Excursion urbaine du 16/2/2018 – tronçon n°2 de KMO : Işıklar et Odayeri

Image 1. Le plus gros échangeur de KMO. Source : Google Earth 2018.

Rédaction : Agathe Fautras et Filiz Hervet, avec l’aide de Thomas Dumont et Fatih Olcay.

Introduction

Pour cette deuxième excursion urbaine, nous étions cinq participant·e·s à nous rendre dans le nord du district d’Eyüp, dans la zone traversée par l’échangeur KMO à proximité des villages d’Işıklar et d’Odayeri. Au vu des plans satellites, c’est la rocade la plus importante de KMO. Très vite, nous avons compris qu’il serait difficile pour le piéton de la contourner (Image 1). Nous avons donc fait appel à un chauffeur qui nous a conduit en van entre les différentes localités. Nous sommes passés devant les quartiers de Kemerburgaz puis de Göktürk, où nous avions fait une excursion urbaine l’année précédente (Voir le compte-rendu « Göktürk en 7 projets résidentiels : du Kemer Country au Kemerlife 22 »). Sur la D020 menant à l’échangeur de KMO, nous avons emprunté une route sinueuse (Istanbul caddesi), sur laquelle ne circulent presque que des camions, pour arriver à notre premier arrêt, une carrière de pierre (maden ocağı) d’Istanbul (1). En roulant parmi les camions de chantier, notre chauffeur nous a ensuite conduit à Işıklar, Odayeri et Ağaçlı (2). Enfin, à proximité de l’échangeur se trouve l’un des grand plus centre de recyclage des déchets d’Istanbul, hautement surveillé et inaccessible au public (3).

1. À la recherche du caillou

Photo 1. Carrière Öztaş. Source : Agathe Fautras, février 2018.

Dès que nous quittons la D20, nous atterrissons au milieu des camions qui font des aller-retours entre la carrière et le chantier de l’aéroport entre autres. Le temps est brumeux, gris, humide : parfait pour visiter une carrière (photo 1). Sur place, c’est Fatih Çelik (ingénieur en construction), qui accepte de répondre à nos questions. Celui-ci a suivi une formation en Turquie, à l’université Yeditepe. Il travaille avec son père, directeur de la compagnie Öztaş. Le terrain appartient au Ministère des Forêts et des Affaires d’Eaux (Orman ve Su İşleri Bakanlığı), qui le loue à différentes compagnies. Fatih Çelik nous montre sur une photographie aérienne de 2017 (photo 2) les différentes concessions du terrain et leurs bailleurs : Ilkdal, Öztaş, Taş Dünyası et plus récemment par IGA (Istanbul Grand Airport Havalimanı İşletmeleri A.Ş, consortium en 2013 pour assurer le chantier et la gestion du troisième aéroport1. Concernant l’entreprise Öztaş, fondée en 1992, elle produit principalement des pierres (calcaire et agrégats), des gravats (mıcır) et de la poussière de pierres (taş tozu). Yolyapı, une compagnie installée sur les limites du terrain, fabrique du béton à partir des produits extraits de la carrière, avant de les exporter. Ainsi, le deuxième contour rouge délimite la zone exploitée par Öztaş, louée jusqu’à 2030, en payant une redevance annuelle à l’État, ainsi qu’une taxe sur la production. Le contour bleu délimite le terrain loué par la compagnie liée à la construction du troisième aéroport. La production dépend de l’approvisionnement et de la demande, et s’élève environ à 10 millions de tonnes à l’année. La carrière est principalement constituée de calcaires et de grès (greywackes notamment).

Photo 2. Périmètre d’exploitation de la carrière. Source : Agathe Fautras, février 2018.

Les pierres de la carrière sont vendues à Istanbul, notamment pour la construction de KMO et du troisième aéroport. Il est possible qu’à l’avenir ils fournissent également des matériaux pour la construction du canal. La proximité de la carrière, qui épargne les coûts liés au transport, rend en effet les tarifs intéressants. L’entreprise exporte également ses produits à l’étranger, notamment en Europe (Italie, Grèce) et dans les pays du Moyen-Orient (Koweit, Qatar, Irak, Egypte). La carrière est exploitée jour et nuit. Les employés viennent principalement des zones avoisinantes, notamment d’Arnavutköy, de Göktürk et dans une moindre mesure des villages voisins. Les ouvriers venant d’autres régions sont logés à proximité. Fatih Çelik nous propose ensuite une visite de la carrière en pick-up. Lors de notre tour en voiture, nous nous approchons d’une nouvelle installation destinée à produire de la poudre de pierre, exploitée par la compagnie du troisième aéroport (photo 3). Il nous explique que l’exploitation se fait avec la dynamite : des foreuses creusent plusieurs trous adjacents dans le sol et des explosions ont lieu régulièrement. Sans que nous ne lui demandions, l’ingénieur explique que lorsque l’exploitation sera terminée (dépendant de la longueur du bail et de la demande), celle-ci sera entièrement recouverte de terre, provenant de diverses excavations nécessaires à la construction de bâtiments à Istanbul. Des arbres seront ensuite à nouveau plantés. Toujours dans un principe de bonne conscience écologique, il nous informe que les oiseaux migrateurs s’arrêtent pour boire l’eau située au cœur de la carrière.

Photo 3. Machine pour produire de la poudre de pierre, exploitée par la compagnie du troisième aéroport IGA. Source : Thomas Dumont, février 2018.

2. Les villages de la rocade

Photo 4. Le café d’Işıklar. Source : Thomas Dumont, février 2018.

Nous continuons notre route en direction du village d’Işıklar, qui longe Istanbul Caddesi. Durant notre trajet, nous voyons d’autres grandes compagnies du secteur du bâtiment (ex : Kipsan, produisant des parpaings à partir d’argile rouge) et des affaires plus petites, comme des hangars faits de taule proposant des services de nettoyage de véhicules. Arrivant à Işıklar, nous souhaitons rencontrer le muhtar, Burhan Gök, (maire de quartier, dernier échelon du pouvoir central (Pérouse 1999)). Son bureau est attenant à l’école et au café du village dans lequel nous l’attendons (photo 4). Autour du soba (poêle), nous buvons un thé, entamons une partie de tavla et jouons au jeu du hasard sur une vieille machine proposant quelques paquets de cigarettes. Visiblement grand nostalgique du goût des tomates d’antan, le muhtar nous explique qu’avant d’être maire, il était agriculteur. Selon lui, la construction de la route a permis de faciliter l’acheminement de denrées alimentaires mais l’activité a décliné. Le village est habité par environ 600 âmes. La majorité des habitants sont éleveurs, très peu travaillent dans les entreprises que nous venons de visiter. Mais certains ont vendu leur terrain aux industriels des environs. Il montre en face de nous un domaine acheté par la compagnie de charcuterie Coşkun déjà implantée dans le village. Assis devant la fenêtre, nous regardons les camions de chantier traverser le village.

 

 

Nous nous rendons ensuite au village d’Odayeri. C’est l’occasion pour nous de parcourir le colossal échangeur de KMO et d’apercevoir le viaduc encore en construction de l’autoroute, qui va sans doute rejoindre le tronçon de la D020 en direction de l’Ouest. Arrivés à Odayeri, nous rencontrons le muhtar, Hıdır Şimşek, dans le café du village. L’appel à la prière du vendredi approche, nous échangeons rapidement. Nous demandons d’abord pourquoi l’hôtel Park Inn by Radisson, dont l’ouverture est prévue le 1er mai 2018, s’est implanté dans ce village de 300 habitants. D’après Monsieur Şimşek, c’est un Iranien qui a investi pour amener des touristes dans le village. Mais nous supposons également que l’hôtel sera destiné à une clientèle du troisième aéroport situé à une dizaine de kilomètres ou aux routiers de KMO. En tout cas c’est ce que met en avant le site internet de la chaine d’hôtel « Enjoy a colorful comfort close to the airport ». L’investisseur a également aidé le muhtar à financer le sağlık ocağı (centre de santé implanté dans les lieux reculés) où un médecin vient une fois par semaine faire des consultations. Odayeri est desservi toutes les deux heures par un bus qui va jusqu’à Kemerburgaz, le centre urbain le plus proche. Comme il n’y a pas d’école dans le village, les enfants sont généralement scolarisés à Göktürk ou à Kermerburgaz. Le muhtar a aussi demandé qu’un feu de signalisation soit installé à l’entrée du village, directement connecté à KMO, après qu’une femme ait perdu la vie, percutée par un camion. Nous n’omettons pas de nous renseigner sur les impacts de KMO sur le village. C’est à Ağaçlı que TOKİ a acheté des terrains, en négociant avec les propriétaires ou en expropriant. L’association de Défense des Forêts du Nord (Kuzey Ormanları Savunması) s’est rendue dans les villages traversés par l’échangeur et a organisé des evènements pour mobiliser les populations locales contre KMO (http://politeknik.org.tr/wp-content/uploads/2014/11/kuzey_orman_spo_gezisi.pdf et http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/cevre/448296/Ormanlari_delik_desik_edecekler.html). Nous décidons de nous y rendre, afin d’en discuter avec les habitants, mais tous, ainsi que le muhtar, sont à la mosquée.

3. L’impénétrable İSTAÇ

Avant de partir, nous décidons de tenter notre chance pour visiter le site d’enfouissement des déchets de l’IBB, İSTAÇ, situé entre la D020 et KMO (Image 2). En effet, nous avions essayé toute la semaine d’obtenir un rendez-vous avec un responsable du site, et si possible de visiter les lieux. Après maintes péripéties et l’obtention d’un accord, un appel d’une secrétaire a mis fin à nos espoirs, nous annonçant qu’il était finalement impossible de visiter le site. Nous nous contenterons donc ici de résumer les différentes informations que nous avions réunies pour préparer l’excursion. Néanmoins, des collègues ont eu l’opportunité de visiter le site de recyclage lors d’une excursion urbaine réalisée en 2013 (voir compte-rendu de l’excursion du 29 mai 2012 dans le cadre des journées d’études “Metropolitan Energy policies in the Turkish Cities” à l’IFEA).

Image 2. Les différents sites d’istaç. Source : Google Maps 2018.

İSTAÇ (Istanbul Çevre Yönetimi Sanayi Ve Ticaret A.Ş.) est un organisme de la Grande Municipalité d’Istanbul (IBB) fondé en 1994, qui coordonne l’organisation de la récolte et du recyclage des déchets à Istanbul. La ville produit en effet quotidiennement 10 500 tonnes de déchets sur la rive européenne et 5500 tonnes sur la rive asiatique. L’organisme dispose de 6 centres de transfert (3 par rive), dans lesquels les déchets sont triés, compactés puis envoyés dans les centres de recyclage (à Seymen et Odayeri pour la rive européenne et à Kömürcüoda et Şile Karakiraz pour la rive asiatique). À Odayeri, on trouve quatre sites d’ISTAÇ : un centre de recyclage et de compostage (Kompost ve Geri Kazanım tesisi), des laboratoires environnementaux (Çevre laboratuvarı), un centre de stérilisation et d’élimination des déchets médicaux (Tıbbi Atık Yakma Tesisi), et un site d’enfouissement (Düzenli Depolama Sahası). C’est ce dernier que nous voulions visiter.

Le centre d’enfouissement dispose de 260 ha, dont 126 ha sont aujourd’hui utilisés. Entre 1995 et 2014, 62 millions de tonnes ont été enfouis sur le site, qui atteindra théoriquement sa capacité maximale en 2030.

Conclusion

Les villages que nous avons visités sont menacés par KMO et son chantier. À l’écart des espaces urbanisés d’Istanbul, il y règne toutefois le spectre des mégachantiers qui les environnent. Les paysages sont abîmés par l’échangeur (déforestation, poussière, brouhaha des chantiers). Même si des élevages et des prairies persistent, ils semblent souillés par les activités qui les entourent (chantiers, industrie, site d’enfouissement des déchets). En effet, cette partie de KMO est au cœur des méga-chantiers en cours. D’un côté la carrière, qui envoie des camions vers le troisième aéroport, va probablement contribuer à fournir de la marchandise pour le canal. De l’autre, le tronçon de KMO est en construction (sorties d’autoroute, viaducs, terre pleins, etc.). Les villages que nous avons étudiés sont ternis par le chantier et écrasés par l’échangeur. Nous avons aussi traversé le village İhasaniye qui nous a semblé disparaître sous les passages incessants des camions de chantier. Cette excursion nous amène à poursuivre d’autres pistes de réflexion pour les prochaines visites du cycle : de quelles façons KMO et son chantier menacent-ils les territoires qu’ils traversent ? D’ailleurs, le chantier est-il davantage responsable de cette menace que la présence de KMO ?

Pour le moment, aucun projet de développement immobilier n’est en cours. Mais comme nous ont confié les muhtar, nombreux sont les éleveurs qui ont vendu leur terrain pour profiter de la spéculation. Pourtant, le territoire n’est pas encore ouvert à l’urbanisme (imara açılması). Il faudra attendre l’arrivée d’un nouveau plan d’urbanisme pour observer de réels changements.

BIBLIOGRAPHIE

İISTAÇ ve IBB (date inconnue), Stratejik plan 2015-2019, 116 pages. [en ligne] Consulté le 10 février 2018. URL : http://www.istac.istanbul/tr/kurumsal/stratejik-plan

PÉROUSE, Jean-François (1999), « Gouverner Istanbul aujourd’hui », Rives nord- méditerranéennes, février, pages 71 à 77.

TMMOB Şehir Plancıları Odası İstanbul Şubesi Teknik Gezi Güncesi (octobre 2014), 16 pages. [en ligne] Consulté le 19 février 2018. URL : http://politeknik.org.tr/wp-content/uploads/2014/11/kuzey_orman_spo_gezisi.pdf.

Observatoire Urbain d’Istanbul (juin 2017), « Göktürk en 7 projets résidentiels : du Kemer Country au Kemerlife 22 ». URL : https://oui.hypotheses.org/4053.

Observatoire Urbain d’Istanbul (mai 2013), « CR de l’excursion du 29 mai 2012 journées d’études “Metropolitan Energy policies in the Turkish Cities” à l’IFEA » URL : https://oui.hypotheses.org/898.

Cumhuriyet (21 décembre 2015), « Ormanları delik deşik edecekler ». URL. http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/cevre/448296/Ormanlari_delik_desik_edecekler.html.

  1. Pour plus d’informations sur le consortium voir : http://www.igairport.com/iga-hakkinda/biz-kimiz. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Eric Verdeil dit :

    intéressant compte rendu. A noter qu’en 2013 nous avions visité le site de recyclage et de méthanisation d’ISTAç : https://oui.hypotheses.org/898

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *