sous-traiter à des entreprises spécialisées, selon un contrat qui s’élève aujourd’hui à 51 millions YTL.

Le dernier contrat, qui est passé de 29 millions YTL en 2005 à 51 millions YTL en 2006, a été remporté par Asal Eğitim, un partenariat entre Atlas Pazarlama et Merkez Medya.

1996 Création d’İSMEK par Recep Tayyip Erdoğan
1996-2002 İSMEK est géré par Kültür AŞ
2003 Contrat remporté par Rey Medya
2004 Contrat remporté par Atlas Medya
2005 Rey Medya, sous le nom de Merkez Medya remporte le contrat de 29 millions YTL
2006 Asal Eğitim, un partenariat entre Atlas Pazarlama
et Merkez Medya remporte le contrat de 51 millions
YTL

Les entreprises Rey, Atlas et Merkez Media appartiennent à la holding Beyaz dont les administrateurs sont ceux-là même de Kanal 7.

Partant de Kanal 7 et de Beyaz Holging, les liens organiques entre les conseils d’administrations mènent jusqu’en Allemagne, jusqu’à l’affaire Yimpaş, qui, selon les autorités allemandes, a transférés 20 milliards € depuis le milieu des années 1980 de l’Allemagne vers la Turquie. Des députés AKP (2002-2007) viennent des conseils d’administrations d’entreprises contrôlées par Yimpaş, qui aurait transféré 20 milliards € d’Allemagne (mais aussi France et Belgique) vers la Turquie depuis le milieu des années 1980.

Les transferts de capitaux (en millions €) entre Kanal 7, Media 7 (créé en 1995 par Kanal 7, en partenariat avec YİMPAŞ!), Euro 7 et Deniz Feneri, qui sont des noms d’entreprises contrôlées par les mêmes personnes, ont suffit à la police allemande pour opérer à des arrestations au sein de Kanal 7.

Les entreprises en poupées russes et les contrôles qu’elles exercent les unes sur les autres importent peu en l’occurrence. Plus utile est de voir les liens qui existent entre les entreprises, pour la plupart représentée en Turquie et en Allemagne, et des fondations caritatives comme Deniz Feneri ou İHH. Les noms qui figurent au sein de ces mêmes structures sont les mêmes, et sont proches de la nébuleuse Yimpaş. Selon Tuncay Mollaveisoğlu, Yimpaş, Kanal 7, Beyaz Holding, Medya7, Euro 7, Atlas Medya, Yeni Dünya İletişim AŞ, Haliç Deniz Taşımacılık ve Turizm Ltd., Ak Ticaret et le bateau Atlas 1 (ancré à Haydarpaşa), sont contrôlées par un nombre très réduit de mêmes personnes.

  • İsmail Karahan : De Kanal 7 il a créé Beyaz Holding il contrôle Atlas Medya, Merkez Medya (appartenant à Beyaz holding)
  • Mehmet Gürhan : Ancien chauffeur de taxi à Istanbul, il devient soudainement directeur de Media 7 et de Deniz Feneri
    • Il est impliqué dans Kanal 7, Euro 7, Deniz Feneri
    • Il a été arrêté par la police allemande pour avoir transféré 8 millions € de Deniz Feneri à Kanal 7 (sur les comptes allemands)
    • Il est PDG de Weiss Handels à Francfort (Ak Ticaret)
  • Harun Kapıyoldaş : Atlas Medya, association caritative « Deniz Feneri Derneği »
  • Mustafa Çelik : De Kanal 7, il a créé Beyaz Holding ; il contrôle Atlas Medya
  • Zekeriya Karaman : De Kanal 7 ;
    • il a créé Beyaz Holding ;
    • il contrôle Atlas Medya
    • Il contrôle « Yeni Dünya İletişim AŞ » et « Haliç Deniz Taşımacılığı ve Turizm Ltd »
  • Aykut Zayit Akman : Impliqué dans Beyaz Holding, Atlas Medya, actuel président de RTÜK (Haut Conseil de la  Radio et de la Télévision)
  • Mehmet Taşkan : Directeur de Rapidway Taksi (Mehmet Gürhan et Zekeriya Karaman), actuellement président de Deniz Feneri Europe, administrateur d’Atlas Line (ligne maritime en Turquie), directeur administratif de Kanal 7, ancien directeur de San Tour, où Binali Yıldırım (ministre AKP des Transports 2002-2007) a été PDG.
  • Abdullah Sever: Directeur de RP à Deniz Feneri, administrateur de Kanal 7 sous Mehmet Gürhan, et ancien directeur d’“İnsan Hak ve Hürriyetleri İnsani Yardım Vakfı” (İHH).
  • Kanal 7 contrôle Beyaz Holding, qui contrôle les entreprises qui remportent chaque année depuis 2002 les contrats d’İSMEK.
  • Kanal 7 et Yimpaş contrôlaient en commun Media 7 qui a fait faillite juste avant la création d’Euro 7.
  • Haliç Deniz Taşımacılığı ve Turizm Ltd: appartient à Mehmet Gürhan, et connu pour être proche de l’AKP, contrôlé en partie par Beyaz Holding.
  • Le ferry Atlas 1 transporte assure la liaison entre l’Allemagne et la Turquie (Haydarpaşa).

L’affaire İSMEK en juin 2006 et l’accident de Dilara Dumrul en février 2007 semblent être des accidents de parcours dans les relations économiques entre pouvoirs publics-fondations-entreprises. Seul un schéma en 3D serait en mesure de représenter de manière complète cette nébuleuse. La tradition veut que les enquêtes en cours sous le mandat d’un gouvernement, comme celle de Yimpaş, ne se finalisent que sous un autre gouvernement.

Milliyet, 3/3/2007 – 5/3/2007 – 9/3/2007 – 8/3/2007 – 10/3/2007 – 21/3/2007 – 26/3/2207 –
27/3/2007
Birgün, 8/3/2007, 21/3/2007
Cumhuriyet, 5/3/2007 – 9/3/2007 – 27/3/2007
Radikal, 2/3/2007 – 4/3/2007 – “13/3/2007
Sabah, 26/3/2007
Referans, 3-4/3/2007
Bugün, 3/3/2007
http://www.haberobjektif.net/detay.asp?hid=2492
http://www.kanalturk.com.tr/haber.php?haber_id=16863


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.