Istanbul Capitale Culturelle Européenne 2010

L’internationalisation d’Istanbul

À Istanbul comme à Ankara, la sphère politique se fait plus que jamais l’écho des intérêts économiques d’investisseurs turcs et étrangers. La Régénération Urbaine annoncée au centre et à la périphérie de l’aire métropolitainee ne serait pas imaginable en dehors d’un partenariat avec ces investisseurs. Les patrons du portefeuille immobilier de Dubai (Dubai International Properties- DIP) ont signé un protocole avec l’IBB pour un investissement de 5 milliards USD (Voir dossier thématique de l’Electroui 22). Mehmet Kutman a promis, de la même manière, un investissement de 5 milliards USD dans le secteur immobilier à Istanbul. Toutefois, ces actions résistent mal aux recours en annulation introduits auprès des tribunaux administratifs (Galataport et DIP).

D’autre part, le flux de capitaux s’accompagne de marques de prestige, sinon de symboles, briguées ouvertement par les maires métropolitains et de la plupart des arrondissements d’Istanbul. Il est peu étonnant de voir ces mêmes acteurs aspirer au tourisme de congrès, un secteur qui combinerait un rayonnement international et un nouveau marché à conquérir. Plus ironique est d’entendre les paroles du maire d’Istanbul Kadir Topbaş, lui-même architecte, à propos des architectes turcs. Il avait déclaré que l’on ne pouvait pas « confier de la soie à des architectes turcs », des propos qui n’ont pas manqué de soulever un tollé.

La Régénération Urbaine est donc également une question de prestige et de symboles. Kean Yung et Zaha Hadid conçoivent ainsi des « projets d’idée » à la demande du maire Kadir Topbaş, préservés de la concurrence des architectes turcs. Qu’importe cette discrimination ouverte à l’égard de ces derniers, le fondement juridique de l’opération n’est pas évident. Au même titre que les plans d’aménagement proposés par l’IMP, le nouveau centre de planification et de design urbain (İstanbul Metropolitan Planlama ve Kentsel Tasarım Merkezi), les termes des négociations entre l’IBB et les autres acteurs urbanistes sont brouillés. En d’autres mots, ces plans d’aménagement n’ayant en pratique aucune portée juridique, aucun recours ne peut être imaginé contre eux par les Chambres professionnelles et autres opposants. L’IBB s’est ainsi doté de quelques institutions, qui ont le bénéfice de lui offrir une marge de manœuvre importante. Par exemple, le projet de Zaha Hadid à Kartal ne constitue pour l’instant qu’une proposition, à laquelle vont venir se greffer, dans un deuxième temps, d’autres questions. La dynamique ainsi générée permet d’entamer la distribution des rôles dans l’opération, incluant les intérêts de certains, excluant d’autres plus contestataires. Les représentants municipaux peuvent ainsi faire du marketing grâce à certains aspects du projet, en l’occurrence l’aspect futuriste, moderne et innovateur, tout en gardant le flou juridique. D’autre part, d’autres institutions permettent des formes de participation d’acteurs externes, à l’instar de Müze Kent ou encore l’IMP, qui incluent des acteurs non municipaux, comme associations et universités. Mais encore une fois, les décisions de ces structures n’ont aucune portée juridique.

L’utilité de ces institutions est à chercher uniquement dans la participation discursive, à défaut de celle plus juridico-institutionnelle, permettant ainsi aux acteurs municipaux d’accéder au professionnalisme et au savoir-faire de groupes qui sont en dehors des départements municipaux, sans toutefois se sentir obligés d’ouvrir les mêmes départements au regard de ces mêmes groupes. Dans quelle mesure peut-on parler de démocratie participative, si aucune interaction n’est imaginée entre la sphère décisionnelle (dans les départements municipaux) et les institutions en question (Müze Kent, IMP) permettant la discussion en intégrant une multitude d’acteurs non-municipaux ?

La Régénération Urbaine qui a la prétention de répondre au souci d’l’internationalisation d’Istanbul manifestée par les élus renvoie un processus à deux temps. Dans un premier temps, la projection des opérations se fait dans la sphère partisane, répondant à des exigences économiques et politiques qui se laissent appréhender au fur et à mesure, pour révéler le nom de l’investisseur qui a été invité à financer la transaction, ou le cabinet d’architecture qui a été nommé pour concevoir le projet urbain. Dans un ordre chronologique, nous avons vu la ‘nomination’ du cabinet d’architecture bruxellois, sous la houlette de Şefik Birkiye pour les gratte-ciel de Haydarpaşa, suivi du projet de Galataport, confié aux soins du cabinet Tabanlıoğlu, et dont le financement par le consortium Ofer-Kutman est toujours très contesté. Enfin, après l’épisode du protocole signé par Dubai International Properties- DIP et l’IBB, sur ce qui pourrait être appelé des concessions pour la valorisation de terrains au cœur même d’Istanbul, les noms de Zaha Hadid et Ken Yeang ont été avancés pour initier la Régénération Urbaine à Kartal et Küçükçekmece respectivement. C’est au sein de cette même sphère que se forment les chimères d’acteurs politiques, qui ne s’expriment qu’une fois toutes les précautions prises contre les dynamiques contestataires.

Dans un deuxième temps, on constate un développement juridico-politique assurant la promotion de ces acteurs économiques designés au préalable. Peu étonnant donc que parmi tous les projets aucun n’ait pu être entamé. Toutes les opérations sont remises en question par des tribunaux administratifs ou par le Conseil d’Etat. À ce jour, on peut dire que le gouvernement se dépêche de relancer Haydarpaşa et Galataport, avant des élections présidentielles et législatives qui s’annoncent de plus en plus imminentes.

Le déclassement d’Istanbul: menace ou espoir?

Depuis 1985, la péninsule historique, avec comme monuments centraux, l’Hippodrome de Constantin, Sainte-Sophie (VIème siècle) et la mosquée Süleymaniye (XVIème siècle), est classée comme Patrimoine Mondial de l’Humanité, selon les critères de l’UNESCO. Du 9 au 11 avril, la délégation de l’UNESCO (Metchild Rössler, Junaid Sorosh-Wall, Astrid Debold-Kritter, Christoph Machat ve David Michelmore) était présente à Istanbul pour inspecter l’état des monuments, et surtout des murailles de Théodose. Comme le précise Derya Nüket Özer (Yapı Endüstri Merkezi), les représentants de l’UNESCO avaient les mêmes préoccupations en 2004, et en pariculier pour les bâtiments en bois de Zeyrek, les murailles de Théodose, les conséquences du projet de Marmaray, la fragilité des monuments face au risque sismique et surtout les dysfonctionnements structurels au sein de l’administration chargée de gérer le patrimoine en question.

Du côté turc, si d’aucuns estiment qu’il n’y a toujours pas, au sein des municipalités turques, la prise de conscience attendue quant aux menaces de déclassement de plus en plus explicites de l’UNESCO, il y a tout de même une volonté des mêmes autorités municipales de montrer à ses représentants de l’UNESCO les efforts réalisés. En effet, il faut savoir que c’est sur l’invitation du maire d’Istanbul, Kadir Topbaş, que la délégation s’est rendue à Istanbul. L’erreur fatidique des critiques est de limiter la démarche à la volonté des acteurs municipaux. Or, l’heure n’est plus à la recherche de volonté, mais de la méthode, point névralgique du dossier à l’UNESCO. Pour preuve, les 10% de l’impôt foncier (emlak vergisi) relevés à l’échelle départementale ont été réservés à la restauration (cf chronologie Urbanisme et construction du 30 mars 2006). Ce budget, qui s’accumule dans les caisses de l’administration spéciale du département (İl Özel İdaresi), est destiné à apporter quelques solutions dans les politiques de préservation des monuments et sites à Istanbul, mais n’est pas utilisé par les municipalités d’arrondissement (ou très peu, comme à Fatih et Beyoğlu). La raison invoquée par le vice-préfet Cumhur Güven Taşbaşı est que les municipalités d’arrondissement ne sont même pas au courant de ce supplément budgétaire.

L’incompréhension règne entre les repésentants de l’IBB et les membres de la délégation de l’UNESCO. Le chef de la délégation, Metchild Rössler, ne manque pas de rappeler à Cengiz Eruzun, responsable du Müze Kent, et instigateur de l’IMP, les clauses de la convention de Vienne, dont la Turquie est un Etat signataire. Il était la bonne personne, vu que ce qui était appelé Müze Kent suscitait, avec les Dubai Towers prévues à Levent, une certaine appréhension au sein de la délégation. Metchild Rössler remercie Eruzun, avant d’ajouter: “Nous ne voulons pas de projets touristiques. Notre inquiétude est de préserver cette ville du monde pour les générations à venir”.

Dans les rues de Fatih, la délégation de l’UNESCO, avec des photos datant de 1985 à la main, ont recherché les maisons en bois de Zeyrek. Elles devaient être restaurées avant qu’elles ne s’écroulent. Mais, hormis quelques maisons ‘restituées’, le reste n’existait plus. Le déjeuner fut l’occasion pour le maire de Fatih, Mustafa Demir, de rappeler à ses hôtes, que ces maisons existaient bel et bien. Elles étaient dessinées dans des plans, en attendant d’être reconstruites. Ce qui existait dans des projets plans urbanistiques, n’existait plus physiquement, exprimant parfaitement la différence de vision entre une grande partie des responsables locaux turcs et la délégation de l’UNESCO. Mais, toujours selon Demir, il subsiste la question des populations pauvres qui occupent ces quartiers de premier accueil des migrants, où le prix de l’immobilier était très bas. Il insiste sur les efforts et les attentes de sa mairie, pour y construire des logements de luxe, faire augmenter les prix et ainsi obliger cette population pauvre à quitter le quartier. Sur un ton ironique, il suggéra, à Metchild Rössler, berlinoise et chef de la délégation, ‘d’envoyer ces pauvres à Berlin’11. Rappelons que l’intention du maire est de ‘dégraisser’ d’un quart la population de son arrondissement (400 000 à 300 000 habitants).

