Ali Dibo, ou l’affaire İSMEK

Ali Dibo (1864-1936) était un commerçant de poissons d’Antioche, exportant à Alep, en Syrie et en Egypte. Ce riche commerçant était aussi connu pour sa générosité, d’où l’expression « Ali Dibo şirketi misin ki, bu kadar cömertsin? ». Aujourd’hui, ce nom symbolise la générosité des acteurs politiques dans l’octroi de marchés publics à certains milieux proches.

Après l’affaire Ali Dibo à Antioche dans le courant du mois de juin, où le député AKP, Mehmet Eraslan, s’est fait radié de son parti pour avoir rendu public un réseau contrôlant l’octroi de marchés dans sa circonscription, l’expression Ali Dibo est évoquée cette fois-ci à Istanbul, dans l’affaire İSMEK. L’entreprise d’utilité publique de l’IBB pour la Formation Artistique et Professionnelle (İstanbul Büyükşehir Belediyesi Sanat ve Meslek Eğitimi – İSMEK) fait des appels d’offre régulièrement pour sous-traiter à des entreprises spécialisées, selon un contrat qui s’élève aujourd’hui à 51 millions YTL.

Le 22 juin 2006, grâce au quotidien Radikal, nous apprenons les déclarations du maire Kadir Topbaş, précisant qu’il n’y a aucune irrégularité dans la transaction de 51 millions de YTL, malgré les questions insistantes des journalistes sur les conditions de l’appel d’offres. Le cahier des charges pour cet appel d’offres reprend, selon certains, des critères de sélection trop détaillés. En effet, il est exigé des entreprises candidates qu’elles aient 2421 employés, 11 véhicules, une camionnette, 100 ordinateurs, 50 tables à repasser, 4400 tables et chaises, 50 sèche-cheveux et 2000 mètres de rideaux blancs. Le journaliste Selim Efe Erdem du quotidien Radikal a fait remarquer que seul le partenariat des entreprises Atlas Pazarlama et Merkez Medya correspond aux critères de capacité. Il s’agit de la même entreprise qui a décroché le contrat en 2005 pour 29 millions YTL.

Il fait remarquer aussi que, parmi les dirigeants de cette entreprise, on peut noter la présence de plusieurs patrons et administrateurs de Kanal 7 (le président du conseil d’administration Zekeriya Karaman, le chef de la production Mustafa Çelik, et le directeur de la publicité İsmail Karahan), connu pour être une chaîne de télévision issue de la mouvance Refah-Fazilet, et très proche de l’AKP. Parmi les associés d’Atlas, il y avait, jusqu’à récemment, l’actuel président de RTÜK (le Haut Conseil de la Radio et Télévision) Aykut Zahit Akman. Enfin, Harun Kapıyoldaş, de l’association caritative « Deniz Feneri Derneği », fait également parti des associés. Le directeur d’Atlas, Hacı Nayir, réfute les accusations. L’association qui fédère les centres de formation (« Özel Öğretim Kurslar, Dershaneler ve Etüt Merkezleri Birliği Derneği ») a introduit une demande en annulation.

Il s’avère que les entreprises Rey, Atlas et Merkez Media appartiennent à la holding Beyaz dont les administrateurs sont ceux-là même de Kanal 7. Asal Eğitim, une autre compagnie figurant parmi les concurrents pour ce marché est sous le contrôle du même groupe de personnes. Un des patrons d’Asal Eğitim, Ercan Sami Erbesler, est un ancien associé de Merkez Eğitim. Parmi les 7 entreprises qui se sont intéressées à ce marché, seules 2 d’entre-elles y ont participé le 26 juin 2006, jour du dépôt des propositions. Asal Eğitim a proposé 53 millions YTL, tandis que le partenariat Atlas Merkez a proposé 51 millions YTL.

L’affaire n’a pas manqué de prendre de l’ampleur après la date du 26 juin 2006. Le contrat s’élevait à 29 millions YTL l’année passée. Les médias attirent l’attention sur ce renchérissement en un an, aujourd’hui à hauteur de 51 millions YTL. Autre aspect obscur, la réduction de la TVA en faveur d’une entreprise privée suscite elle aussi des questionnements au sein de l’opinion publique. En effet, Atlas Pazarlama, si elle décroche le contrat comme attendu, aura une réduction de 10% dans les contributions fiscales, soit 5 millions YTL. Or, la réduction fiscale serait, selon Radikal, destinée à des institutions reconnues par le ministère de l’Education comme des établissements de formation, une condition qui rend illégale la réduction d’impôt appliquée en faveur d’Atlas Pazarlama.

Chronologie:

1996: L’actuel Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, alors maire à la tête de l’IBB, crée le projet İSMEK, avec 141 inscriptions la première année. Jusqu’en 2002, c’est Kültür AŞ qui gèrera le programme de formation.
2003: Premier appel d’offre, où Rey Medya décroche le contrat.
2004: L’IBB décide de résilier le contrat, pour l’octroyer à Atlas Medya. Malgré l’annulation de cette décison par le Conseil des appels d’offres publics (Kamu İhale Kurumu), Atlas garde le contrat pour cas de force majeure.
2005: Rey Medya, sous le nom de Merkez Medya, décroche le contrat de 29 millions YTL pour 135.000 inscriptions.
2006: Le contrat s’élève à 51 millions YTL (hors TVA) pour 150.000 inscriptions. Seules deux entreprises correspondent aux critères mis en avant par l’IBB: Atlas Pazarlama et Merkez Medya, réunies sous le nom de “Asal Eğitim”.

Zaman 27/12/2003   p. 20
Zaman 18/4/2006     p. 20
Radikal 22/6/2006   pp. 1 et 7        http://www.radikal.com.tr/haber.php?haberno=191003
Radikal 23/6/2006   p. 8
Radikal 25/6/2006   p. 8
Radikal 24/6/2006   pp. 6-7
Radikal 27/6/2006   p. 6
Radikal 28/6/2006                          http://www.radikal.com.tr/haber.php?haberno=191423
Radikal 29/6/2006   p. 6

Ce texte n’engage que l’auteur


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.