Tarihî Miras Koruma Köşesi. État du dossier « murailles » d’Istanbul au début juillet 2006

Au cours de la toute récente réunion de Vilnius, le Comité pour le Patrimoine Mondial de l’UNESCO a décidé une fois de plus de reporter à 2008 sa décision de déclassement d’Istanbul (ou d’inscription sur la liste des villes « en danger »). La stratégie de rappel à l’ordre/menace différée se poursuit donc. Le rapport de la commission d’experts, que l’OUI a rencontrée en mai 2006, milite en effet dans le sens d’une certaine clémence et invite à tenir compte des efforts manifestés, tout en réaffirmant la nécessité pour les autorités turques d’être plus attentives au sort des murailles en particulier. Les murailles sont donc clairement un des « monuments-test » pour l’UNESCO, dans son suivi de la politique de préservation du patrimoine à Istanbul. Cette priorité accordée aux murailles va donc dans le sens de ce que l’OUI tente de faire depuis maintenant plus de 6 ans. Signalons d’ailleurs que deux des experts représentant la Turquie à Vilnius sont des personnes qui travaillent en étroite collaboration avec l’OUI : Korhan Gümüş, le responsable d’İnsan Yerleşim Derneği, d’une part, et Nur Akın, représentante de l’ICOMOS en Turquie (professeur à l’İTÜ ayant participé au colloque sur les murailles organisé par l’OUI entre le 30 octobre et 2 novembre 2005). Les actes de ce colloque sont d’ailleurs disponibles sous forme de CD à l’OUI. En outre, ainsi que le souligne le chroniqueur-architecte Oktay Ekinci dans son éditorial de Cumhuriyet du 13 juillet 2006, l’UNESCO demande aux autorités turques de mettre un terme aux restaurations conduites jusque-là sur les murailles, et d’élaborer un plan d’action d’urgence convaincant d’ici un an. Une réorientation de la politique de conservation/restitution est donc prévisible…

Pour notre part, nous souhaitons ici simplement rendre compte des derniers développements et, ce faisant, de notre contribution à ce dossier complexe et passionnant.

26

« -On a pris des mesures de protection pour les murailles? On les protège de qui? -Des restaurateurs? » Kim kime dum duma, de Behiç Ak, Cumhuriyet, 1er juillet 2006.

1) Arrêt en octobre 2005 des travaux de “restauration”

menés par l’entreprise Pekerler depuis des années pour la Direction des Affaires Scientifiques de la Municipalité Métropolitaine d’Istanbul; cet arrêt a eu lieu à la demande de la préfecture, sous pression du ministère du Tourisme et de la Culture. Le dernier secteur “restauré” est situé entre Edirnekapı et Tekfur Sarayı. Une tension est à noter entre le centre (ministère des Affaires Etrangères, ministère de l’Intérieur, et ministère de la Culture et du Tourisme) et les pouvoirs locaux.

2) Mouvement de transfert au secteur privé de portions entières des murailles

Yedikule pour 49 ans Anemas et Tekfur Sarayı, encore en discussion. Mais la mairie de Fatih l’avait cédé à la mairie métropolitaine qui est en train de le céder à un grand groupe privé.

3) Différents projets des mairies d’arrondissement concernées

Mairie de Fatih

”bande verte”: à cette fin, des expropriations ont eu lieu et les destructions ont commencé il y a quelques jours. ”Quartier turc” à Ayvansaray: une carcasse de béton qui défigurait la muraille maritime depuis des années a été détruite, très grossièrement, comme pour marquer la réappropriation du site par la mairie) ; le projet est en cours de finalisation (il s’agira de reconstruire des maisons « typiquement turques », en faisant référence au XIX° siècle ottoman.
Dédensification de l’arrondissement: 100 000 personnes devraient quitter l’arrondissement ; opération de Kiptaş ou de TOKI dans la péninsule historique.

Mairie de Zeytinburnu

aménagement de parcs et jardins le long des murailles.

4) Projets divers dans le cadre de la politique de “Régénération Urbaine” (Kentsel Dönüşüm), récemment lancée

  • destruction du quartier tzigane de Sulukule (et construction de blocs d’habitations) ; comme il l’a été indiqué dans la chronologie de ce numéro, les travaux de rénovation doivent commencer dès septembre sous l’égide de l’Administration du Logement Collectif (TOKI).
  • restructuration du quartier de Merkez Efendi (Zeytinburnu), dans la continuité du nouveau parc de Topkapı, à partir de mars 2006 ; on peut s’interroger légitimement sur l’articulation délicate entre le projet annoncé en juin 2006 de faire de la zone de Topkapı (à l’extérieur de la porte du même nom) un « centre touristique et commercial » et la politique patrimoniale.

