Terrorisme et Métropole (II)

Le premier volet est à lire sur le blog OVIPOT

1. Carte d’Istanbul trouvée lors de l’arrestation de Belgacem

Le 20 novembre 20171 ont été commémorées devant le Consulat Général du Royaume-Uni à Beyoğlu les 18 victimes de l’attentat du 20 novembre 2003 – attribué à Al-Qaïda –, dont on peut dire, avec le recul, que la série dans laquelle il s’insère a inauguré un nouvel âge dans l’économie des peurs et des dispositifs sécuritaires de la métropole2. Le rapatriement d’Irak en 2005 d’un des principaux responsables turcs de ces attaques (Burhan Kuş), puis l’arrestation récente, en avril 2017, d’un des auteurs du double-double-attentat de cette sinistre et meurtrière fin de novembre 2003 a permis d’avancer dans la connaissance des protagonistes de cet événement fondateur3. Par ailleurs, l’ouverture à Silivri le 13 novembre 2017 du procès des 46 (dont 42 détenus) auteurs présumés de l’attentat du 28 juin 2016 à l’aéroport Atatürk nous apporte de nouveaux éléments sur l’événement4.

On peut donc, à cette triple occasion – si on ajoute les arrestations des 28 et 30 octobre 2017, puis toutes celles survenues en décembre 20175 – revenir sur notre premier essai posté après l’attaque du Reina le 31 décembre 2016 (voir notre édition du 13 février 2017) – et sur notre note relative aux attentats survenus à proximité immédiate du stade de Beşiktaş le 10 décembre 2016, (voir notre édition du 18 décembre 2016) – en introduisant la distinction entre scènes, plateformes et « arrière-boutiques » ou « arrière-chambres », toutes métropolitaines.

Le choix des scènes

Les scènes métropolitaines choisies – parfois au dernier moment, comme dans le cas du club Reina – sont à la fois connues de tous, communes, centrales et à fortes charges symboliques : l’avenue İstiklâl (19 mars 2016), principale artère commerciale, piétonne, fréquentée en moyenne par 3 millions de personnes quotidiennement, la place Sultanahmet, haut-lieu du tourisme international culturel (6 janvier 20156, 12 janvier 2016, puis tentative déjouée en août 2017), les consulats britannique (20 novembre 2003) et américain (décembre 2008, août 2015), l’aéroport Atatürk (28 juin 2016), le chic club de nuit Reina (31 décembre 2016), le siège stambouliote de la banque HSBC (20 novembre 2003), et les synagogues Neve Şalom et Beth Israël (15 novembre 2003).

Mais la scène, c’est en même temps le moment choisi, qui n’est jamais vraiment indifférent et qui renvoie à des agendas ou calendriers variables, nationaux ou internationaux. Calendrier international « occidental » : le 31 décembre (2016) au soir pour l’attaque contre le Reina ou le 20 novembre 2003 – date à laquelle le président américain d’alors se trouvait au Royaume-Uni pour s’assurer le soutien britannique dans sa campagne en Irak – pour l’attaque contre le Consulat britannique et le siège turc de la Banque HSBC. Calendrier « local » avec le 29 octobre (2017) pour l’attentat déjoué au dernier moment contre le centre commercial géant Marmara Forum dans l’arrondissement de Zeytinburnu.

La hiérarchie des plateformes…

Avec ses points d’interconnexion remarquables entourés de rouge (Zeytinburnu, Taksim, Yenikapı…), la carte retrouvée par les enquêteurs du réseau de transports d’Istanbul dans le téléphone portable de Belgacem7, un des partenaires facilitateurs des auteurs de l’attaque sanglante de l’aéroport Atatürk de juin 2016, semble significative des usages intensifs des transports en commun par les membres de ces réseaux (photo 1).

Toujours en mouvement, en déplacement, en phase de connexion/déconnexion à la fois physique et télé-communicationnelle avec des complices. Ce recours systématique aux transports intra-urbains fait apparaître des plateformes privilégiées dans l’organisme métropolitain. La plateforme principale semble sans conteste l’arrondissement de Fatih, et plus précisément, au cœur de la Péninsule historique, la plaque tournante qu’est Aksaray, qui, à bien des égards, fonctionne comme un point de convergence entre djihadistes ou candidats djihadistes étrangers et djihadistes turcs, relais locaux et comme un complexe de ressources et de services. Nœud dans le réseau de transports intra-urbains, hub dans le hub8, Aksaray, situé à proximité immédiate de Laleli9, le quartier emblématique du commerce à la valise à Istanbul, est aussi un centre de services à l’adresse des mobiles et circulants de tout acabit : on peut s’y procurer aisément des faux papiers, comme se mettre en relation avec des transporteurs (taxis, camionnettes) et passeurs en direction des frontières syrienne10 ou gréco-turque.

2. Aksaray, novembre 2015 : vente de gilets de sauvetage pour la traversée de la mer Égée. Photo JF Pérouse

3. Aksaray, novembre 2015. Photo JF Pérouse

Nœud complexe de l’Istanbul internationalisé, Aksaray est une sorte de territoire-Babel – on y parle toutes les langues et toutes les monnaies y ont cours –, extraverti et en perpétuelle ébullition, depuis au moins les années 1970, à l’intersection de systèmes de mobilités à la fois internes et internationaux (sur Aksaray, on peut se référer au compte-rendu de la sortie organisée par l’IFEA en novembre 2015, publié le 21 mars 2016). C’est autour de petites gares routières – d’abord destinées aux migrants anatoliens, puis aux circulants des Balkans, de l’Europe centrale, du Sud Caucase11, de l’Iran et du Moyen-Orient –, de grossistes de pièces détachées pour automobile et de petits hôtels et pensions que semble s’être formé ce quartier internationalisé par le bas et spontanément.

4. Aksaray, agence de voyage

5. Détail de l’offre

Dans les années 1990, l’ouverture du tramway puis du métro ont contribué à renforcer l’attractivité et la centralité d’Aksaray dans l’économie des mobilités internes à la métropole, que l’aménagement de la plateforme de connexion de Yenikapı (Marmaray/métro/tramway/gare maritime), au milieu des années 2010 n’a fait que parachever. Aksaray offre des services multiples aux migrants et circulants qui y trouvent toujours et à toute heure des compatriotes, qu’ils soient originaires du même pays ou du même département : chaque maison de thé ou chaque hôtel ou pension semble spécialisé dans une provenance et de la sorte pouvoir offrir un peu de la familiarité rassurante des liens forts aux nouveaux venus. Masharipov, par exemple, y fréquentait ses restaurants ouïgours (photo 6). Aksaray compte en effet une concentration exceptionnelle d’associations de compatriotes qui en font un espace de ressourcement identitaire et matériel sans équivalent, à horizons multiples.

6. Restaurant ouïghour aux abords de la station Yenikapı

6′. Autre restaurant ouïghour du quartier

C’est à Fatih qu’étaient logés les auteurs caucasiens de l’attaque de l’aéroport Atatürk du 28 juin 2016 ; c’est de Fatih, devant le centre commercial Historia, qu’ils sont montés dans un taxi pour commettre leur massacre. Comme souligné plus haut, autour d’Aksaray tout spécifiquement, un gigantesque et peu contrôlable marché de logements locatifs de courte durée s’est formé ces dernières années, bouleversant la structure sociale des quartiers concernés (photos 7, 7’ & 7’’).

7. Annonces pour des locations à la journée

7′. Annonces pour des locations à la journée

7″. Annonces pour des locations à la journée

Sur un mode mineur, la gare routière d’Esenler-Bayrampaşa12 peut aussi être considérée comme une plateforme logistique d’importance. Les allers-retours de djihadistes entre la frontière turco-syrienne et Istanbul se font en effet aussi en autobus « normal ». Direction Hatay ou direction Gaziantep/Urfa. Les auteurs d’attentats à Istanbul ont aussi pu transiter par cette gare connectée directement à Aksaray, à l’instar du kamikaze qui s’est fait exploser un matin de mars 2016 sur l’avenue İstiklâl, tuant 4 personnes et en blessant 24.

Le secteur de Taksim, enfin, constitue la troisième plate-forme identifiée, structurée par la présence du métro, des opportunités de rencontre anonyme dans une ambiance internationale et celle d’une exceptionnelle concentration de pensions, d’hôtels et d’appartements locatifs de courte durée. Ces derniers (photos 8 et 8’) sont d’ailleurs dans le collimateur des autorités depuis quelques mois. Fin décembre 2017, plus de 11 000 ont été l’objet d’un vaste contrôle policier à Istanbul, au terme duquel 2037 ont été purement et simplement fermés. Un tout récent décret-loi ad hoc a en outre soumis ces établissements à l’obligation de signalement systématique à la police de l’identité des clients13.

8. Murs de Taksim, novembre et décembre 2017. Photo JF Pérouse

8′. Murs de Taksim, novembre et décembre 2017. Photo JF Pérouse

On se rappelle les images largement diffusées avant son arrestation – récupérées de son propre téléphone abandonné dans un taxi juste après son massacre – de Masharipov, l’auteur de l’attaque contre le Reina, déambulant à Taksim comme un touriste le 26 décembre 2016 (Saymaz : 246). Et plusieurs témoignages de personnes arrêtées lors des différentes enquêtes confirment la centralité de Taksim pour les connexions entre membres des réseaux. Les procès en cours abondent de témoignages relatifs à des rencontres entre militants nouveaux venus et personnes-relais plus anciennement installées à Istanbul au cœur vibrant de Beyoğlu, pour des échanges d’informations, des remises d’argent, de téléphones portables, de cartes SIM ou même d’armes.

Les arrière-boutiques et arrière-chambres

Sur la base des données du ministère de l’Intérieur turc (Saymaz : 61), on peut esquisser une géographie de la provenance des djihadistes turcs qui se sont rendus en Syrie entre avril 2011 et octobre 2015 : sur les 2750 identifiés, près de 23 % étaient enregistrés dans le département de Konya, 12,5 % dans le département d’Ankara, 12,4 % à Adana et 7 % à Istanbul (devant Diyarbakır et Gaziantep). L’analyse de la localisation des comptes Twitter des sympathisants de l’EI de langue turque publiée en juin 2017 par l’ORSAM semble aller dans le même sens, puisque le département d’Istanbul figure au deuxième rang, après Malatya – et nettement devant Ankara et Konya – de l’ensemble des quatre-vingt-un départements du pays14. Cela signifie qu’en dépit de la distance à la frontière, que compte tenu de l’immensité du département, et outre la valeur conférée à Istanbul (la ville désirée à reconquérir) dans la rhétorique de l’EI15, Istanbul est un des terreaux de la radicalisation en Turquie (comme les événements d’octobre 2014 l’ont bien révélé ; voir notre édition du 14 octobre 2014), avec la particularité d’être à l’articulation entre un djihadisme international et un djihadisme national, précisément où les Européens d’origine turque assurent une forme d’articulation, à l’instar des citoyens autrichiens arrêtés le 28 octobre 2017 alors qu’ils s’apprêtaient à s’en prendre à un des plus importants centres commerciaux de la métropole16.

En conséquence, aux scènes et aux plateformes stambouliotes, il faut ajouter les arrière-chambres et les arrière-boutiques du terrorisme. En ce qui concerne ces dernières – et on entend par là les lieux de fabrication et de stockage des explosifs et des armes –, la longue enquête sur les événements tragiques de novembre 2003 a établi que tous les engins explosifs utilisés avaient été conçus dans un seul entrepôt-atelier de İkitelli Metal-İş Sanayii Sitesi17, une composante de la gigantesque zone d’activité périphérique, İkitelli Organize Sanayi Bölgesi, à Başakşehir.
Les arrière-chambres sont les lieux où sont logés les djihadistes étrangers18 et leurs familles, toutes nationalités et responsabilités mêlées, parfois pour des temps très réduits. L’arrondissement de Fatih en compte de nombreuses, confondues avec les appartements loués pour de courtes périodes à des migrants et circulants internes ou étrangers. Les milliers de logements qui constituent ce marché des brèves locations représentent une opportunité certaine, conciliant anonymat et discrétion. Et le jeu des intermédiaires en cascade renforce encore l’anonymat comme l’immunité. C’est ainsi que l’on sait que les trois kamikazes et assassins de l’aéroport Atatürk ont été logés à Fatih, dans le quartier d’İskenderpaşa, pendant un mois (27 mai 2016-28 juin 2016). L’enquête a par ailleurs révélé que leur intermédiaire turc officiait presque publiquement à Aksaray, sous les aspects d’un agent immobilier. Ce dernier était en cheville avec un internationaliste polyglotte du nom de code « Ebu Yahya » (Saymaz : 240) qui gérait un parc formé de trente-cinq logements-cellules dénommés « misafirhane » ou « madafa », à la disposition des djihadistes circulants. Logements situés à Fatih et dans l’arrondissement de Başakşehir.

Ce dernier arrondissement peut être considéré – à la lumière des informations révélées par les différentes enquêtes – comme la plus grosse concentration d’arrière-chambres, pour les Caucasiens tout spécialement (Saymaz : 240). On a vu quelle était sa centralité pour l’auteur de l’attaque contre le Reina fin décembre 2016, comme l’arrestation de Khaban Ghulomov, un complice de Masharipov, dans le même arrondissement l’a encore rappelé en juin 201719.

De même, ce qui est décrit comme « le plus gros coup de filet de la lutte anti-terroriste turque depuis 30 ans20 » – à savoir les arrestations de militants Daech réalisées le 28 octobre, puis le 30 octobre 2017, à Istanbul – semble, en tout cas au vu des premiers éléments communiqués, confirmer nos analyses. En effet les militants Daech qui s’apprêtaient à commettre un attentat « monstre » dans un centre commercial géant d’Istanbul le jour de la fête nationale (29 octobre) opéraient à partir d’un triangle Esenyurt-Arnavutköy-Başakşehir (Illustrations 9 et 10).

Les deux cellules Daech filées – en communication permanente avec la Syrie –, dont les membres ont été arrêtés le 28 octobre 2017 dans le parking du centre commercial visé étaient situées l’une à Esenyurt et l’autre à Arnavutköy (des citoyens autrichiens d’origine turque, installés dans cette périphérie depuis 5 ans). Ces deux nouveaux arrondissements d’Istanbul, proches l’un de l’autre, sont emblématiques des territoires de la nouvelle internationalisation21 d’Istanbul. En outre, l’enquête a révélé que ces deux cellules étaient en relation avec une autre localisée à Başakşehir, animée elle par deux citoyens d’une république d’Asie centrale (arrêtés eux le 30 octobre). Depuis plusieurs années le nom de Başakşehir est évoqué pour les assassinats de personnalités tchétchènes opposées au régime russe.

En outre, on peut rappeler que les auteurs de l’attaque contre le Consul Général des États-Unis à İstinye le 17 décembre 2008 – au cours de laquelle 3 policiers et les trois agresseurs furent tués – provenaient pour partie du quartier de Bayramtepe dans l’arrondissement de Başakşehir22. Esenyurt est aussi fréquemment évoqué par la presse, après chaque vague d’arrestations ou à l’occasion des divers procès en cours. C’est à Esenyurt déjà qu’avaient été arrêtés les auteurs de l’assassinat à Fatih d’Umaralı Tuvatov, un opposant au régime tadjik, le 5 mars 2015.

Les arrière-chambres sont aussi constituées par les sympathisants et les foyers de radicalisation et de mobilisation pour le départ au djihad. C’est surtout durant l’année 2014, alors que le conflit syrien devenait un conflit interne à la Turquie du fait de la montée en puissance des forces kurdes de Syrie, des liens organiques entre le mouvement kurde armé de Syrie et celui de Turquie et, plus largement, du pouvoir d’attraction exercé par la résistance de Kobanê sur les Kurdes de Turquie (et même sur une fraction des sympathisants de la gauche radicale turque (comme on a pu le constater clairement à Gazi ou à Okmeydanı,  quartiers emblématiques de cette gauche ; voir notre édition du  4 avril 2014). Le livre de Mehmet Ali Güller (201423 ) est à cet égard très révélateur, en tant qu’il évoque certains des lieux qui s’affichaient pro-Daech à Istanbul à la fin 2014 : successivement Güngören, Bağcılar, Dudullu (Ümraniye) et, plus en périphérie encore, Dilovası. Istanbul est aussi un lieu de « vacances » pour les combattants, en tout cas jusqu’à ce que la Turquie érige un mur tout le long de sa frontière terrestre avec la Syrie (sur la perméabilité de la frontière jusque-là, voir notre édition du 26 septembre 2014). İsmail Saymaz évoque (Saymaz : 94) ainsi un couple installé à Raqqa qui, fin 2014, passe ses vacances à Pendik, dans la périphérie anatolienne.

Enfin Zeytinburnu (Saymaz : 257), peut être ajouté au nombre des arrière-chambres, comme une extension de Fatih, notamment pour les populations centre-asiatiques et caucasiennes24. Le tueur du Reina a ainsi utilisé un appartement de la résidence Medikule située dans cet arrondissement (sachant qu’il existe aussi plusieurs autres résidences du même nom à Başakşehir justement !).

La relation métropole/terrorisme est donc à creuser encore, tant le terrorisme semble se nourrir à la fois des facilités offertes par la métropole et être influencé par les imaginaires de la métropole, lieu fascinant et détestable à la fois. En tout cas, les acteurs concrets du terrorisme métropolitain sont aussi des clients effrénés du capitalisme urbain, des touristes parmi les touristes, des consommateurs de la métropole qu’ils vouent aux gémonies tout en s’alimentant pleinement à toutes ses opportunités25.

  1. Ce même jour, l’alerte sécuritaire était maximale, au sujet d’un supposé « cadre des montagnes » du PKK censé se trouver à Istanbul avec des intentions. []
  2. Voir : Mehmet Faraç (2004), İkiz Kuleler’den Galata’ya. El Kaide Turka [Des tours jumelles à Galata. L’al-Qaïda turc], Istanbul, Günizi Yayıncılık.  Voir aussi : Şaban Arslan & Devrim Tosunoğlu (2004), Dehşet Senaryosu-İstanbul’daki İntihar Saldırılarının İçyüzü [Le scénario de l’horreur – le vrai visage des attaques suicide d’Istanbul], Istanbul, Güncel Yayıncılık. []
  3. Voir : « HSBC saldırısı sanığı El Kaideci, 14 yıl sonra yakalandı [Le membre d’al-Qaïda suspecté de l’attaque de la HSBC a été appréhendé au bout de 14 ans] », Milliyet, 19/04/2017. http://www.milliyet.com.tr/hsbc-saldirisi-sanigi-el-kaideci-1-gundem-2435428/ & «  HSBC saldırısı sanığı imamlık yaparken yakalandı [Le suspect de l’attaque de la HSBC a été appréhendé alors qu’il exerce la fonction d’imam] », Milliyet, 20/04/2017. http://www.milliyet.com.tr/hsbc-saldirisi-sanigi-imamlik-gundem-2435647/ []
  4. Parmi les présumés, on compte 16 personnes de nationalité russe, les autres étant tchétchènes, tunisiens, syriens, algériens, égyptiens  ou turcs. []
  5. Voir par exemple : « İstanbul’da DEAŞ’tan 22 gözaltı [22 arrestations liées à l’EI à Istanbul] », Haber Türk, 14/12/2017, p. 14 ; voir aussi,  pour la vague d’arrestations du 30 décembre 2017 : « Son dakika… İstanbul’da DEAŞ’a yılbaşı operasyonu: Çok sayıda gözaltı var [Flash… Opération EI à Istanbul du nouvel an : nombreuses arrestations] », Posta, 31/12/2017. http://www.posta.com.tr/son-dakika-istanbul-da-deas-a-yilbasi-operasyonu-cok-sayida-gozalti-var-haberi-1367498 []
  6. Voir : Fehmi Taşktekin (2015), Suriye: Yıkıl Git, Diren Kal, Istanbul, Iletişim & İsmail Saymaz (2017), Türkiye’deki İşid [L’EI de Turquie], Istanbul, Iletişim. []
  7. Voir : « Atatürk Havalimanı saldırısını yapan IŞİD’lilerden korkunç İstanbul planı [Le terrible plan d’Istanbul des membres de l’EI responsables de l’attaque de l’aéroport Atatürk] », Mynet, 22/02/2017. http://www.mynet.com/haber/guncel/ataturk-havalimani-saldirisini-yapan-isidlilerden-korkunc-istanbul-plani-2895186-1 []
  8. Voir  : Mustafa Aslan & Jean-François Pérouse (2003), « Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse. Fonctions dans le système migratoire international », REMI 19|3 http://journals.openedition.org/remi/2683 []
  9. À propos de Laleli, voir : « Laleli, giga-bazar d’Istanbul. Appréhender les caractéristiques et les mutations d’une place commerciale internationale », in : Péraldi M. (sous la dir.), La fin des Norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Colloque « Économie de bazar dans les métropoles euro-méditerranéennes », Lames, MMSH, Aix-en-Provence, 29-31 mai 2002, Paris, Maisonneuve et Larose,  p. 307-333. http://www.academia.edu/933326/_Laleli_giga-bazar_dIstanbul []
  10. İsmail Saymaz (2017 : 243) évoque ainsi un ancien candidat au djihad en Syrie arrêté le 27 décembre 2016 dans le cadre de l’enquête du massacre de l’aéroport Atatürk, et passé aux aveux, qui prétend que chaque jour à partir d’Aksaray c’est au moins 3 personnes qui étaient envoyées en Syrie pour rejoindre une zone alors contrôlée par Daech. Venu lui-même d’Égypte comme touriste, il est entré en contact direct avec les réseaux Daech à Aksaray, « dans la station de métro ». []
  11. Au sujet de ces mobilités, voir notre : « Les formes de mobilités transcaucasiennes et balkaniques à Istanbul », Balkanologie, Vol. X, n° 1-2. http://journals.openedition.org/balkanologie/371 []
  12. Voir : Céline Borgel & J.-F. Pérouse (2004), « La  gare routière du « Grand Istanbul » : une étourdissant plaque tournante », Autrepart 32, Paris, IRD, p. 51-73. http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/autrepart3/010035552.pdf []
  13. Dans un article paru dans le quotidien Star à propos de cette imposante opération policière il est rappelé que l’auteur de l’attaque contre le Reina avait un temps séjourné dans ce type de logement à Esenyurt ; cf. « 2 bin günübirlik daire mühürlendi [2000 appartements loués à la journée mis sous scellés] », Star, 27/12/2017, p.  15. []
  14. Voir : Turkish Speaking DAESH Supporters on Twitter, ORSAM Report N0 : 211, June 2017, p. 22. http://orsam.org.tr/files/Raporlar/211/211eng.pdf ; à signaler que ce rapport fait suite à un premier sur le même sujet, publié un an auparavant par le même think tank. http://www.orsam.org.tr/files/Raporlar/205/205_ENG.pdf []
  15. Au point d’avoir donné le nom Konstantiniyye à la version en langue turque de la revue mensuelle de l’organisation paraissant depuis mai 2015. []
  16. Ce que corrobore aussi le rapport suivant récemment publié : Merve Tahiroğlu & Jonathan Schanzer (2017), Islamic State Networks in Turkey, Washington DC., Foundation For Defense of Democracies. http://www.defenddemocracy.org/content/uploads/documents/Islamic_State_Networks_Turkey.pdf []
  17. Voir « Saldırı emrini Aktaş ve Ekinci’den aldık [Nous avons reçu l’ordre d’attaquer d’Aktaş et d’Ekinci] »,  Milliyet, 15/12/2003, p. 14. []
  18. La distribution des militants de nationalité turque est  beaucoup plus ubiquiste, comme semblent le laisser entendre les multiples lieux d’arrestation des citoyens turcs impliqués dans les attaques survenues à Istanbul en 2015 et 2016 ; à l’instar de celle de Celil Çelik arrêté le 22 février 2017 à Kağıthane dans le cadre de l’enquête sur la tuerie du Reina, voir « Reina katliamına benzer eylem hazırlığındaki şüpheli yakalandı [Un suspect arrêté en pleine préparation d’une attaque semblable à celle du Reina] », Cumhuriyet, 09/05/2017.  http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/turkiye/737255/Reina_katliamina_benzer_eylem_hazirligindaki_supheli_yakalandi.html. []
  19. Voir « DEAŞ’ın (IŞİD) kilit ismi Ebu Halik kod adlı Khaban Gulomov İstanbul’da yakalandı [Khaban Gulomov, nom de code Ebu Halik, l’homme clé de Daech (EI) arrêté à Istanbul] », Mynet, 27/11/2017. http://www.mynet.com/haber/guncel/deasin-isid-kilit-ismi-ebu-halik-kod-adli-khaban-gulomov-istanbulda-yakalandi-3044583-1 []
  20. Voir  »AVM’de Yakalanan DEAŞ’lıların Bomba Düzenekleri İstihbaratçıları Bile Dehşete Düşürdü [Le dispositif explosif des membres de Daech arrêtés dans le centre commercial ont horrifé même les agents du renseignement]« , Sondakika, 02/11/2017. https://www.sondakika.com/haber/haber-istihbaratcilari-bile-dehsete-dusuren-detaylar-10198181/. Rappelons que les opérations contre Daech se sont intensifiées ces derniers mois ; parmi les plus médiatisées, citons celles des 16 septembre et 15 octobre 2017 à Istanbul. []
  21. Par « nouvelle internationalisation démographique d’Istanbul » nous  entendons la troisième vague, encore peu étudiée comme telle, dont la montée en puissance remonte aux débuts des années 2010. La première vague peut être datée des années 1920 et est une conséquence du passage de l’Empire à l’Etat-Nation – qui a entraîné un « devenir étrangers » de citoyens jusque-là ottomans -, la deuxième est celle liée à l’internationalisation économique amorcée dans les années 1990 et enfin la troisième est le produit du chaos en Irak et en Syrie et du repositionnement de la Turquie sur la scène internationale. Suite à l’accueil de plus de 3,5 millions de réfugiés syriens, à l’affirmation de la Turquie comme  leader du monde musulman (sunnite) et à la réarticulation de sa politique étrangère sur son histoire et sa géographie, la métropole d’Istanbul a connu une nouvelle internationalisation démographique (et partiellement économique) portée par les Syriens, les Irakiens, les Azerbaïdjanais, les Qataris ou les citoyens de républiques d’Asie centrale. []
  22. Voir : « Başakşehir (Istanbul), la “ville-épi” : de la marge urbaine épiphénomène au modèle urbain hégémonique », in Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros & Florence Troin (éd.), Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, 2014, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, Collection « Villes et Territoires »,  pp. 83-104. []
  23. Mehmet Ali Güller (2014), İŞİD Kara Terör [Daech la terreur noire], Istanbul, Kaynak Yayınları []
  24. Zeytinburnu est, avec Başakşehir, un arrondissement caractérisée par sa présence tchétchène dissidente ; le 27 février 2009 une personnalité opposée à Moscou, Ali Osaev, y fut assassiné ; affaire non encore élucidée à ce jour. Voir « İstanbul’da 3. Çeçen infazı [La 3e exécution de Tchétchène à Istanbul] », Milliyet, 28/02/2009, p. 5. []
  25. Pour prolonger au plan plus général, on peut renvoyer à La Branche S. (2004), « Tourisme, terrorisme et mondialisation. Au-delà des analyses géopolitiques », Téoros, Printemps 2004, p. 5-11. http://journals.openedition.org/teoros/2266 []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.