Politique culturelle publique en périphérie. L’exemple de Gaziosmanpaşa.

Gaziosmanpaşa est le plus peuplé – au dernier recensement de 2000 (octobre), il comptait près de 800 000 habitants – et un des plus vastes arrondissements d’Istanbul. Il est situé à la périphérie de l’agglomération stambouliote, autant sur le plan géographique – à l’extrême nord-ouest – que sur le plan social et économique. Gaziosmanpaşa est en effet aussi une des mairies les plus pauvres du « Grand Istanbul ». Les premiers habitants, originaires des Balkans, s’installent à partir de 1952 ; par la suite, le quartier se peuple par vagues successives d’immigrants nationaux et étrangers. Ce flux massif ne s’est d’ailleurs pas tari et la population continue à augmenter. La municipalité de Gaziosmanpaşa, tout comme celle de l’İBB, est AKP depuis mars 2004 (et Refah, puis Fazilet, après 1994).

Cette excursion nous a tout d’abord conduit à observer les transformations de l’espace urbain et les politiques de revalorisation et de « régénération » dont il est l’objet, à travers les grands aménagements routiers à l’entrée de Gaziosmanpaşa d’une part et l’aménagement urbanistique du centre de Gaziosmanpaşa, le quartier de Merkez, d’autre part. D’après Jean-François Pérouse, l’évolution en dix ans est spectaculaire en termes de notamment d’appropriation et de marquage monumental de l’espace par le pouvoir municipal.

7

On remarque le soin apporté à la création d’un petit centre ville autour de la mairie. Une rue piétonne aboutissant à une petite place où trône la statue d’Atatürk, modèle réduit d’Istiklal, a été aménagée. Un nouveau centre culturel, vitrine de la municipalité, finit d’être achevé. Une statue de Gazi Osman Paşa, militaire ottoman héros du siège de Plevne (1878) – et personnalité éponyme –, a été érigée devant. Alentour, les rues sont extrêmement propres.

La visite prévoyait une rencontre avec la responsable de la communication municipale. Berrak Atilla, une femme d’une quarantaine d’années, nous accueille dans son bureau pour nous présenter la politique culturelle de la mairie. Ingénieure agronome, elle se dit diplômée d’ODTÜ (METU), une des grandes universités d’Ankara, ce qui surprend Jean-François Pérouse qui n’en revient pas du changement d’allure de la mairie en quelques années. En 1995, elle présentait en effet tous les aspects d’une sombre municipalité bureaucratique d’un islam politique idéologiquement dur et méfiant vis-à-vis des étrangers (surtout occidentaux).

8

L’exposé de Berrak Atilla a commencé par un panorama général de l’action municipale, rappelant les responsabilités qui incombent aux mairies d’arrondissement depuis la loi de 2005 sur les municipalités qui augmente leurs responsabilités et leurs moyens : la transformation urbaine, institutionnelle, et culturelle (les « trois K »). En ce qui concerne la transformation urbaine, la mairie est confrontée aux populations tziganes qui, selon notre interlocutrice, n’acceptent pas les restructurations (du côté de Sarıgöl). Elle rappelle que l’objectif de la mairie est bien la destruction des gecekondu qui font mauvaise impression. Parmi les autres objectifs présentés, Madame Atila insiste longuement sur le volet environnemental, désormais incontournable composante de la « bonne gouvernance » et présenté comme un des piliers majeurs de la politique municipale. Elle nous informe aussi du fait que la mairie de Gaziosmanpaşa a reçu un prix de l’İBB pour la réalisation de sept parcs à travers tout l’arrondissement (dont, depuis le Ford, nous avons pu effectivement constater la popularité) ainsi que pour sa politique envers les « enfants des rues » (il y en aurait 2000 à la dérive, dans le seul arrondissement).

Pour introduire le troisième « K », la politique culturelle, elle insiste sur la structure démographique et sociale de l’arrondissement. Celle-ci oblige, selon elle, à adapter la politique culturelle en fonction de quatre caractéristiques majeures de la population : la jeunesse, la grande pauvreté, l’installation souvent récente et l’extrême diversité d’origine. Il existe en effet 1034 associations communautaires recensées dans l’arrondissement (dont le dénominateur est la plupart du temps l’origine géographique, réduite souvent à l’échelle d’un village ou d’une petite ville). Un des objectifs principaux de la politique culturelle est par conséquent de créer une identité citadine –commune – d’arrondissement, sans nier les cultures d’origine. Pour cela, on mise notamment sur le nouveau centre culturel qui propose des activités de danse, de musique, mais aussi un cinéma, un lieu d’exposition, un fast-food au rez-de-chaussée, et un restaurant au dernier étage. Le discours assimilationniste qui, de nos jours, et selon les normes internationales, n’est plus politiquement correct, est d’emblée nuancé par la volonté affichée de valoriser les identités d’origine. Il s’agit de se sentir fier de sa culture, tout en se sentant de Gaziosmanpaşa (et donc d’Istanbul). Selon Madame Atila, les associations communautaires seraient un très bon socle sur lequel s’appuyer pour conduire cette politique intégrationniste et en même temps respectueuse des différences. Malheureusement, la plupart du temps, ces infrastructures communautaires ne sont pas le lieu de reconstruction identitaire et ne proposent rien de constructif. Ce sont surtout des lieux à boire ou jouer ! La municipalité essaie donc d’y greffer des activités telles que des cours de danse qui sont donnés le plus souvent par des professeurs extérieurs à Gaziosmanpaşa.

Mais, la municipalité est aussi ouverte sur l’extérieur et sur l’international. Pour preuve, son jumelage avec trois villes étrangères, dont l’une en Corée de Sud et l’autre en Macédoine. Par ailleurs, le restaurant qui ouvrira prochainement au dernier étage du centre culturel est destiné en grande partie à l’accueil des hôtes étrangers que Madame Atila est pour l’instant obligée d’accueillir, faute de lieu adapté, à l’extérieur de Gaziosmanpaşa.

Si l’on en vient à des considérations plus politiciennes, on peut noter qu’au cours de l’entretien, Madame Atila n’a pas hésité à évoquer les divergences entre la municipalité de Gaziosmanpasa et l’İBB, pourtant toutes les deux AKP. Concernant la politique culturelle, elle s’est moquée du programme proposé dans le théâtre municipal géré par l’İBB, le jugeant « cucu ». Cela reflète la rivalité de personne entre les deux maires, le maire de Gaziosmanpaşa ayant brigué un moment le poste de maire de l’İBB. La stature politique du maire de Gaziosmanpaşa peut être lue comme le signe de l’importance politique de cette municipalité, la plus peuplée de l’agglomération et dont la seule mairie compte un millier de cadres selon les dires de notre interlocutrice. Mais, a contrario, son ambition politique peut expliquer l’intérêt porté à la communication.

En effet, cette rencontre montre très nettement l’importance que la mairie accorde désormais à l’image qu’elle renvoie à l’extérieur. Rien que le recrutement d’une personne aussi formée au service de la communication en est la preuve. Le discours en lui-même est travaillé avec soin pour coller au mieux avec les concepts clés promus par les tenants de la « bonne gouvernance » et qui font actuellement office de normes internationales (l’environnement, le respect de la diversité des cultures, etc.). L’image même que renvoie Berrak Atila est celle d’une femme active et indépendante qui pourrait plaire aux experts formés aux gender studies. Pour autant, et c’est là l’ultime performance, la langue de Berrak Atila est directe et semble traduire le souci de transparence de la politique municipale – autre critère de la « bonne gouvernance ». Cet empressement peut être interprété comme le signe d’une mairie en quête de légitimité, de respectabilité et de reconnaissance. Berrak Atila, qui, comme on vient de le rappeler, n’a pas hésité au cours de l’entretien à aborder des sujets sensibles (gecekondu, insécurité, diversité ethnique, rivalités politiques), nous a aussi parlé du quartier de Gazi, très médiatisé depuis les « événements » de 1995 (affrontements population/police, services de sécurité). Elle nous en a donné l’interprétation officielle selon laquelle ils auraient été provoqués par des personnes extérieures au quartier, principalement des enfants – treize ans environ – , qui se servent de Gazi pour semer le désordre et déstabiliser les autorités (sic).

À peine sortis de la mairie, tous munis d’un petit sac vert rempli de brochures et d’accessoires frappés du logo de Gaziosmanpaşa – signe très tangible de l’effort fait en matière de communication – , nous sommes justement partis voir Gazi. Le quartier, depuis les émeutes, est soumis à un contrôle sévère. Celui-ci s’est traduit spatialement de façon spectaculaire par un encerclement du quartier par des larges avenues, véritables chemins de ronde pour la police. Le quartier, qui compte tout de même plus de 30 000 habitants, est désormais encerclé et forme une sorte d’enclave. A l’est, en descendant depuis le cimetière où reposent les “martyrs” de l’extrême  gauche, subsiste tout un quartier de gecekondu des années 1970. Sur les murs, on peut lire des inscriptions comme « l’histoire se souviendra » ou « nous sommes tous des Hrant Dink ». Sur le chemin du retour, nous observons des adultes sur les balançoires nouvellement installées dans les parcs, mais aussi les autobus qui font d’incessants allers-retours entre les villages, bourgades, villes anatoliens et Gaziosmanpaşa.

9

Texte et photos : Ulrike LEPONT


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.