RIHET Natacha – Le développement municipal des infrastructures sportives à Istanbul Complémentarité ou concurrence entre les échelons municipaux : métropolitain et locaux

Natacha RIHET (2017). Mémoire de master 1 en géographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Ségolène Débarre

La question de l’aménagement sportif s’impose aujourd’hui car le sport a pris une place importante dans les activités et les équipements des pays occidentaux mais aussi des pays en développement. Ces aménagements ne sont pas seulement conçus comme lieux de pratique sportive mais remplissent également diverses fonctions éducatives, sociales et économiques telles que l’éducation, la vie sociale et l’économie. De plus, les aménagements sportifs réalisés pour des évènements sont des occasions efficaces pour accélérer les transformations urbaines. Les métropoles cherchent à montrer leur puissance et à affirmer une image attractive via l’aménagement de leur territoire, en organisant de « grands événements internationaux » ; qui auront par la suite des impacts physiques et sociaux sur l’environnement urbain. L’intégration de ces espaces sportifs au tissu urbain existant devient alors une nécessité pour favoriser le bon fonctionnement des villes et leur développement.
C’est la dynamique actuelle de la ville d’Istanbul. Depuis les années 1980, en raison du néolibéralisme – privatisation des investissements publics de l’État turc et accroissement des inégalités sociales et de la précarité -, Istanbul s’est affirmée comme ville mondiale avec un centre économique important. Sa population est actuellement de 15 millions d’habitants. Nous pouvons noter le renforcement de cette volonté d’internationalisation en lien avec l’arrivée au pouvoir de l’AKP et qui promeut ouvertement l’économie libérale de marché. La mondialisation et le positionnement de la Turquie sur la scène internationale représente une mission centrale du gouvernement AKP et Istanbul est le territoire d’opération privilégié. Ces dernières années, Istanbul a multiplié l’organisation d’événements sportifs internationaux, tels que le Championnat du monde de basket-ball masculin en 2010, le Championnat du monde d’athlétisme en salle en 2012, la Coupe du monde de football des moins de 20 ans 2013, etc.
[…]

De ces remarques préliminaires se dégagent deux axes de questionnement principaux :

  • Comment les deux échelles de municipalités s’articulent en matière d’investissement(s) sportif(s) ? Quels sont les investissements effectués pour diffuser le sport auprès des habitants ? Selon l’arrondissement de résidence, les Stambouliotes ont-ils le même accès aux services sportifs ? Comment les habitants perçoivent-ils ces aménagements et ces politiques publiques ? Comment le sport est-il utilisé et par qui pour se positionner dans la concurrence mondialisée et faire de la ville un outil de promotion à l’international ? Ce travail cherchera à analyser et distinguer l’offre sportive municipale à Istanbul ; le rôle de l’échelon municipal (d’arrondissement et métropolitain) sera étudié.
  • Est-ce que la couleur politique de la municipalité influence son action en matière de sport ou bien est-ce que finalement toutes les municipalités mènent les mêmes actions? Est-ce que les politiques municipales, en matière de sport, révèlent des liens entre les municipalités et le gouvernement central ? En quoi, les politiques sportives influencent l’orientation politique des habitants et suscitent de l’adhésion ou de la contestation vis-à-vis du parti au pouvoir? Nous chercherons ici notamment à confronter la/les politique(s) sportive(s) municipale(s) avec les idéologies politiques et religieuses du gouvernement en place. Il s’agira de chercher à comprendre par quel moyen le sport est–il vu comme un outil pour l’AKP.

Isabelle Gilles

Chargée d'édition numérique et des projets de numérisation Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *