Excursion urbaine du 8/3/2018 – tronçon n°3 de KMO : Uskumruköy

Avec l’aide à l’écriture d’Agathe Fautras et de Fatih Olcay. Un grand merci à Stefan Martin pour son investissement dans l’organisation de cette excursion urbaine.

Introduction : bonne chance à la colombe et à la raison

Uskumruköy, notre troisième étape du cycle d’excursions urbaines, est un quartier (mahalle) situé au nord d’Istanbul, proche des « stations balnéaires » de Kilyos et de Gümüşdere. Il nous manque le soleil pour profiter des joies d’un lieu censé être préservé du tohu bohu du « centre ville ». Mais l’hiver fait que la pluie et la grisaille nous accompagnent. La couleur du temps est à l’image de ce que devient Uskumruköy. La déforestation massive et le grignotement des terrains non bâtis laissent place à Kuzey Marmara Otoyolu, ses viaducs et son échangeur.

Il convient tout d’abord de revenir sur les origines historiques et épistémologiques du lieu que nous avons visité. L’une des premières constructions du quartier n’est pas la résidence Arıköy que nous avons visitée. Il s’agit de la tour de contrôle construite par les Génois au VIIIe siècle. La tour porterait le nom d’Ovide qui aurait été chassé de Rome au VIIIe siècle par l’empereur Auguste pour ses poèmes jugés impurs. Pourtant parti se réfugier à Tomes (Roumanie), nous ne comprenons pas l’hommage qui lui est fait ici. L’origine du mot Uskumruköy est complexe. Nous avons d’abord pensé au village du « maquereau » (uskumru en turc), car après tout il s’en pêche dans la mer Noire et le Bosphore. Le muhtar d’Uskumruköy, Halil Özkaya, nous a proposé une explication étymologique de l’appellation Uskumruköy. Un jour, un saint homme se serait fait piller ses affaires et serait tombé de cheval. Il reçut l’aide des habitants du lieu. Lorsqu’il demanda où il se trouvait, les habitants lui répondirent « la colombe » (Kumru en turc). Il dit alors « Puisque c’est ainsi, que cet endroit soit appelé Uskumruköy », et le nom resta. « Us » signifie « raison » ou plutôt « intelligence » en turc. Nous espérons que la colombe apporte un havre de paix dans ce territoire à l’épreuve de l’urbanisation.

Carte : itinéraire. Source : Google Earth 2018.

Concernant l’itinéraire, nous avons commencé l’excursion par une visite de la coopérative résidentielle d’Arıköy, comprenant 1100 logements et près de 5000 habitants. De l’autre côté, en traversant KMO, nous nous sommes entretenus avec le muhtar d’Uskumruköy qui se rêve en maire bâtisseur. En voiture, nous avons contourné les innombrables cités privées d’Uskumruköy, de Zekeriyaköy et de Demirciköy. Nous avons enfin achevé notre visite au viaduc n°17 de KMO qui frôle le cimetière de Kilyos.

  1. L’abeille de l’Université Technique d’Istanbul (ITÜ) à la colonisation des dunes d’Uskumruköy

L’une des plus emblématiques cités du quartier, voire d’Istanbul, c’est la coopérative de logements d’Arıköy, dont le nom (village de l’abeille) fait référence au logo de l’Université Technique d’Istanbul (une abeille donc). En effet, la création de ce site émane d’une volonté des différents personnels de l’université de s’unir pour acheter un terrain et y construire leur logement. Dans les locaux de la coopérative, nous sommes reçus dans une salle de réunion où des archives et autres documents d’urbanisme relatifs à Arıköy sont regroupés. C’est Ayhan Toraman, Professeur en ingénierie industrielle à l’Université Technique d’Istanbul (İstanbul Teknik Üniversitesi- İTÜ) aujourd’hui retraité, et président de la coopérative, qui répond à nos questions1. Nous avons bu notre thé, nous nous sommes réchauffés, et nous commençons l’entretien.

Au départ, le foncier était classé comme site naturel. Il s’agissait de dunes de sable où des tournages de films, avec l’acteur Cüneyt Arkın, ont eu lieu. Dans les années 1970, l’État souhaite attribuer ce terrain aux universités d’İTÜ et de Boğaziçi. İTÜ affirme cependant avoir suffisamment de place dans ses campus situés à Maslak et Beyoğlu, mais l’État répartit tout de même la zone entre les deux universités. L’université de Boğaziçi y construit son campus, tandis qu’İTÜ décide de faire des logements. Il s’agit d’une initiative portée par une coopérative, entendue comme organisme réunissant des personnes œuvrant pour un intérêt commun, et réunissant l’ensemble du personnel d’İTÜ. Le terrain de 365 ha est acquis auprès du Trésor Public (Hazine) en 1985. À l’époque, « TOKİ-moki2 »_ n’est pas encore maître de la gestion des terrains publics, ce qui pour le Professeur, a permis de concevoir un projet selon leur besoin. Surtout, les membres de la coopérative ont acheté le terrain à un prix très avantageux : l’équivalent de 42 000 dollars aujourd’hui. Le Président a visiblement été très impliqué dans la construction du projet. Ayant travaillé avec Bülent Ecevit3 à l’élaboration du projet « köykent » qui consistait à développer les espaces ruraux dans les années 1970, Prof. Ayhan Toraman s’est donc senti en mesure de superviser la réalisation d’Arıköy. Les compétences de chaque enseignant-chercheur impliqué dans le projet (urbanisme, architecture, architecture paysagère, ingénieur de la construction, etc.) ont été exploitées pour concevoir la coopérative.

Chacune des 1100 villas possède un terrain d’environ 500m2 et Arıköy devient une ville dans la ville. Les enfants peuvent faire leur cycle scolaire du primaire au lycée. La cité est pourvue en équipements sociaux, que nous avons visités : une piscine olympique fermée, une piscine extérieure et un hammam, 4 courts de tennis (dont 1 fermé), 8 terrains de basketball et 2 terrains de volley-ball. S’y ajoutent aussi des commerces et un supermarché à l’extérieur de la cité.

Pour le Président, il n’y a pas de lieu comparable à Istanbul et les résidences nouvelles aux alentours n’égalent pas Arıköy, dans le mesure où elles sont le fruit de promoteurs et non d’une concertation entre les futurs habitants, et que la surface des espaces verts est importante au sein de la coopérative (jardins et espaces communs). Le Président nous annonce également quelques projets envisagés, notamment la construction d’une mosquée, car jusqu’à présent il n’y a qu’un seul mescit4. Il souhaite aussi utiliser le potentiel « agricole » de la cité. Par exemple, les vendeurs de vin de Sabancı sont venus le voir pour lui proposer quelques bouteilles. Le Président leur a alors suggéré de créer un vignoble. Pour l’instant, aucun cru signé Arıköy n’est prévu. Bien entendu, tout nouveau projet de construction doit être approuvé par la municipalité du Grand Istanbul. La coopérative est donc surtout une alliance ayant permis la construction de logements pour les membres d’ITÜ, mais cela s’arrête là. Une réunion annuelle est l’occasion de discuter des projets pour la cité, qui sont soumis à un vote de ses membres. La coopérative n’a d’ailleurs pas vocation à s’agrandir. Ayant un nombre d’adhérents fixe, il n’existe que deux possibilités pour le devenir : on peut hériter du statut ou bien on peut l’acheter auprès d’un adhérent. Pour la seconde option, on nous informe que le transfert du droit d’adhésion, ainsi que son bien immobilier attaché, est ouvert à tous clients, ne nécessitant pas que l’intéressé soit forcément d’ITÜ.

Puis il aborde la question qui nous trotte dans la tête : « Quelles ont été les conséquences du troisième pont et de KMO ? ». Il considère le pont comme inutile pour résoudre les problèmes de trafic. Il déplore aussi la destruction d’arbres à cause du projet. Bien sûr, l’infrastructure a valorisé le foncier et l’immobilier. Difficile pour lui de dire si c’est un phénomène positif. Puis, ils ont commencé à être dérangé par le bruit de KMO qui passe à 500m au sud et sud-est de la coopérative. L’étude sur les nuisances sonores révèle cependant que les décibels liés à KMO sont peu élevés, grâce aux vents de la mer Noire qui proviennent du Nord. Mais les membres de la coopérative ont relancé une étude auprès d’İTÜ car depuis la première, le trafic a augmenté.

Photo 1 : maisons d’Arıköy. Agathe Fautras, mars 2018.

Après quelques échanges cordiaux et quelques photos avec les responsables de la coopérative, on nous propose une visite des lieux. Arıköy dispose de 5 types de villas, aux alentours de 180m2 (photo 1). Elles se ressemblent toutes, mais des propriétaires ont tenté de personnaliser leur façade pour se distinguer. Certain se sont aussi approprié le garage pour en faire une pièce habitable. Tout propriétaire d’Arıköy fait partie de la coopérative et paye 350 livres turques mensuelles de charge de copropriété. Certains propriétaires sont encore des professeurs d’İTÜ, ou sont les enfants de ces propriétaires. Les quelques villas vacantes et en mauvais état suscitent le mécontentement de notre guide. Nous passons devant un bâtiment vide dans lequel la construction d’une maison de retraite serait envisagée. Nous faisons une halte au sosyal tesis qui domine la cité. En semaine et avec ce mauvais temps, le lieu est vide. Nous visitons la salle de lecture avec cheminée qui diffuse aussi les matchs de football de Süper Lig pour rassembler les habitants. Il y a également une salle de théâtre, de réunion et de sport. Depuis le réfectoire, nous observons les environs : KMO, la mer et les bateaux (photo 2). Le guide nous propose de rester manger, mais nous sommes pressés, le muhtar d’Uskumurköy nous attend.

Photo 2 : dans le réfectoire de la résidence. Agathe Fautras, mars 2018.

  1. L’épopée du muhtar d’Uskumruköy

Une entrevue chez le muhtar est un moment précieux. Depuis le début du cycle, se rendre au Muhtarlığı est un voyage dans le temps, l’occasion de retourner aux origines du quartier et de nous interroger sur « comment c’était avant ». Le bâtiment du muhtar est situé sur la place du village avec au rez-de-chaussée le kahvehane. Halil Özkaya est le muhtar d’Uskumruköy. Sa figure rassurante et son charisme nous rappellent François Mitterrand. Il est habillé d’un tailleur en laine sur lequel est fixé son pin’s des représentants des muhtar de Turquie. Le muhtarlığı d’Uskumruköy est un véritable musée. Une série de tableaux et de photographies d’Atatürk sont accrochés sur les murs de la cage d’escalier. Les couloirs sont recouverts de cartes du monde, d’Istanbul et du quartier. Sont aussi accrochés les portraits des muhtar qui ont précédé Halil bey. Son bureau est un sanctuaire de souvenirs. Il a gardé l’ensemble des badges des conférences auxquelles il a participé. Puis il nous montre une photo où il se tient aux côtés de Bülent Eczacıbaşı, le Président de l’entreprise du même nom faisant partie des 153 les plus fortunées de Turquie. Voici donc l’histoire de cette rencontre… (photo 3).

Photo 3 : dans le bureau du muhtar. Filiz Hervet, mars 2018

Eczacıbaşı est une entreprise pharmaceutique, mais la construction étant un secteur attractif, elle a étendu son portefeuille d’activités vers la promotion immobilière. Eczacıbaşı a par exemple construit le très haut de gamme centre commercial Kanyon situé à Levent et elle a récemment achevé la très réputée gated community Ormanada à Uskumruköy. Dans ce contexte, le muhtar Halil bey aurait demandé à l’entreprise de financer une école primaire. Après tout, le projet Ormanada ne comprend aucun équipement public, telle une école. Mais généralement, les enfants des nouveaux habitants sont inscrits dans les écoles privées. Halil bey a donc exigé un rendez-vous avec Bülent Eczacıbaşı, le directeur de l’entreprise. Chose dite, chose faite. Avec beaucoup de fierté, il nous raconte la suite de son épopée. Bülent Eczacıbaşı l’attendait en personne au rez-de-chaussée du siège de l’entreprise, à Kanyon donc, flanqué de gardes du corps. Ensemble, ils seraient montés au dernier étage. Pour preuve, le muhtar a vu la piste d’atterrissage pour les hélicoptères. Là, il lui aurait dit d’un ton sec qu’il souhaitait une école et Bülent Eczacıbaşı aurait répondu qu’il verserait de l’argent sur le compte bancaire du village. Dès le lendemain, le compte aurait été doté de 4 millions de livres turques. Halil bey a préparé une faisabilité du projet qu’il a envoyée à la préfecture (de Sarıyer probablement). De là, il a été convoqué et avec agacement, il nous explique comment il a tenu tête à la préfecture en leur expliquant qu’il avait l’argent, le projet et qu’il était dans son droit pour mener une telle opération. Bien entendu, la municipalité du Grand Istanbul a saisi le dossier et l’argent, mais à tout de même promis de construire une école. Halil bey attend depuis deux ans que le projet soit lancé. C’est donc avec étonnement que nous avons écouté un muhtar décomplexé sur ses relations avec le secteur privé…

  1. Uskumruköy, KMO et ses environs

Après ces deux premières escales, nous traversons les innombrables résidences privées de luxe qui encerclent le village. Renaissance Palace, Gravür Zekeriyaköy, Kilyos Suncity 1 et 2, Ayşe Sultan Konakları, Terrace Doğa, Terrace Hayat, Terrace Plusİroko Konakları, Park One, etc. qui ont bourgeonné sur les collines de Zekeriyaköy ces dernières années. La plus emblématique d’entre elles est le projet Köy à Zekeriyaköy. C’est l’un des rares projets de TOKI et d’Emlak Konut dans la région. Le promoteur Siyah Kalem y construit actuellement 1167 villas sur une parcelle de 460 000m2. Au départ, il s’agit d’un terrain militaire qui servait de base pour des lancements de missiles. TOKI se transfère le terrain, l’ouvre à l’urbanisme et le vend à son principal partenaire Emlak Konut, une société d’investissement immobilière cotée en bourse. Cette dernière a confié le projet au promoteur Siyah Kalem en échange d’un partage sur les recettes. Le projet a suscité un mécontentement de la part des défenseurs de l’environnement. Pour cause, c’est un terrain arboré qui jusqu’à présent faisait barrière à l’urbanisation galopante du quartier.

Dans le secteur, la nature est soumise à rude épreuve. Nous passons la route qui fait l’objet d’un agrandissement de voies, celle qui rejoint KMO. Les chantiers routiers lancés par la municipalité du Grand Istanbul y prévoit la destruction d’arbres. Le 9 octobre 2017, sous l’impulsion de l’association de Défense des Forêts du Nord (Kuzey Ormanları Savunması) et de l’association de Solidarité Urbaine de Sarıyer (Sarıyer Kent Dayanışması), une manifestation est organisée5. L’un des ouvriers contractuel de la municipalité blesse d’un coup de couteau un des militants6. Nous longeons la route, celle qui mène au cimetière de Kilyos. Il y a un enterrement ce jour-là. De notre côté, nous ne quittons pas des yeux KMO. Depuis le cimetière, où reposent des morts de confession orthodoxe, nous observons, le viaduc 17 qui surplombe Uskumruköy. En fond sonore, le bruit des poids lourds qui circulent sur KMO. Malgré la quiétude qu’apporte la forêt, nous nous demandons si les morts dorment bien en paix (photo 4).

Photo 4 : cimetière de Kilyos, en arrière plan le viaduc n°17 de KMO. Agathe Fautras, mars 2018.

  1. En cette journée des droits des femmes, il a pris soin d’offrir une rose aux trois participantes. Les femmes inscrites aux cours de couture de la coopérative auront quant à elle droit à un gâteau en plus. []
  2. TOKİ, Toplu Konut İdaresi, l’Administration Publique du Logement Collectif. Le redoublement d’un mot ou d’une syllabe, en remplaçant la consonne initiale par la lettre M, est un genre d’onomatopée utilisée en turc pour parler avec dédain d’une chose. []
  3. Homme politique de gauche ayant été Premier ministre quatre fois de 1965 à 2002. []
  4. Bâtiment ou pièce qui peut faire office de salle de prière. []
  5. Yaşamı savunanlar Uskumruköy’de haykırdı : “Kuzey düşerse İstanbul düşer!”, le 8/10/17 http://www.kuzeyormanlari.org/2017/10/08/yasami-savunanlar-uskumrukoyde-haykirdi-kuzey-duserse-istanbul-duser/ []
  6. Attack on Life Defenders on Uskumruköy Intersection Where Trees Chopped Down, le 10/11/17 https://www.middleeastpressreleases.com/attack-on-life-defenders-on-uskumrukoy-intersection-where-trees-chopped-down-2/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *