Excursion urbaine du 17/5/18 – tronçons n°5 et n°6 : Alibahadır, Paşamandıra, Öğümce, Bozhane, Cumhuriyet, Hüseyinli

Rédaction par Filiz Hervet & Wandrille Maurice, avec l’aide de Mehmet Tayfur.

Introduction

C’est par une journée ensoleillée que débute la 5e excursion urbaine menée par l’OUI. L’objectif est ici de parcourir les villages traversés par l’autoroute Kuzey Marmara Otoyolu (KMO), afin d’évaluer l’impact de cette infrastructure. Comme d’habitude, nous avons mêlé observations, entretiens informels, et entretiens formels. En termes paysagers, nous sommes passés à la fois à travers des espaces encore très boisés, dont l’ombrage est le bienvenu en cette chaude journée. Mais plus nous nous rapprochons de KMO, plus le paysage s’artificialise, malgré les timides opérations de plantation d’arbre. Nous avons réalisé quelques entretiens informels avec des villageois, des travailleurs agricoles, des ouvriers et employés de KMO, pour finir avec notre rendez-vous formel avec le chef de maintenance de KMO de la partie asiatique. À bord du minibus de l’IFEA nous avons ainsi parcouru le matin Alibahadır, Paşamandıra, pour ensuite passer notre après-midi par Bozhane/ Öğümce, et enfin finir à Hüseyinli où nous nous avons fait une visite de ICA/egis qui gère l’autoroute.

Tronçon 5. Source : Google Earth

Tronçon 6. Source : Google Earth

Étape 1 : Le quartier d’Alibahadır

Source : Filiz Hervet, mai 2018.

Le minibus nous dépose à quelques minutes à pied du quartier. Le temps pour nous de descendre la route ombragée, qui nous mène directement sur la place du village que surplombe une mosquée flambant neuve. Son aspect neuf est d’autant plus frappant que sa blancheur est accentuée par le soleil. Curieux au sujet d’une telle construction, nous demandons à en faire la visite à des villageois assis qui prennent le thé. Fiers de leur construction, un habitant voisin de la mosquée vient nous ouvrir pour une visite. À l’intérieur, le sol est recouvert d’une moquette bleue, et l’entrée gardée par une lourde porte en bois sculptée. Selon notre guide, le bois a été importé d’Afrique. Le dôme central est imposant, comparé à la taille du quartier. Les motifs végétaux sont peints. La séparation entre hommes et femmes se matérialise par une mezzanine en bois sculpté, et réservée aux femmes. Notre guide nous confirmera que cette mosquée de prestige, financée par des dons, a une capacité d’accueil supérieure aux nombres de fidèles actuellement présents à Alibahadır. Elle aurait ainsi pour objectif d’accueillir des gens extérieurs au quartier, et de contribuer à sa renommée.

Sur la place de la mosquée, nous rencontrons un ancien du village. Il nous dit être persuadé que l’orientation de la Qibla de la Mosquée est erronée, sous les moqueries de ses amis qui passent le temps au café du terminus de l’arrêt de bus.  Nous lui posons quelques questions sur les activités agricoles d’Alibahadır. Il nous informe qu’il ne reste que 10% des surfaces dédiées au maraîchage et à l’horticulture par rapport à « avant ». Évidemment, beaucoup ont préféré vendre leur terrain pour profiter des effets de la spéculation. Pourtant, nous voyons qu’il subsiste de nombreuses serres autour des habitations. Elles servent principalement à la culture de plants de fleurs. Nous aimerions avoir un peu plus d’information sur la vente des terrains, mais la seule agence immobilière du village est fermée.

Continuant notre chemin vers la passerelle de KMO surplombant Alibahadır, des serres sont toujours présentes. Nous décidons de nous introduire dans l’une d’elle. Et c’est dans la chaleur pesante de la serre que des cultures de fleurs s’étendent à notre vue. Notre attitude légèrement intrusive ne dérange pas les travailleurs attelés à arroser les fleurs, ou à les rassembler en caisses en vue de les transporter. Le contact ne se fait pas avec eux, malgré notre insistance. Nous avons donc dressé l’hypothèse qu’ils ne parlaient pas turc, et qu’ils constituent donc de la main d’œuvre agricole immigrée.

