Inauguration partielle d’un « victorieux » monument à ambitions universelles

Cérémonie d’inauguration du 29/10/2018 Kayhan Özer / AA

Le 29 octobre 2018 l’inauguration partielle (c’est-à-dire de la première phase, sur les six programmées) de l’Aéroport d’Istanbul – c’est désormais son nom officiel – a donc bien eu lieu, un jour de fête nationale (commémorant la proclamation de la République turque le 29 octobre 1923). Après avoir participé aux cérémonies de circonstance au mausolée d’Atatürk à Ankara, Recep Tayyip Erdoğan s’est rendu directement sur le nouvel aéroport d’Istanbul pour orchestrer la cérémonie d’inauguration de l’aéroport, suivie sans transition de la réception présidentielle en l’honneur de la fête nationale organisée cette année exceptionnellement à Istanbul, sur le site même de la nouvelle infrastructure. Une fois encore, par ce type d’inauguration hybride, le pouvoir AKP a fait montre de sa capacité à s’approprier les rites politiques nationaux et à faire coïncider son agenda politique avec le cours apparemment immuable du calendrier républicain. Ce faisant, ce même pouvoir a à nouveau mis en scène sa capacité à conduire au pas de charge des grands projets destinés à changer la face du monde1, puisqu’il s’enorgueillit d’avoir réalisé cette infrastructure d’exception en seulement 42 mois.

Tout a déjà été dit et écrit sur les caractéristiques physiques et techniques de ce gigantesque aéroport dont la mise en service et la montée en puissance vont s’échelonner jusqu’en 2023 au moins. La conférence de presse parfaitement huilée du samedi 27 octobre a permis au consortium en charge de ce projet (IGA, rassemblant plusieurs entreprises turques du BTP) de rappeler les principaux chiffres, tous impressionnants, faisant de cet aéroport sans égal un « monument de la victoire2 » (selon l’expression du président Erdoğan) : 76,6 millions de m2 d’emprise totale, 3 fois l’aéroport Atatürk dès la première phase, 6 pistes à terme, une capacité de parking de 500 avions, une capacité de 90 millions de passagers annuels dès la première phase… et de 200 millions en 2023.

Lors de cette inauguration, il n’a évidemment pas été fait mention des conditions de travail dans cet immense chantier mené à bâtons rompus, pas plus que des nombreux accidents mortels survenus depuis son lancement : si en janvier 2018 le ministre des transports en personne avait officiellement admis que 28 ouvriers avaient déjà trouvé la mort3, depuis cette date, compte tenu du tempo imposé pour pouvoir procéder à cette première inauguration de fin octobre, de nombreux accidents supplémentaires sont survenus dont le bilan exact reste inconnu. La mémoire de ces victimes-là importe peu aux promoteurs du nouvel aéroport. Elle a été refoulée, enfouie, voire réprimée. Oubliés, de même, les 26 ouvriers emprisonnés pour avoir participé aux protestations de la fin septembre 2018 contre les déplorables conditions de travail, de logement et d’alimentation du chantier, à ce jour encore incarcérés.

Pays officiellement représentés à l’inauguration, en rouge; étoile bleue en cas de représentation présidentielle ou équivalente

Par ailleurs, regarder dans le détail les personnalités étrangères présentes lors de cette inauguration n’est pas sans intérêt pour apprécier le décalage entre les ambitions globales de ce projet (connecter Istanbul directement à 2/3 de la population mondiale, selon la formule répétée à maintes reprises) et la configuration singulière de l’événement international organisé (voir carte ci-dessus). En effet, si l’on considère uniquement les chefs d’État et de gouvernement présents – soit un total de 14 personnalités – on remarque que les Balkans proches sont surreprésentés avec, outre Chypre-Nord, l’Albanie, la Macédoine, le Kosovo, la Bosnie-Herzégovine, la Moldavie, la région autonome de Gagaouzie, la Bulgarie et la Serbie. Face à ce bloc balkanique au sens large, trois pays alliés musulmans étaient représentés au plus haut niveau, deux géants géographiques et un riche nain, soit le Pakistan, le Soudan du Nord (seul pays africain) et le Qatar ; et enfin un pays du « monde turc », le Kirghizistan. Si l’on descend dans la hiérarchie des positions officielles pour prendre en compte toutes les autres, le bloc balkanique se renforce avec la Slovénie (un ministre), ainsi que l’ensemble des pays proches, avec deux voisins orientaux : la Géorgie (ministre des Affaires étrangères) et l’Iran (ministre des Affaires étrangères). Enfin, à cet aréopage hétéroclite de voisins/parents/amis/obligés s’ajoute un seul représentant officiel du monde « occidental », en la personne d’un ministre d’État… britannique. L’Allemagne quant à elle n’était pas présente politiquement ; elle l’était en revanche économiquement, par le truchement des nombreuses entreprises impliquées dans le chantier (comme Siemens ou Schindler). À cet ensemble, on pourrait ajouter le champion du monde russe d’arts martiaux, musulman d’origine daghestanaise, Khabib Nurmagomedov, invité d’honneur de la réception présidentielle, ainsi que les présidents russe et azerbaïdjanais présents in absentia par un message spécial envoyé à l’occasion de la fête nationale turque. Il est à noter pour finir que si le premier vol interne a eu lieu – vers Ankara – le 31 octobre, les destinations des deux premiers « vols internationaux », programmés respectivement pour le 1er et le 8 novembre sont pleines de sens, à savoir Chypre-Nord, puis l’Azerbaïdjan… Le « monument au service du monde entier » (selon une des expressions officielles utilisées lors de la cérémonie et reprise à l’envi par la presse autorisée) partiellement inauguré le 29 octobre 2018 initie donc son rayonnement à partir de relais bien proches et acquis.

Cérémonie d’inauguration du 29/10/2018 Kayhan Özer / AA
  1. Voir « Güzergah Değişecek », Star, 30/10/2018, p. 10. []
  2. Voir la une du journal Star du 30/10/2018 : « Aéroport d’Istanbul : un monument de la victoire de la Turquie forte destiné à servir la paix ». []
  3. Voir, par exemple : https://www.birgun.net/haber-detay/3-havalimani-insaatinda-400-iscinin-olumu-gizlendi-iddiasi-203998.html []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.