Excursion dans les quartiers de Fatih Sultan Mehmet (FSM), Reşitpaşa et Baltalimanı : l’élargissement des voies routières, une nouvelle façon de faire de la « Régénération Urbaine ? »

Le 15 juin 2006, une réunion a été tenue à l’initiative des muhtar de FSM, Baltalimanı et Reşitpaşa (voir « duyuru» ci-contre), en réaction à l’annonce par l’IBB de son intention de faire passer une route le long du TEM, à travers une partie de ces quartiers, alors même que les travaux avaient déjà commencé. En d’autres termes, les principaux intéressés n’ont été prévenus qu’une fois le chantier engagé : bel exemple de concertation et de participation. La route prolonge en fait la bretelle Baltalimanı/TEM dont l’aménagement a été entamé dès la fin 2004.

23

La convocation à la réunion du 15 juin 2006

Ces trois quartiers – qui totalisent une population approchant les 50 000 personnes – se trouvent dans l’arrondissement de Sarıyer, immédiatement au nord du TEM, à l’entrée européenne du pont Fatih Sultan Mehmet sur le Bosphore, ouvert en 1988. Ils se situent à proximité des très beaux quartiers de Akatlar et Ulus, dans la continuité de Karanfilköy, autre résidu de la primo-urbanisation périphérique des années 1940-1950. En ce cens, le TEM fait coupure sociale : le pont qui le franchit relie des univers très contrastés.

Lors de notre dernière visite dans les mêmes quartiers, le 15 décembre 2004, nous avions eu l’occasion de rencontrer le muhtar de FSM Mahallesi, Nurettin Çoskun (Cf Electroui 19 – rapport de sortie p. 32). Cette fois-ci, le muhtar de Baltalimanı (ex-candidat ÖDP à la mairie de Sarıyer) et des membres du conseil municipal de Sarıyer s’étaient joints au muhtar de FSM, ainsi que des habitants des zones déjà nettoyées et des quartiers menacés. Le propos, cette fois, était d’évoquer non pas le projet du technopôle, autrefois promu par l’Université Technique d’Istanbul (İTÜ), mais l’accélération de la politique d’élargissement des voies routières dans le cadre de la campagne « 42 échangeurs, 42 bretelles d’accès ».

Il semble que le projet de technopôle ait été finalement abandonné. Mais la volonté de nettoyer cet isolat d’habitat spontané (désigné généralement sous le nom d’« Armutlu ») paraît devoir passer par des procédés encore plus expéditifs et sans appel pour les habitants. En effet, depuis près d’un an, on peut observer des opérations d’expropriation menées directement par les pouvoirs publics, évitant ainsi le concours d’un acteur comme l’İTÜ. Dans le fond, la position des habitants par rapport à l’IBB, au gouvernement central ou aux investisseurs immobiliers ne change pas.

Dans le passé, la parcellisation s’est faite selon des pratiques très variées, à partir des années 1950, avec une accélération à la fin des années 1970. Les terrains appartenant au Trésor public ont été redistribués à des militaires retraités, vendus à des institutions comme le Croissant Rouge ou l’İTÜ, ou concédés à des institutions publiques. Pour le reste, on peut dire que le mode d’occupation de l’espace ne différait pas des autres secteurs de la ville. Des quartiers entiers se sont formés avec l’arrivée de familles de migrants et la construction de gecekondu, et se sont progessivement dotés d’infrastructures pour les distributions d’eau, de gaz et d’électricité et de réseaux de transports. La légalisation des terrains ainsi occupés s’est faite selon des pratiques politiques habituelles comme l’amnistie, avec une parcellisation selon des réseaux partisans toujours visibles sur le terrain. Ces clivages politiques ont ainsi marqué ce type d’urbanisation en périphérie, avec des périodes de crises parfois très prononcées. Ainsi, sous l’aspect du développement, l’histoire de ces habitants de gecekondu diffère peu de ce qui peut être observé dans d’autres quartiers (un moment) « périphériques ».

Nul ne se doutait, il y a une quinzaine d’années, de ce que le quartier pourrait devenir en termes de valeur foncière. Lorsqu’il a été question de construire un technopôle, le morcellement du terrain rendait très difficile les procédures judiciaires intentées par l’İTÜ pour faire valoir ses droits de propriété. En 2003, l’université a poursuivi 270 personnes en justice pour occupation illégale de propriété privée. La nature du projet et la localisation par rapport au Bosphore rendaient suspicieux des habitants qui ont toujours considéré l’idée de technopôle comme une manœuvre destinée à les délocaliser, en vue de permettre la réalisation d’opérations immobilières juteuses.

24

Discussions devant le muhtarlık de Fatih Sultan Mehmet Mahallesi avec un membre de l’Assemblée Municipale de Sarıyer et un habitant s’estimant victime des travaux entrepris.

Plus d’un an après, les entretiens avec les mêmes personnes ont permis de voir que les craintes n’ont pas changé, malgré l’abandon du projet de technopôle. Aujourd’hui, ce sont les constructions de routes et les aménagements complémentaires qui rendent possibles des expropriations sur des bandes de 100 mètres. L’élargissement des routes existantes ou la construction de bretelles d’accès permettent ainsi un réaménagement d’ensemble dans ces quartiers, avec des interventions destructrices sur de très nombreux gecekondu. Les interventions violentes sur la topographie accidentée de cette zone ont provoqué à Baltalimanı un glissement de terrain le 1er octobre 2005. Un gecekondu s’est écroulé, alors que le bâtiment voisin de 3 étages a été vidé et scellé. Les occupants de maisons à proximité ont dû vider leurs logements, craignant un affaissement général des constructions suite aux creusements dans les parois pour l’ouverture des routes.

Pourtant, ce type de construction a été en mesure de se développer par quartier, dans toutes les zones de la ville, souvent avec le soutien des pouvoirs locaux. Aujourd’hui, l’habitat a-légal, dont le développement a été soutenu par les populismes municipaux et nationaux de tout ordre, est ainsi combattu au nom du principe de fluidité maximale du trafic automobile. Dans ce quartier, la Régénération Urbaine prend forme dans le développement du réseau routier, présenté par les habitants et les préposés de quartiers comme les composantes d’un subterfuge des pouvoirs publics, pour un programme à plus long terme de construction de logements « de luxe » comme appelés par ce site dominant le Bosphore. À l’image du projet du technopôle, le logement de luxe n’est pas conçu avec et pour les habitants actuels de ces quartiers. Ici encore, l’exclusion brutale des habitants de projets immobiliers pose la question de la régularisation des quartiers de gecekondu.

Plus frappant est la difficulté de distinguer les rôles joués par les différents acteurs dans cette opération. Par rapport à l’an passé, où le rôle joué par l’IBB dans la création d’un technopôle n’était pas très clair, la planification du réseau routier et les aménagements complémentaires lui confèrent cette fois-ci un rôle clé. Mais d’autres dynamiques pourraient être interrogées de la même manière. La position du gouvernement central ne semble pas très claire, malgré toutes les requêtes qui ont été introduites au parlement. Par ailleurs, la pression sur les pouvoirs locaux des groupes financiers et de construction en quête de nouveaux terrains à construire, comme invoquée par les victimes de la Régénération Urbaine, reste à vérifier. Si cette hypothèse n’est pas exclue, nous ne disposons d’aucun indice permettant de prétendre que les opérations se font selon des intérêts bien précis et un ordre pré-établi pour la construction de logements de luxe.

25

Baltalimanı : seule la mosquée a été préservée.

L’été s’annonce une fois de plus tendu à Armutlu. Les habitants, ex-gauchistes et ex-« religieux » unis, tous forts de traditions d’organisation et de lutte bien ancrées, ont développé une riposte pragmatique qui s’appuie sur plusieurs arguments :

  • le droit au logement inscrit dans la Constitution turque ;
  • les textes et conventions signés par la Turquie en matière de droit au logement ;
  • le caractère légal du « droit d’occupation » délivré par les pouvoirs publics dans les années 1980 (tapu tahsis belgesi) ; des recours ont été faits dans ce sens auprès du Conseil d’Etat et de la Cour Suprême ;
  • la reconnaissance par les pouvoirs publics de leur double-jeu (encouragement/dénégation) conduit depuis des décennies ;
  • la reconnaissance de 15, 20, 30 années, parfois plus, d’occupation et d’investissement de fait des lieux ;
  • l’absence de toute consultation des intéressés, en violation des nouvelles lois sur les Grandes Municipalités ;
  • les contradictions existantes entre la Direction des Ponts et Chaussées (du ministère des Transports) ;
  • et enfin les promesses faites par de hauts responsables politique actuels (notamment un ministre d’Etat, adjoint du Premier ministre et natif de Sivas) lors de la campagne avant les élections locales de mars 2004.

Jean-François PEROUSE
Hamdi GARGIN

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.