Serres et viaduc de KMO. Source : Filiz Hervet, mai 2018.

L’ouvrage d’art se rapprochait de nous plus nous avançons. Sur la route rectiligne, nous accompagnaient des poteaux électriques semés dans une redondance adéquate. Sur certains d’entre eux, nous remarquons des caméras, flanquées du logo de la métropole d’Istanbul. Ainsi, cette infrastructure constituait bel et bien une projection urbaine au milieu d’une zone encore rurale, et dont ces caméras de surveillance étaient le témoin. Elles sont aussi le signe de l’importance de ces nouvelles voies de transports, appelées à structurer la future macro forme urbaine d’Istanbul.

Nous continuons sur Ali Bahadır caddesi, lequel marque la sortie du village. Nous faisons la connaissance de deux teyze. La plus âgée, celle qui porte des lunettes de soleil, vend quelques légumes de sa récolte et des plants de fleur. Elle nous raconte alors son histoire. Son mari est malade et ne travaille plus. Elle a dû prendre un crédit pour se faire opérer des yeux. Malheureusement, l’opération n’a pas fonctionné et la lumière du soleil la gêne beaucoup, elle est donc obligée de porter des lunettes de soleil. Aujourd’hui, elle ne parvient pas à rembourser son crédit. Pourtant elle aurait pu le faire, si elle avait vendu à un meilleur prix son terrain à l’État il y a deux ans. Elle et son mari étaient propriétaires d’un terrain 2B. C’est une occupation informelle du foncier public, généralement situé aux frontières des forêts domaniales et en bordure des espaces urbanisés. Istanbul comptait en 2012 environ 15 600 ha de terrains 2B dont la majorité est située dans l’arrondissement de Beykoz avec une superficie estimée à 3 379 ha[1]. Ces terrains constituent une vraie aubaine pour l’État qui est en quête de sols urbanisables. C’est dans ce contexte que la loi 6292 prévoit la régularisation de ces espaces pour y ouvrir des droits à bâtir. L’État a entreprit ces dernières années des négociations pour reprendre la main sur ce foncier appartenant au Trésor public. Il propose aux propriétaires de régulariser leur statut en achetant le foncier à la valeur du marché actuel. Dans la majorité des cas, les occupants n’ont pas les moyens d’acheter leur parcelle en échange du TAPU (le titre de propriété turc). N’étant pas légitime, les propriétaires cèdent leur terrain à la première proposition de l’État. C’est ce que nous expliquait cetteteyze, puisque la vente de son terrain ne lui a pas permis de clore ses dettes. En se réappropriant les terrains 2B sur l’ensemble de la Turquie, l’État récupérerait une rente estimée à 25 milliards de dollars[2]. La cadastralisation et le déclassement des zones 2B a commencé en 2013 et en 2014 l’État aurait déjà vendu la moitié de ce patrimoine, soit 1 573 km2à l’échelle de la Turquie (Atasoy, 2016). Généralement, les terrains 2B sont gérés par le Ministère des Finances, qui les vend sous forme d’appel d’offre sur le site Milli Emlak Müdürlüğü[3] (l’équivalent de France Domaine). Une partie de ces terrains peut également être transférée à TOKI pour des projets de transformation urbaine.

Cette photo est un exemple typique de gecekondu, habitat illégal, situé sur des zones 2B, en bordure des forêts. Source : Mehmet Tayfur, mai 2018.

Nous prenons quelques photos et filmons les lieux. L’amie de la dame aux lunettes se mêle à notre discussion et ajoute « mais nous sommes quand même fiers de notre Président de la République, qui aurait fait tout ça sinon ? Le pont, La route… Ce que je dis tu peux le filmer aussi ». La dame aux lunettes de soleil l’écoute, dubitative.

Sous le viaduc. Source : Filiz Hervet, mai 2018.

Nous poursuivons notre route. Les signes d’activité se clairsèment à mesure que nous approchions du viaduc. Des établissements proposant des « kahvaltı » se succédent toutefois à notre gauche, sans doute occupés les week-ends par les populations urbaines aux alentours, en quête de « nature » et « d’authenticité » hebdomadaire. Les terrains à notre droite n’étaient cependant plus cultivés, laissant apparaître le biotope à nu. Une lande marécageuse s’étirait depuis les dernières serres d’Alibahadır jusqu’au viaduc de KMO. Ce terrain marécageux était toutefois très artificialisé auprès des imposants piliers du viaduc. Cela formait un curieux mélange paysager, entre des pans de terrain encore mis à nu par les terrassements, tout craquelés de soleil, en bordure du terrain marécageux où croassaient des grenouilles. L’ensemble demeure écrasé par l’immensité de l’infrastructure, où les premiers tags et feux de barbecue font déjà leur apparition : est-ce le signe d’une réappropriation d’un ouvrage d’art démesuré ? Les villageois devaient en tout cas compter sur un nouveau repère visuel : cette passerelle de béton enjambant les terres, première étape permettant l’abordage du « green field ».

Un panneau du partenariat public-privé de KMO sur l’un des pieds du viaduc indique que le 4 mai 2017 des élèves de primaires ont planté des arbres dans le cadre du projet de plantation de 5.100.000 arbres.  Le nature peine à reprendre le dessus mais les traces de chantiers semblent s’estomper avec le temps.

Étape 2 : le quartier Paşamandıra

À nouveau dans le minibus de l’IFEA, pour un autre village, aux contours moins marqués. En effet, seuls une mosquée, un dispensaire et un terrain de foot synthétique nous indiquaient des éléments de centralité. La coupole coiffée de minarets est désormais chapeautée par le viaduc, qui les dépasse largement en hauteur. Jouxtant la mosquée et le terrain de football synthétique, se trouve un verger communal très bien entretenu. Un des jardiniers nous indique que tous les visiteurs peuvent cueillir les fruits, sauf aujourd’hui car ils ont arrosé le terrain de pesticides… Quelque peu désenchantés, nous nous promenons entre les arbres. Le verger occupe la majeure partie du jardin. Il y a une serre dans laquelle poussent des fraisiers et des artichauts. Mais un employé qui se trouve à l’intérieur nous fait signe que l’accès nous est interdit car la chaleur de la serre mélangée aux pesticides est un cocktail garanti toxique. Le jardin municipal est limité par le terrain de football, la route, et un fossé au fond duquel coule une source. Le jardin nous permet de contempler de façon dégagée le nouveau viaduc de KMO, nouvelle barre dans l’horizon des villageois, trait au marqueur dans cet églogue stambouliote et nouveau cadre du paysage.

Vue sur le viaduc depuis le verger de la municipalité de Beykoz. Source : Filiz Hervet, mai 2018.

Le retour dans le minibus est nécessaire pour nous rapprocher du fleuve Riva Dere ou Çayağız deresi, cours d’eau dont les abords sont très appréciés. Le long de la route, les panneaux publicitaires pour les restaurants proposant toutes sortes de grillades se succédent à haute fréquence. Le long du fleuve nous avons ainsi répertorié plus d’une vingtaine de piknik alanı. Nous nous sommes reposés dans l’un deux. Les restaurants se vantent souvent de pouvoir accueillir des grandes tablées, et donc de se faire les lieux de grands événements familiaux, dont les mariages. Seule la publicité de ces restaurants peut nous renseigner sur l’activité sociale sans doute très intense qui s’y déroule. Il est alors plus de midi quand nous rentrons dans un de ces restaurants, vide en semaine et en période de jeûne. Le propriétaire des lieux a vraisemblablement diversifié ses activités, étant donné qu’un terrain de paintball, avec son décor à obstacles, précède le restaurant. Ce dernier est constitué d’une terrasse tout en bois, dont la tenue contraste avec l’aspect volontairement accidenté du terrain de paintball. La terrasse est au bord de l’eau, à tel point que seules les chaises permettent au client de prendre de la hauteur sur la Riva Dere. La végétation ripisylve fleurit grâce à la chaleur combinée à l’humidité du lieu, et des insectes nombreux bourdonnent. Ce restaurant ressemble parfaitement à la description des guinguettes en bord de Seine ou de Loire du début du XXe siècle.

