Rapport de sortie à Karaköy, Salıpazarı et Galataport

Par une matinée enneigée, le groupe descend l’avenue Boğazkesen (nom aux connotations historiques puissantes), qui prolonge en direction de Tophane la Yeniçarşı caddesi (se terminant elle-même dans l’Istiklâl). Au passage, un arrêt est fait dans l’ancien “orphelinat Saint-Joseph”, dont la façade sur l’avenue a été récemment – et d’une manière peu heureuse – rebadigeonnée en mauve clair. Composé de trois bâtiments disposés sur une vaste parcelle qui jouxte les jardins du Consulat Général d’Italie, ce complexe, insoupçonné de l’avenue et renfermant encore quelques traces des anciens bostan, ailleurs disparus, est comme à l’abandon. Appartenant à la confrérie qui gère l’hôpital de La Paix (ou Lape) à Şişli, malgré l’existence d’un firman impérial concédant le terrain à ladite confrérie au moment de la fondation de l’établissement, il n’a pas été enregistré comme propriété de cette confrérie au cadastre turc. Les locataires actuels paient un loyer dérisoire, plus ou moins régulièrement, aux “sœurs de Şişli”, mais l’espoir de voir cet extraordinaire complexe qui menace ruine revenir à ses ayant-droits semble assez menu. La descente est aussi l’occasion de signaler un phénomène nouveau sur cette avenue : une spécialisation de facto dans le commerce de gros de cadeaux (hediyelik) et autres bibelots. Ce, à rebours de toutes les intentions et de tous les projets de la municipalité de Beyoğlu et de la Grande Mairie qui souhaitent depuis des années délocaliser ce type d’activité. Les micro-logiques de développement commercial semblent donc encore échapper aux autorités locales.

La visite à proprement parler débute au pied d’un des rares reliquats des murailles de Galata, rasées en 1868, comme dans nombre d’autres grandes villes à l’époque. C’est l’occasion de réaliser à l’aide de divers plans (Illustration 2) quelle était l’extension de “Galata” avant l’ouverture de l’axe routier majeur (Kemeralti caddesi), maintenant doublé par une ligne de tramway, et avant les remblaiements du XIX°s. ayant sensiblement modifié le trait de côte.

29

(Source : Inalcık, Varia Turcica, XIII, 1991, p.104)

Arrêt devant le hammam de la mosquée Kılıç Ali Paşa et évocation du mouvement actuel de transfert foncier, par le biais du Millî Emlâk, du domaine public vers le privé, sous forme de bail emphytéotique ou de vente pure et simple. Nous empruntons ensuite l’avenue de Galata Mumhanesi, dont le nom témoigne de vieilles activités productrices liées au port, et qui était au jusqu’aux années 1930, une des artères les plus actives de Karaköy, avec notamment les bureaux des grandes compagnies de transport maritimes. Par le “Passage des Français” restauré il y a quelques années, et les lieux de culte de l’église turque orthodoxe, nous rejoignons l’avenue Kemankeş qui constitue la limite nord du périmètre du projet Galataport. Dans la mouvance immédiate de ce périmètre on remarque les immeubles récemment achetés par le groupe “Global investment” qui a même installé son siège sur ladite avenue. C’est l’occasion de prendre la mesure des pratiques spéculatives anticipatrices, alors que le projet “Galataport” n’a pas encore été officiellement lancé, suite aux péripéties judiciaires qu’il connaît. Une collègue architecte nous expose alors le sens de sa participation à un “concours alternatif” pour le réaménagement de Karaköy.

Arrêt, ensuite, dans le superbe Çinili Han, puis dans le musée du TDİ (Administration Maritime Turque, propriétaire de l’essentiel du terrain concerné par le projet). Il ne nous est cependant pas permis de discuter avec des responsables de cette administration. Le bâtiment somptueux du TDİ (conçu par Mongeri en 1912) qui fait la limite ouest du périmètre, serait destiné à être transformé en hôtel de standing. C’est l’occasion, une fois parvenu à la limite ouest (et sud) de la zone du projet de rappeler l’oeuvre de construction des quais de Karaköy, par une société française (dirigée par Michel Pacha), entre 1890 et 1900. Nous remontons ensuite la Kemankeş en direction du nord-est, le long du Bosphore et de la bande gagnée sur la mer par remblaiement, jusqu’à l’entrée de la zone des entrepôts (édifiés dans les années 1950), entre le “bazar américain” (où l’on vendait après la Seconde Guerre mondiale et jusqu’à la fin des années 1980 surtout) des surplus américains, et Salıpazarı. Le périmètre du projet est en effet composé de deux sous-ensembles qui s’articulent à la hauteur de la place de Tophane. Nous réalisons quelques entretiens avec les gérants et propriétaires de café à narghilé du bazar américain qui nous expliquent leur désarroi face à un projet qui les dépasse alors qu’il les concerne au premier chef. L’histoire de l’émergence de la consommation du narghilé dans le secteur nous est ainsi contée.

30

Tophane à la fin des années 1950

La visite s’achève près du nouveau musée d’art contemporain, Istanbul-Modern, au cœur de la zone des entrepôts, par une évocation des usines Ford de montage (pour l’exportation) ouvertes en 1927 et fermées avant la fin des années 1930, par une collègue faisant sa thèse sur cette “délocalisation”. Épisode éphémère, totalement oubliée de la mémoire locale…., et qu’il convenait de réactiver.

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.