Lors de la conférence de presse du 11 avril 2006, à l’hôtel Ramada de Cankurtaran à Fatih, les représentants de l’UNESCO ont furtivement exprimé leur espoir de voir la collaboration entre la société civile et le pouvoir politique se développer pour la sauvegarde du patrimoine à Istanbul. Le rapport de la délégation, prévu à la fin du mois d’avril, doit aider le Comité du Patrimoine mondial à prendre une décision quant au déclassement d’Istanbul, à la 30e session ordinaire du Comité du patrimoine mondial, qui se tiendra du 8 au 16 juillet 2006, à Vilnius, Lituanie.

Istanbul-Capitale Culturelle Européenne en 2010

Le 11 avril 2006, à quelques heures près, les membres du groupe d’initiative CCE-2010 ont appris qu’Istanbul est sélectionné pour le statut de Capitale Culturelle Européenne en 2010. Selon les informations reçues de Bruxelles, la qualité du dossier de candidature et de la préparation du groupe d’initiative auraient été déterminants dans la décision du jury. Sous la houlette du médiatique Nuri Çolakoğlu et du député AKP d’Istanbul, Egemen Bağış, et chapeauté par l’IKSV, Istanbul sera le théâtre d’événements culturels du 1er janvier au 31 décembre 2010. À ce jour, les membres actifs de cette organisation sont sur le point de déménager dans les locaux récemment affectés par l’IBB, dans le Şam Apartmanı, sur l’Istiklâl.

Le gouvernement aurait déjà accepté d’octroyer le budget nécessaire à l’événement, à savoir 120 millions €. Initialement, il avait été proposé par le groupe d’initiative d’installer des panneaux avec l’inscription “Bienvenue à Istanbul, Capitale Culturelle Européenne en 2010”, et de facturer quelques centimes de YTL en supplément chaque litre de carburant. Cette campagne de publicité gratuite permettrait par ailleurs une sensibilisation de la population. Il est attendu que la population participe massivement aux événements culturels, et une attention particulière est portée à cette question de la participation par les membres du groupe d’initiative. Il semble qu’on vise surtout la promotion de projets culturels de quartier, et à l’accès des centres culturels aux habitants des arrondissements éloignés.

La date du 11 avril 2006 fut l’occasion de voir comment des mêmes acteurs sont amenés à participer à des agendas qui se développent indépendamment l’un de l’autre. L’inscription de la péninsule historique dans la liste du patrimoine mondial de l’Humanité en péril, et les conséquences que cela implique, sont désormais à exclure. Le titre de CCE-2010 est un surenchérissement du prix à payer si Istanbul devait être exclu de la liste de l’UNESCO. Cette précision n’est pas inutile, si l’on considère les voix s’élevant de l’intérieur de l’IBB, et demandant, sur un ton contestataire, le déclassement d’Istanbul, en réaction aux mises en demeure de l’UNESCO, accueillies comme une immixtion aux affaires internes.

Le projet de CCE-2010 signifie un partage obligé de la sphère politique au niveau local entre des acteurs qui se distinguent les uns des autres à plusieurs titres. En effet, le clivage politique ne suffit pas à lui seul pour exprimer ce qui différencie les membres du groupe d’initiative des responsables municipaux. Les techniciens de l’IBB seront amenés à collaborer avec des professionnels de l’événement culturel à Istanbul. Or, ces mêmes techniciens, qui n’ont toujours pas donné une réponse claire à l’UNESCO, vont devoir s’initier aux pratiques de l’industrie de la culture à Istanbul, un secteur qui est en mesure, aujourd’hui, de concurrencer les métropoles européennes. En terme de professionalisme, le fossé qui sépare les initiateurs du projet CCE-2010, issus pour la plupart des milieux associatifs et universitaires, et les gestionnaires de l’IBB, exprime le besoin pressant de trouver un mode de gestion qui puisse produire de nouvelles formes de partenariat. À un stade critique des négociations européennes, les réformes entreprises dans la cadre du dossier UNESCO et de l’agenda CCE-2010 semblent être les principaux enjeux dans la période qui s’étend de 2006 à 2010.



Citer ce billet
hamdigargin (2006, 31 mars). Istanbul Capitale Culturelle Européenne 2010. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slso

  1. “Artık bu yoksulları da Berlin’e göndeririz”. Le maire de Fatih, Mustafa Demir, à Metchild Rössler, lors de la visite de l’UNESCO du 9 au 11 avril 2006. Propos relevés par Derya Nuket Özer. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search