Guinguette bord Riva deresi. Source : Filiz Hervet, mai 2018

À côté de cet espace détente se trouve une ancienne fabrique de verre « Tekart ». Nous avons entendu plusieurs versions qui justifieraient sa fermeture il y a quelques mois. L’entreprise aurait pris feu, des travailleurs sans papiers y auraient travaillé et le bruit aurait dérangé le voisinage.

Étape 3 Hüseyinli – maintenance de KMO rive asiatique

Nous quittons les lieux pour nous diriger vers Hüseyinli. Nous essayons de longer KMO et de nous approcher de l’infrastructure. Nous pénétrons dans les forêts d’Öğümce et nous contournons quelques résidences de luxe. Nous essayons d’entrer dans le quartier de Bozhane mais les travaux de canalisation sur l’ensemble des rues nous empêchent de circuler. Nous décidons de nous rendre à Cumhuriyet pour le déjeuner. Sur la route, nous faisons halte au Yemyeşil Hobby Bahçeleri, situé au bord de Çayağız deresi et tout proche d’un viaduc de KMO. Un jardinier nous accueille et nous explique le fonctionnement. Le terrain dispose de 70 potagers d’une taille de 10m2 environ. Les stambouliotes peuvent louer cet emplacement pour 1500 livres turques l’année. Ce loyer leur assure une place où pique-niquer les weekends. Les adhérents n’ont pas besoin d’avoir la main verte puisque le jardinier des lieux s’occupe de tout.

KMO, sur la route de Bozhane. Source : Filiz Hervet, mai 2018.

Étudier KMO, c’est s’intéresser aux aspects techniques liés à la gestion d’une autoroute. Il n’a pas été très difficile d’obtenir le rendez-vous avec l’un des responsables du site. En effet, il nous a suffi de dire que nous avions déjà rencontré les ingénieurs de ICA-egis  qui gèrent le 3e pont du Bosphore (Cf. CR excursion urbaine tronçon 4). Le chef d’entretien d’exploitation des routes est en réunion et nous attendons son arrivée dans une salle où l’on nous sert des rafraîchissements. Pour nous faire patienter, un autre responsable vient à nous pour nous faire une visite guidée des locaux ICA İçtaş rive sud, visite très instructive. Cet homme âgé d’une cinquantaine d’années et originaire d’Erzurum travaille depuis 30 ans pour la Direction Générale des Autoroutes (Karayolları Genel Müdürlüğü) puisqu’il a piloté à l’époque le chantier du 2e pont sur le Bosphore. Sous son sourire blagueur, il refuse au départ d’être filmé, prétextant n’être pas rasé et peu présentable mais, après quelques explications de son métier, il nous incite à filmer le fonctionnement des engins et se met en scène, fier de nous transmettre son savoir-faire. En allant au premier hangar où les camions d’entretien s’alignent, nous voyons à l’entrée du site une queue de poids lourds qui transportent de l’eau. Les beaux jours obligent à arroser régulièrement les arbres qui ont été replantés le long de KMO et de ses viaducs.

Notre guide est passionné par ses machines, des camions Mercedes orange et quasiment neufs. Nous sommes peu connaisseurs de poids lourds et de l’entretien des routes, mais nous avons appris le fonctionnement de ces machines et nous avons même pu, pour certains d’entre nous, monter à bord. Notre guide, tout en expliquant les détails de puissance, de fabrication et de fonction des machines, a demandé à ses collègues de nous faire quelques démonstrations. Nous avons ainsi pu voir un camion sortir ses jets d’eau pour faire nettoyer les tunnels, un camion soulever une benne et un autre saler les routes. En parlant de salage, le site dispose d’une énorme réserve de sel en provenance d’Ankara.

Démonstration, nettoyage tunnel. Source : Filiz Hervet, mai 2018.

Démonstration benne. Source : Filiz Hervet, mai 2018.

Dépôt de sel Source : Filiz Hervet, mai 2018.

Après la démonstration de l’artillerie lourde, nous rencontrons le chef de maintenance, Monsieur M. Toprak. Il revient sur les détails du projet de KMO et sur l’entreprise de gestion ICA-egis (cf. CR excursion urbaine tronçon 4). Son équipe se compose de deux ingénieurs, d’un superviseur de l’entretien des machines, de 26 conducteurs. Ses travaux sont réalisés sous la supervision de la Direction Générale des Autoroutes. L’un de leur rôle principal est la sécurité sur KMO. Il faut qu’ils soient en mesure d’intervenir rapidement en cas d’accident, qu’ils soient capables de réparer le matériel endommagé et qu’ils rendent possible la circulation en cas de neige et de verglas. Nous apprenons aussi que ICA-egis travaille avec des « paysagistes » pour l’entretien des espaces verts autour de KMO. Nous ne repartons pas les mains vides de cet entretien : on nous offre le livre officiel du 3e pont sur le Bosphore, avec les photos de chaque étape du projet, ainsi qu’un schéma présentant les détails de KMO. Il vous suffit de venir aux archives de l’OUI pour les consulter.

Conclusion

A proximité de KMO, sur les territoires que nous avons visités, nous n’avons pas vu de projets immobiliers en cours de construction. KMO s’impose sur les quartiers qu’il traverse et les villageois apprennent à vivre avec le bruit et cette architecture imposante. Alibahadır, Paşamandıra, Öğümce, Bozhane, Cumhuriyet, Hüseyinli présentent des qualités que les acteurs de la construction ont intérêt à préserver. Les habitants des résidences privatisées des environs apprécient les qualités « naturelles » de ces quartiers et aiment acheter des produits locaux soi-disant « bio » (des confitures, du miel, des œufs…) sur les aires de pique-niques. En dehors de notre itinéraire, les projets résidentiels se développent dans les arrondissements de Beykoz et Çekmeköy (My Roseville, Antriva, Antorman, Mira Çekmeköy, Koru Konakları, 216 Butik Plus, etc.).  Les promoteurs peuvent ainsi vanter la proximité des espaces boisés et de KMO. Les villages que nous avons étudiés sont en effet desservis par deux échangeurs menant à KMO, celui de Riva et celui d’Hüseyinli.

Notes

[1]Sabah, le 4/5/12, İşte İstanbul’un 2B haritası (la carte des terrains 2/B à Istanbul). https://www.sabah.com.tr/ekonomi/2012/05/04/iste-istanbulun-2b-haritasi

[2]http://www.hurriyet.com.tr/gundem/25-milyar-dolarlik-2b-satisi-icin-dugmeye-basiliyor-8057774. http://www.hurriyet.com.tr/gundem/25-milyar-dolarlik-2b-satisi-icin-dugmeye-basiliyor-8057774

[3]http://kurumsal.milliemlak.gov.tr

Bibliographie

Hürriyet, le 19/1/8 « 25 milyar dolarlık 2B satışı için düğmeye basılıyor » (le bouton pour la vente des terrains 2/B à 25 milliards de dollars est appuyé).

Sabah, le 4/5/12, İşte İstanbul’un 2B haritası (la carte des terrains 2/B à Istanbul).

Atasoy Y., 2016, « Repossession, Re‐informalization and Dispossession: The ‘Muddy Terrain’of Land Commodification in Turkey », Journal of Agrarian Change, 23p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.