5) Inauguration du « Parc des Fleurs à Bulbes »

à l’extérieur de la muraille (Yedikule) ; la tulipe est à l’honneur…

6) On s’inquiète par ailleurs de la multiplication de complexes sportifs

de taille disproportionnée de part et d’autre des murailles. Ces bâtiments ne respectent pas les côtes nécessaires et écrasent la muraille, créant des violences visuelles et des discontinuités choquantes.

7) La dernière nouveauté concerne les débuts des travaux du Marmaray

gigantesque projet de liaison ferrée entre les réseaux européens et asiatiques, sous le Bosphore) à Yedikule, à la hauteur de la vieille percée dans les murailles du train de banlieue. En juin 2006, on injecte du béton dans le sol pour préparer le tunnel de sortie à la hauteur de Kazlıçesme.

8) On peut aussi signaler le rôle éventuel de la sélection d’Istanbul au titre de « Capitale Culturelle Européenne – 2010».

Cette perspective devrait permettre à la “société civile” d’exercer un droit de regard plus systématique sur le devenir des murailles. Cependant, les projets soumis par la Municipalité Métropolitaine du Grand Istanbul dans le cadre de cette candidature continuent de s’inscrire dans une vision partielle et partisane de la muraille (société privée Bimtaş).

9) Enfin, signalons l’exposition consacrée aux murailles d’Istanbul et de Bruxelles

(photographies d’Arif AŞÇI pour la partie stambouliote) qui se tient à la Porte de Hal au coeur de Bruxelles, du 19 mai 2006 au 30 juillet 2006. Co-organisée par l’Observatoire Urbain d’Istanbul, la Municipalité Métropolitaine d’Istanbul et la Région Bruxelles-Capitale, elle vise, tout en sensibilisant l’opinion, à poser les bases d’une coopération entre le réseau Septentrion et Istanbul en matière de préservation des édifices défensifs, en un premier temps, et plus, si affinités… De ce point de vue, nous sommes au regret de dire que, pour l’instant, la dynamique de coopération attendue entre l’IBB et Bruxelles n’a pas vraiment été instaurée. Le réseau Septentrion pourrait donner corps à cette collaboration en assurant un solide partage d’expériences, de compétences et de « bonnes pratiques ».

27

Porte de Hal 18 mai 2006. Photos des murailles d’Istanbul.

Pour conclure, si l’on note une relative prise de conscience face aux rappels à l’ordre de l’UNESCO, sur le terrain les choses n’ont pas encore fondamentalement changé. La mauvaise qualité des restaurations effectuées ces dernières années a défiguré une bonne partie des murailles : une surface réaménagée sur le sommet des murailles s’est même récemment effondrée près de Silivrikapı, ce qui constitue une menace pour les personnes qui montent sur la muraille (les potagers situés sous la portion effondrée ayant été recouverts de décombres).
Au total, on ne peut pas parler d’une rupture avec les pratiques antérieures ; le transfert au secteur privé sous forme de bail emphytéotique semble devenir le mode principal d’intervention.

28

Porte de Hal 18 mai 2006. Photos des murailles de Bruxelles.

En conséquence notre souhait, qui rejoint les attentes de l’UNESCO et de nombre de nos partenaires associatifs ou universitaires ici, est que soit mis en place un comité indépendant de suivi des murailles, « monument-test » de la gestion du patrimoine à Istanbul. Cette structure légère pourrait assurer la coordination entre l’UNESCO et les autorités locales, permettant l’échange d’informations, l’élaboration de diagnostics et le suivi de certains chantiers « clés ». Il nous reste à espérer que l’IBB va entendre l’appel lancé à Vilnius et accepter qu’une co-gestion s’appuyant sur la consultation, le débat, les échanges et une expertise ouverte et indépendante puisse être initiée.
L’enjeu est de taille.


Jean-François Pérouse

Géographe
Directeur de l’Institut Français d’Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/07/2016

    […] début des années 2000, la péninsule historique d’Istanbul a commencé à faire l’objet de débats quant à la nécessité de son inscription sur la liste du patrimoine mondial en péril. Les aménagements urbains effectués dans les différentes zones du site inscrit se révélaient […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *